SMG

L'antre d'un univers de fous. A vos risques et périls.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Dim 27 Sep - 18:19

Bon, bah voilà, comme vous l'avez sûrement remarqué, je fais la suite de ma fic, j'ai mis en page le dernier chapitre de l'Episode 1, car si vous avez la flemme de lire la fic entière, lisez au moins celui-là, il permettra au moins la compréhension de la suite.
Je vous poste juste l'introduction afin de vous donner un "aperçu" de ce que sera l'épisode 2, ainsi que la présentation d'un nouveau perso (LT se doute de qui ça sera en toute bonne stalkeuse 8D /PAN/), et je me mettrai vraiment à poster la suite une fois que je suis sûr d'avoir pris assez d'avance dans mon travail
Je vous souhaite donc une bonne lecture et que vous appréciez bien cette nouvelle saison, qui contiendra quelques révélations sur mon perso !


Dernière édition par Pioar le Jeu 23 Fév - 12:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Dim 27 Sep - 18:24

Heroes of the Elements


Episode 2


Vers un nouveau départ



Introduction




La forêt était dense, mais cela ne me gênait aucunement pour repérer les traces du passage de mes adversaires, après tout, si mon entraînement d’élite ne m’avait pas appris à voir sans être vu, à quoi servirais-je ? J’arrivais à voir toutes les traces de passage de mes adversaires, bien qu’étant à dix mètres du sol, perchée sur une des branches les plus hautes de mon arbre. J’étais en train d’examiner les traces au sol et de déterminer la direction qu’avait prise l’adversaire que je traquais, quand j’ai entendu un craquement de branche.

Dans un réflexe conditionné par l’entraînement dur que j’ai enduré, j’ai aussitôt passé par-dessus mon corps la cape de camouflage qui était adaptée à la végétation. Il n’y avait qu’un seul trou dedans qui me permettait de voir. Je ne devais faire aucun bruit, l’entraînement des espions est extrêmement exigent, il ne permettait aucune erreur, sinon c’était la mort certaine. Loin en bas, j’épiais la personne que j’avais entendue marcher. Elle aussi semblait suivre les traces laissées par l’adversaire que je traquais, mais elle ne se doutait aucunement de ma présence.

J’en ai donc profité pour sortir sans un bruit le poignard que je cachais sous ma combinaison, entre ma poitrine, puis je l’ai pris dans ma main. Je me suis avancé furtivement vers le bout de ma branche, surveillant sa résistance pour qu’elle ne casse pas. Lorsque j’étais au-dessus de lui, j’ai relevé ma cape et ai bondi. C’était une chute vertigineuse de 10 mètres, mais avec les équipements du camp, notamment les bottes amortisseurs, je m’en tirerais sans dommage, j’ai donc atterri sur lui, en plein sur son dos parce qu’il était penché, je me suis donc agrippé au dernier moment à son ventre, la violence du choc l’a projeté vers le sol, tandis que moi j’amortissais le choc avec mes bottes, profitant qu’il était encore étourdi, j’ai profité de cette fraction de seconde pour l’égorger avec mon couteau.

Le sang gicla et deux secondes plus tard, il était mort. J’ai donc laissé tomber son corps au sol, examinant le cadavre d’un des autres apprentis que moi, il en était aussi à sa dernière année. L’épreuve de sélection de fin d’entraînement était impitoyable, elle avait pour but de ne garder que les meilleurs. J’ai examiné encore 2 secondes son cadavre encore chaud puis je suis allé aussitôt regrimper à un arbre. Je venais de finir de regrimper à l’arbre lorsqu’une annonce résonna dans toute la forêt :


« Joris est mort, il ne reste donc plus que quatre survivants. »

Plus que 3 à tuer, j’en étais déjà à mon quatrième meurtre, mais c’était le seul moyen d’accéder au rang d’espion, mon rêve. Une fois l’annonce faite, j’ai examiné de nouveau les traces de pas, et ai déterminé la direction qu’a prise mon adversaire. J’ai donc suivi cette direction, sautant de branche en branche. Les traces menaient jusqu’à un campement où un feu brûlait encore. J’ai examiné les alentours jusqu’à voir que les traces continuaient encore, chevauchant de nouvelles. J’ai continué mon chemin dans les arbres en suivant les traces jusqu’à entendre une nouvelle annonce :

« Curtis est mort, il ne reste donc que 3 survivants. »

J’ai pesté, je voulais être celle qui avait réussi à faire le plus d’assassinats, j’avais donc peur que mon rival me dépasse. Un froissement de feuilles me fit remettre aux aguets, quelqu’un approchait, mais cette fois il m’avait vue, il a sans doute compris comment je procédais. Il a donc sorti son pistolet. Pour moi c’était un avantage plutôt qu’un inconvénient. Chaque candidat n’a droit qu’à une balle, et en plus, le pistolet fait beaucoup de bruit, quelqu’un qui a au moins un peu de cervelle comprendra qu’il y a un combat en cours et qu’elle a donc toutes ses chances d’assassiner quelqu’un, cela attirera donc le dernier candidat.


Mais pour cela il fallait donc qu’il me rate. J’ai donc attendu qu’il me vise, il était en train de viser en disant :

« Sayonara jeune espionne ! »

Puis il a tiré, juste avant qu’il tire, j’ai fait un bond de côté sur une branche voisine. J’ai eu chaud, la balle me frôla la hanche en me laissant une petite égratignure qui ne me dérangea aucunement. La détonation résonna à travers toute la forêt. J’ai sauté 2 branches plus loin et ai bondi sur lui, il eut juste le temps de sortir son poignard tandis que moi je l’avais déjà en main, il tenta de projeter son couteau vers ma direction mais j’ai utilisé mes pieds pour le désarmer puis lui donner un coup de talon à la figure. Il fut étourdi et je planta mon couteau dans le ventre, il fut étouffé et s’effondra.

Peu de temps après il était mort. L’annonce vint peu de temps après :

« Ramus est mort, il ne reste donc que deux survivants, que la bataille finale commence ! »

Je savais que l’urgence nécessitait que je remonte dans un arbre, mais j’étais encore essoufflée par l’action que je venais de faire. Je venais de reprendre mon souffle quand un sifflement se fit entendre et une douleur éclata dans mon dos. Le dernier survivant venait d’arriver et m’a asséné un coup de poignard dans le dos. Le premier réflexe fut de reprendre mon poignard encore planté dans le corps de Ramus, mais je n’ai pas réussi à me relever, je me suis effondré au sol, j’étais en train de perdre conscience quand j’entendis une voix derrière moi qui a dit :

« Toujours vérifier ses arrières, c’est la règle d’or numéro 1 et il semblerait que tu l’aie oublié, tu payeras cher cette erreur. Dit-il en ricanant »


C’est alors que dans un suprême effort de volonté, je me suis retourné et ai planté mon poignard dans le ventre de mon adversaire qui fut totalement surpris, ses yeux s’écarquillaient tandis que je lui rétorquai :


« Et toi tu n’as pas respecté la seconde règle : ne jamais baisser sa garde, qu’elles qu’en soient les circonstances. »


Et il expira, je fis de même une seconde après. J’étais morte. L’épreuve était terminée, et de toute façon, le seul moyen de sortir de la simulation quantique qui exploitait le mécanisme des rêves était de mourir. Je me suis donc réveillée dans la salle où je me suis endormie. Le directeur du centre, Francis, qui était à son époque un des meilleurs espions de l’univers, mais il a maintenant mis un terme à sa carrière d’espion et dirige maintenant les opérations. Il m’a donc accueilli en me félicitant puis m’a dit :


« Félicitations agent Maria, vous avez terminé à la première place puisque vous êtes morte la dernière, et en plus vous êtes celles qui a tué le plus de vos adversaires, vous êtes donc reçue en tant que capitaine des espions, vous avez donc un grade supérieur à vos adversaires et serez convoquée pour toutes les missions les plus délicates. Je ne peux que vous féliciter !

– L’honneur est pour vous patron, vous avez su déceler le talent qui est en moi et me le développer. »


Capitaine des espions ! Je n’y arrivais pas à y croire, dans n’importe lequel de mes éventualités, je n’y avais jamais pensé, et c’est le grade qu’on m’a décernée, cela me permet de me rendre compte encore plus de mon talent, et me donne envie de le développer encore plus ! Je vais dévouer ma vie à la planète, afin de la débarrasser de son pire ennemi, qui impose son blocus : les pirates de l’espace, afin de permettre à notre peuple un nouveau départ, si jamais la légende autour du sauveur se révélait infondée, celle qui porte sur le héros à l’arc légendaire, celui qui porterait le nom de PioarMario, le Héros des Eléments !

A Suivre…


Dernière édition par Pioar le Ven 12 Fév - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 28 Sep - 2:31

"Le sang gicla et deux secondes plus tard, il était mort" Elle lui a pas tranché la gorge, elle l'avait coupé en deux *TG*

J'avais pas trop fait attention aux accord féminins alors lors du "poignardage" , je pensais que c'était Pioar *TG*


Bon intro, variation de couleurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Dim 24 Jan - 8:58

Chapitre 1

L’arrivée (pas) inaperçue


Pendant le voyage dans mon vaisseau spatial qui m’a permis de faire le voyage de la Terre jusqu’à Elémenta, j’ai pensé à tous ceux que je quittais temporairement, mais cela était nécessaire, je ne voulais pas être trop important sur Terre et faire écrouler tous les systèmes, je devais partir, rester aurait été bien pire encore… C’est à cela que je pensais pendant mon voyage. Elémenta était éloignée, mais grâce à la technologie de Steve qui permettait le dépassement de la vitesse de la lumière, j’y suis arrivé assez rapidement, en a peine une vingtaine de minutes.

Lorsque j’en ai approché, je suis sorti du mode hyperespace et je m’en suis approché à une vitesse raisonnable, lorsque je l’ai aperçue, j’ai immédiatement remarqué qu’une énorme flotte stationnait autour, Steve m’avait expliqué que c’était les pirates de l’espace qui faisaient un blocus autour d’Elémenta, pour tenter de l’affaiblir. La flotte était énorme, de là où j’étais, je voyais au minimum 1000 vaisseaux de guerre, et je me doutais bien qu’il y en avait bien plus, qui devait être arrimés à l’intérieur des vaisseaux.

Mon vaisseau paraissait minuscule par rapport à ce qu’il y avait en face, mais j’avais un avantage indéniable si je voulais passer cela : ma différence de taille me permettait d’esquiver les tirs alors que eux en face, non. Tandis que je m’approchais, les vaisseaux d’en face ne cessèrent de m’envoyer des avertissements, me sommant de rebrousser chemin. Bien sûr, j’ignorais ces avertissements qui ne me faisaient aucunement peur, ils m’encourageaient au contraire à vouloir passer.

Les avertissements redoublèrent, que j’ignorais toujours, c’est alors que l’un d’eux me dit :
« Vous avez franchi la ligne de sécurité, vous êtes donc perçu comme une menace et les pilotes ont reçu la permission de tirer. » C’est alors que je raillai : « Sans blague, depuis quand on donne une permission pour tirer à des tireurs ? »

J’ai alors accéléré, tandis que les canons lasers commençaient à m’envoyer des salves sur moi, je devais bouger en permanence pour pas qu’ils me touchent, tandis que les canons lasers me pilonnaient, des chasseurs commençaient à sortir des vaisseaux et à me prendre pour cible. Heureusement, bien que mon vaisseau était un peu comme un chasseur, il n’en était pas pour autant un, car, déjà il était 4 fois plus gros qu’un chasseur, mais restait minuscule par rapport aux autres vaisseaux d’en face, et aussi il avait des armes installées de sorte qu’on puisse tirer dans n’importe quelle direction, y compris à l’arrière.

Dernièrement, elles étaient bien plus puissantes que des chasseurs des pirates de l’espace car la technologie d’Elémenta est en avance par rapport à eux, donc je ne craignais rien. J’ai donc activé les canons qui tiraient vers l’arrière, et c’est alors que des chasseurs ont commencé à exploser derrière moi. L’un après l’autre ils étaient détruits tandis que je m’approchais de plus en plus d’Elémenta. C’est alors que les ordinateurs de bord m’ont signalé que je rentrais dans l’atmosphère.

Je devais donc ralentir si je voulais que mon vaisseau ne chauffe pas trop, mais j’étais encore ciblé par les canons laser des croiseurs ennemis, il fallait donc que je conserve ma vitesse, tandis que les chasseurs ennemis continuaient à me pourchasser et que je les détruisais à la chaîne, pas solide ces machins-là… Je continuais ma rentrée dans l’atmosphère à une vitesse peu recommandée, c’est alors que j’ai vu que les chasseurs rebroussaient chemin mais que les croiseurs continuaient à me tirer dessus.

Soudain, je vis, devant moi, 2 vaisseaux qui venaient à ma rencontre. Venaient-ils m’escorter ou m’attaquer ? Je devais attendre qu’ils aient montré leurs intentions. Je les vis me dépasser, faire demi-tour et se ranger à côté de moi, ils venaient donc m’escorter, c’est alors que je remarquais qu’ils généraient un bouclier mobile derrière moi qui contrait les tirs des croiseurs, qui cessèrent donc. Un des pilotes m’envoya donc un message :
« Tu devrais ralentir, étranger, sinon tu vas griller entièrement, de toute façon, tu es hors de danger, puisque nous te protégeons. »

Je tenus compte de la remarque du pilote et décéléra progressivement, il était temps ! Le vaisseau commençait à chauffer. On poursuivit donc notre rentrée dans l’atmosphère et finirent par franchir les nuages qui entouraient complètement la planète. C’est alors que la planète entière se dévoila devant mes yeux, c’était magnifique, c’était comme si la nature avait pris le contrôle de la planète, je ne voyais aucune trace de construction artificielle.

Lorsque je me suis approché, c’est alors que je me suis rendu compte que les constructions avaient été faites en harmonie avec la nature, les bâtiments étaient un mélange de métal qui était très peu visible, et de végétal qui dominait tous les autres éléments, cette première impression me fit naître une profonde admiration pour ce peuple qui avait réussi l’harmonie avec la nature. C’est alors que je me suis rendu compte de la taille de la ville qui se dévoilait, elle était immense, je n’en voyais pas la fin, elle s’étalait devant moi, à l’infini, elle devait être d’une taille démesurée.

On s’approcha donc de la piste d’atterrissage qui était quasiment désert, je commençais à prendre conscience que
le blocus avait dû modifier les manières de vivre des personnes, car je pense que normalement, cela devrait être aussi animé qu’un aéroport terrestre, or, là, il n’y avait aucune activité. Je me suis donc posé dans un hangar à vaisseau qui, lui était rempli de vaisseaux, sans doute civils mais cloués au sol car dans l’impossibilité de franchir le blocus.

J’ai donc arrêté les réacteurs du vaisseau et ai remarqué que mon escorte faisait demi-tour. Je suis donc sorti de mon vaisseau et ai tout de suite remarqué que l’atmosphère de la planète me permettait de respirer, j’en étais pas gêné. C’est alors qu’une dizaine de personnes vinrent à ma rencontre, mais comme je ne savais pas comment réagiraient les gens s’ils découvraient tout de suite que j’étais le Héros des Eléments, j’ai pris ma forme normale.

Les personnes étaient vêtues de robes, un peu comme des avocats, mais plus… diplomatique. Ils m’ont donc parlé et on a commencé l’échange :
« Bienvenue étranger, tu es le premier à réussir à franchir le blocus des pirates de l’espace depuis 2 ans, tu es donc notre premier visiteur depuis ce laps de temps, notre roi souhaite d’ailleurs te rencontrer en personne.

– Merci, c’est très aimable à vous de vous inquiéter de moi, je serais très honoré de rencontrer votre dirigeant, répliquas-je aimablement.

– Suivez-nous alors, poursuivit l’envoyé, nous allons vous accompagner »

Nous avons donc mis fin à la conversation et je les ai suivis, nous sommes sorti de « l’aéroport » et avons embarqué dans une sorte de taxi en lévitation. J’ai donc profité du trajet pour observer plus en détail la ville, qui était magnifique, chaque bâtiment était unique et avait une forme végétale, tout a été bâti dans le moindre détail, donnant un véritable caractère à cette cité, j’étais émerveillé par la beauté de la ville, j’étais plongé dans cette contemplation quand l’envoyé diplomatique me sorti de ma torpeur : « Excusez-nous de vous déranger étranger, mais nous aimerions bien connaître votre provenance, de quelle planète venez-vous ?

– Je ne sais pas quel nom vous lui avez attribué, répondis-je, mais nos habitants la nomment « Terre »

– La planète X987B ? Nous savons qu’elle est habitable mais nous ne savions pas qu’une forme de vie intelligente y demeurait. Décrivez-la moi plus en détail pour confirmer que c’est bien celle-là.

– Eh bien, cette planète est aussi appelée « la planète bleue » par ses habitants, elle compte 5 océans, 3 continents si on excepte le pôle Sud et qu’on considère l’Australie comme un continent entier, il y a une mer intérieure qui est bordé par un détroit à l’intérieur du plus grand continent, les deux continents on chacun un bras de terre qui sépare les 2 mers, mais qui n’est pas très large, et elle a une Lune.

– Attendez… Vous êtes sûr de votre description ?

– J’y suis né et y ai vécu, j’ai donc bien eu le temps d’apprendre les cartes…

– Si on me le confirme, il ne s’agit donc pas de la planète X987B, mais de la planète que nous avons baptisée « Espérance » car une de nos légendes y touche de très près.

– Je n’en avais pas connaissance… »

Nous avons mis fin ici la conversation car je voyais les envoyés diplomatiques en train de discuter entre eux, auraient-ils des soupçons sur mon identité ? Je ne l’espère pas, je ne voudrais pas recréer ce qui s’est passé sur Terre, et ce pourquoi je l’ai quittée. C’est alors que le taxi s’arrêta devant un bâtiment gigantesque que je n’avais pas remarqué lors de mon arrivée et qui était… Majestueux, l’envoyé me confirma que c’était bien ce que je pensais, c’était le palais royal.

Nous sommes alors descendus et sommes rentrés dans le bâtiment, qui déjà de l’extérieur grouillait de gardes, mais je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer que beaucoup de monde en entrait et sortait, ils avaient l’air d’être tous de différentes classes sociales mais avaient néanmoins une sorte de ressemblance entre eux… L’intérieur était richement décoré, orné de décorations qui rappelaient tous la nature et l’harmonie avec celle-ci de la planète, on est montés dans un ascenseur et sommes allés jusqu’au dernier étage.

J’étais quand même un peu stressé, j’allais quand même rencontrer le dirigeant de la planète, qui avait bien plus de pouvoir que n’importe lequel des dirigeants sur Terre. Mais j’étais quand même curieux de savoir à quoi ressemblait ce personnage… C’est alors que je remarquais une femme qui est entrée dans la « salle d’attente » et qui s’est installée à côté de moi, je ne pouvais pas m’empêcher d’être intimidée par celle-ci. C’est alors que la porte s’ouvra, découvrant une personne qui était parfaitement habillée, qui ne portait pas de robe mais une sorte de costume-cravate sans cravate et qui avait une harmonie de couleur qui rappelait celle de la nature, il avait un nez à bec d’aigle et des yeux aquilins qui étaient d’un bleu profond, sa taille était moyenne et il était chauve.

C’était un personnage qui était fait pour être admiré, j’ai alors remarqué que tout le monde dans la salle s’était levé et incliné devant lui, je fis donc de même et lorsque je me suis redressé, le roi m’a invité à venir et la femme qui s’était installée à côté de moi me suivit, je me suis donc installé dans un fauteuil qui était très confortable, tandis que la femme qui était rentrée avec moi se mit debout dans un des coins de la pièce.

Le roi commença donc la conversation :
« Bienvenue étranger, j’ai donc appris que tu venais de la planète Espérance avec ton vaisseau, j’aurais aimé te rencontrer dans d’autres circonstances, mais comme tu vois, nous avons des ennuis avec les ennemis que tu as vu autour de notre planète. Il serait malpoli que nous discutions sans nous présenter, je m’appelle Fred et je suis le roi de cette planète.

– Moi je m’appelle Pierre et je viens de la planète Terre, répliquas-je à l’invitation du roi »

J’ai décidé de prendre un autre nom que mon vrai nom, je ne voulais pas qu’ils sachent tout de suite qui je suis réellement, je voulais d’abord voir s’il y avait un danger de recréer ce qui s’était passé sur Terre. Il n’y eut donc pas de réaction particulière du roi, ni de la femme qui était dans la pièce, le roi enchaîna donc sur un autre sujet : « La technologie de ton vaisseau ressemble étrangement à la nôtre, est-ce ceux de ta planète qui l’ont réalisé ?

– Non, notre technologie est en retard par rapport à la vôtre, c’est justement l’un des vôtres qui a fui qui l’a réalisé. »

Cette fois-ci, le roi et la femme furent tous deux surpris, mais cette surprise touchait très profondément le roi, comme si elle semblait le rassurer, comme s’il était lié à Steve, j’ai même remarqué une larme qui coulait sur sa joue. J’ai donc attendu que celui-ci se remette de ses émotions pour répondre à une autre de ses questions, ce qu’il fit peu de temps après : « Vous dites donc que c’est l’un des nôtres qui a réalisé ce vaisseau spatial ? Pourrais-je connaître son nom ?

– Son nom est Steve, pourquoi ? Vous le connaissez ?

– Oh que oui je le connais… Steve… Est mon fils. »

Ce fut à mon tour d’être surpris cette fois, Steve, un prince !? Je ne l’aurais jamais imaginé jusqu’à présent, et maintenant que je l’apprends… Il avait toujours été assez discret sur son passé à Elémenta, je comprends maintenant pourquoi, il devait sans doute avoir peur de me détourner de ma tâche.

Je commençais aussi à me dire que, peut-être, peut-être je pouvais dévoiler ma véritable identité, qu’il n’y avait aucun risque à le faire ici, mais je devais en être totalement sûr, je n’avais pas le droit à l’erreur. Il poursuivit son questionnaire, mais cette fois-ci avec une question qui m’a étonné :
« Vous venez donc de la planète que nous appelons « Espérance », vous voulez que je vous explique pourquoi nous l’avons appelée ainsi ?

– Cela m’intéresserait en effet.

– Comme vous l’avez sûrement remarqué, nous subissons le blocus des pirates de l’espace, nous estimons que nos forces sont à peu près égales, mais nous ne pouvons pas nous laisser au hasard, ainsi nous attendons le moment propice où nous serions sûr de prendre l’avantage. Mais nous avons aussi placé nos espoirs dans une vieille légende, que je vous raconterais plus en détail un autre jour, ainsi vais-je vous résumer : nous attendons la venue d’un sauveur qui proviendrait de la planète d’où vous venez, un être nommé PioarMario et qui porterait le titre d’Héros des Eléments.

« Celui-ci aurait le pouvoir d’anéantir la flotte ennemie en un seul coup, ainsi attendons-nous sa venue, je vais donc vous poser cette question : connaissez-vous PioarMario ? Est-il apparu sur votre planète ?

– Je vais vous reprendre franchement : oui, il est apparu sur notre planète, mais il y a quelques jours, il a disparu soudainement, et personne ne sait où il se trouve, je ne puis donc vous aider plus à ce sujet, mais il y a un sujet qui me turlupine : votre peuple, voue-t-il une adoration sans limite à ce sauveur ?

– Je le pense, cette croyance est ancrée profondément dans l’esprit de tous, et je pense que tous attendent sa venue, il serait presque un dieu pour nous… »

Cette réponse du roi m’a inquiété, les risques que ça se reproduisent me faisaient peur, il fallait que j’entre en contact avec la population afin d’en être sûr. Mais je voulais d’abord demander plus d’informations avec le roi : « Je comprends… Je soupçonne qu’il ait disparu de chez nous car notre population s’est unifiée auprès de lui et le considère maintenant comme un dieu, cela a dû lui faire peur et il a fui. Je ne pense pas qu’il apprécierait que ça se reproduise ici.

– Je comprends aussi, le pouvoir est ce que recherchent certaines personnes, alors que d’autres l’aberrent, mais je pense qu’il pourrait que ça ne se reproduisent pas ici, les gens le comprendraient et ne voudraient pas qu’il parte. Personne ne le voudrait… Le roi fut pensif un moment puis conclut, nous avons terminé avec cet entretien, je vais ordonner qu’on vous assigne un logement pour vous accueillir le temps de votre séjour ici et je vous recontacterais lorsque je voudrais à nouveau converser avec vous, vous êtes aussi libre de venir lorsque vous en avez envie, ça a été un plaisir pour moi de vous accueillir.

– Pour moi aussi. Merci beaucoup pour l’accueil que vous me faites. »

Je me suis donc levé et un valet est entré dans la salle pour m’accompagner à mon logement. Je pense que je vais rester un moment sur cette planète…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 25 Jan - 3:27

Ho ho ho, une légère confusion chez Pioar. Où il apprend quelques révélations et où les habitants le considèrent comme un dieu.
Normal qu'il soit une légende, il a le nom "Mario" en lui *TG*


La planète terre a un autre nom chez ces habitants? Il doit avoir mauvaise réputation et avoir un nom clash genre déchet ou planète bru-

"La planète X987B/Espérance" close enough

Bonne suite, rempli d'un petit peu de suspense. J'ai juste besoin de savoir si Pioar est humain ou dragon dans cet épisode. Je pense pas qu'un dragon entre dans un vaisseau, mais je veux être sûr /PAN/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Luigiteckel
Stalkeuse de Chat Bleu
Stalkeuse de Chat Bleu
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Dans un drôle d'endroit avec des champignons qui parlent, une fan de peluches, une flaque d'eau perverses et une chèvre (bien trop riche)

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 31 Aoû - 1:39

Voilà, j'ai tout lu, s'ils ne me donnent pas mon bac avec la mention "Excellent " je comprends pas.

Clésé n'est pas mort <3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mar 6 Sep - 19:28

Oui, 2 épisodes d'un coup, j'ai décidé de poster tant que j'avais envie, car je sais pas quand l'occasion se représentera... dans 6 mois ?
Bon bonne lecture

Chapitre 2

Recherche d’informations


Tandis que l’étranger sortait, le roi m’invita à m’approcher de lui, je m’exécutai donc et il me fit part de ses impressions : « J’ai comme un doute Maria… Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression qu’il n’est pas ce qu’il prétend être, aurait-il peur ?

– J’ai eu cette impression aussi, et je pense que cela est causé par ce qu’il a raconté, notamment sur l’idolâtrie sur le héros sur sa planète, est-ce ce qui le retient ? Je le pense, il m’a l’air de vouloir la paix et l’équilibre en tout cas… Peut-être est-il le héros, mais peut-être nous trompons-nous aussi. Toujours est-il qu’il faut qu’on en ait le cœur net.

– Je suis d’accord avec toi Maria, je te confie donc cette mission : espionne-le, surveille-le, recherche des informations sur lui, et préviens-moi lorsque tu seras sûr de son identité.

– A vos ordres messire. Je ferais du mieux que je peux.

– Je compte sur toi, tu es notre meilleur élément. »

Il me donna encore quelques recommandations puis je suis sorti, lorsque les portes se refermèrent derrière moi, un valet m’a tendu un rouleau de papier, je l’ai déroulé, il était inscrit dessus là où avait été logé l’étranger. Je l’ai donc enroulé et l’ai placé dans une des poches de ma robe. Ils l’avaient installé dans un bâtiment face à ma résidence… Je savais donc ce qui me restait à faire. Je suis rentrée chez moi, via un téléporteur du palais, que j’ai aussitôt verrouillé lorsque je suis arrivé.

Puis je me suis changée, cette robe était juste pour avoir une tenue convenable chez le roi, mais je me sens mieux lorsque je suis dans ma tenue de travail, avec tous mes équipements. Je me suis donc approchée de ma fenêtre, que j’ai aussitôt assombrie du côté extérieur, pour qu’on ne puisse pas voir à l’intérieur de mon appartement. Et j’ai appuyé sur un bouton qui avait pour effet de dévoiler une pièce cachée où était installé tout mon équipement : armes, lunettes grossissantes, mouchards, etc.

J’ai sorti une caméra à zoom et un petit fusil, ce dernier permettait de tirer un mouchard aussi petit qu’une épingle et qui permettait d’écouter à l’intérieur d’un bâtiment même à travers les murs. Tandis que la caméra me permettait de pouvoir voir à l’intérieur même si la personne d’en face à « assombri » ses fenêtres. Privilège d’espionne. M’approchant d’une des fenêtres, je l’ai ouverte à peine afin de pouvoir tirer le mouchard sur l’appartement de l’étranger.

Ayant fermé la fenêtre, il ne me restait donc plus qu’à appuyer sur un bouton afin de mettre la caméra en route. Tout était prêt, maintenant, je savais toutes les actions de l’étranger, il ne me restait donc plus qu’à attendre sa venue. Il arriva peu de temps après, et il explora donc son appartement, pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Son exploration finie, il s’installa sur un fauteuil et sorti une sorte de petite radio de sa poche. Il la mit en route, et semblait attendre que son interlocuteur réponde, pendant ce temps, j’en profitais pour mettre mes écouteurs afin d’entendre ce qu’il dit :

– Steve ? Steve ? Tu es là ?

– Oui je suis là PioarMario, répondit son interlocuteur, je te reçois 5 sur 5.

– Elle est super ta radio, commenta PioarMario, on peut communiquer même si des années-lumière nous séparent…

– C’est normal, répondit Steve, notre technologie est en avance sur la vôtre tu sais. Sinon, comment ça se passe sur Elémenta, tu es arrivé à bon port ?

– Oui, confirma PioarMario avec un peu d’enthousiasme, j’ai réussi à franchir leur blocus et je suis maintenant sur ta planète, le roi m’a reçu, et on a discuté ensemble. Et sur Terre, que se passe-t-il ? Aucune amélioration ?

– Aucune amélioration en effet, répondit Steve, avec un peu de regret dans sa voix, ça prendra du temps je pense avant que la situation revienne à la normale. Tu as parlé avec le roi ?

– Oui, j’ai discuté avec lui, et… il fit une pause, sûrement pour trouver les mots, je ne savais pas que t’étais son fils… Pourquoi m’as-tu caché cela ?

– Je ne voyais pas d’utilité à le faire, tenta de raisonner Steve, visiblement un peu surpris par la question, je te prie de m’excuser, mais, tu sais… Je me sens plus venir de Terre que d’Elémenta, là-bas, j’ai l’impression que quelque chose a changé. Et sinon, tu leur as tout dit ?

– Non, il faut que j’attende un peu… il marqua une pause, et poursuivit avec une voix visiblement chargée d’inquiétude. J’ai peur pour l’instant…

– Je comprends. Je vais bientôt devoir te laisser, je dois donc te dire une dernière chose : fais attention aux espions, il ajouta ensuite, comme une mise en garde, je pense qu’on t’espionne même en ce moment, aussi te demande-je d’ouvrir l’œil, et le bon.

– Tu sais que personne ne vois mieux que moi, semble-t-il ironiser.

– Coquin va, le taquina Steve, allez, bonne chance !

Le destinataire a raccroché, j’en aurais appris des choses lors de cette conversation ! Déjà, le fait que l’étranger nous aie pas dit son vrai nom, il s’appelait en réalité PioarMario, le même nom que celui du héros ! Mais si je voulais prouver au roi que c’était bien lui, il me fallait apporter d’autres preuves, car il estimerait sans doute cela insuffisant, j’ai donc archivé l’enregistrement afin de le conserver.

Ceci fait je regardais dans la caméra pour vérifier s’il ne laissait pas d’autres indices par son comportement, mais tout avait l’air normal, il ne faisait que regarder par la fenêtre, examinant le bâtiment où je me postais, c’est alors que lorsqu’il posa ses yeux sur ma fenêtre que je me raidis. Allait-il me voir où l’opacité des fenêtres l’empêcheraient de me distinguer ? Je décidais quand même de ne pas bouger afin de ne pas faire de mouvement qui attirerait l’attention. Il fixa quelques instants la fenêtre, et j’ai juste pu surprendre un sourire avant qu’il ne s’éloigne de la fenêtre.

Ce sourire me donna des doutes… M’avait-il vraiment vu ou se réjouissait-il de l’architecture du bâtiment ? Je penchais plus pour la première hypothèse même si je doutais un peu. Je décidais quand même de conserver le moment où il fixait ma fenêtre et son sourire furtif comme preuve. Je vis alors qu’il quittait le bâtiment et décidais donc de sortir à mon tour afin de le suivre et de savoir où il se rendait.

Il pouvait quand même se promener librement dans la foule, d’abord parce qu’il a l’air d’être de la même espèce que nous, et de plus, peu de monde ont remarqué son atterrissage de tout à l’heure, et comme son vaisseau est fait de la même technologie que la nôtre, les personnes auront pris cela pour une patrouille ou un exercice.

Il sortit donc de son bâtiment tandis que moi j’activais le camouflage de mes vêtements, qui les changeaient en vêtements civils, ce qui me permettait de me fondre dans la foule. Lorsque je sortis du bâtiment, je veillais à laisser de la distance entre moi et lui afin qu’il ne me remarque pas.

Je ne savais pas la raison pour laquelle il est sorti, peut-être qu’il cherche un endroit discret, où j’aurais des difficultés à l’espionner, ou alors il voulait juste visiter la ville. Il fallait donc que je le suive pour en avoir le cœur net. Il continuait à marcher, regardant par les vitrines ce qui était exposé à l’intérieur des magasins.

C’est alors qu’une information radio retentit dans la ville, comme c’était la coutume au milieu de la journée :
« Mesdames et Messieurs, Bonjour, ici Côme votre présentateur, présent pour vous présenter les derniers événements de la journée. Tout d’abord, nous vous rappelons que cela fait donc aujourd’hui 3 ans jour pour jour que les pirates de l’espace nous imposent leur blocus. Ils croient que cela nous affaiblit, mais c’est tout le contraire !

« Cela nous donne toujours plus de ressentiments pour eux et nous donne la volonté qu’il nous faut pour résister. Nous avons la chance que notre planète dispose de tous les éléments pour pouvoir construire des défenses et entretenir notre armée. Nous les vaincrons donc un jour ou l’autre, ayez confiance ! A ce propos j’ai appris que ce matin, un vaisseau d’un châssis de nouveau genre a atterri sur l’astroport, escorté par 2 vaisseaux-boucliers, la technologie est la nôtre, mais le design du vaisseau est novateur, l’armée aurait-elle construit des prototypes ?

« Elle n’a pas voulu communiquer sur cette information, toujours est-il que nous recevons du coup de la puissance de feu contre les pirates. Et je veux donc transformer ce vaisseau en symbole d’espoir, l’espoir de vivre à nouveau libres et délivrés, afin que nous ne perdions jamais confiance en notre peuple ! Vive notre peuple, vive le roi, et vive Elémenta ! C’était Côme, pour l’information de mi-journée. »

Le bulletin radio m’a donc appris que les gens savent donc qu’il y a des changements, j’espérais donc que cela ne découragerait pas notre visiteur. Mais lorsque je le regardais, il me paraissait ravi du bulletin, comme si cela avait levé des doutes chez lui. Il est vrai que dans le bulletin on n’ait pas parlé de la légende, il doit donc penser que cette légende n’est pas si idolâtrée qu’il ne le pense, et je pense aussi que c’est vrai.

Notre peuple le considèrerait comme un sauveur, mais pas pour un Dieu, ni même pour un prophète ! Ils savent ce qui est bon pour lui, et qu’il ne faut pas le mettre mal à l’aise, ils le respecteraient mais ne donneraient pas leur vie pour le rencontrer. C’est cela qu’il faut lui prouver pour le mettre en confiance. Tandis que je continuais donc à le suivre, je réfléchissais au moyen de lever ses doutes.

J’ai remarqué qu’il regardait souvent dans les vitrines, et je ne me préoccupais pas de ce détail, mais je ne pensais pas au caractère réfléchissant des vitres à ce moment-là, c’est alors qu’il tourna dans une ruelle déserte. Je m’efforçais donc de garder mon calme et de ne pas forcer l’allure, et je tournais donc à mon tour dans cette ruelle, et c’est alors qu’il m’a attrapée et tirée vers lui. J’ai failli lâcher un cri mais je parvins à me contenir à temps. C’est alors qu’il me parla :

« Je me doutais bien qu’on m’espionnait, parla-t’il, Steve m’avait bien prévenu, et j’avais remarqué ta silhouette par ta fenêtre, mais je ne me doutais pas que c’était toi, la femme qui était avec le roi dans la salle de réception ! »

Il m’avait donc bien repérée…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mar 6 Sep - 19:33

Chapitre 3

Légendes et vérité


C’était donc bien elle qui me suivait, et c’était donc elle qui me surveillait dans l’immeuble en face. Je voyais bien qu’elle était habile et qu’elle avait pour mission de me suivre, mais il est temps que je raconte tout à quelqu’un, et pourquoi pas à la personne qui avait donc découvert la moitié de la vérité ?

– Comment as-tu su me distinguer parmi les autres personnes de la foule que je te suivais ?

Elle disait cela avec l’air de réclamer des explications.

– Oh ce n’était pas difficile, comme je ne pouvais pas regarder en arrière pour ne pas t’éveiller les soupçons, je regardais par les vitrines, cela me permettait de voir derrière moi. Tu es une bonne espionne, mais il ne faut pas me sous-estimer, j’ai été à bonne école moi aussi.

Je dis cela avec assurance, comme si j’étais sûr de moi. C’est alors que je me suis dit que ce n’était pas un endroit convenable pour parler, je lui proposai donc de retourner à mon appartement, afin de lui expliquer qui je suis et quelles sont les motifs de ma venue. Elle accepta volontiers, mais avec une voix de ressentiment intérieur, comme si elle se reprochait de ne pas avoir été assez discrète. On sortit de la ruelle, elle me suivit donc jusqu’à mon appartement, je fermais la porte et assombrissait les fenêtres. Une fois m’être assuré que personne ne pouvait nous voir ou entendre, je commençais à lui parler.

– Tu sais sans doute d’où je viens ? C’est-à-dire de cette planète que vous baptisez « Espérance », mais que nous nous appelons « Terre ». Il y a bien une forme de vie sur cette planète, je pense que c’est la même que la vôtre, les nôtres se sont désignés « Humains », mais je ne sais pas comment vous vous appelez. Steve est donc venu sur notre planète, espérant trouver votre Héros de la Légende, et c’est alors qu’il m’a trouvé. Je correspondais parfaitement à la description, et il m’a aidé. Il m’a entraîné et a développé mes capacités physiques jusqu’au jour où les pirates de l’espace ont débarqué chez nous. Lors de l’attaque, je ne sais pas pourquoi, j’ai ressenti un immense pouvoir et je me suis transformé, j’ai tiré une flèche, et après ils ont disparu. Voilà comment j’ai découvert mon pouvoir.

– Je comprends… Mais pourquoi as-tu quitté ta planète ?

– Il y a deux raisons à cela : la première, c’est que Steve m’a informé de la dangerosité de votre situation, mais c’est surtout à cause de la deuxième que je me suis décidé à venir. Lors d’une de mes missions sur Terre, elle a eu un tel retentissement que la planète toute entière me considérait comme une… divinité. Ce culte m’a fait peur, et j’ai décidé de partir.
6633]– Je voulais te prévenir que tu ne serais pas considéré comme cela ici. Nous te considérons comme un sauveur, rien de plus, nous savons que tu n’es pas une divinité, et que tu n’apprécierais pas cette position. N’ait aucune crainte, tu seras considéré de la façon dont tu voudras ici…

– Merci… Je sais maintenant ce qu’il faut faire. Il faut que j’aille voir le roi et me présenter sous ma vraie condition.

– Aie confiance, tout ira bien, il faut que tu nous aides. On a tous besoin de toi…

– Tu as raison, j’avais tort d’avoir peur, j’ai négligé mon devoir premier : protéger ceux qui n’ont pas la possibilité de se protéger. Il faut qu’on y aille, que je remplisse mon devoir. »

Après avoir prononcé ces paroles, qui m’engageaient à un devoir, je me levais de mon fauteuil, et on décida de sortir tous les deux, ensemble. Je savais qu’elle m’accompagnait afin de remplir son devoir de garde du corps, mais je ne pus m’empêcher d’être un peu troublé par sa présence… Une voiture qu’elle avait demandée arriva en bas de l’immeuble, nous accueilli, et nous déposa devant le palais. Elle m’accompagna jusqu’à la salle de réception, où un majordome nous accompagna jusqu’au roi. On entra donc ensemble dans la salle de discussion, où le roi était en train d’attendre. Je m’assis dans un fauteuil, tandis que l’espionne s’installa au même coin du mur que la dernière fois. C’est ainsi que le roi commença à me parler.

– Bienvenue Pierre, ou devrais-je dire, PioarMario, d’après ce que Maria m’a dit… Présente-toi à moi, et explique-nous ta venue.

– En effet, Maria l’a bien découvert, je m’appelle bien PioarMario. Et je suis le Héros des Eléments que vous attendiez. Il fallait que je vous le dise. Je viens donc de la planète Terre dans le but de vous aider à combattre les pirates de l’espace. Je suis désolé de ne pas m’être présenté dès le début, mais j’avais peur d’être considéré comme une idole.

– Nous le comprenons PioarMario, moi aussi, ce n’est pas ce que je souhaite, mais tu peux te révéler sans crainte, pour l’instant, tant que tu le voudras, ton arrivée et ton identité restera secrète. C’est moi qui dois m’excuser d’avoir ordonné de t’espionner, comprends-tu, nous sommes prudent avec le blocus des pirates.

– Ne vous inquiétez pas, et en plus, c’est ce qui m’a un peu poussé à me révéler à vous. Il faut maintenant que je me révèle dans ma véritable forme, comme il se doit.

C’est alors que je me levai du fauteuil, m’éloignant vers le centre de la pièce. Je regardais le roi et Maria en face, et, prenant une inspiration, je me suis donc transformé dans ma forme de Héros des Eléments, gagnant en taille, et changeant de vêtements. A la fin de ma transformation, je fis apparaître mon arc et mon carquois. J’étais redevenu le Héros des Eléments. Je me rapprochais donc du roi, qui était en train de m’examiner détail par détail, mais quand son regard tomba sur mon arc, je vis son air surpris. Il me parla donc :

– Cet arc… Il était conservé ici il y a quelque temps. Un jour il disparut brusquement, nous ne savions pourquoi, et nous fûmes effrayés ce jour-là. Je suis soulagé de constater qu’il est maintenant en ta possession. Nous y étions très attachés car cet arc est la seule relique que nous ayons du dernier Héros des Eléments, qui a fait régner son ordre mille ans auparavant. Il nous a apporté la paix et la prospérité, cheminant à travers l’univers pour aider les peuples dans le besoin.

– Vous êtes en train de me dire qu’il y a eu un autre avant moi ?

– Pas qu’un. Tous les mille ans, un nouveau héros apparaît. Nul ne sait d’où vient cet arc, mais il a traversé les âges. Le dernier héros est apparu chez nous, il nous a apporté une grande renommée, car c’est un immense honneur de donner naissance à un héros. Il a vécu 250 ans, on dit que les héros sont immortels, car ils ne vieillissent pas, ils sont seulement affectés par les blessures de la chair. C’est ce qui est arrivé. Lors d’une de ses missions, qui était extrêmement dangereuse, un ennemi l’a tué. Il a réussi à trouver une faille chez lui, et l’a exploitée totalement. Des âges sombres sont arrivés après, car c’est peu de temps après que les pirates de l’espace on fait leur apparition.

– Comment ça se fait qu’ils ne soient pas arrivés plus tôt alors si ça fait sept cent cinquante ans qu’ils existent ?

– Ils sont apparus dans une contrée désolée de l’univers, il leur a fallu du temps avant de venir à nous, et aujourd’hui nous en subissons les effets. Avant, on avait peu de chances de survivre à leur blocus. Mais maintenant… Maintenant que tu es ici, je pense que la victoire est nôtre, encore faut-il que tu trouves le pouvoir suprême qui permettra de les anéantir d’un seul coup.

Je fus surpris à cette phrase, car je savais exactement de quoi il parlait : la flèche arc-en-ciel, qui permet d’éradiquer le mal sur une planète. Je tentais donc d’en savoir plus à ce sujet.

– Ce pouvoir dont vous parlez… J’en ai ressenti les effets, et je l’ai utilisé à deux reprises sur ma planète. Mais je voudrais d’abord en savoir plus à son sujet.

– Ce pouvoir est un objet comme tu l’as déjà vu. Il n’est visible que par toi, et est indétectable. On ne sait d’où ces flèches viennent, mais toujours est-il que certaines ont atterri sur des planètes, dont ici. Malheureusement, le dernier héros à, semble-t-il, trouvé toutes celles trouvables en surface. Si tu veux en trouver une, je pense qu’il te faudra chercher.

– Je vois… j’essayerais de la trouver, afin de vous aider, je suis totalement résolu à ne pas vous laisser dans cette situation !

– Ton cœur est bon PioarMario, tu sais qui aider. Tu seras apprécié ici, et on compte tous sur toi pour nous délivrer de cet ennemi. Je pense que nous devrions arrêter ici, tu dois voir certaines choses sur notre planète demain, et je pense que tu dois méditer à tout ce que je t’ai dit. J’ai demandé à changer ton logement, on t’a préparé une chambre ici, au palais. De cette façon, tu te sentiras à l’aise.

– Merci pour votre accueil. Je souhaite vous dire quelque chose avant, afin de mettre les choses au clair : sur ma planète, je me suis imposé un code : ne tuer quiconque que ce soit. Je veillerais à respecter cette règle ici.

– Tu fais comme les anciens héros, eux aussi s’imposaient ce code, mais tôt ou tard, ce code était toujours brisé, car le destin l’y obligeait, et tu devras l’abandonner quoi qu’il en coûte.

Cette révélation m’effraya, pourquoi tuerais-je quelqu’un ? Je secouais la tête pour sortir cette idée de mon esprit, et repris ma forme normale, tandis que je dis au revoir au roi et que je sortais de la salle. Une fois sorti, un majordome me guida jusqu’à ma chambre et m’expliqua le fonctionnement des objets. Tandis qu’il sortait, je voyais l’étoile de la planète se coucher, et tandis que le ciel s’assombrissait, je m’allongeais sur le lit et m’endormit paisiblement. J’allais avoir beaucoup de travail ici…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Jeu 8 Sep - 18:40

Chapitre 4
[/color]
Les merveilles d’Elémenta


Je me suis réveillé le lendemain matin, dans la chambre du palais qu’on m’avait assigné la veille, j’avais donc vu le roi, me suis révélé sous ma vraie forme, et ainsi, montré que j’étais prêt à aider le peuple à se libérer du joug des pirates de l’espace. On allait bientôt me chercher, je le savais car le roi m’avait fixé une heure de rendez-vous, afin de visiter la planète et de voir ce qui était important de savoir sur celle-ci. Je m’habillais donc avec les mêmes vêtements que la veille, on est passé me les prendre pendant la nuit pour les laver, je fis donc un brin de toilette et je sortis donc de ma chambre.

Un majordome m’attendait à côté de ma porte, il me guida donc jusqu’à une sorte d’héliport, où le roi et Maria m’attendaient déjà. Une fois que le majordome nous a quittés, le roi m’expliqua donc le but de la journée.

– PioarMario, je vais donc te montrer notre planète et t’expliquer ce que tu as à savoir dessus. Cela te permettra donc de comprendre l’enjeu de notre bataille contre les pirates de l’espace, et pourquoi nous voulons protéger notre planète. Je vais d’abord te montrer l’ensemble de notre flotte, afin que tu comprennes que nous ne serions pas complètement démunis en cas d’une attaque pirate.

– Je comprends… En effet, j’ai besoin d’étudier la planète et voir si je peux préparer un plan B au cas où je ne trouverais pas la source de mon pouvoir.

– Tu as raison, il faut nous préparer à toute éventualité, allons-y du coup.

On monta donc dans le vaisseau de transport, qui apparemment avait été conçu pour faire du surplace mais qui semblait néanmoins aller vite. L’aéronef décolla donc et prit donc de la hauteur, tandis que le roi m’expliquait le fonctionnement de la capitale. Je m’émerveillais lors de la description, écoutant comment les Elémentiens ont voulu ne faire qu’un avec la nature, par quel moyen ils ont surmonté leur division pour construire une société et un gouvernement juste et libre pour tous. Puis on arrêta de survoler la capitale et nous nous sommes dirigés vers l’ouest, tandis que l’aéronef fut piloté par Maria, le roi m’expliqua qu’Elémenta était pourvue d’une faune et une flore exceptionnelle, néanmoins marquée par le passage du précédent héros des Eléments, tel ce qui s’est passé dans la légende.

L’aéronef accéléra de plus en plus vite, jusqu’à ce que j’ai l’impression que le paysage changeait de lui-même, que seul nous étions immobiles et que seul le paysage changeait, les lignes tracées par l’horizon se déformaient, changeant de couleur. Je vis passer des éclairs de bleu, de rouge et de vert, des taches semblaient être des mélanges de couleur, tandis que le paysage n’était constitué que de coups de pinceau donnés par un artiste abstrait. Cette vue me coupait le souffle. Soudain le vaisseau décéléra, les traits revinrent peu à peu, donnant cette impression qu’un artiste a peint le monde, donnant des coups de pinceau sans cesse, avant de nous donner sa propre vision de ce monde, sa vision idéale.

Tandis que ce que je voyais me coupait le souffle, le roi me conta l’histoire de ce lieu, qui se révélait n’être qu’une forêt semblant s’étaler vers l’infini, et dont les feuilles n’étaient non pas vertes, mais bleues. J’avais entendu parler que si la distance de la planète à l’étoile était différente, la couleur banale de la flore pouvait être complètement différente de celle de la Terre. Du vent faisait ployer les arbres majestueux, et leurs feuilles bougeaient en rythme, donnant l’impression de se trouver non pas face à une gigantesque forêt bleue, mais face à l’océan. Cette illusion d’optique était tellement prenante que seul quelques indices à certains moments (un tronc d’arbre qui se découvrait) me rappelait que je me trouvais face à une forêt et non à l’océan. Le roi m’expliqua, tandis que j’étais émerveillé par ce paysage qui semblait presque irréel.

– Nous voici face à la forêt bleue. Cette couleur est la couleur banale de notre flore, mais je me doute qu’il en est autrement pour ta planète.

– Oui… J’avais du mal à réponde, tellement j’étais absorbé par le paysage, chez moi, les arbres sont verts, pas bleus, et cette couleur m’émerveille, j’ai l’impression de me trouver face à l’océan.

– Je comprends. Sembla compatir le roi, comprenant l’ampleur de mes émotions, nous prenons soin de notre nature, sans elle, nous ne serions plus là. C’est elle qui nous a permis d’être autonomes lors de l’attaque des pirates, c’est elle donc qui nous a protégés de toute invasion. Nous lui somme donc très reconnaissante et jamais nous ne lui ferions mal, à moins d’un cas d’extrême nécessité, c’est pour cela que sa beauté est telle aujourd’hui. Continuons notre voyage, nous avons d’autres lieux à te montrer. Il faut qu’on te les montre, car à cause du bouclier de nuages que nous avons déployé pour empêcher la visualisation de notre planète, tu n’as donc pu en contempler qu’une partie, et il nous semble important de te faire comprendre quelles merveilles nous protégeons.

– Je vois. Je suis votre avis.

L’aéronef dût donc s’incliner pour changer de direction, et un bref instant, la forêt bleue se confondit avec le ciel, qui était lui aussi bleu, sans doute parce que la même atmosphère que la Terre régnait autour de la planète. La ligne d’horizon sembla disparaître elle aussi un moment, et seul la pesanteur me faisait rendre conscience dans quelle direction j’étais assis, autrement, j’aurais eu l’impression d’être au milieu de l’espace. Un espace qui n’était pas noir et constellé d’étoiles, mais un espace vide, bleu, qui me semblait donc être désespérément être vide, hormis l’aéronef où je me trouvais assis. Cette sensation dura tout le temps que l’aéronef changea de direction, et lorsqu’il se remit à l’horizontale la sensation disparut aussi rapidement qu’elle était arrivée. Il accéléra à nouveau, et les taches de couleurs revinrent peu à peu, jusqu’à disparaître au même rythme où elles sont arrivées, me révélant une nouvelle vision idéale de l’artiste peintre.

Cette fois-ci, ce n’était plus une immense forêt qui se présentait, mais une immense chaîne de montagne, plus hautes que l’Himalaya elle-même, et le détail le plus surprenant était que ces montagnes paraissaient être continuellement en feu, comme si l’étoile, n’ayant rien qui lui faisait obstacle, exerçait toute sa puissance en ce lieu, consumant tout ce qui peut être consumé, et faisant paraître cet endroit pour l’enfer lui-même. Cette vision était tellement prenante, m’hypnotisant tellement que j’étais totalement absorbé par celle-ci, je faillis ne pas écouter donc les explications du roi sur le lieu.

– Voici les montagnes de feu. Une des merveilles de notre planète. Tu te demandes sans doute ce qui cause cet embrasement permanent du territoire. Nous avons eu des difficultés à trouver la raison : il y a ici un affaiblissement de la couche d’ozone, qui arrête la grande partie des rayons dangereux de l’étoile, ce qui fait qu’une plus grande partie des infrarouges passe, et chaque parcelle de terre ne pouvant être fondue n’a d’autre solution que de brûler, ce qui a causé au fil du temps un durcissement de la terre, qui s’est donc transformée en roche. Et cette roche, nous avons tenté par bien des moyens de la percer avec des équipements et des protections contre le soleil, elle est presque aussi résistante que le diamant, et c’est donc ce qui donne son caractère très sauvage à ce lieu. Un dernier élément qui cause cette dureté et l’enfer permanent de ce lieu : on est ici à la rencontre de deux plaques tectoniques, et de plus, c’est là où la plus grosse veine de magma coule dans les entrailles de la planète. Ainsi, les éruptions sont extrêmement fréquentes, il n’est pas rare d’avoir plus de 4 éruptions par semaine, ce qui cause aussi le fait que ces montagnes soient aussi élevées, néanmoins moins élevées que le pic de l’air, que nous allons contempler plus tard.

Ce discours me fascinait, la beauté de ce lieu transparaissait en effet par son caractère sauvage. La nature à son état le plus primitif, c’est-à-dire le feu, apparaissait ici dans toute sa splendeur, aucune barrière ne semblait vouloir entraver sa puissance, alors elle l’exerçait autant qu’elle le pouvait. Et elle y parvenait ! On aurait dit qu’un artiste illustre venu des profondeurs du temps y exerçait son art avec autant de virtuosité que d’imagination. Ce lieu paraissait être une coordination sans erreurs d’artistes au corps de flammes, qui étaient tels des titans venus du passé. Et je ne pouvais m’empêcher d’être ébahi devant ce spectacle. Une idée germa soudain dans ma tête.

– Je me demande… On ne pourrait pas utiliser la puissance de cette fournaise contre les pirates ? On ne pourrait pas en profiter pour leur faire perdre leurs troupes ? Après tout, qui penserait à protéger son vaisseau contre des jets de magma bouillant, qui, lorsqu’il refroidit, empêche les canons de tirer, fait exploser les réacteurs et les bloque dans leur carcan de pierre ? Une telle merveille se trouve ici, et il me semblerait injuste de ne pas en profiter.

Il me sembla donc que mon idée fit naître une flamme d’espoir dans le cœur du roi, et je vis ses yeux s’illuminer, comme s’il venait d’imaginer un plan qui pouvait les faire mener à la victoire.

– Ton idée est tordue PioarMario, peu auraient le courage de la tenter. Mais pourtant…

Il s’interrompit, comme s’il voulait être certain qu’il ne dirait pas des propos erronés, et après une minute de réflexion, il reprit.

– Pourtant elle mérite d’être tentée, il suffirait d’enfermer dans des projectiles de la lave en fusion, suffisamment compressée pour qu’il y en ait une grande quantité dans un petit projectile, et d’enfermer avec elle un agitateur de molécules, qui devra donc résister à la chaleur. Le projectile, lorsqu’il touchera sa cible, projettera donc de la lave partout, qui rongera un peu le métal, et après quelques secondes – pas trop, car si la cible devait être des réacteurs ou un canon, ils risqueraient d’expulser la lave – l’agitateur à molécules figerait donc la lave d’un coup, rendant inutilisable les cibles touchées. Oui, ton idée est parfaite PioarMario, il ne reste donc qu’à l’appliquer ! Elle les surprendra suffisamment et ils seront en incapacité de trouver une défense à cette arme. On va utiliser un canon électromagnétique géant pour pouvoir envoyer les obus sans que l’ennemi puisse les contrer.

– Je suis ravi d’avoir été utile à vous, j’espère vous donner d’autres idées telles que celle-ci à d’autres occasions.

Un sentiment de fierté, m’envahit donc, et un espoir, par cette action, peut-être avais-je changé l’avenir d’Elémenta et donc rempli ma mission. Tandis que le roi échangeait quelques mots avec Maria, je continuais à contempler inlassablement le spectacle de feu qui s’offrait à moi. Soudain l’aéronef pivota à nouveau, et cette fois-ci j’eus l’impression de voir, à cause de la ligne d’horizon verticale, les enfers et le paradis en même temps, j’eus l’impression d’être insignifiant comparé à la puissance dévastatrice de l’un, et le calme parfait de l’autre, c’était comme si j’étais une fourmi, même pas, comparé à la puissance dévastatrice de l’univers. L’aéronef acheva sa rotation et il accéléra à nouveau, me révélant encore une fois les coups de pinceau de l’artiste avant que le vaisseau décéléra de nouveau, me révélant encore une fois une de ses visions idéales de la beauté.

Encore une fois, le spectacle me coupa le souffle. Cette fois-ci ce n’était pas des montagnes de feu qui s’offraient à moi, mais des montagnes entièrement faites de glace, pas de roche, mais de glace ! C’était un glacier gigantesque, qui reflétait entièrement la lumière. Mais il se comportait comme un prisme gigantesque, qui décomposait entièrement la lumière et on voyait donc toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. C’était d’une beauté magnifique, on n’avait pas l’impression que c’était de la glace, mais un verre géant, cristallisé et façonné d’une main de géant. Je ne m’attendais absolument pas à ce spectacle, et c’est ce qui me rendait absolument bouche-bée. Une aura semblait entourer les montagnes, résultat de la diffraction de la lumière du soleil par la glace. Le roi m’expliqua donc l’origine de cette merveille.

– Ces montagnes de glace sont totalement naturelles, nous avons-nous aussi tenté d’expliquer ce phénomène, et nos recherches se sont révélées fructueuses. Il y a longtemps, un gigantesque lac se trouvait ici, tu peux en voir d’ailleurs des traces car à la base des montagnes, il y a un gigantesque creux. Mais passons. Avant il y avait un lac, et au fond de ce lac, il y avait une activité volcanique qui réchauffait l’eau en permanence, et des vapeurs se dégageaient continuellement du lac. Sauf que l’air n’était pas vraiment chaud à cette période, car c’était on va dire, l’hiver permanent. Ce qui entraînait le gel constant de la vapeur d’eau, qui s’agglomérait donc sur une montagne déjà présente, et petit à petit, les montagnes se sont formées tandis que le lac disparaissait. C’est donc comme ça qu’un jour, le lac a disparu, laissant les montagnes dans leur forme définitive, telles que tu les observes en ce moment.

– C’est… Impressionnant, comment de telles quantités d’eau peuvent se retrouver immobilisées ici par la seule force des éléments. Je ne regrette pas d’avoir vu ce spectacle. Merci.

– C’est notre honneur de vous montrer les merveilles de notre monde PioarMario. Passons, allons au prochain lieu, et je suis sûr que tu apprécieras cette fois-ci.

Tandis que le vaisseau faisait la manœuvre et le trajet pour aller à la prochaine merveille, je me demandais ce qu’on pourrait faire avec ces montagnes, mais rien ne me venait à l’esprit. Je me disais alors qu’il fallait mieux les laisser comme ça, qu’on n’allait pas faire une arme pour chaque merveille ! Et tandis que l’artiste me montrait une nouvelle œuvre, ce que je voyais cette-fois ci m’étonna énormément !

Un lac de couleur violette se trouvait à cet endroit, il m’apparut alors très clairement que ce n’est pas de l’eau, car de plus, des vapeurs qui ne me donnaient guère confiance en émanaient. C’est seulement après que je demandais de quoi était fait ce lac.

– Sire, je me doute que ce n’est pas de l’eau, alors dans ce cas, qu’est-ce que c’est ?

– Du poison. Le lac empoisonné comme nous l’appelons est rempli d’un poison extrêmement mortel, et très volatil de plus, et personne n’y vit à moins de 30 kilomètres, sous condition d’en ressentir les effets. Nous avons longuement discuté de si nous allions l’assécher ou pas, mais c’est l’ancien héros qui a tranché. Il a dit qu’il fallait le garder, car il pourrait toujours avoir une utilité un jour. Ce poison est créé par des remous de la planète, qui est conservé à l’état liquide par la terre, car la terre le maintien à bonne température. Voilà d’où vient ce lac.

Une idée s’illumina soudain dans ma tête, et je tentais d’en expliquer les détails au roi.

– Ce poison, dites-vous, est extrêmement volatil et mortel ? Alors, pourquoi ne l’utiliserions pas contre les pirates ? On pourrait en remplir des projectiles extrêmement perforants, et les utiliser contre les plus gros vaisseaux de la flotte pirate, ainsi, on les mettrait hors d’état de nuire, simplement parce que nous aurons tué l’équipage ! De plus, si on gagne, on pourra les utiliser contre eux, après avoir réparé les brèches dans la coque et siphonné le poison.

– Une idée géniale PioarMario ! A la hauteur de ta réputation. Tu as raison, nous devons l’utiliser, cela nous sera un avantage de poids si jamais ils devaient revenir. Je vais y mettre tout de suite mes techniciens à l’œuvre, on va exploiter le lac, d’une façon dont personne n’y aurait pensée !

Il sortit une sorte de smartphone et donna donc des ordres à une personne. C’est alors qu’il ramena son attention sur moi.

– On a vraiment une chance de gagner maintenant. Oui. Grâce à toi PioarMario, tu es celui qui va nous sauver. Tu n’auras peut-être pas utilisé ton pouvoir ultime, mais par une autre manière, tu nous as tous sauvés. La plus grande menace de l’univers va peut-être enfin être éradiquée ! Viens, il nous reste un lieu à visiter avant qu’on retourne à Elémenta.

Tandis que le vaisseau faisait le voyage, je me surpris à penser à la Terre, à Steve, à ma famille, mes amis que j’ai tous laissés là-bas. Je n’arrivais pas à penser à autre chose, alors je me suis laissé entraîner. Jusqu’à ce qu’une nouvelle – et dernière – vision de l’artiste s’offre à moi. Et cette dernière était époustouflante. Une montagne gigantesque, bien plus haute encore que les montagnes de feu, se dessinait. Elle n’était pas couverte de neige au sommet, mais bizarrement, l’air semblait être compressé, comme si il y était plus présent qu’à la base.

– Voici le Pic de l’Air, cette montagne a été créée par la rencontre de trois plaques tectoniques continentales, elles convergent toutes 3 vers ce point triple, et c’est ce qui a permis à cette montagne de s’élever. Chaque année elle gagne en altitude, et peut-être qu’un jour, elle s’effondrera sous son propre poids… Ce n’est pas le seul phénomène que je veux te montrer, si tu l’as remarqué, à son sommet, l’air semble attiré vers cette montagne, ce phénomène a donc donné son nom, et nous l’avons expliqué. Les grands courants aériens de vents convergent tous vers ce point, et ils compressent l’air, tellement que la pression est légèrement plus importante qu’au niveau de la mer, et il est riche en oxygène, une personne pourrait y vivre sans problème ici si elle le désirait. Voilà la dernière merveille naturelle de notre pays.

– C’est… magnifique. J’adore ce lieu. Merci de m’avoir montré toutes ces merveilles, et je les respecte. Merci pour votre accueil, Sire.

– Ce n’est pas à toi de nous remercier, mais à nous de te remercier d’être venu, ainsi tu nous permettras peut-être de gagner. Il est temps de rentrer, et nous avons beaucoup de choses à discuter nous deux.

Le vaisseau repartit donc cette fois-ci vers Elémenta, et tandis qu’il atterrissait, je me suis dit qu’après tout, je pourrais m’y plaire ici…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luigiteckel
Stalkeuse de Chat Bleu
Stalkeuse de Chat Bleu
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Dans un drôle d'endroit avec des champignons qui parlent, une fan de peluches, une flaque d'eau perverses et une chèvre (bien trop riche)

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Jeu 8 Sep - 21:32

"lorsque je suis arrivé. " "puis je suis sorti" Tu n'as pas l'habitude des accords féminin à la première personne *tg*
"tu seras sûr" Même genre (C'est rare que je remarque ce genre de faute, donc quand je le vois je le dis)
Sinon, ton récit est au présent ou au passé? Tu utilises des passé composé
et des passé simple...

"« J’ai comme un doute Maria… " "Je suis d’accord avec toi Maria" Là c'est du pinaillage mais généralement, quand tu es seul avec une personne, tu ne dis pas son nom à chaque fois, elle se doute que tu lui parles.

"Il me donna encore quelques recommandations puis je suis sorti, lorsque les portes se refermèrent derrière moi, un valet m’a tendu un rouleau de papier, je l’ai déroulé, il était inscrit dessus là où avait été logé l’étranger." L'emplacement des virgules est très étrange, surtout quand tu essayes de le dire à voix haute. Il aurait mieux fallu mettre des points à certaines moments. Le "là" me parait en trop.

"Puis je me suis changée, cette robe était juste pour avoir une tenue convenable chez le roi, mais je me sens mieux lorsque je suis dans ma tenue de travail, avec tous mes équipements. " Fan dit que la "'la construction est bordélique" (je lui ai demandé car j'ai tiqué dessus mais les temps me semblaient bon d'un point du vue "scolaire"). Rajout: Vu que t'écris au passé j'ai un doute sur le "lorsque je suis", même si c'est toujours valable à l'époque présente ça ma parait bizarre.

"Je me suis donc approchée de ma fenêtre, que j’ai aussitôt assombrie du côté extérieur, pour qu’on ne puisse pas voir à l’intérieur de mon appartement."  Ça fait moche, lourd. Tu pourrais raccourcir je pense.

"Et j’ai appuyé sur un bouton qui avait pour effet de dévoiler une pièce cachée où était installé tout mon équipement : armes, lunettes grossissantes, mouchards, etc. " J'aime pas l'énumération, ça pourrait s'arrêter à équipement, tu auras bien des occasions pour dire ce qu'elle a.

"Tandis que la caméra me permettait de pouvoir voir à l’intérieur même si la personne d’en face à « assombri » ses fenêtres. "
Ça fait répétitif vu que tu utilises les mêmes expressions peu de temps avant.

"J’ai sorti une caméra à zoom et un petit fusil, ce dernier permettait de tirer un mouchard aussi petit qu’une épingle et qui permettait d’écouter à l’intérieur d’un bâtiment même à travers les murs. " Bon, là c'est peut être subjectif mais expliquer direct à quoi sert l'arme.. Autant expliquer comment elle l'utilise, quand elle l'utilise.

"M’approchant d’une des fenêtres, je l’ai ouverte à peine afin de pouvoir tirer le mouchard sur l’appartement de l’étranger. " "Tu utilises toujours le même mot" 2nde édition.

"Ayant fermé la fenêtre, il ne me restait donc plus qu’à appuyer sur un bouton afin de mettre la caméra en route. " x3

D'ailleurs, pourquoi elle a réussi à ouvrir une fenêtre de l'extérieur? J'ai jamais vu une fenêtre avec une poignée à l'extérieur...

" Tout était prêt, maintenant, je savais toutes les actions de l’étranger, " ... Bah là elle sait pas ce qu'il fait comme il est pas encore rentré.

"il explora donc son appartement, pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Son exploration " J'explore en explorant grâce à une exploration.

Sinon j'imagine bien Mario collé en dessous de la fenêtre avec un petit écran pour observer Pioar.

"Steve ? Steve ? " "Oui je suis là PioarMario," "commenta PioarMario," " répondit Steve," "confirma PioarMario " " répondit Steve, " [...] J'ai vraiment besoins d’expliquer?

[La critique n'est pas finie]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Dim 18 Sep - 19:54

Chapitre 5

Préparatifs et entraînement


Tandis que je ramenais le roi et PioarMario à l’héliport, je n’arrêtais pas de penser aux solutions que PioarMario nous a données. Il nous a donné l’espoir, un espoir nouveau, qu’on avait perdu depuis longtemps. Je réfléchissais moi aussi à comment faire pencher encore plus la balance en notre faveur, mais aucune solution ne me paraissait être meilleure que celles que le héros nous a proposées.
Je posais donc l’aéronef sur l’héliport, avec une habileté acquise au cours de mes entraînements de pilotage de vaisseaux. La formation d’espions était extrêmement dure et exigeante, mais ceux qui arrivent à s’en acquitter en reviennent plus puissants que jamais. Ils forment l’élite des soldats d’Elémenta, qui sont capables de se sortir de n’importe quelle situation. Tous sont supérieurs à un soldat lambda, et en combat en 1 contre 1, leurs adversaires n’ont aucune chance. Aucune. C’est pour ce niveau d’exigence que j’ai décidé de les rejoindre, voulant me lancer un défi à moi-même, et je m’en suis sortie avec les honneurs, gagnant même le grade de capitaine des espions, qui n’est donné qu’aux meilleurs parmi l’élite des espions.
C’est pour cela qu’on m’a choisie aussi d’abord pour surveiller PioarMario, puis pour lui servir de garde du corps. Donc, tandis que le terrien et le roi rentrèrent dans le palais royal, dans leurs chambres respectives. Le palais étant sous très bonne garde, tant que PioarMario ne sortait pas de ce dernier, je pouvais me consacrer à mon entraînement. Il y avait une salle spécialisée dans les sous-sols du palais, qui sont uniquement réservés pour le roi lui-même – le bunker secret étant installé dedans – et aux gardes du palais. Etant de la deuxième catégorie, j’y avais donc accès. Tandis que je lançais donc l’entraînement aux armes à feu, je m’équipais donc de mon pistolet laser personnel.
Seules quelques catégories de personnes avaient l’autorisation de porter sur elle une arme personnelle en permanence – mais cette loi n’ayant cours qu’en situation normale, or la situation actuelle étant tout sauf normale, la loi a donc été suspendue tant que les circonstances demeuraient – et parmi elles se figuraient les espions. Je ne me séparais donc jamais de mon pistolet laser, c’était un peu comme un ami – bien que je ne le considérais pas comme tel quel, ce n’était qu’une arme après tout – et de nombreuses expériences m’ont prouvé qu’avoir en permanence une arme sur soi permettait de se prémunir contre un grand nombre de dangers.
Tandis que je tenais donc mon arme de poing, la réalité virtuelle se mit en marche, modélisant donc l’intérieur d’un entrepôt. Soudain, sans crier gare, un tir se fit entendre, j’ai eu le temps de bondir de côté avant qu’il n’ait eu lieu, ce qui causa donc un impact à ma position précédente, et je ripostais donc dans la direction d’où venait le tir. Un hologramme explosa donc tandis que de nouveaux tentaient de me tirer dessus. Je tirais donc avant eux, les faisant exploser, à chaque fois que j’en tuais, de nouveaux apparaissaient, c’est ainsi que j’ai continué cet entraînement pendant de longues minutes.
Il se termina par un acrobatique salto pour esquiver un tir, tandis que je ripostais, faisant exploser le dernier hologramme en activité. J’étais en sueur, éreintée par cet exercice, qui a pour but de développer mes capacités physiques et mes réflexes en situation réelle. Je me forçais à le continuer, car j’en avais besoin, et je n’avais pas envie de ne pas être suffisamment entraînée en cas de situation critique. On pouvait avoir besoin de moi à n’importe quel moment. Tandis que je désactivais la réalité virtuelle, j’épongeais mon front en sueur. La première partie de mon entraînement était terminée, je devais donc passer à la suite, mais ce n’était pas un entraînement physique, mais intellectuel cette fois. Il a pour but de développer notre réactivité, et notre analyse de la situation. Cet entraînement durait deux heures et se composait par des questions-réponses, et nous mettaient dans la situation d’un interrogatoire forcé par un ennemi.
C’était donc un exercice que j’aimais moins, donc tandis que je m’efforçais de trouver les réponses les plus justes à mon sens, je cherchais à comment décourager mon interrogateur. C’était long, épuisant, et ça ne faisait que m’épuiser à mes yeux. Mais je tenais bon.
Tandis que je retournais dans le monde réel après avoir quitté la réalité virtuelle, je remontais du sous-sol du palais, mon entraînement quotidien ayant été effectué. Un valet, apparemment affolé et en sueur accourut à moi.
– Dame Maria ! Dame Maria ! Le petit valet était paniqué, apparemment il devait s’inquiéter de ne pas me trouver. Le roi vous demande ! C’est une situation d’urgence qui nécessite votre présence immédiatement !
– Conduis-moi à lui.
Tandis qu’il m’amenait vers la salle du trône, je m’interrogeais. Quel problème aussi important devait nécessiter ma présence ? C’est la première fois qu’on me contactait, donc je ne pouvais m’empêcher d’être dubitative.
Il m’amena jusqu’à la salle du trône, et lorsque j’y pénétrais, il se retira, me laissant seul avec les autres personnes présentes dans la salle.
A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 28 Sep - 21:37

Chapitre 6
)

Situation critique


Tandis que Maria, la dernière personne manquante entra dans la salle, j’étais déjà en train d’expliquer au roi la situation du mieux que je pouvais, bien que je préférais relater tous les détails devant tout le monde. Je n’avais pas envie de faire 2 fois le récit des événements. 5 personnes, dont moi étaient réunies dans la salle, il y avait bien sûr le Roi, qui était donc l’autorité absolue, mais ce n’était pas lui le chef de guerre, néanmoins il avait un rôle à jouer.

Etaient présents aussi le commandant des armées, celui qui dirigeait toutes les forces de l’armée d’Elémenta, il connaît parfaitement les tactiques militaires, et pourra donc nous aider à débattre sur la situation.

La 3ème personne présente était le chef du développement, c’est lui qui dirige l’équipe des scientifiques et ingénieurs responsables du développement de nouvelles technologies et innovations, on avait besoin de lui pour les défenses, et pour concevoir de quoi repousser la nouvelle menace.

Enfin, il y avait Maria, sa présence était nécessaire aussi, car elle était la personne la plus haut gradée chez l’élite des espions assez proche du palais pour pouvoir assister à la réunion d’urgence. Car on aurait définitivement besoin des espions.

Lorsque tout le monde était bien réuni devant la table, je commençais à expliquer.

– Bien, j’ai reçu des nouvelle inquiétantes de la part de Steve il y a une demi-heure. Je nous connecte avec lui, il est préférable que ce soit lui qui nous expose tous les détails de l’affaire, il en sait plus que moi.

Je sortis le téléphone que m’a donné Steve et le déplia en tirant sur un des coins, qui lui fit donner une forme plate et qui formait une sorte d’écran de télévision posé sur la table. Un hologramme représentant le haut du corps de Steve apparut.

– Steve, tout le monde est réuni, c’est à toi de jouer.

– Bonjour à tous… Vous savez sans doute que je me suis installé sur Espérance – aussi appelée Terre par ses habitants – pour aider PioarMario et aussi pour protéger la planète des invasions spatiales. Et ben, il y a quelques heures à peine, mes scanners Hyperespace longue portée ont détecté une flotte d’envergure en provenance de la planète, j’ai fait aussitôt des analyses poussées, et il s’est révélé que cette flotte est composée de vaisseaux des pirates de l’espace. Elle semblerait avoir la moitié de la taille de celle qui assiège actuellement Elémenta.

« J’ai bien sûr construit des défenses en cachette à l’insu des habitant, mais j’en ai pas construit assez, et l’arrivée de cette flotte pourrait détruire la planète, les habitants n’ayant pas encore la technologie nécessaire pour la contrer. Cependant, la flotte se déplace assez lentement, car ils y ont intégré des vaisseaux assez lents, on a quand même un mois, au plus un mois et demi devant nous. Cependant, j’en ai bien conscience, toute intervention est impossible tant qu’Elémenta est assiégée. Nous avons donc devant nous bel et bien une situation critique.

– Merci Steve, continuais-je après son récit, on va laisser les autres s’exprimer, mais tu peux participer à la conversation si tu désires. Donc, pour résumer, Elémenta est assiégée et la Terre est en danger de disparition. Toute intervention de notre part est impossible tant que les pirates de l’espace sont là. Si on arrive à les battre, on pourra utiliser la porte spatiale pour secourir la Terre. Mais il faudra pour cela que Steve en lance une avant qu’on ne l’utilise.

– Je suis d’accord PioarMario, acquiesça le roi, il nous faut nous délier du siège pour secourir la Terre. Mais il faut faire vite du coup, le temps nous est compté…

C’est alors que Maria intervint, elle fit une proposition, qui me surprit, et me fit peur, car je la redoutais.

– Et si on aidait les habitants de la planète ? On pourrait les aider à fortifier leur planète, et leur donner la possibilité de résister à l’assaut des pirates.

– Maria… Je suis parti de la Terre, car ils m’idolâtraient, et je ne veux pas être considéré tel quel. Je ne peux pas y revenir tant que la situation ne s’est pas calmée, elle a évolué comment d’ailleurs Steve ?

– Il y a eu un peu de changement après ton départ, mais l’ambiance générale reste la même, il faudra des mois avant que la situation retourne à la normale.

– Et de toute façon, comme on ferait pour les joindre ? Le blocus empêche tout départ de la planète, et Steve ne pourra pas à lui seul convaincre toute la Terre l’existence d’une vie « extraterrestre » comme nous disons…

– Hum… PioarMario je crois que tu te trompes, il y a un moyen de rejoindre la Terre, j’y travaillais dessus avant ton départ, et quand tu es parti, j’avais presque terminé, maintenant j’ai terminé, et j’ai créé une porte spatiale qui n’a pas besoin d’être dans l’espace pour être fonctionnelle. Par contre, on ne peut pas y faire passer des vaisseaux, elle n’est conçue que pour des personnes physiques, pour les premiers, il faudra que vous en construisiez une bien plus grande, je vous enverrais les plans en temps voulu. Mais cela devrait suffire pour confirmer notre existence, et ça marchera d’autant plus si tu viens confirmer ces propos PioarMario, et nous ferons venir des témoins sur notre planète afin qu’ils n’aient plus aucun doute possible.

– Steve, mon fils… Tu en es vraiment sûr ? Et puis il y a un autre problème : même si nous mobilisions tous nos drones sur la Terre, on n’aurait pas assez de temps pour construire autant de défenses pour repousser l’assaut pirate. Une intervention de la flotte est obligatoire. Et comme on n’est pas certains de gagner, je ne veux pas jouer le sort de nos deux planètes sous la seule influence du hasard.

Après que le roi ait parlé, le chef du développement s’avança, il parla d’une voix grave, qui reflétait son âge et son expérience :

– Il y a un moyen… Les idées de défenses dont vous nous avez parlé messire, si on les utilisait, on aurait certainement l’avantage sur la flotte. De plus, leur développement sera terminé dans les jours qui suivront, et leur construction ne devraient pas prendre beaucoup de temps aussi. On pourrait les avoir terminés dans 3 semaines, et je pense que cela nous suffira pour battre la flotte ennemie. Les pirates ont aussi, selon moi, fait une erreur, ils ont laissé la porte spatiale en état, et nous pourrons l’utiliser aussitôt après, à condition que Steve en construise une de son côté.

Le chef militaire intervint à son tour.

– Les pertes seront considérables, mêmes avec les nouvelles défenses. La flotte qui nous restera ne pourra pas battre seule la flotte attaquant Espérance, car la plus grande partie de notre puissance de feu nous vient des défenses au sol, et nous n’avons pas assez de temps pour construire suffisamment de défenses sur Terre pour qu’elles puissent repousser seules l’assaut. Cependant, si nous en construisons, ET que nous intervenons avec notre flotte, alors nous pourrons repousser la deuxième flotte. Par contre, il faudra planifier parfaitement les tactiques d’attaque. Nous n’avons pas droit à l’erreur. Et c’est selon moi, la seule solution, si PioarMario ne peut pas utiliser son pouvoir légendaire.

Je mis quelques secondes à comprendre qu’il faisait allusion à la flèche arc-en-ciel. Et même si ça ne me plaisait pas, c’était en effet la seule solution, la seule solution de défendre 2 planètes en danger de mort. J’ai donc pris la parole, donnant ainsi mon accord pour réaliser ce plan, qui me paraissait la seule solution à ce dilemme.

– Je suis d’accord, la seule solution est de nous délivrer de l’étau actuel des pirates, et de fortifier la Terre, je suis prêt à m’engager dans cette bataille, et à y donner ma vie s’il le faut.

– Non, intervint Maria, c’est justement ce que nous voulons éviter. Tu es trop important PioarMario, il apparaît un Héros seulement tous les 1000 ans, ça serait une tragédie que tu disparaisses aussi vite. Il faut que tu restes en vie le plus longtemps possible, il le faut, l’univers a besoin de toi.

– Je ne suis pas un lâche qui se terre dans un terrier en attendant que son agresseur daigne se désintéresser de lui. Non, je participerais à cette bataille, si je peux apporter le petit plus qui nous apportera la victoire, alors je participerais, les enjeux sont trop importants pour que je reste les bras croisés.

Le roi était pensif depuis le début de la conversation, il semblait réfléchir à quelque chose, à une chose qui semblait avoir lien avec la conversation et qui n’en avait pas en même temps, grande fut ma surprise lorsqu’il déclara, et toute l’assemblée, même Steve fut surprise :

– Tu as l’air de t’y connaître en tactiques militaires PioarMario, et le peuple t’acceptera en tant qu’Héros, je t’autorise à participer à la bataille, et en même temps, je te promus au rang de Général d’Honneur d’Elémenta.

Sa déclaration fit l’effet d’une bombe, il me donnait le contrôle sur son armée, et me donnait l’occasion d’être plus important que jamais. Il ajouta autre chose, qui était surprenant aussi.

– Le peuple terrien a besoin de nous, tout comme nous avons besoin d’eux. C’est pour cela que j’ai pris une autre décision : nous allons dès à présent faire une alliance, et partager le sort de nos deux peuples. Notre peuple est brave et fier, mais il est resté trop longtemps assiégé, tandis que le peuple terrien est peut-être plus hostile et guerrier que le nôtre d’après ce que j’ai compris, mais nous nous entendrons à merveille, un partenariat est nécessaire. C’est pourquoi que dès que les pirates de l’espace auront été repoussés, des deux côtés, nous partagerons nos deux technologies et nos deux cultures. Cela va créer une grande amitié entre nous deux.

Finalement Steve ajouta une dernière chose, qui était important dans la planification de la double attaque.

– PioarMario, avant que tu partes, j’ai installé quelque chose sur ton vaisseau, c’est la porte spatiale nécessaire pour relier Elémenta à la Terre, celle de mon côté est prête, il ne reste plus qu’à activer la tienne, et on pourra faire le trajet dans les deux sens. Va, il est temps que tu reviennes, avec des émissaires d’Elémenta.

– D’accord Steve, je vais venir.

Maria ajouta aussi, et ça me surpris :

– Je vais venir avec PioarMario aussi, et il serait logique que tout le monde réuni ici vienne aussi, ça donnera le ton officiel nécessaire à l’entrevue.


Le roi acquiesça, comme chacun des membres de l’assemblée, finalement le roi déclara, et ça mit fin à l’entrevue :

– Je vais parler à mon peuple, ça lui redonnera du courage, il faut que tu te présentes PioarMario, on ira à ton vaisseau après.

– Je suis d’accord, le temps où je me cachais est révolu, il est temps de me révéler à ton peuple tout entier.

On mit fin à la réunion d’urgence là, tandis que le roi m’amenait vers la salle de communication du palais, qui permettait de communiquer avec toute la planète.

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 28 Sep - 21:44

Chapitre 7

Retour au pays natal


Une fois arrivés dans la salle de communication du palais, un sentiment étrange m’envahit tout entier. J’étais sur le point de me révéler à la planète entière. J’étais sur le point de rendre vraie une légende, et de donner un espoir. Un espoir à ce peuple qui était en train de lutter tout entier contre la plus grande menace qu’il n’a jamais connue. Il me suffisait seulement de parler, et de bien choisir mes mots. Après, les évènements iront d’eux-mêmes…

Le roi demanda aux personnes qui étaient chargées de la salle de faire tous les préparatifs pour l’appel à la planète, et c’est ainsi que les ingénieurs du son et les techniciens commencèrent à tout préparer. Dans ce ballet de mains qui s’agitent et de tests de son, je me mis à réfléchir à ce que j’allais dire, un discours avec une telle importance ne devait pas être expédié vite fait, il fallait y avoir un minimum réfléchi avant. J’étais donc en pleine réflexion lorsqu’un des ingénieurs déclara :

– C’est prêt messire.

– Très bien, déclara le roi, vous pouvez vous retirez, je m’occupe du reste.

Tandis que tous les ingénieurs sortirent de la salle, le roi se prépara à parler. Il inspira pendant quelques secondes. Puis il commença son discours :

– Peuple d’Elémenta. Ici votre roi Fred IIème du nom, je vous parle ici car une merveilleuse bonne nouvelle est arrivée. Un espoir. Un espoir de nous délivrer du joug des pirates de l’espace. Espérance existe. Un émissaire est venu à nous, il a réussi à franchir le blocus imposé par les pirates. Et celui-ci n’est autre que le Héros des Eléments. Oui. Vous avez bien entendu, le Héros des Eléments est revenu, et il est revenu pour nous aider. Peuple Elémentien, maintenant que je vous ai dit tout cela, je laisse donc notre invité s’exprimer.

C’était donc à moi de prendre la parole, j’ai donc commencé à parler, j’ai donc parlé de ma planète, décrivant sa beauté, sa faune, sa flore, ses habitants, qui bien que querelleurs, faisaient du mieux qu’ils pouvaient. Puis, j’ai commencé à parler des pirates, qui avaient déjà tenté d’envahir ma planète, mais que j’ai réussi à repousser grâce à la Flèche Arc-en-ciel. Et j’ai donc continué ma mission, jusqu’à ce que j’aie délivré ma planète de l’autre menace qui planait dessus, et j’ai décidé alors de venir à Elémenta, j’ai raconté le voyage, le forçage du blocus et la rencontre avec le roi, la découverte de la planète, et enfin, j’arrivais à la partie la plus douloureuse : l’attaque des pirates sur la Terre.

– C’est alors que Steve m’a contacté, j’ai appris ainsi que les pirates étaient en route pour attaquer aussi ma planète. Les Terriens sont sans défense, et nous sommes toujours sous le blocus des pirates. C’est ainsi que on a effectué une réunion exceptionnelle pour planifier la contre-attaque. Et on a décidé ceci : grâce à de nouvelles défenses, on va pouvoir se libérer du joug des pirates, et aussitôt après, on enverra le reste de la flotte sur Terre, pour la défendre contre la deuxième vague. Ça sera difficile je sais, les pertes seront élevées, je sais, mais nous ne pouvons pas laisser 2 planètes tomber sous le joug des pirates, nous devons intervenir.

« Mais la flotte seule ne suffira pas. Il faut que nous aidions aussi les Terriens, mon peuple, que nous prenons contact avec eux, et que nous fortifions des défenses chez eux. Avant ça n’aurait pas été possible, la technologie des portes spatiale n’étant pas assez évoluée, mais maintenant, nous le pouvons, et nous pouvons ainsi construire des portes spatiales, de taille moindre, dans l’atmosphère, et relier par cette manière 2 planètes. Nous unirons ainsi notre destin à la Terre. Si nous remportons cette bataille, nous ferons en sorte qu’il y ait un partenariat entre nos deux planètes, un partenariat qui sera à la fois un pacte de défense, un partage de ressources, technologique et culturel. Il le faut, nous avons besoin mutuellement de l’autre, car je suis à la cause de cela. On en a décidé ainsi, et je tenais à vous prévenir. La rencontre va avoir lieu dans peu de temps, je vous tiendrais au courant des résultats. C’était PioarMario, le Héros des Eléments.

Tandis que je m’éloignais du micro, le roi dit quelques informations complémentaires, puis on sortit de la salle de communication. C’est alors que Fred me dit quelque chose.

– PioarMario, je viens de me rappeler quelque chose, as-tu le « kit A » ?

La question me surpris, je n’avais jamais entendu parler de cela, je le questionnais donc à ce sujet.

– Hein ? Le kit A ? Non, ça ne me dit rien, c’est quoi ?

– C’est une relique des anciens héros, en vérité il s’appelle le kit arbalète, mais les anciens préféraient l’appeler le « kit A ». Puisque tu n’as pas l’air d’en avoir entendu parler, je vais t’expliquer ce que c’est.

« Le « kit A » a été créé par l’un des tout premiers héros, il l’a conçu dans le but de pouvoir transformer l’Arc en arbalète. Ceci, permettait donc plusieurs avantages. La plupart du temps, ils l’utilisaient lors de missions dangereuses, où il ne fallait pas faire un assaut, mais seulement tirer des flèches sur des cibles isolées. Des sortes de missions de « tireur d’élite » si tu préfères. Car l’arc, comme il n’est pas pratique à bander à l’horizontale, comme tu as du sûrement le remarquer, or ces missions nécessitant généralement une position couchée, de plus il fallait maintenir l’arc bandé. Alors ils utilisaient le « kit A », ainsi, ils n’avaient juste qu’à encocher la flèche et à bander l’arc, ils pouvaient ainsi tirer d’une position couchée et ne se concentrer que sur la visée elle-même.

– Je vois, ce kit pourrait m’être très utile à l’avenir… Savez-vous où il se trouve ?

– Avant que tu n’arrives, l’arc reposait ici, dans une chambre secrète du palais, avec le kit A, quand tu as dû effectuer ta première transformation, l’arc est venu à toi, mais le kit A est resté, car l’arc est lié à toi, pas le kit, car il a seulement été créé comme une modification de l’arc, à l’origine il n’existait pas. Viens, je vais donc t’y accompagner, je préfère qu’il soit en ta possession avant qu’on retourne sur Terre.

Le roi m’a ainsi conduit jusqu’à une salle secrète du palais, il fallait franchir de nombreuses portes blindées avant que la salle ne s’ouvre, révélant une sorte de vitrine, vide, et sur un mur était posé une sorte de long manche, comme un fusil mais sans canon, en dessous une inscription demeurait : « kit Arbalète », le roi le décrocha et me le tendit.

– Voilà, maintenant que le kit A est en ta possession, je te le cède, tu peux en faire l’usage que tu voudras.

– Merci messire, ce cadeau va beaucoup m’aider.

– Ce n’est pas un cadeau, en réalité, il a toujours été en ta possession, c’est juste que tu n’en avais pas accès. Tu en chercheras le fonctionnement plus tard, l’urgence est de nous préoccuper de la Terre.

– Je suis d’accord messire, plus tôt on commencera les travaux sur Terre, mieux ça sera.

On est ainsi sortis de la chambre forte, et cette fois on est sortis du palais, où un transporteur nous attendait, il nous amena jusqu’au spatioport, où mon vaisseau était situé en attendant de décoller. Mais on n’allait pas décoller, seulement en utiliser une option. C’est ainsi que lorsqu’on se retrouva en face du vaisseau, j’ai contacté Steve pour lui demander comment activer la porte spatiale :

– Steve, je suis maintenant devant le vaisseau, comment j’active la porte spatiale ?

– Monte à l’intérieur, je vais te donner des instructions. Tu vois le bouton là ?… Appuie dessus, puis tire cela… oui et enfin tu n’as qu’à… normalement c’est bon.

J’ai donc suivi toutes ses instructions, et appuyé sur le dernier bouton lorsque le vaisseau commença à se cabrer, j’en sortis en vitesse pour voir qu’il était en train de se dresser, puis ses différentes parties se désalignèrent, elles pivotaient sur des sortes de pivots invisibles, dans une lenteur calculée, cela dura une minute avant que le vaisseau dévoila sa nouvelle forme : un anneau de métal de 2,5 mètres de diamètre qui semblait être prêt à s’ouvrir. J’ai alors dit à Steve :

– C’est prêt, la porte est prête à s’ouvrir.

– Très bien, tiens-toi prêt à traverser, je ferais passer les éléments nécessaire à la construction d’une porte de diamètre supérieur lors de votre séjour, a tout de suite PioarMario !

La porte vibra alors un léger instant, avant qu’une sorte de voile se tendit à l’intérieur de l’anneau, qui était une sorte de bleu, comme de l’eau légèrement troublée, et je m’avançais, traversant donc la porte. Je fus immédiatement de l’autre côté, dans un endroit que je connaissais : une des sorties de la base de Steve, et ce dernier se tenait là, devant moi, étant venu pour m’accueillir, on se fit une accolade amicale, avant que le roi traversa à son tour la porte. Steve fit alors un geste dont je ne m’attendais pas : il se mit à genoux

– Père…

– Mon fils, je sais que je suis le roi, mais tu n’as pas besoin de faire tel quel, je respecte maintenant ton choix, bien qu’il m’a déplu au début, mais maintenant j’en suis fier, car tu nous as apporté la plus belle des choses : un espoir.

– Père. Merci, il est maintenant temps de prendre contact avec les dirigeants de la Terre, il faut que son peuple tout entier soit mis au courant dans les plus brefs délais.

– Steve, tu ne les as pas déjà contactés ? Je le pensais pourtant.

– J’attendais que tu sois là en personne, cette réunion ne peut pas se dérouler sans toi.

– Je vois…

Tandis qu’on échangeait ces derniers mots, le général passait la porte, puis l’ingénieur, et finalement, Maria.

– Bien, nous sommes au complet, je vais contacter les dirigeants pour leur demander l’accord de participer à la réunion présidée par PioarMario, et s’ils acceptent, je les téléporterais ensuite. Allons les attendre pendant que tout le monde se réunit.

Il nous téléporta donc tous à la base souterraine, et tandis que les autres émissaires s’installaient sur la grande table prévue pour cette occasion, Steve nous mit à l’écart pour me dire :

– PioarMario, je comptais t’en parler dès ton arrivée, mais il vaut mieux te parler de cela seul.

– De quoi ? Il y a un problème ?

– Hugues… Il veut te parler. J’ai tenté de le convaincre d’abord de me parler à moi, mais il veut parler à toi. Seul à seul.

– Je vois… Il va falloir que j’accepte alors, que ce soit au moins pour qu’il m’explique les motivations de son acte.

– Oui, mais PioarMario. Soit prudent, n’oublie pas qu’il a toujours son pouvoir et qu’à la base, il devait être le 2ème.

– Deuxième quoi ?

– Héros, en réalité, tu n’es pas le seul, bien que tu sois le plus puissant, en réalité il existe 3 héros des éléments, donc 3 armes légendaires, mais je te parlerais de tout cela après.

Cette révélation m’étonna, je pensais depuis le début être le seul à posséder un tel pouvoir. Le fait de savoir qu’il y en avait d’autres me rassurait, mais m’effrayait en même temps, qui sait ce que ces pouvoirs pouvaient provoquer entre de mauvaises mains, et cela a failli arriver avec Hugues. Steve me conduit donc jusqu’au prisons, où était logé au fond Hugues, dans la plus sécurisée des cellules. Steve m’ouvrit la porte, me laissa passer, puis me laissa. Hugues était derrière une vitre en verre, dans sa cellule. On resta tous les deux silencieux un long moment, comme si c’était un concours de silence, avant qu’Hugues ne brise la glace :

– PioarMario. Je tenais à te voir, car tu dois être le seul à être au courant.

– Hugues… Je voudrais d’abord des explications à ton acte. Tu sais qu’on aurait dû limite te tuer pour cela ? C’est seulement parce que tu as ce pouvoir qu’on t’a épargné. J’exige d’abord des explications.

– Très bien. Comme tu voudras. Je vais tout te raconter. Au début, j’étais comme toi : un banal collégien qui t’avait pour meilleur ami, et j’aimais cette amitié. On était comme les 5 doigts de la main : inséparables. Mais le jour où tu es allé dans un lycée différent du mien, et quand j’ai vu que tu ne me contactais plus, j’ai commencé à te haïr. A te haïr de m’avoir considéré seulement comme un objet qu’on délaissait quand on y avait plus accès. C’est alors que un jour, chez moi, je me suis transformé, j’ai d’abord cru que j’étais le Héros des Eléments, à mon insu, mais quand j’ai vu que l’arme était différente, car j’avais un fouet, et non un arc, j’ai compris. J’ai pensé que mon destin était de te combattre, et de te mettre à genoux. C’est alors que l’organisation m’a trouvé.

« Ils m’ont fait croire qu’ils pouvaient me faire atteindre mon but, que je pouvais me venger de ton affront, c’est alors que je me suis entraîné des jours et des nuits jusqu’à ce que je prenne la tête de l’organisation, aveuglé par ma haine, je ne voyais pas la réalité, en réalité, je me faisais manipuler depuis le début par l’organisation. Je n’avais pas compris l’absolue horreur de mon acte, je n’étais en réalité qu’un pion, j’ai mis du temps dans cette prison à le comprendre. Et c’est ainsi, que lors du combat final, tu m’as défait. Je sais que tu n’as pas respecté les règles, mais je ne t’en veux pas, j’étais d’un autre état d’esprit à l’époque. Et tu as sauvé la Terre, tandis que… Tandis que moi j’étais le méchant. PioarMario, écoute ce que j’ai à te dire.

– Quoi ? Il y a quelque chose qui ne va pas ?

– Tu es un héros, je n’en suis plus un.

– Que veux-tu dire par cela ? Je ne comprends pas ? Tu n’aurais quand même pas…

C’est alors que j’ai compris, j’ai compris qu’il ne l’était plus.

– Je n’ai jamais voulu de ce pouvoir, les grandes œuvres, sauver le monde, je n’en veux pas, et comme je n’en ai pas prouvé en être digne…

Il fit ainsi apparaître son fouet, par réflexe, je pris mon arc et le bandais, prêt à lui tirer dessus dans le cas où il briserait la vitre. Mais ce qu’il fit me surpris d’avantage.

Le fouet qu’il tenait, aucune magie n’en émanait, c’est comme s’il… Comme s’il ne pouvait plus le contrôler.

– PioarMario, j’ai perdu mon pouvoir, les dieux me l’ont repris, mais avant que je ne le perde, car j’ai accepté de le perdre, ils m’ont dit quelque chose : la prochaine personne, exceptée toi, qui touchera ce fouet recevra mon pouvoir. Comprends-tu ? Une nouvelle personne peut être choisie, mais cette fois, il n’en incombera que de toi pour faire le choix. Choisis bien, car il ne faudrait pas que tout recommence. Je te donne ainsi ce fouet, et te demande bonne chance pour la suite.

Le fouet s’illumina et Hugues le lâcha, il s’enroula donc, et quelque chose commença à se former autour, c’était en réalité une boîte transparente, qui se déplaça vers moi, et le fouet à l’intérieur, elle traversa la vitre comme s’il elle n’avait pas de consistance, et je pris la boîte, c’est alors que le fouet arrêta de s’illuminer, tandis que je sentis l’extraordinaire pouvoir qui en était imprégné. Je contemplais la boîte et me retourna vers Hugues.

– Hugues… Je sais que tu as commis des actions horribles, mais merci. Tu vas avoir une chance de te racheter, je te le promets.

– Tu n’en as pas besoin PioarMario, je préfère rester ici, et c’est là encore que je me sens le mieux, je ne manque de rien, donc ça ira, va, et fais le bon choix.

Je sortis donc de la cellule, tenant la boîte entre mes mains, et appela Steve, pour lui dire de venir en urgence, arrivé devant moi, je lui expliquai tout, et il dit :

– PioarMario, tu as une grande responsabilité sur tes épaules, autrement te dirais-je de bien réfléchir avant de faire ton choix.

– Je le comprends Steve, et je ferais de mon mieux. Tous les chefs d’Etat sont arrivés ?

– Oui, tout est prêt, il ne reste plus qu’à tout révéler.

Le moment était maintenant venu de dévoiler l’existence d’extraterrestres…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 17 Oct - 20:05

Chapitre 8

« Nous ne sommes pas seul »


Je me suis alors dirigé vers la salle où avait lieu la grande réunion, et lorsque je suis apparu aux yeux de la quinzaine de chefs d’Etat présents, tous se sont levés, excepté les émissaires d’Elémenta. Il y avait aussi mes copains, et ma sœur, mais eux ne faisaient que s’assurer que la réunion se déroulait bien, alors ils étaient disposés à intervalles réguliers sur les côtés de la salle. Il y avait aussi une autre personne, ce n’était pas un chef d’Etat, mais des choses que j’aies vues sur Elémenta me m’ont fait dire que c’était obligé que je le fasse venir. Cette personne, je ne sais pas son nom IRL, mais je la connais sous le pseudo de « Véovis », car elle a fait un jeu de stratégie spatiale (tout seul attention !) et beaucoup d’images qu’il a réalisées correspondent à des vaisseaux de la flotte d’Elémenta. C’est pour cela que je lui ai demandé de venir.

Je me suis donc assis, regardé l’assemblée des chefs d’Etats rassemblés, qui ne faisaient que me dévisager, cela m’emplit d’un sentiment bizarre, comme si j’étais un étranger pour eux. Puis j’ai pris une inspiration, et ai commencé à parler :

– Mesdames, messieurs, je vous prie d’abord de m’excuser de vous avoir fait venir aussi vite, mais l’affaire dont je vais vous parler le nécessitait. Je vais d’abord m’assurer que tout le monde est là, nous avons donc les dirigeants des pays suivants : Etats-Unis, Chine, Russie, Japon, Brésil, Inde, France, Allemagne, Royaume-Uni, Australie, Canada, Espagne, Italie et Corée du Sud. Et nous avons aussi une personne, qui est pour moi d’importance, je vous expliquerai les raisons plus tard, elle est là, et la plupart des gens la connaissent sous le nom de Véovis. Nous sommes donc au complet, et avant de vous expliquer qui est les personnes qui m’accompagnent, je voulais vous dire quelque chose. Certaines personnes en pensent le contraire, mais la vérité que je vais vous énoncer, est bel est bien une vérité. Nous ne sommes pas seul dans l’univers. D’autres civilisations, d’autres formes de vies existent.

La révélation eut l’effet d’une bombe, toute l’assemblée fut surprise, et je voyais bien que chacun était prêt à m’assaillir de questions, et je voyais certains regards se tourner aussi vers la délégation Elémentienne. Je repris donc le discours avant de perdre l’attention des personnes présentes.

– Je veux d’abord toutefois vous rassurer, leurs intentions sont amicales, après avoir séjourné quelques jours avec eux et m’être renseigné sur leur philosophie. Leur technologie est toutefois bien en avance sur la nôtre, et ils accepteront volontiers de la partager avec nous. Cependant, je dois vous prévenir que cette décision de faire une alliance entre nos deux peuples a été contrainte par un événement majeur. Actuellement, leur planète est assiégée par une autre espèce vivant dans l’univers, connue sous le nom de Pirates de l’Espace. Aucun des deux camps ne possède actuellement l’avantage, et il suffirait d’un rien pour faire basculer la victoire d’un camp à l’autre. Cependant, une autre urgence est actuellement en cours. Les Pirates de l’Espace ne veulent pas se contenter de leur planète. Une flotte d’envergure se dirige aussi actuellement sur la Terre.

La surprise fut plus grande encore, et cette fois-ci, ce fut le brouhaha total, chacun tentait de prendre la parole, et je tentais à de nombreuses reprises de reprendre la parole, avant de frapper la table de mon arc. Un bruit métallique retentit et toute l’assemblée se tut, je repris donc la parole.

– Assez ! Je sais que la situation est grave, mais tentons de régler cela en gardant notre sang-froid ! Ecoutez-donc ce que je vais dire. Donc, pendant mon séjour sur Elémenta, car c’est bien le nom de la planète, j’ai donc appris la nouvelle de l’attaque, via Steve, que je vous présente ici, il est un natif d’Elémenta, mais est venu ici avec comme objectif de me trouver et de m’éveiller à mon pouvoir. Et il a ainsi installé des défenses sur notre planète. Et il faut que je vous informe. Ce n’est pas la première fois que les pirates de l’espace attaquent, ils ont déjà tenté de nous envahir par le passé. Et nous avons eu notre salut que par le fait que j’ai pu utiliser la flèche arc-en-ciel pour les exterminer. Et ils sont sur le point de revenir.

« Mais sur Elémenta, nous ne sommes pas restés les bras croisés, bien qu’ils subissaient eux-aussi le siège. Et c’est alors que nous avons mis au point un plan. De nouveaux genres de défense vont être construits sur Elémenta, et nous pourrons grâce à elles, remporter la victoire, et il a aussi été décidé de mettre en place un pont via une porte spatiale entre nos deux planètes, afin de vous apporter les ressources et le matériel nécessaire à la construction de défenses ici, sur la Terre. Mais ces défenses seules ne suffiront pas, tout comme le reste de la flotte Elémentienne seule ne pourra pas.

« C’est donc que dès que la victoire aura été remportée sur Elémenta, le reste de la flotte traversera la porte spatiale, dont l’autre va être construite ici, afin de soutenir les défenses qui seront construites ici. Avec les défenses, et le reste de la flotte Elémentienne, la victoire sera possible. Et nous porterons aux pirates de l’espace le plus dur revers qu’ils auront connu, et cela signera le début de leur déclin ! Vous avez donc compris ?

La plupart des chefs d’Etats acquiescèrent, et c’est alors que Véovis posa une question :

– Bon. PioarMario, je sais que je ne suis pas un chef d’Etat, ni un magnat financier, et pourtant je voudrais savoir pourquoi je suis ici ?

– C’est une raison que je t’expliquerais plus tard, mais qui était néanmoins suffisamment intrigante pour que ta venue soit nécessaire. Bien, je vais donc laisser les représentants de la délégation Elémentienne s’exprimer pour qu’ils vous expliquent la mise en place du double-assaut.

C’est alors que le roi se présenta donc, expliquant quel était son rôle sur Elémenta, et plaida pour une paix entre les deux peuples, puis le général se présenta, décrivit la puissance de la flotte d’Elémenta, et à quel point la victoire se jouait à rien. Puis ce fut le tour de l’ingénieur, qui donna un aperçu de la technologie Elémentienne, de sa culture et de ses créations architecturales. Et finalement ce fut le tour de Maria, qui décrivit brièvement son rôle de capitaine des espions, et qui expliqua en quoi leur aide était nécessaire dans la réussite du plan. Une fois les présentations achevées, le roi prit la parole :

– Maintenant que nous vous avons tout expliqué, il est maintenant temps de mettre en place le plan que nous avons échafaudé, nous allons envoyer à chacun d’entre vous des disques informatiques qui contiennent toute notre technologie, qui vous sera nécessaire pour que vous mettiez en place la défense. Suivez les instructions pour vos usines, afin de les améliorer, développer votre fret de drones, et nous allons utiliser la porte de surface pour vous envoyer de la main d’œuvre et des ressources nécessaires à l’élaboration des défenses. Nous devons faire au plus vite, le temps risque de nous manquer. Faites du mieux que vous pouvez, et puisse notre plan réussir. Et n’oubliez pas d’informer la population entière. Cela provoquera peut-être des mouvements de panique, mais il vaut mieux l’informer que de le cacher jusqu’au jour de la bataille, qui elle, ne sera pas invisible. Et les mouvements de panique risqueraient d’être d’autant plus importants.

Tout le monde acquiesça, et Steve proposa de téléporter tout le monde, dans leurs demeures respectives. Tout le monde, sauf Véovis. Et tandis que la délégation Elémentienne fut téléportée à la porte spatiale, je m’approchais de Véovis. Et je lui dis :

– Tu veux donc savoir pourquoi tu étais ici ? Toi, un simple concepteur de jeu au milieu de cette brochette de chefs d’Etats ?

– Cela m’intéresserait beaucoup en effet.

– Ok, Steve, apporte les photos.

Steve apporta donc des photos qui représentaient des vaisseaux pirates et de la flotte Elémentienne, ainsi que quelques défenses.

– Véovis, je te présente des photos des vaisseaux pirates prises sur l’orbite d’Elémenta. Ainsi que quelques échantillons de la flotte Elémentienne, actuellement clouée au sol. Tu ne remarques pas quelque chose ?

– Mais… C’est… Les vaisseaux que j’ai dessinés pour la faction des pirates et des Melrehns.

– Exactement, je jouais à Célestus avant… Avant que tout cela n’arrive, et quand je suis arrivé sur Elémenta, ça a été l’une des premières choses qui m’aient frappé. A partir de quoi as-tu dessiné tes vaisseaux ?

– Je ne sais pas… Je les imaginais, parfois je les voyais en rêve, et je les dessinais. Je ne les avais jamais vus avant.

– Je vois… Continue à faire ce que tu fais, si tu as une idée à me proposer, n’hésite pas, je suis ouvert à toutes tes propositions qui pourraient m’aider… Ou alors… Si tu le désires, tu peux rester ici, tu pourras avoir une place pour aider Steve, pour planifier la défense de la Terre, faire la répartition des défenses. Tu aurais une place de choix ici, et tu pourras toujours t’occuper de la gestion de Célestus. Acceptes-tu mon offre ?

Véovis sembla réfléchir longuement, étudiant la proposition, avant de répondre :

– J’accepte cette offre, je pense que je me plairais ici, j’ai toujours rêvé de vivre dans un environnement semblable à Célestus. Je t’apporterais toute l’aide que tu désireras.

– Très bien, alors prépare toutes tes affaires, Steve te les téléportera ici le moment venu.

Il acquiesça, tandis que Steve le ramena chez lui. Et tandis que tout semblait calme ici, sur la Terre entière, c’était autre chose, les chefs d’Etats révélaient la vérité sur Elémenta l’un après l’autre, la population fut d’abord intriguée, puis sembla paniquer, mais cela fut de courte durée, une fois le plan de défense de la Terre expliqué. Et tout le monde sembla vouloir y participer, tandis que sur Elémenta, la porte avait été construite, et qu’ainsi un flot de vaisseaux de transport commença à déferler depuis la porte côté Terre. L’humanité allait prouver sa valeur. Elle allait montrer qu’elle ne se laisserait pas faire face à l’envahisseur !

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 17 Oct - 20:09

Chapitre 9

Une découverte cruciale


– Vous, chargez-vous de planifier les emplacements des lance-missiles, tandis que vous, occupez-vous des canons laser.

J’étais en train de faire la répartition des tâches de chacune des personnes du groupe de terriens auquel on m’a assigné. L’emplacement dont j’étais en charge était les grandes plaines d’Amérique, d’après ce qu’on m’a dit. L’endroit était bien situé, et le terrain suffisamment plat pour pouvoir installer de grosses défenses telles que des plasmas lourds. Mais le temps nous manque, et il faut qu’on fasse au plus vite.

– Maria ! Viens voir, on a un problème !

Je me dirigeai donc vers le terrien qui m’appelait. Ils m’ont vite acceptée, j’étais en même temps assez proche d’eux, et ils savaient aussi que il était nécessaire de nous entendre, que l’heure n’était pas aux conflits. Ainsi suivaient-ils à la lettre mes instructions. C’est alors que je compris ce qui n’allait pas.

– Lorsqu’on a fait les relevés de la couche géographique, on a reçu des mesures bizarres, comme s’il y avait une énorme grotte en dessous. Ce qui voudrait ainsi dire que cette zone n’est pas viable à l’installation d’une défense. Cependant, il faut qu’on fore pour en avoir le cœur net pour cette grotte. Nous en donnez-nous l’autorisation ?

– Oui, je sais que la priorité est à la construction de défenses, cependant, cela est trop intriguant pour être ignoré, on va voir ce qu’il en retourne.

Enfin une chose qui cassait la monotonie lente de cette construction de défense. Chaque défense se construisait en un éclair, grâce aux drones qui construisaient les défenses en un éclair. Nous avons donc mis la foreuse en marche, afin de creuser les quelques mètres qui séparaient cette grotte de la surface. Le bruit assourdissant du métal broyant la roche nous empêchait de nous comprendre, ainsi nous taisions nous tandis que la foreuse creusait. Quelques minutes plus tard, l’assourdissante machine ayant fini de creuser, nous fîmes ressortir sa gueule de monstre de la terre, laissant un trou suffisamment large pour qu’un humain puisse passer.

Je mis mon équipement d’espionne, car j’étais la plus apte à me défendre s’il s’avérait que des intrus y demeuraient. Je plantai mon grappin au sol, et rentrant dans le trou, fis dérouler la corde, me faisant lentement descendre vers le fond. Une fois que j’ai touché le fond, je me détachais de la corde, la laissant pendre depuis le plafond de la grotte. Pour l’instant la lumière n’arrivait que du plafond, ainsi allumais-je la lampe fournie avec ma combinaison. Je laissai le faisceau se balader dans la grotte, et lorsque je la pointai vers un des murs de la grotte, ce que je vis me coupa le souffle. L’existence-même d’une telle chose était contestée. Et pourtant, elle se trouvait là, devant moi. Il fallait que je prévienne immédiatement PioarMario !

***

Tandis que j’étais en train de m’exercer au pilotage de mon vaisseau dans le simulateur, car je devais être fin prêt pour la bataille qui allait bientôt se dérouler, Steve m’informa immédiatement de la découverte de Maria. Ce qu’il parvint à m’expliquer me laissa stupéfait. Et je sortis immédiatement du simulateur pour aller rejoindre Maria sur le terrain. Une fois la téléportation achevée, je m’engouffrais dans le trou creusé par la foreuse en me laissant glisser par la corde et rejoignis immédiatement Maria. Des spots de lumière avaient été installés pendant le laps de temps où Maria m’avait appelée, et ce que je vis était impressionnant.

Une gigantesque base abandonnée, mais qui ne semblait en rien Elémentienne, et sur un des murs figuraient des inscriptions, que je ne parvenais pas à déchiffrer, mais Maria si. Elle me conta donc :

– PioarMario, cette découverte est capitale. Elle prouve qu’une autre civilisation s’est installée sur Terre. Et de plus, ces écrits… Ils racontent l’histoire des Héros des Eléments. Je vais te traduire :

« La paix était ainsi présente (ils parlent de la guerre de l’origine, qui avait eu lieu entre deux civilisations, très puissantes, mais qui avaient fini par s’exterminer entre eux) mais nous savions qu’elle ne durerait pas. Ainsi avons-nous mis en place de très longues expériences afin de créer un homme. Ou plutôt, une famille, qui aurait pour charge de préserver la paix dans la galaxie, en disposant de grands pouvoirs, et surtout, en étant le détenteur d’une des 3 puissances à 4 dimensions (je t’expliquerais ce que c’est après) qui est capable de faire régner la lumière ou les ténèbres sur une planète entière.

« Mais il était dangereux que ce soit la même personne qui soit en charge de cette mission pour l’éternité, il en est de même si c’est la même espèce, faisant croire aux autres qu’elles sont défavorisées. Ainsi avons-nous mis en place un processus de sélection aléatoire, qui déterminerait tous les 1000 ans une personne dans la galaxie digne de recevoir ce pouvoir. Elle devait être suffisamment pure pour que nous soyons sûrs qu’elle accomplirait ses actions pour le bien de tous et non pour son plaisir personnel. Nous avons donc mis en place ce processus, et décidé de lui offrir comme arme pour se défendre l’une des 3 reliques du Big Bang : l’arc des Eléments. Et nous savions qu’elle en ferait bon usage.

« 100 ans plus tard, le premier héros a fait ses preuves, il a montré qu’il était digne d’établir la paix. Mais nous nous sommes rendu compte qu’elle semblait désemparée face à l’ampleur de la tâche qui l’attendait. Ainsi avons-nous décidé de lui adjoindre 2 compagnons, décidés par le même processus de sélection aléatoire. Et nous avons adjoint à chacun d’entre eux les 2 autres puissances de 4 dimensions. Et aussi les 2 autres reliques du Big Bang. A eux trois, ils formeraient les Héros des Eléments. Nous attendons beaucoup d’eux.

« 1000 ans plus tard, le premier héros est décédé depuis voilà maintenant 643 ans, et nous venons de constater l’arrivée du deuxième héros, ainsi que de ses deux compagnons. Ces trois-là ont mis du temps à se retrouver car ils sont apparus à différents endroits de la galaxie, mais grâce à notre aide, ils y sont parvenus. Ils s’entendent très bien, bien qu’ils ne soient pas de la même espèce, et leur cohésion est quasiment totale. Nous les suivons de près et allons attendre une dernière génération, si celle-ci réussit aussi, nous nous retirerons.

« 2000 ans plus tard, la 3ème génération est bien meilleure que les 2 précédentes, ils s’investissent pleinement dans leur mission, et nous n’avons pas eu besoin de les faire se retrouver, cela s’est fait tout seul. Notre peuple a donc achevé pleinement sa mission. L’entrée de la base d’opérations va être obstruée, et nous allons effacer la mémoire des habitants de cette planète, afin que plus personne ne connaisse notre rôle. Je suis donc le dernier à être ici pour écrire ces paroles, et je vous dis au revoir. »

– On a déjà entendu parler de cette civilisation, d’après ce que tu viens de me raconter, elle était encore plus en avance que vous ne l’êtes actuellement.

– C’est exact, certains récits corroborent l’existence de cette civilisation, l’un d’eux leur donne même un nom : les Lanthaniens. Si c’est bien eux qui ont construit et séjourné dans cette base, et qui ont même créé les Héros, alors cette civilisation est bien plus ancienne qu’on ne le pensait. Et cela va remettre en question bien des théories sur l’avènement des Héros.

– Je vois… L’archer souffla de surprise devant la découverte. C’est donc en effet une découverte capitale. Mais je me demandais… Puisqu’on a découvert cette base, pourquoi ne pas en profiter ? Il doit bien rester des armes qui pourraient nous être utiles contre les pirates de l’espace ?

– J’en doute, répondit franchement Maria. Les Lanthaniens étaient connus pour être une civilisation pacifique, ils avaient créé peu d’armes, et les seules qu’ils ont créées étaient d’une puissance sans précédent, capable de raser des systèmes stellaires entiers. Et toutes ont été détruites dès leur utilisation, car ils avaient eu besoin de leur recours que pour des menaces sans précédent. S’ils ont laissé des armes ici, elles seraient soient d’une puissance minime soit elles sont hors d’état de fonctionner.

Le châtain s’efforça de cacher sa déception avant de poursuivre :

– Dommage, ça aurait pu nous être utile pour tenter de réduire les pertes et accroître nos chances de victoire. En tout cas, cela reste néanmoins une découverte capitale, et je pense qu’il y a de toute façon de la technologie qu’on pourrait exploiter ici. Prévenons l’état-major Elémentien et les chefs d’Etats. Nous allons juste prendre ce qui nous serait utile dans l’immédiat, on fera des recherches plus poussées si jamais on arrive à s’en sortir.

Le vairon se retourna, tira une flèche grappin à l’ouverture de la grotte avant d’en sortir prestement. De là, Steve le téléporta à la base, et PioarMario lui narra la découverte de Maria, puis tous deux se mirent d’accord sur le fait qu’il fallait mieux reporter les recherches poussées dans la base à plus tard. Et ainsi, notre héros se remit à surveiller l’avancement de la construction des défenses, admirant le ballet de vaisseaux entrant et sortant dans la porte spatiale, représentés par des curseurs avec une modélisation 3D de leur structure sur la mappemonde virtuelle. Les pirates approchaient et le temps jouait contre eux. Mais il ne perdait pas espoir. Si chacun donnait de son mieux, peut-être y arriveraient-ils. Et leur victoire sonnerait ainsi le glas de la domination des pirates de l’espace !

C’est en cela que PioarMario croyait, et cela était de plus en plus vrai. Et pour afficher au monde entier sa volonté de vaincre, il sortit de la base, et brandit son arc vers le ciel, le faisant étinceler comme milles feux, représentant son état intérieur, et défiant les pirates de venir à bout de sa volonté !

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 24 Oct - 21:00

Chapitre 10

Ce n’est que le début…


2 semaines et demi plus tard… Sur Terre, les défenses ne cessaient de s’ériger, et tout le monde était certain que la victoire serait facile. Tout le monde… Sauf PioarMario et la délégation Elémentienne. Ils ont reçu de nouveaux rapports sur la composition de la flotte, et ont notamment appris qu’un cuirassé de classe III, comptant parmi les plus puissants, s’était joint à la flotte. Maintenant, ils savaient que la victoire se jouait à un fil. Ils n’avaient pas communiqué l’information, de peur d’étioler la foi en la victoire, si fragile, de la population. Mais l’heure était maintenant aux préparatifs, car Elémenta était sur le point de débuter l’offensive qui allait permettre de se délivrer du siège.

La tactique de bataille avait été vue et revue, la position des vaisseaux très clairement définie. Et leur atout, espéraient qu’il allait leur permettre la victoire, les nouvelles défenses, étaient fin prêtes. Et les pirates ne savaient rien de leurs constructions, le bouclier de nuages empêchant tout espionnage depuis l’espace. Steve a procédé à de nombreuses améliorations du vaisseau de PioarMario, en renforçant son blindage avec des matériaux trouvés dans la grotte, qui étaient d’une technologie bien plus avancée. Il a notamment intégré une relique des anciens héros, un canon qui utilise les flèches de l’archer, démultipliant leur puissance, et pouvant faire ainsi des dégâts considérables aux vaisseaux ennemis.

Sa vitesse et sa puissance de feu a été grandement améliorée, ainsi que sa taille et sa résistance, sa manœuvrabilité est supérieure grâce à des réacteurs qui permettent de libérer suffisamment de puissance en peu de temps, permettant des esquives de missiles ou tirs plasma, les lasers étant quasiment impossibles à esquiver, mais ont une puissance de feu moindre. Le vaisseau de PioarMario est donc bien équipé pour la bataille. PioarMario disposera aussi d’une escadrille constituée de 30 chasseurs, composée des pilotes Elémentiens les plus talentueux. Maria a aussi lourdement insisté pour être l’un des deux ailiers du héros. Elle disposera donc d’un vaisseau d’une puissance équivalente à celui du chef d’escadrille. Nous assistons ainsi aux derniers préparatifs avant leur décollage, sur Elémenta :

– Vous avez bien vérifié les circuits, les canons et les réacteurs ?

PioarMario vérifiait que les derniers préparatifs avant le lancement ont bien été effectués.

– Oui, répondit le contremaître affecté à la révision des vaisseaux, tout est en ordre, votre petit bijou est comme neuf !

– Parfait. Le décollage ne va pas tarder et je n’ai pas envie d’être confronté à un problème technique lors de la bataille. Bien, maintenant, je pense que c’est le moment de donner les dernières consignes avant le départ. Vous 30… Vous savez que vous êtes à mon service. Alors je vous demande de faire du mieux que vous pouvez, ne ressassez pas vos erreurs faites pendant la bataille, concentrez-vous pleinement dedans, vous serez le plus efficace possible. Suivez le plus possible mes ordres, ceux de Maria ou de Baptiste, mes ailiers. Et surtout, le plus important : Ayez foi en la victoire ! Ne laissez jamais le doute assombrir votre esprit ! Cela vous ferait perdre vos moyens, et la défaite elle, sera réelle ! NE LÂCHEZ RIEN !

Une clameur s’éleva des rangs de pilotes dressés devant le héros, qui dressaient le poing et s’écrièrent : « VIVE ELEMENTA ! » à pleins poumons. Et tous rejoignirent donc leur cockpit. Les hauts parleurs répétaient en boucle à tous ceux qui ne sont pas autorisés à quitter le terrain, tandis que les chasseurs décollaient l’un après l’autre en direction du ciel. Le vaisseau du vairon décolla donc, guidé par PioarMario via le manche à balai. Lorsqu’il fut à une hauteur suffisante, toute l’escadrille se plaça en formation derrière lui, se dirigeant vers la couche nuageuse recouvrant la planète. Mais alors qu’ils étaient sur le point de franchir les nuages, l’escadrille ralentit, puis s’immobilisa. Le chef d’escadrille dit donc, par message radio à tous ses escorteurs :

– Nous allons attendre ici. Nous avons élaboré une stratégie, et celle-ci passe par le fait d’éliminer les 4 cuirassés en orbite en premier, les pirates seront alors privé de la plus grande partie de leur puissance de feu. Mais nos défenses conventionnelles ne nous permettent pas de les abattre en une seule salve. Cependant, les nouvelles défenses si.

« Le canon à lave a pris comme cible les réacteurs de 2 des cuirassés. Cela les obstruera et, ne pouvant évacuer le gaz qui permet la propulsion, cela fera imploser leurs réservoirs, causant une réaction en chaîne qui les fera s’autodétruire. Enfin, le gigantesque canon Gauss installé à côté du lac empoisonné va tirer sur les 2 cuirassés restant. Les obus vont percer à l’intérieur, causant une ouverture d’air à l’intérieur, que les pirates vont colmater en activant leurs systèmes de réparation automatiques, c’est à ce moment-là que les obus vont relâcher leurs vapeurs toxiques, faisant mourir par empoisonnement l’équipage entier en quelques secondes, rendant les cuirassés incapables d’agir.

« Notre mission est donc de protéger ces deux cuirassés restant, en éliminant tout vaisseau ennemi tenant de s’en approcher afin d’en reprendre le contrôle. Et aussi de détruire tout vaisseau ennemi tentant de lui tirer dessus, afin que nous puissions en prendre possession dès la fin de la bataille. Si notre mission est réussie, nous pouvons être certains que nous gagnerons à la bataille de la Terre. Donc, escadrille pure, es-tu prête !?

Tous les autres pilotes répondirent d’un « OUI ! » en chœur. Et nous avons commencé à attendre le début de l’attaque des défenses, tandis que le reste des vaisseaux Elémentiens, qui vont de la simple corvette au croiseur lourd finissaient de se mettre en place sous la couche nuageuse. L’attente dura longtemps. 1 minute… 2 minutes… 5 minutes… 15 minutes… 30 minutes… 1 heure.

Soudain, un message fut adressé à tous les vaisseaux :

« Début du feu des défenses au sol, attendez 1 minute avant de partir exécuter votre mission »

Et c’est alors qu’apparut du sol une bordée massive de projectiles de tous genres, faisceaux laser, missiles, boules de plasma, trainées orangées d’obus de canons Gauss en flammes, la grosse trainée caractéristiques des plasmas lourds, tous ces projectiles étaient différents, mais tous avaient le même but : déchirer, détruire, percer, exploser la coque des vaisseaux pirates.

On admirait ce spectacle qui me faisait penser à un feu d’artifice planétaire, en tentant d’imaginer l’état dans lequel seraient les vaisseaux pirates lorsqu’on émergerait de la couche nuageuse. Lorsque la minute fut écoulée, je fis avancer mon vaisseau pour sortir de la couche nuageuse, et lorsqu’on eut franchi la barrière de nuages, on découvrit une immense flotte, qui se tenait face à nous, prête à tirer, mais dont l’effet des défenses au sol se ressentait. Certains vaisseaux étaient détruits et hors d’usages, d’autres étaient en très mauvais état et semblaient prêts à rendre l’agonie, et lorsque je jetai un œil aux cuirassés, qui étaient notre objectif, j’eux le temps de voir un spectacle incroyable.

Les deux cuirassés qui avaient été ciblés par le canon à lave étaient immobiles, mais leurs réacteurs totalement obstrués, des vaisseaux pirates tentaient de tirer sur la couche solidifiée de lave. Sans succès car le canon rajoutait sans cesse des couches, et soudainement, un des deux cuirassés implosa à son arrière. Son réservoir a explosé. L’explosion se propagea sur tout le pont supérieur, causant une brèche béante dans sa coque. C’est à ce moment-là qu’arriva une boule de plasma de la taille de mon vaisseau. Elle atterrit parfaitement dans la brèche, et explosa bien à l’intérieur du cuirassé. Cela l’acheva, il explosa totalement dans une constellation de débris. Un des cuirassés a été abattu.

Dans la radio, j’entendis ainsi les cris de joie de toute mon escadrille. Avec un de leurs 4 cuirassés en moins, les pirates se voyaient handicapés d’une partie non négligeable de leur puissance de feu. C’est alors que je détournais mon regard vers le deuxième cuirassé ciblé par le canon à lave. Son réservoir venait d’exploser, mais cette fois-ci, seule la partie arrière de sa coque fut touchée. Il n’y eut pas de réaction en chaîne. Je pestais tandis que son équipage, reprenant ses esprits, alluma les réacteurs de secours disposés à intervalles réguliers sur sa coque, reprenant une faible partie de sa mobilité juste perdue. Et c’est alors qu’il commença à répliquer, ses canons ciblant un des croiseurs lourds de la flotte Elémentienne. Ses canons lasers lui entamaient sa coque, tandis que les boules de plasma en provenance du cuirassé liquéfiaient son blindage à l’impact. Il ne résisterait pas longtemps, je le savais, mais je ne pouvais pas me porter à son secours.

Les deux cuirassés restants étaient quant à eux, immobiles, ils n’agissaient pas, et pour cause : leur équipage entier était décédé par les vapeurs toxiques contenues dans les obus qui l’ont touché, pourtant son blindage semblait indemne. Les deux cuirassés n’étaient pas très éloignés l’un de l’autre, mais je dus diviser mon escadrille :

– Ecoutez-moi tous, moi, Maria et 14 autres vaisseaux allons protéger la cible A, tandis que Baptiste et le reste des vaisseaux disponibles vont protéger la cible B, accomplissez votre mission, empêchez quiconque des pirates d’embarquer dans le vaisseau, et détruisez tout vaisseau ennemi tentant de lui tirer dessus. Si nous menons à bien notre objectif, la victoire sera à nous ! Êtes-vous prêts ?

– OUII ! Répondirent tous en chœur.

La formation se rompit donc, divisant en deux l’escadrille, je gardais mon cap tandis que Baptiste bifurqua en direction de l’autre cuirassé. Les chasseurs qui étaient restés avec moi reformèrent la formation. Et tandis que nous approchions du cuirassé, des transporteurs de troupe en provenance de croiseurs lourds ennemis tentaient de débarquer à bord du cuirassé abandonné. Je changeais mon cap en direction d’eux et chargea une flèche de glace dans le compartiment du démultiplicateur. Après une visée rapide, j’appuyai sur la gâchette. Une grosse trainée bleu clair partit du canon, et se dirigea vers les vaisseaux ennemis. A l’impact, 2 des vaisseaux transporteurs furent emprisonnés dans une boule de glace de grosse taille, qui se déplaçait de manière uniforme en direction du cuirassé, semblable à un boulet de canon géant.

Les transporteurs se rendirent alors compte de notre présence et tentèrent d’accélérer. Mais il était trop tard. J’ai commencé à pourchasser le premier, tandis que le reste de l’escadrille se déploya derrière les autres, en tirant de leurs canons lasers et plasma sur les transporteurs, qui tombaient l’un après l’autre comme des mouches. Je fis de même et il ne fallut qu’une rafale rapide pour achever mon adversaire. Le groupe de transporteur fut rapidement décimé, leurs débris se dispersant dans l’immensité de l’espace. Cela faisait seulement 5 minutes que la bataille avait commencées, et il y avait déjà beaucoup de pertes des deux camps.

Soudainement, une flotte de chasseurs se dirigea vers mon escadrille. A vue d’œil, elle était grande d’un bon millier. Et pendant ce temps, les pirates firent une autre tentative de reprendre le contrôle du cuirassé, avec une dizaine de transporteurs de troupes qui filaient en direction du cuirassé. Je décidai alors d’envoyer un ordre à la partie de mon escadrille restée sous mon contrôle :

– Ecoutez-moi tous, nous devons détruire ces transporteurs, la priorité est d’empêcher quiconque de débarquer dans le cuirassé, et nous devrons en plus faire face à ce nuage de chasseurs. Nous allons donc mettre en place la tactique suivante : moi et 2-3 vaisseaux vont rester derrière les transporteurs pour tenter de les détruire, tandis que le reste de l’escadrille abattra tout chasseur s’en prenant à eux. Je m’occupe des transporteurs, car je suis capable de concentrer ma puissance de feu sur les transporteurs, tout en faisant beaucoup de victimes parmi les chasseurs. Qui reste en escorte avec moi ?

Maria se proposa, son vaisseau étant semblable au mien, elle n’aurait pas trop de difficulté, et deux autres pilotes, qui pilotaient cette fois-ci des chasseurs se proposèrent à la destruction, tous les autres allaient se charger des chasseurs tentant de nous détruire. Une fois le plan établi, je rétablis la formation, avec Maria et le pilote comme ailiers, tous les autres se préparaient à engager le combat. Nous devions traverser le nuage de chasseurs afin d’atteindre la flottille de transporteurs, qui en était à son quart du chemin. Etant certain qu’il fallait que je me concentre sur le pilotage, je passais toutes mes armes de calibre convenable pour abattre les chasseurs en mode automatique. Quelques secondes après, les chasseurs commencèrent à fondre sur nous. Mes armes les verrouillaient automatiquement et ils tombaient l’un après l’autre, à une cadence effrénée. Maria en faisait de même et le nombre de chasseurs ennemis tombait en flèche.

Ceux qui n’étaient pas détruits par mes canons étaient rapidement éliminés par mon escorte. Une fois qu’on ait franchi le nuage, les transporteurs n’étaient plus qu’à la moitié du chemin. Il fallait faire vite. Je savais qu’on les rattrapait rapidement, je ne pouvais pas m’inquiéter du fait qu’ils risquaient d’atteindre leur objectif. Lorsqu’on est parvenus à leur niveau, ils avaient réduit leur écart de moitié. Et les chasseurs prenaient le reste de mon escadrille en chasse, la plupart de mon escorte a donc rompu la formation pour engager le combat avec eux, il ne restait plus que trois vaisseaux en escorte. C’est alors qu’on fut à portée de tir des transporteurs. Maria et le pilote prirent chacun une cible, tandis que je m’occupais d’une autre, j’ai alors verrouillé le transporteur le plus proche, et ai tiré avec mes canons à plasma. Des boules lumineuses partirent alors en direction du transporteur, sublimant instantanément son blindage à l’impact. Il ne fit pas long feu.

Je reportais alors mon feu sur un autre transporteur. Quelques secondes plus tard, il était détruit. Le troisième ne dura pas plus longtemps que les autres, et le dernier explosa dans d’immenses gerbes de flammes alors qu’il avait presque atteint son but. Une fois que nous nous sommes assuré que tous les transporteurs étaient détruits. Nous avons prêté main forte au reste de l’escadrille, qui, pourtant le surnombre bien conséquent, n’avait pas encore eu de vaisseau détruit, et qui avait quasiment nettoyé tous les chasseurs. Notre aide ne fit qu’accélérer la chose. Une fois les derniers chasseurs ennemis détruits, je reportais mon attention sur la bataille en cours. Les défenses au sol pilonnaient d’un feu ininterrompu les croiseurs lourds adverses, mais ils résistaient du mieux qu’ils pouvaient, et notre flotte n’a pas encore pleinement établi la supériorité, malgré la perte des cuirassés du côté des pirates, et je me suis dit que la bataille ne commençait pas si bien que cela finalement…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Lun 24 Oct - 21:07

Chapitre 11

… de la fin d’une ère…


Dans l’espace personne ne vous entendra crier. C’est ce que dit l’adage, et cela ne l’a jamais autant été aussi vrai lors de la bataille d’Elémenta. Les forces Elémentiennes ont commencé l’assaut définitif depuis voilà 30 minutes, mais pourtant, aucun des deux camps n’a réussi à asseoir sa supériorité sur l’autre. Et cela, PioarMario en était parfaitement conscient. Il savait qu’une bataille sur la durée n’était pas à leur avantage, surtout s’il fallait mener la défense sur Terre peu de temps après, sans repos. Il était concentré sur son objectif et ne voyait pas l’étendue de la bataille, où chaque camp ne cessait d’effectuer des coups vicieux à l’autre.

C’est alors qu’à ce moment-là un destroyer de classe III Elémentien réussit à s’approcher à quelques kilomètres seulement d’un croiseur lourd pirate. A une échelle terrestre, on croirait que ces distances sont négligeables, mais sur le lieu de bataille, qui se déroulait sur une orbite éloignée de la planète, cette distance est en réalité très petite. Et un destroyer qui a réussi à s’approcher autant d’un croiseur lourd, n’est jamais bon signe pour ce dernier. C’est alors que le destroyer lança ses torpilles à nanites, qui causaient d’énormes dégâts aux cibles ennemies touchées. Elles filaient très rapidement, à un kilomètre par seconde, et c’est pour cela que pour un vaisseau de grande taille ennemi, laisser s’approcher aussi près un destroyer était la signature de son arrêt de mort.

Les torpilles arrivèrent en même temps, explosant dans de gigantesques libérations d’énergie. Du croiseur lourd qui se tenait là une seconde auparavant, il n’en reste plus qu’une carcasse informe où flottaient les corps de l’équipage autour. A l’intérieur du destroyer Elémentien, tout l’équipage jubilait, revigorés par cette action héroïque qu’ils venaient de faire. Le temps qu’ils rechargèrent leurs torpilles, ils décidèrent de tenter d’approcher un autre croiseur lourd des pirates, même s’ils se doutaient que leurs chances de succès étaient cette fois-ci bien plus maigres, et qu’ils pouvaient mourir après avoir lancé leurs torpilles, mais si la victoire avait ce prix, ils étaient prêts à l’accepter.

Pendant ce temps, à l’autre bout du champ de bataille, quelques chasseurs Elémentiens luttaient difficilement contre une corvette. Cette dernière savait que sa puissance de feu était bien supérieure à ceux-ci et elle pensait qu’elle remporterait la victoire facilement. Mais c’était sans compter sur le patriotisme d’un des chasseurs Elémentien, qui décida de tenter le tout pour le tout, quitte à mourir. Il fonça à pleine vitesse sur la corvette, tentant d’entrer dans son hangar, au mépris des canons lasers qui tiraient sur lui, et il parvint à s’engouffrer dans le hangar, sa petite taille le lui permettant, il emprunta les passerelles débouchant de son point d’entrée, et poursuivit sa traversée jusqu’à atteindre le silo à munitions, situé au cœur du vaisseau et qui en était l’endroit le plus protégé.

Tout l’équipage qui y était affecté commença à réaliser le danger, et commandèrent aussitôt un soutien pour détruire ce chasseur. Mais il était déjà trop tard, le pilote du chasseur voulait la survie de sa planète à tout prix, au mépris de sa propre vie, et lança son dernier missile sur les munitions stockées. Il explosa dans une déflagration de feu, et les munitions immédiatement proches suivirent, or celles-ci avaient une puissance bien supérieures au missile et l’explosion fut d’autant plus importante, elle souffla le chasseur, tuant sur le coup le pilote. S’ensuivit alors une réaction en chaîne qui fit exploser toute la corvette, et ses débris se dispersèrent un peu partout. Les rescapés de l’escadrille du pilote crièrent de joie et cela les galvanisa, et ils se promirent d’honorer pour toujours leur camarade qui s’est sacrifié pour la victoire.

PioarMario était lui toujours avec son escadrille, qui venait de perdre une unité. Il s’était sacrifié pour empêcher un missile de détruire le vaisseau du Héros. Et ce dernier regrettait cette perte, bien qu’elle lui ait sauvé la vie. Cependant il savait que l’heure n’était pas à l’émotion, et qu’il fallait se concentrer plus que jamais dans le combat. De plus, il était certain que les pirates avaient compris le plan de la flotte Elémentienne avec les cuirassés, et ils tentaient coûte que coûte de les détruire. Le vairon savait que son deuxième objectif était de détruire tout vaisseau ennemi tentant d’attaquer le cuirassé. Mais c’était un croiseur lourd qui semblait avoir été mis à la tâche par les pirates, et PioarMario savait que sans appui des défenses au sol, ils auraient beaucoup de mal à le détruire.

Constatant que le croiseur lourd n’était plus le seul pirate à tenter de détruire le cuirassé, et que de plus en plus de vaisseaux semblaient vouloir s’atteler à la tâche. Au début, face au seul croiseur lourd, il semblait évident que le cuirassé tiendrait, mais comme de plus en plus de vaisseaux pirates concentraient leur feu sur celui-ci, de nombreuses parties de sa coques commençaient à s’ébrécher. Craignant que leur objectif soit détruit, l’archer ordonna immédiatement à de nombreuses défenses au sol de faire feu sur tous les vaisseaux ennemis tentant de détruire le cuirassé. C’est alors que de dizaines de boules de plasmas, de millions de roquettes, de centaines de milliers de faisceaux lasers se dirigèrent sur la plupart des vaisseaux pirates tentant d’abattre leur propre cuirassé. Mais PioarMario remarqua très rapidement alors qu’il était déjà trop tard.

Le cuirassé avait maintenant une brèche béante sur la largeur de sa coque. Quelques dizaines de chasseurs pirates en profitèrent donc pour larguer toutes leurs torpilles dans celle-ci. Et cela sonna le glas du cuirassé. Le vaisseau se scinda en deux, sa structure trop fragilisée pour relier ses deux parties. De nombreuses explosions traversèrent les deux parties séparées, causées par la surcharge des câbles et de nombreux court-circuit, ainsi que par l’explosion des innombrables petits générateurs situés dans ces circuits.

L’explosion dura pendant une grosse minute, décourageant pour de bon le châtain qui ne pouvait que constater l’échec de son objectif. Il savait maintenant que les chances de survie de la Terre étaient considérablement réduites, bien qu’il apparaisse maintenant clairement qu’Elémenta remporterait la victoire. Tandis que la dernière explosion du réservoir à carburant du cuirassé illuminait le champ de bataille, Maria tenta de redonner du moral à son général :

– PioarMario. La mission n’est pas finie. Certes nous avons échoué à défendre ce cuirassé, mais l’autre est toujours intact ! Allons prêter main forte au reste de l’escadrille qui s’est chargée de sa défense avant que la mission soit échouée pour de bon. Il nous reste un espoir, ne le gâchons pas !

Les paroles de Maria agirent comme un baume réconfortant sur le moral de PioarMario. Elle lui avait redonné espoir. Il savait maintenant qu’ils avaient une dernière chance avant que la Terre soit perdue pour de bon. Et soudainement, une idée lui vint en tête. Elle était peut-être risquée, ils n’avaient peut-être pas assez d’hommes pour la réaliser, mais elle était probablement leur dernière chance de sauver le cuirassé. Il exposa son plan à Maria, qui réfléchit un instant avant de l’approuver, avant de l’expliquer à son escadrille et au Q.G. d’Elémenta situé au sol. Il n’eut pas à argumenter longtemps pour les convaincre que c’était la seule solution. Il lança immédiatement son plan, demandant à toute son escadrille restante de rejoindre l’autre cuirassé.

Quelques minutes passèrent avant qu’ils l’aient atteint et que l’escadrille qui s’était chargée de sa défense les rejoignit, reformant la formation qui était définie au début de la bataille. Puis tous se dirigèrent vers le hangar du cuirassé, avec comme intention d’y débarquer. Jusqu’ici, il n’y eut aucun vaisseau qui cibla le deuxième cuirassé. Une fois les portes du hangar refermées, et que tous les pilotes aient mis des masques filtrants, pour être certains de ne pas mourir à cause de résidus du poison. PioarMario assigna chaque personne à son poste, et quant à lui, se dirigea vers le poste de pilotage, accompagné de Maria. Il matérialisa son arc, un ou deux pirates pouvaient avoir survécu par miracle. Le cuirassé faisant 4 kilomètres de long, ils passèrent un bon moment à rejoindre le poste de pilotage.

Une dizaine de minutes plus tard, aucun vaisseau pirate n’avait pour l’instant tenté de détruire le cuirassé. Il faut dire que les défenses au sol qui avaient maintenant pour priorité de détruire tout vaisseau attaquant le cuirassé décourageaient efficacement. PioarMario et Maria avait maintenant atteint le poste de pilotage. Et l’archer renvoya son arc sous sa forme spirituelle avant de chercher les commandes du cuirassé. Constatant que le niveau demandé pour piloter ce monstre dépassait largement ses compétences, il avoua à l’espionne :

– Maria… Tu sais comment piloter ce vaisseau ? Je pensais pouvoir y arriver, mais je me rends maintenant compte que j’ai tort. As-tu les compétences pour y arriver toi ?

– Dans ma formation, savoir piloter tous les châssis de vaisseaux est obligatoire pour être reconnu comme un espion confirmé. Elle se dirigea vers une table de commande avec un gouvernail et poursuivit. Je pense pouvoir y arriver, toi, va à un canon afin d’aider les autres à défendre le cuirassé, je me charge de tout ce qui est pilotage.

– D’accord, j’y vole tout de suite.

Le général courut donc pour atteindre le plus rapidement possible l’une des batteries de plasma, qui étaient les plus puissantes du cuirassé. Il trouva la batterie libre la plus proche en quelques minutes et s’y installa. Il venait tout juste de s’y installer quand un léger grondement résonna dans l’air, Maria venait de remettre en route les moteurs. Le cuirassé eut alors un léger sursaut avant de commencer à avancer, il accéléra progressivement jusqu’à atteindre une vitesse suffisante pour permettre des manœuvres. PioarMario jeta ainsi un coup d’œil rapide à la bataille. La flotte d’Elémenta avait beaucoup diminué, mais ce n’était rien comparé aux énormes pertes des pirates. Les trois-quarts de leur flotte ont été détruits, et il suffisait d’un rien pour remporter la victoire. Mais soudainement, les pirates, voyant que leur cuirassé était contrôlé par l’autre camp, se rendirent compte du danger et commencèrent peu à peu à focaliser leur puissance de feu contre lui.

Maria régit aussitôt en activant le bouclier, qui permettait d’encaisser de nombreux tir, bien qu’elle sache qu’il ne durerait pas longtemps face à la puissance de feu déployée contre le cuirassé. Le châtain répliqua ainsi en ciblant un croiseur lourd qui avait engagé le feu contre lui, il ne cessait de tirer et tentait de viser le plus précisément possible afin de toucher un point sensible de sa coque. Les boules de plasma volaient à une vitesse impressionnante vers le croiseur, sublimant son blindage à l’impact. L’archer, à cet instant reconvertit en tireur, poursuivait son feu, et soudainement, une petite explosion se produisit dans le croiseur lourd ennemi, il avait détruit une batterie de missile, et les quelques missiles stockés dedans avaient détoné, endommageant une partie de sa coque. Quelques instants plus tard, des tirs provenant des défenses au sol détruisirent ce qu’il restait du croiseur lourd.

Et c’est juste après que notre héros vit une action impressionnante, bien qu’elle fût à déplorer. Un croiseur de support Elémentien ébréché de partout se dirigea à une vitesse impressionnante vers un autre croiseur lourd pirate. On devinait clairement son intention : éperonner le vaisseau ennemi. Le pilote du vaisseau, qui était le dernier survivant à son bord, a pris cette décision coûteuse juste avant d’expirer du manque d’air dans le vaisseau. Tous ses armements avaient été détruits, il ne restait plus rien en état de fonctionner dans ce vaisseau hormis…

Hormis le propulseur. Le vaisseau impacta l’ennemi avec une énergie cinétique gigantesque. L’engin pirate fût scindé en deux, et n’avait désormais aucune chance de survie. Cette technique d’un autre âge qui consiste à foncer dans le vaisseau ennemi avait toujours sa place à l’ère spatiale, et elle était d’une efficacité dévastatrice. Les deux vaisseaux ne furent que des carcasses inutilisables quelques secondes après.

Pendant ce temps, le cuirassé contrôlé par Maria commençait à prendre des dégâts. Le bouclier était tombé, et maintenant, l’espionne doutait que le vaisseau réussisse à survivre. Mais soudain, une bordée magnifique des défenses au sol, les nouvelles comprises, jaillit de la planète. Toutes les défenses avaient tiré en même temps, on vit d’abord les faisceaux laser heurter le blindage ennemi en premier, puis ce fut le tour des boules plasma et d’ions, et enfin, des centaines de millions de missiles qui impactèrent tous les vaisseaux ennemis en même temps. Cet assaut simultané avait été décidé par le Q.G. Elémentien afin de mettre un terme le plus vite possible à la bataille. Quasiment tous les vaisseaux pirates avaient été détruits, les autres ne tarderaient pas.

Mais soudainement, PioarMario vit une menace majeure. Un destroyer pirate avait lancé une dizaine de torpilles justes avant sa destruction, menaçant le cuirassé et son équipage. Il savait qu’ils ne résisteraient pas à leur impact. Maria passa alors les défenses anti-torpilles en mode automatique afin de tous les détruire. Aussitôt, des milliers de contre-mesures sortirent des lance-missiles en se dirigeant vers les torpilles, quasiment toutes furent détruites, sauf une, qui impacta le cuirassé de plein fouet. Le souffle de la détonation traversa tout le couloir extérieur et bien que le vairon fût éloigné du point d’impact, il resta puissant et il resta sonné un instant. Une fois avoir repris ses esprits, ce dernier contacta Maria pour s’informer de la gravité de la situation :

– Maria ? Tout va bien ? Les dégâts sont-ils importants ?

– Ca va, une petite brèche a été causée mais on a perdu deux membres de notre escadrille. Mais mis à part cet écueil, le cuirassé est parfaitement en état de fonctionner. Les derniers vaisseaux pirates vont être détruits d’ici quelques minutes. On a plus qu’à attendre l’arrivée de notre équipage qui prendra totalement le contrôle du vaisseau. PioarMario… On a gagné ! On a gagné ! Elémenta est enfin délivrée de sa menace ! Et nous avons remporté la première victoire majeure contre les pirates depuis qu’ils ont commencé leur assaut galactique, on a abattu la moitié de leur flotte ! Et tout cela… Oui. C’est grâce à toi PioarMario… Héros des Eléments.

L’archer mit quelques instants à se rendre compte de la victoire. Il savait aussi que désormais il avait atteint un niveau supérieur. A cet instant-là, une profonde plénitude l’envahissait. Il se sentait prêt à tout surmonter, capable de n’importe quoi. Il se sentait invincible. Et tandis qu’il réfléchissait à cela, soudainement, une révélation lui vint en tête. Il savait… Il savait qui était digne de l’accompagner, dans ce rôle éprouvant d’Héros des Eléments. Et une autre pensée lui rappela l’était de la situation, non, tout n’était pas fini :

– Non Maria. On n’a pas encore gagné. Nous avons gagné que la première partie de la bataille, il nous reste la deuxième partie, qui va arriver d’ici deux à trois jours. Nous devons nous préparer en attendant. Et aussi. J’ai pris une décision, et elle te concerne toi, Maria. Je t’en ferais part dès qu’on sera revenu sur la terre ferme.

Tandis qu’il prononçait ces paroles, le dernier vaisseau pirate explosait dans une boule de feu orangée. Et les débris furent projetés dans toutes les directions. Tout cela dans un silence irréel. Car dans l’espace, personne ne vous entendra crier.

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 26 Oct - 23:45

Chapitre 12

… mais la naissance…


Quelques heures après la bataille d’Elémenta, l’équipage sélectionné pour piloter le cuirassé a débarqué dans le hangar, et son nouveau capitaine, Horm, m’a félicitée pour avoir piloté le mastodonte dans des conditions aussi critiques. J’ai donc réembarqué dans mon vaisseau après avoir reçu l’ordre du Q.G. d’attendre l’ouverture de la porte avec l’escadrille de PioarMario, qui allait faire traverser la totalité de la flotte survivante et en état de fonctionner. Nous allions directement attendre sur Terre.

J’ai attendu de nombreuses minutes avant qu’une étincelle traverse la porte et qu’elle s’illumine d’un drap bleuté à l’intérieur de l’anneau. Quelques secondes plus tard, nous avons traversé la porte, conduisant les vaisseaux en orbite terrestre, de là, notre chef d’escadrille nous a intimé d’atterrir à un endroit précis, mais ensuite il m’ajouta en privé, et cela me m’intrigua un moment :

– Pose-toi à côté de moi, à quelques kilomètres du point d’atterrissage, j’ai quelque chose d’important à faire, et cela nécessite ta présence. Ne dis rien aux autres, j’ai déjà trouvé une excuse.

Il m’indiqua les coordonnées précises du lieu de rendez-vous, et tandis qu’on rentrait dans l’atmosphère avec le reste de l’escadrille. Je me posais des questions sur ce que PioarMario venait de me de demander, ce n’était pas son genre de faire des rendez-vous suspects. Mais je n’arrivais pas à trouver une raison à ce que le Héros demande à me voir seul… Alors j’ai arrêté de trouver la raison et me suis concentrée sur le pilotage. A 10 kilomètres du sol, on s’est donc détachés du reste de l’escadrille pour rejoindre donc le point de rendez-vous fixé par PioarMario. Le reste de la descente se déroula dans un silence total. Aucun de moi et mon chef d’escadrille ne voulut engager la conversation. Jusqu’à ce qu’on atterrisse et qu’on sortit de nos vaisseaux, et nous semblions comme perdus au milieu d’un plaine immense, sans trace de vie.

L’archer des Eléments me rejoignit un peu plus tard. Il garda un silence pendant quelques minutes, comme s’il semblait chercher ses mots. Comme si ce qu’il allait me dire était d’une importance cruciale. Et finalement, il commença à me parler, mais le sujet abordé m’étonna :

– Cela va faire 2 ans. 2 ans que j’endosse ce rôle d’Héros des Eléments, 2 ans que l’arc m’est apparu et que je me sois transformé. Et que d’aventures j’ai vécues pendant ce laps de temps. Et c’est seulement maintenant que je prends conscience de l’ampleur de la tâche qui m’attend, et pour l’instant, je suis totalement seul. Oui, seul. Aucun de mes 2 compagnons qui devaient me rejoindre n’est avec moi. Le premier a été corrompu, et on n’a aucune trace actuellement du deuxième. Je peinais à croire que j’en trouverais un jusqu’à ce que je te rencontre. Oui, toi, Maria, espionne au service de l’armée Elémentienne.

« Lors de notre première rencontre, au palais royal, tu m’as intriguée, tu me paraissais être une femme forte, qui ne reculait pas face au danger et qui assumait pleinement ses fonctions. Puis quand je t’ai « démasquée », cela m’a frappé la méticulosité avec laquelle tu menais ta mission, et pourtant tu ne me considérais pas comme un prophète. Et maintenant, tu m’as révélé un sang-froid hors du commun et capacité à t’adapter à n’importe quelle situation, lors de ton pilotage du cuirassé. C’est ce fait qui m’a amené à prendre ma décision. Oui… Je pense que c’est toi qui devrais être en réalité mon compagnon de voyage.

Cela me surprit, une hypothèse se forma dans ma tête, mais cela me paraissait improbable que ce soit cela, c’était… L’un de mes rêves les plus fous, et j’avais du mal à y croire.

– PioarMario… Tu ne parles quand même pas de…

Il mit un doigt sur mes lèvres pour me couper la parole, et il reprit son monologue.

– Maria… Ce n’est pas une obligation ce que je vais te demander, seulement une proposition, libre à toi de faire ton choix, et réfléchis bien, car cela va décider de ta destinée… Je te demande si tu es prête à m’accompagner dans ma quête, dans le rôle du deuxième héros.

La proposition était tellement solennelle, et elle réalisait mon désir le plus cher. Mais je savais aussi ce que ça impliquait. Cela impliquait que désormais, je ne serais plus libre de mon futur, j’aurais une priorité implacable, et un destin… Mais quel destin ! Être parmi ceux qui accompagnent le héros des Eléments, cela comblait tous ces défauts selon moi. Et c’est alors qu’à ce moment-là, j’étais certaine de ma décision ! J’ai alors transmis ma réponse à mon Général… Non, à mon futur compagnon de voyage !

– PioarMario. Je te remercie chaleureusement de ta proposition, et je l’accepte, j’accepte de passer le reste de ma vie à te protéger, et rester à tes côtés. Pas besoin de confirmation, j’y ai réfléchi longuement, et je suis certaine de mon choix.

– C’est ton dernier mot ? Tu sais que tu ne pourras pas revenir sur ta décision.

– C’est mon dernier mot.

– Alors… Qu’il en soit ainsi.

Il sembla se concentrer pendant de longues secondes, essayant de matérialiser quelque chose, mais quoi ? C’est alors que soudainement, sur sa paume gauche tendue, sembla se cristalliser quelque chose, qui se matérialisa de plus en plus jusqu’à révéler sa forme finale : une boîte de verre avec contenu à l’intérieur, un fouet… Non… Pas un banal fouet. Le fouet des Eléments. PioarMario m’expliqua la suite :

– Dès que tu vas toucher cette arme, les pouvoirs qui sont contenus dans ce fouet vont reconnaître que tu es son possesseur légitime, qui en sera bien plus digne que son précédent propriétaire, et cela va avoir donc les mêmes effets que quand j’ai pris ma forme véritable, des pouvoirs incommensurables vont jaillir en toi, te donnant les mêmes capacités que les précédents Héros des Eléments. C’est ta dernière décision à prendre, ta dernière chance de te rétracter. Aussi j’attends ton choix.

Il ouvra la boîte et me la tendit devant moi. C’était le dernier pas. Le dernier chemin à faire avant l’irréversibilité de mon choix. Mais ce dernier était déjà pris. J’ai alors pris une longue inspiration, avant d’empoigner le fouet à pleine main. Un courant d’une énergie sans précédent me traversa la main et envahit mon corps tout entier, je voulus retirer par réflexe aussitôt ma main, mais cette dernière était cramponnée au fouet, comme si elle ne voulait pas qu’on le lâche, sous peine que cela risquait d’interrompre la transformation. Alors j’attendis. Et soudainement, une aura de feu m’entoura, et je sentis mon corps se transformer, se modeler, comme si mes capacités physiques se développaient, que mes sens devenaient plus affûtés. Et une sorte de cristal se matérialisa dans mon autre main. Je mis quelques secondes à réaliser ce que c’était en réalité. Et si mon hypothèse se révélait vraie, cela pourrait être d’une énorme utilité. Finalement je sentis une quantité gigantesque d’énergie s’accumuler en moi, et d’un coup, une onde de choc émana de moi, PioarMario ne sembla pas être affectée, et je me rendis compte que c’était juste l’énergie qui s’échappait violemment d’un coup de mon corps.

Quelques instants plus tard, l’aura de feu disparaissait progressivement, et au moment où elle disparut totalement, mes jambes arrêtèrent de me soutenir, et j’ai tendu mes bras en avant en réflexe pour amortir la chute. J’étais haletante, bien que je n’aie fait aucun effort, je restais au sol quelques minutes le temps que mes battements de cœur ralentirent et que ma fatigue s’estompe. Et c’est alors que PioarMario, le Héros des Eléments… Non… Vu ce que j’étais devenue, je ne pouvais plus continuer à l’appeler comme ça, maintenant que je suis une Héroïne des Eléments. Je suis son alter-ego maintenant. Je suis Maria, l’Héroïne des Eléments ! Et mon désormais ami me tendit sa main pour m’aider à me relever. Il prononça alors ces paroles qui resteront gravées dans ma mémoire à jamais :

– Maria… Tu n’es désormais plus une espionne. Tu es mon alter-ego. La deuxième des 3 Héros des Eléments. Quand je te vois maintenant fière et obstinée, je trouve que tu honores parfaitement ton peuple. Tu verras, on va vivre de formidables aventures ensemble, tous deux, en sillonnant la galaxie.

J’acceptai ces paroles avec dignité, et je lui montrai alors le cristal posé dans ma paume gauche :

– Merci PioarMario. Tu vois ce cristal ? C’est ce qui va nous permettre de remporter la victoire face aux pirates de l’espace. Car ce cristal… Est-ce qui permet d’activer mon pouvoir, c’est comme la flèche des Eléments. Et il a une propriété qui nous intéressera énormément. Car le pouvoir du deuxième… Autant que je m’en souvienne, a la capacité d’arrêter le temps sur une planète entière. Et en plus, il peut diriger le maléfice sur la cible de ton choix.

Je me rendis compte alors que ce que je venais de lui révélait sembla lui rappeler un souvenir, et à sa mine embarrassée, je voyais que ce n’était pas bon signe. Il m’expliqua alors :

– Maria… Si ce que je viens de comprendre est vrai, alors les pirates de l’espace sont plus dangereux qu’on ne le croie.

– Comment ? Que veux-tu dire ?

– Lorsque mon pouvoir s’était révélé lors de la première tentative de débarquement des pirates de l’espace, je me souviens que la Terre était comme figée, comme si le temps ne s’écoulait plus. La seule raison pour laquelle celui qui devait être choisi ait dirigé son pouvoir sur les habitants de ma planète, c’est qu’il avait été forcé à le faire. Or, s’il a dirigé contre les Terriens, et non les pirates de l’espace, ça signifie que l’Organisation était en réalité non pas constituée de Terriens, mais de…

– Pirates de l’espace… Ce que tu me dis est inquiétant. Si les pirates savaient qui était celui qui était censé recevoir mon pouvoir, et qu’ils aient réussi à le manipuler, cela signifie que leur plan était planifié depuis bien plus longtemps qu’on ne le pense… Et qui sait ce que la Terre serait devenue si tu n’avais pas activé ton pouvoir ce jour-là.

– Je n’ose même pas imaginer les conséquences… Mais aujourd’hui, on va gagner, je te le promets. On va mettre fin à leur soif de conquête. Aie confiance Maria… Bientôt, tout sera fini…

Il marqua une pause pour admirer le soleil couchant, qui projetait ses rayons dorés sur le paysage, et cela semblait irréel… C’était… magnifique. Son arc luisait dans les chauds rayons de l’étoile, lui donnant bien plus de profondeur à ses couleurs. Et son regard perdu dans l’horizon lui donnait cet aspect mature, qui en intrigue plus d’un quand on voit sa jeunesse. Détournant son regard vers moi il reprit alors :

– Il se fait tard, nous devrions retourner à la base de Steve, nous avons quelques explications à donner, et nous devons redonner confiance à tous.

J’acquiesçai et il contacta Steve pour lui demander de nous téléporter, quelques instants plus tard, je ressentis ces picotements dans mon corps qui étaient caractéristiques d’une téléportation, puis le l’environnement changea subitement, comme un faux raccord dans un nanar de film. Aussitôt après, Steve se dirigea vers nous, et, arrivée à notre hauteur, il s’inclina devant moi, chose qu’il n’aurait jamais faite avant. Cela m’étonna vraiment, car je connaissais Steve, et il s’était toujours montré fier, il trouvait que la noblesse était ennuyante, mais il vouait par contre une admiration sans faille aux Héros des Eléments… J’aurais dû me douter qu’il réagirait comme cela. C’est alors qu’il parla :

– Maria… Je vois clairement que tu as accepté, et j’en suis fier, tu es digne de ce rôle, et je pense que peu de personnes sauraient l’accomplir aussi bien que toi. Tu étais promise à une destinée extraordinaire, je le sentais depuis longtemps, et voilà que maintenant, PioarMario t’a choisie pour l’accompagner. Cela surpasse toutes mes attentes. Je te souhaite une bonne chance pour la suite.

– Merci. Ça me fait chaud au cœur. Je te remercie Steve… Gardien de la Terre.

– Je vois… Tu as changée. Tu parais plus… mature. Dis-moi, lors de ta transformation, est-ce que tu as reçu le Cristal du Temps ?

Je le fis alors apparaître dans ma main, sous l’expression éberluée de Steve, il le regarda sous tous ses angles, admirant ses formes harmonieuses, et son regard semblait perdu au fond du cristal, alors il me dit :

– Le Cristal du Temps… Son pouvoir à la capacité de déformer la perception du temps d’une planète entière. Je me souviens qu’il a été activé lors de la première vague de pirate. Et son pouvoir n’a pas eu d’effet sur moi et PioarMario, nous étions les seuls à ne pas être affectés, et cela à cause de 2 règles : La première est que il peut être dirigé que sur un seul peuple à la fois, or comme je suis Elémentien et non Terrien, cela n’a pas eu d’effet sur moi, et la seconde est que les Héros des Eléments y sont immunisés, c’est pour cela qu’il n’a aussi pas été affecté. Nous avons eu beaucoup de chance ce jour-là, il s’en est fallu de peu pour que la Terre soit ravagée par ces pirates…

– Je sais ces règles, j’ai eu l’occasion d’étudier les Héros des Eléments. Mais oublions le passé, concentrons-nous maintenant sur la dernière grande tâche qui nous attend : la défense de la Terre. Maintenant que j’ai reçu ce pouvoir, la victoire devrait s’offrir à nous sans trop de pertes. Cependant, je crains que les pirates ne fassent leur tactique bien propre à eux : la tactique que nous avons nommée « Blitzraid », on a peu d’informations sur cette tactique, car elle a réussi sur chacune des planètes qu’ils ont envahies et toutes sont tombées avant de donner des détails sur celle-ci. Ils auront sûrement été de plus mis au courant de l’échec de leur flotte sur Elémenta, du coup ils voudront tenter le tout pour le tout, préparons-nous à tout.

Steve et mon compagnon acquiescèrent et étaient d’accord sur la nécessité de préparer le plan de bataille. On s’y attela toute la nuit, et je savais qu’elle allait être longue… Très longue. Cependant, j’étais prête à tout, je ressentais un grand détachement intérieur, et je savais que la véritable aventure qui m’attendait ne faisait que commencer…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 22 Fév - 17:38

Chapitre 13

… d’une nouvelle légende



Le lendemain matin, c’était le jour J, celui qui allait décider de l’avenir de la Terre. Toute la flotte restante d’Elémenta était désormais en orbite autour de la planète bleue. Même en utilisant le pouvoir de Maria, nous savions que la victoire allait se jouer à un fil. La brèche causée au cuirassé par les pirates n’a été que partiellement réparée, mais il devrait tenir le choc. Nous étions dorénavant prêts à tout pour cette bataille. C’était le jour qui pouvait être considéré pour certaines religions comme celui de l’apocalypse. Celui dont l’issue allait changer à tout jamais le destin d’une planète. Quand les pirates n’étaient qu’à une paire d’heures de la Terre, j’ai dit à ma famille, mes amis que l’heure était arrivée, que j’allais livrer une de mes plus grandes batailles, et que moi-même était incertain de l’issue.

J’étais en train de faire mes adieux à ma famille et à mes amis, car pour moi, le destin était trop flou pour les heures qui suivraient. Une fois cela fait, j’ai embarqué dans mon vaisseau spatial pour rejoindre mon escadrille qui m’attendait déjà dans l’espace. Maria était quant à elle, restée sur la terre ferme, elle en avait besoin pour activer son pouvoir, elle nous rejoindrait aussitôt fait. J’étais dorénavant en orbite, entouré par mon escadrille composée de l’élite des chasseurs Elémentiens. Bien que j’aie d’abord refusé avant de l’accepter, le roi a fait passer le nombre de chasseurs de 30 à 100. Je ne voulais pas trop donner l’impression d’être un privilégié, mais je savais qu’aucun risque n’était permis. Les Elémentiens et les Terriens ne pouvaient pas se risquer de me perdre. Tandis que j’observais la flotte Elémentienne qui était entièrement présente et que j’en jaugeais la puissance de feu, je restais en liaison radio permanente avec Maria. Il m’était apparu comme un devoir de le faire du fait de son nouveau statut.

Je lui confiais tout ce que je ressentais pour cette bataille, mes désirs, mes espoirs, mes craintes. Je lui disais absolument tout, et lui révélais même certains de mes plus profonds secrets. Alors que je me sentais un peu gêné de me révéler autant, j’éprouvais néanmoins une plénitude profonde de soulager mon cœur. C’est ainsi qu’on passa les deux heures suivantes, nous deux, par liaison radio, moi perdu dans l’espace et elle sur la terre ferme à des kilomètres de tout lieu habité. C’était un moment qui resta inoubliable, et qui fut brutalement interrompu par une transmission radio globale :

« Premiers signes de perturbation hyperspatiale détectés. Ils arrivent, soyez prêts »

C’était le moment. Dans quelques minutes, nous allions livrer le combat. J’ai déverrouillé les sécurités des armes, me permettant de tirer sur n’importe quelle cible ennemie, checké les différentes commandes, ai souhaité bonne chance à toute mon escadrille, et finalement, je me suis plongé dans un état de concentration totale, guettant le moindre signe du lieu d’arrivée des pirates. Cette attente, bien qu’elle n’était que de quelques minutes, me paraissait durer des heures, je ne me souviens pas si j’étais stressé ou plutôt confiant, mais je me souviens que j’étais dans un état qui me paraissait inhabituel. C’était comme on pourrait dire, ma dernière bouffée d’air avant l’enfer.

Le premier vaisseau pirate sortit du mode hyperespace en apparaissant de nulle part, comme si on faisait naître une étincelle par la rencontre de deux silex, c’était instantané. Quelques fractions de secondes plus tard, un autre apparut, puis deux, puis 4… Avant que la moitié de la flotte apparut d’une manière quasi-synchronisée. Le temps de juger la taille de l’ennemi, aucun des deux camps n’attaqua l’autre. Ces quelques secondes où deux camps ennemis se faisaient face sans faire d’action hostile l’un pour l’autre étaient étranges, cela ressemblait à ces quelques instants avant de plonger d’une hauteur de trente mètres, sauf que là, on éprouve de la haine pour l’eau, on la défie, comme si elle nous était un obstacle à notre paix intérieure.

Le premier tir fut effectué du camp terrien, par l’un des destroyers qui se trouvaient au plus proche du front ennemi. Ses vaisseaux voisins suivirent, puis la salve s’étendait peu à peu jusqu’à former une bordée composée de plusieurs millions de projectiles, qu’ils soient cinétiques, kinétiques, ioniques… Leur diversité donnait un aspect multicolore d’une vue générale, cela semblait presque magnifique, jusqu’à ce qu’on se rappelle leur objectif commun : tuer. Les quelques instants pendant lesquelles les projectiles étaient en train de fendre l’espace semblaient presque irréelles, tandis qu’on admirait et craignait en même temps la beauté maléfique des projectiles. Les pirates semblaient sur le point de répliquer quand j’ai dit par micro à Maria : « C’est le moment. » Je vais changer de point de vue, pour vous décrire d’après ce qu’elle m’a raconté de comment s’est déroulée l’activation du pouvoir de figer le temps.

Au début, on la voit juste se tenant droit, son Fouet des Eléments dans sa main droite, le Cristal du Temps dans sa main gauche. Puis, elle fit une longue inspiration, ferma les yeux, et se concentra très fort, semblant explorer l’intérieur du cristal, ressentir les pulsions d’énergie contenues à l’intérieur. Puis soudain, le cristal se mit à étinceler, à s’illuminer, et une lumière radiante émanait de l’intérieur. Cette lumière ne se limitait pas au cristal, elle se prolongeait dans la main de Maria. Elle semblait s’écouler à l’intérieur de lui comme le sang s’écoulait dans ses veines, le pouvoir contenu dans le cristal s’accumulait dans le corps de Maria, semblant contenir une telle quantité d’énergie qu’elle était prête à jaillir spontanément par la moindre brèche. Alors que la lumière du cristal semblait faiblir, le corps entier de Maria était lui, étincelant, accentuant sa beauté, et lui donnait un air immortel qui pourrait la faire passer pour n’importe quel passant hasardeux pour une déesse. Mais soudainement, comme si un fil invisible venait de se rompre, la lumière se déversa du corps de Maria pour aller dans son fouet.

Cette lumière se fit alors plus étincelante encore, et semblait éblouir presque autant que le soleil. Et tandis que la lumière intérieure de Maria disparut, elle fit claquer le Fouet, et une petite quantité sembla s’échapper de son bout tandis qu’il claquait. C’est alors qu’elle le fit tourner autour d’elle, formant un long serpent de lumière, qui semblait prêt à se jeter sur vous afin de vous mordre et vous engloutir tout entier. Et tandis que ce serpent de lumière tournoyait, elle fit claquer le fouet, et une chose irréelle se produit, tandis que le fouet se décalait du tournis, pour que le bout claque au beau milieu de l’anneau, ce dernier resta comme suspendu en l’air. L’extérieur du disque étala sa lumière, alors que son centre resta comme transparent. Et cet anneau se propagea jusqu’à recouvrir la planète entière, exception faite de Maria. Et soudain, elle pointa son doigt vers le ciel, semblant se concentrer sur quelque chose… Ou quelqu’un ? Elle pointait toute sa volonté en direction des pirates de l’espace, et le seul trou dans le voile blanc se referma. Et, à l’instant-même où il se referma, la lumière éclata et se dirigea que vers certains points de l’univers, une grande partie vers un point fixe, mais la majorité engloba les vaisseaux pirates. Le pouvoir du Cristal du Temps faisait son œuvre. Et tandis que la lumière décroissait tout le monde reprit ses esprits et réalisa qu’il était temps de profiter du pouvoir.

La salve tiré juste avant le début de l’incantation de Maria explosa au moment où le temps s’est figé, quelques croiseurs furent gravement touchés, bien qu’ils n’explosaient pas encore. La seconde salve arriva, accompagnée par le tir des défenses au sol. J’y ajoutais du mien aussi, en apportant un appui feu, qui, bien que représentant une part totalement misérable de la puissance de feu globale, pouvait toujours faire des dégâts. L’effet de paralysie des pirates durait 5 minutes. 5 minutes pendant lesquelles nous devions nous efforcer de détruire le plus de vaisseaux possibles, afin de rendre leur puissance de feu à peu près équivalente, voire inférieure à la nôtre.

Maria me rejoignit une minute après l’activation de son pouvoir, le temps d’embarquer dans son vaisseau, et de quitter l’atmosphère. Les pirates étant dans l’incapacité d’agir, je donnais l’ordre à mon escadrille de s’approcher pour pouvoir faire des frappes plus ciblées sur les vaisseaux ennemis, et ainsi, de faire plus de dégâts que sur des tirs à longue distance. La minute que pris le fait de couvrir l’espace séparant les deux flottes était crucial, je le savais, mais elle risquait aussi de rapporter gros. Lorsque mon escadrille d’élite fut enfin au contact de la flotte pirate, l’échelle de taille différenciant un chasseur d’un simple destroyer frappait déjà. Mais ce que la proximité permettait, par rapport à la distance, c’était la capacité de mettre en lumière les points faibles du blindage ennemi, et ainsi, de pouvoir concentrer une plus grande puissance de frappe sur ceux-ci. Cette concentration de tirs était généralement dévastatrice pour le vaisseau « victime ».

On décida de s’attaquer à un croiseur lourd, qui était les vaisseaux les plus gros, si l’on excepte l’énorme cuirassé. La destruction de l’un deux devrait suffire à rentabiliser la minute dépensée. Je donnais donc l’ordre de concentrer la totalité de la puissance de feu sur une partie bombée, qui était le signe trahissant la présence d’un réservoir de carburant sur la ceinture extérieure du vaisseau. La destruction de ce dernier devrait suffire à condamner le sort du croiseur. Aussitôt l’ordre donné, des milliers de projectiles, qu’ils soient plasmiques, cinétiques, ioniques ou provenant de lasers, s’écrasaient sur point focaliseur. Alors que d’habitude, les armes de chasseurs n’ont pas la puissance nécessaire à percer le blindage d’un croiseur, cette concentration de tirs repoussait dans ses derniers retranchements le blindage, et ce dernier ne fit pas long feu. Une violente boule de feu jaillit alors brusquement, qui me semblait presque une illusion, car je n’entendais pas la déflagration, mais ma raison me rappela alors que sans air, le son n’existait pas. Le brusque feu de minuit disparut aussi brusquement qu’il jaillit, en une fraction de seconde, n’ayant pas d’air autre que celui apporté une fraction de seconde durant par la fuite lors de l’explosion.

Une satisfaction m’envahit quelques instants par l’accomplissement de mon objectif, lorsque je me rappelais un élément inquiétant : malgré la focalisation des tirs, la destruction du croiseur pris plus de temps que prévu, et il ne restait que une quinzaine de secondes d’effet pour le pouvoir. Ainsi donnais-je l’ordre de prendre le large, qu’on soit un minimum éloigné des pirates lorsque l’effet sera terminé.

Le temps de s’éloigner de la flotte des pirates, je pus voir la flotte Elémentienne continuer à pilonner la flotte ennemie. C’est alors que quand il resta quelques secondes au pouvoir, on put voir les vaisseaux bouger, mais lentement, comme s’ils tentaient de s’extirper d’une glue qui restreignait leurs mouvements au minimum. La moitié de leur flotte avait été détruite lors de l’effet du pouvoir de Maria. Le cuirassé a été détruit, mais il restait une bonne poignée de croiseurs. Cependant, même s’il restait une moitié de la flotte ennemie, notre victoire était certaine, il n’y avait aucune chance que les pirates de l’espace remportent cette bataille.

Des centaines de missiles surgirent alors de la Terre, mais il ne s’agissait pas de missiles normaux : c’était des missiles nucléaires. Lors de la préparation de la bataille, nous avons vivement insisté auprès de chaque puissance nucléaire afin d’obtenir l’autorisation de les utiliser entièrement auprès de la flotte ennemie. Le roi Fred m’a averti qu’une constitution a été signée par toutes les puissances spatiales (hormis les pirates de l’espace bien sûr) afin d’interdire l’usage des armes nucléaires lors des batailles en orbite de planètes habitées.

C’est pourquoi il a été construit un bouclier spécial, qui absorbait les rayons gamma, x, ainsi que les impulsions électromagnétiques, afin qu’il n’y ait aucune conséquences sur Terre. Et nous pourrons toujours invoquer l’excuse que ce n’est pas la flotte Elémentienne, mais les armées terrestres, qui n’avaient aucune connaissance de l’accord, et de plus, contre une flotte qui ne respectait pas l’accord non plus.

Les missiles impactèrent donc la flotte ennemie. Les vaisseaux sont d’ordinaires protégés contre les IEM, mais contre autant de déflagrations d’un coup, et aussi près, les pirates de l’espace allaient avoir du mal à se défendre.

Deux croiseurs furent détruits par la déflagration, ainsi que bon nombre de corvettes. Cette fois-ci la victoire était certaine, l’objectif était maintenant de minimiser les pertes.

Nous nous préparions à tous nous réjouir lorsqu’on reçut un nouveau signal d’alarme. Je m’empressai de m’informer de la raison. Et la réponse m’abasourdit totalement
: une flotte des pirates de l’espace était en train de sortir d’un bond hyperespace.

« Nous sommes encore en train d’analyser leur composition, ça ne sera pas long, il nous faudra quelques secondes.

– Faites-vite ! Il nous faut savoir à quoi on fait face avant de pouvoir prendre les bonnes décisions.

– Attendez, l’analyse vient de se terminer… Il n’y a que des transporteurs de troupe.

– Hein ? Mais que cela signifie ?... »

Maria intervint donc, elle semblait avoir eu une illumination :

– Je crois savoir ce que c’est. Il s’agit de leur tactique Blitzraid. Il me semblait avoir entendu parler que les pirates attaquaient toujours, non pas en une, mais en deux flottes. Et ils ont aussi développé des processeurs de vol spécialement pour leurs transporteurs. La clé du mystère réside dedans. Comment fonctionne leur tactique ?

– On ne va pas tarder à le savoir, leur flotte arrive dans quelques secondes. »

On se prépara donc à l’assaut, mais cette fois-ci, nous étions prêts à prendre d’assaut les transporteurs dès qu’ils sortiraient de leur mode hyperespace. L’attente était longue, tandis que les derniers vaisseaux de la flotte pirate étaient en train de sombrer lentement en débris. C’est alors que juste avant que les transporteurs ennemis sortent de leur procédé de dépassement de la lumière, qu’on reçut de nouveaux relevés, bien plus alarmants :

– On a reçu de nouvelles informations, bien plus inquiétantes. Leur point d’arrivée ne se trouve non pas en orbite, comme il est coutume, mais… A 1 kilomètre de la surface.

– Quoi ? Vous en êtes sûrs ?

– Les relevés sont formels. Ils arrivent. »

C’est alors qu’une explosion se produit, non pas dans l’espace, mais sur la Terre, la flotte ennemie était sortie du saut dans l’atmosphère. On n’avait plus moyen de détruire les transporteurs avant qu’ils n’atterrissent. Cela ne signifiait qu’une chose : une bataille de surface allait se produire…

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 22 Fév - 17:40

Chapitre 14

Le Blitzraid


Après avoir reçu l’annonce que les transporteurs ennemis étaient sortis du mode hyperespace directement dans l’orbite terrestre, j’ai aussitôt ordonné à toute mon escadrille de se poser au sol, là où les pirates étaient sur le point de débarquer. Nous avons été les premiers à réagir, les armées terrestres n’étaient pas mobilisées pour ce type d’attaque, et il faudrait quelques heures avant que les renforts arrivent par la porte. L’objectif que j’ai donc donné était de retenir le plus longtemps possible les pirates de l’espace. J’étais le seul, avec Maria, et l’escadrille de chasseurs à pouvoir les retenir le plus longtemps possible, les autres vaisseaux allaient mettre trop de temps à atterrir.

On mit une paire de minutes à descendre jusqu’au sol, ce qui donnait largement le temps aux pirates de débarquer le gros de leurs troupes. Les transporteurs s’étaient téléportés au-dessus des grandes plaines d’Amérique, dans un endroit assez peu densément peuplé. Je ne me faisais donc pas trop de craintes par rapport aux victimes civiles, mais ils pouvaient changer de destination à tout moment.

Et à ce moment-là, il arriva un coup de chance inespéré : nous avions réagi suffisamment vite pour que tous les vaisseaux n’aient pas eu le temps d’atterrir, on pouvait détruire un ou deux de leurs transporteurs de troupes avant qu’ils ne débarquent. C’est l’ordre que je donnai directement à mon escadrille, mais je me rendis compte rapidement d’un problème majeur : nous ne pouvions utiliser d’armes trop puissantes sous peine de causer de sérieux dommages environnementaux. Il fallut ne pas utiliser les torpilles spatiales, mais nous avions toujours les armes au laser ou au plasma.

Avec cette restriction d’armes, nous avons réussi à ne détruire qu’un seul transporteur, tous les autres ont réussi à atterrir sur le sol, et commençaient à vomir leurs régiments d’infanterie, de blindés, et autres exosquelettes. La bataille était sur le point de commencer…

« Tous ceux qui sont en chasseurs, restez dans vos cockpits, et éliminez tous ceux que vous pourrez avec vos mitrailleuses. Priorisez ceux qui déploient des armes pouvant vous causer du tort. Moi et Maria, nous allons atterrir, afin d’utiliser nos armes pour ralentir au maximum leur avancée.

– Ce n’est pas trop dangereux ?

– Non, je resterais sur le toit de mon vaisseau, afin d’être toujours protégé par le bouclier.

– Nous pouvons vous faire confiance alors, que tes flèches atteignent toujours ta cible PioarMario.

– Bonne chasse à vous aussi, ne prenez pas de risques inutiles. La priorité est de les retarder, pas de tous les éliminer. »

Sur ces phrases, moi et Maria rompirent la formation, filant vers le sol, à quelques kilomètres des régiments Pirates. Une fois que j’atterris, je m’éjectai par le toit du vaisseau, configurant le bouclier afin qu’il me protégea dans cette position. Maria fit de même, mais je me doutais bien que ça serait plus compliqué pour elle. Son fouet ne lui permettait pas une grande allonge, contrairement à mon arc. Elle sortit donc un fusil, avec un canon très long, que j’identifiai comme étant un sniper.

« Tu es sûre que ça ira ? Tu ne préfères pas faire comme les autres ?

– Non, ne t’inquiète pas, j’ai été formée spécialement, et mon arme ne fait pas que tirer des lasers, elle tire plein d’autres munitions. Les espions sont bien équipés chez nous.

– Hum… Il fit un sourire en coin. Bonne chasse à toi.

– Ah, j’allais oublier, tu es sûr de vouloir rompre ton serment PioarMario ? Car nous ne pouvons-nous permettre que tu ne fasses que les immobiliser, il faut les tuer.

– En réalité… Je ne sais pas. J’ai toujours considéré que je pouvais tuer les animaux, à cause de mes formes animales, qui sont toutes des prédateurs. Cependant, je n’arrive pas à considérer ces… Pirates comme des humains. Ils ont une forme différente que nous, et je n’arrive pas à appliquer mon serment à eux. Et de toute façon, j’en ai tué déjà beaucoup avec les batailles récentes, et lors de la première utilisation de mon pouvoir, où ils se comptaient je pense par millions. Donc, non ne t’inquiète pas, ça ne me cause aucun souci de les tuer, c’est comme si je mettais à mort une marmotte en étant un aigle.

– Je vois… Ne perdons pas de temps, on en a pas beaucoup. »

J’acquiesçai à cette remarque, et je me mis immédiatement en position couchée, « clipsant » mon arc avec le Kit A. Cela était plus pratique que de bander l’arc dans cette position, ce qui me forçait à le positionner à l’horizontale, au moins, en forme d’arbalète, je pouvais me concentrer plus sur la visée et le recharger plus rapidement. De plus, l’extension a été conçue pour ne pas avoir à utiliser de carreaux, on peut toujours utiliser les flèches usuelles. Ce n’est pas vraiment une arbalète, tout comme ce n’est pas vraiment un arc. Tout au plus, cela me permet de jouer les tireurs d’élite plus facilement.

Une fois paré à tirer, je cherchais des yeux une cible intéressante, un chef d’escouade, un officier, tout ce qui pouvait désorganiser leur structure de commandement. Mais après quelques secondes de recherches, je ne pus identifier telle cible, et cela m’intrigua. Le comportement des pirates de l’espace me paraissait bizarre, comme s’il n’y avait pas d’ordres intermédiaires entre eux, tous savaient comment agir pour accomplir leur mission. De plus, une autre chose m’intriguait : de loin, ils semblaient tous des clones. J’avais déjà eu cette impression lors ma première rencontre avec eux, il y a deux ans de cela, quand mon pouvoir s’était révélé.

Mais ce n’était pas le temps de me poser des questions : à défaut d’un officier, je me rabattis sur un blindé. Steve m’a conçu des flèches spéciales qui permettaient de transpercer une grande variété de blindages, après l’attaque des tanks sur New York. Il était temps de mettre à l’épreuve leur efficacité.

Une fois les ajustements faits, et après les corrections instinctives relatives à l’arbalète réalisé, droit vers le blindé, je pressai la gâchette. Toing. La flèche partit à une vitesse comparable à une balle, décrivant une ligne droite directement sur le blindé. J’avais tenté de viser la soute à munitions, et émis une hypothèse quant à son lieu. J’avais vu juste.

Le blindé explosa en une grande déflagration, tuant tous les pirates ennemis se trouvant à ses côtés dans un rayon d’une dizaine de mètres, et projetant ceux qui se trouvaient un peu plus loin. Quelques secondes après, j’eus l’impression qu’ils avaient compris ce qui s’était passé, et se réorganisaient immédiatement et se dirigeaient vers notre direction.

C’est aussi à ce moment-là que les chasseurs de mon escadrille passèrent à l’action, ils profitèrent de la confusion ennemie pour dégrossir le plus possible leurs rangs, avant qu’ils ne réagissent en déployant leurs défenses anti-aériennes et leurs boucliers. Maria quant à elle avait tué une dizaine d’unités ennemies avec son fusil de précision. C’était un bon début, mais ils restaient néanmoins très supérieurs en nombre. Cela allait être dur de les retenir jusqu’à l’arrivée des renforts Elémentiens.

C’est à ce moment-là que je regardais Maria, elle semblait pensive, intriguée, et partagea son inquiétude avec moi :

– PioarMario… Il y a quand même quelque chose de bizarre dans cette histoire. Les pirates savent qu’ils n’ont aucune chance de l’emporter face à toute notre flotte et toutes nos armées… Alors pourquoi persévèrent-ils ? Il se trame quelque chose que nous ignorons.

– Je vois… C’est vrai que c’est inquiétant, mais on en discutera plus tard, la priorité est de les contenir le plus longtemps possible, on s’en ira dès que les renf- Attention ! Ils chargent directement sur nous !

Ce n’était pas un mensonge, les pirates, au mépris de tous les chasseurs les mitraillant de toute part, ont décidé de charger communément dans notre direction. Cependant, quelque chose était alarmante : ils ne tiraient pas sur nous. Ils essayaient de couvrir la distance le plus rapidement possible. Je réagis au quart de tour, utilisant le plus de flèches de glaces que je pouvais afin de ralentir leur progression. Mais cela se révéla bientôt inefficace. Les pirates explosaient les blocs de glace avec leurs tanks dès leur apparition. Rien ne semblait entraver leur progression. C’est alors que, face à la menace, je hurlai à Maria : « DECOLLONS ! »

On passa par les trappes du toit et rejoignissent directement nos cabines de pilotage. Alors que mon vaisseau commença à décoller, les pirates de l’espace étaient quasiment sur nous. Je pensais alors qu’on était tiré d’affaire, quand soudain, un bruit mat se fit entendre à l’intérieur de mon vaisseau. Immédiatement après, je constatais, avec stupeur que les Pirates avaient tiré des grappins sur la coque de mon vaisseau. Ils avaient fixé les câbles au sol, et m’empêchaient de décoller. Baptiste me contacta immédiatement par radio

« PioarMario ! Nous pouvons couper ces câbles avec nos armes, mais cela est risqué, acceptes-tu qu’on le fasse ? Leurs câbles sont spéciaux, ils risquent de t’envoyer une impulsion électromagnétique si tu te laisses faire.

– Faites-le ! Il faut qu’on s’en aille le plus rapidement possible ! »

C’est alors que dix des chasseurs se précipitèrent vers moi pour couper le câble, ils visaient son point d’ancrage, et il ne fallut qu’un seul passage pour le déraciner. Etant finalement libéré, je poussai les moteurs à plein régime, voulant m’éloigner le plus rapidement possible. Cependant, aussitôt après, les pirates tirèrent un autre câble, puis deux, puis 3, si bien que je me retrouvai finalement emprisonné par une dizaine de câbles. Un bref coup d’œil à ma gauche m’informa avec horreur que Maria avait subi le même sort.

Les vaisseaux restèrent en suspension quelques secondes avant que les pirates n’envoient une décharge d’ions directement dans les réacteurs, les boucliers furent inefficaces face à cela et nos vaisseaux impactèrent le sol avec un bruit sourd. Aussitôt que j’avais touché le sol, je les entendis tenter de forcer l’ouverture du sas, et je n’eux que le temps de dégainer mon arc pour réagir avant que la porte s’ouvre, laissant déferler un escadron de pirates qui rentrèrent dans mon vaisseau. J’envoyai deux flèches dans la tête de deux d’entre eux avant qu’ils parvinrent à m’étourdir avec un pistolet paralysant. Et tout fut noir.

Ce qui s’est passé après qu’ils m’aient assommé m’a été raconté par Baptiste, qui ne put que rester impuissant face à la suite. Les pirates m’ont transporté à leurs transporteurs, avec Maria, des pistolets collés sur ma tête comme un signe aux chasseurs de ne pas tirer, aussitôt qu’ils soient tous rentrés dans leurs transporteurs, ils ont envoyé un communiqué comme quoi ils me tenaient en otage, avec des images me montrant avec des chaînes aux poignets. La flotte d’Elémenta ne put que les laisser partir, ne pouvant les détruire par risque de me faire exécuter, ce qu’ils ne permettraient pas vu mon importance. Voici donc, comment moi et Maria, nous nous sommes retrouvés otages des pirates de l’espace. Ce qui s’est passé après eut le goût amer de la défaite.

A Suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pioar

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 18
Localisation : Au dessus du royaume occupé à faire des loopings avec Aymeric

MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   Mer 22 Fév - 17:49

Chapitre 15

Le goût de la défaite




Le noir, le noir total, voici ce que je voyais après avoir été assommé par les pirates, et pris en otage par eux, puis une lumière aveuglante lorsque je repris enfin mes esprits. Quelques secondes d’accommodation et je pus voir l’endroit où j’avais été fait prisonnier. Par réflexe, je tentais de bouger mes bras, c’était peine perdue, mes poignets étaient solidement retenus par des chaînes, ainsi que mes chevilles. De rage, je tentais de tirer de toutes mes forces sur l’une de mes chaînes, mais elle se révéla aussi résistante que je le craignais. C’est alors que je tournais la tête à gauche et découvris que Maria avait subi le même sort. Réfrénant l’envie de forcer les chaînes, j’observais la pièce du vaisseau dans laquelle on a été emprisonné, quelques détails retinrent mon observation, le premier étant l’absence de barrière électrique. Ils comptaient sans doute nous torturer. Je pus aussi noter la présence d’une caméra nous filmant en permanence, ainsi, si l’on réussissait à se délivrer, ils en seraient informés immédiatement.

Le dernier détail était la présence d’une porte à sas, elle semblait résistante et serait sans aucun doute difficile à forcer, cependant je sais que tout matériau, quel qu’il soit, ne pouvait résister à une chaleur suffisante. Un plan pour m’en sortir s’élaborait dans ma tête, et j’étais en pleine réflexion lorsque Maria se réveilla à son tour, elle prit quelques secondes avant de me remarquer, cependant il était impossible de communiquer : nous avions été bâillonnés tous les deux.

Peu de temps après que Maria soit réveillée, le sas s’ouvrit et dévoila la vraie forme hideuse des pirates de l’espace (http://vignette3.wikia.nocookie.net/inheritance/images/5/55/Ra'zac.jpg/revision/latest?cb=20100725161729) il ressemblaient à des cadavres putréfiés, mais pourtant debout (non pas des zombies) des lames semblaient sortir de leurs bras, bien qu’ils aient des mains, et leur corps ne semblait pas habituels, au lieu d’une peau, ils semblaient avoir une carapace, c’étaient donc des créatures de cauchemar.

Ils s’avancèrent vers nous, et montraient expressément leur joie de leur victoire :

– Finalement, on se voit enfin… Héros des Eléments. Cela fait bien trop de temps que l’on cherche à te capturer, et ce jour est enfin venu ! Aujourd’hui sera le jour où commencera le règne total des pirates de l’espace ! A partir d’aujourd’hui, nous pourrons enfin éradiquer toute trace de résistance dans la galaxie… Non… Dans l’UNIVERS !

Cette phrase fut suivie d’une clameur générale de la troupe qui accompagnait le chef.

– Tu devrais être heureux qu’on en soit venu au point de devoir utiliser le massacre flash pour te capturer. Bien trop peu ont eu droit à cet honneur. Maintenant, finies les courtoisies, passons aux choses sérieuses, si tu veux retrouver un semblant de liberté, et non passer le reste de ta vie sous des tortures infâmes et douloureuses, tout en restant enchaîné, tu vas devoir prêter allégeance à nous, et suivre toutes nos directives à la lettres, sous peine de revenir sous l’état lamentable que tu es. Alors, quelle est ta réponse, misérable héros ?

Ils m’enlevèrent le bâillon, et je pus exprimer ma réponse :

– Plutôt mourir que servir votre horrible espèce, ma réponse est négative, et elle le sera pour toujours !

– Je m’y attendais, mais je n’en suis pas moins déçu de ta part, voyons ce qu’en dit ta compagne. Dit-il tout en enlevant le bâillon de Maria

– Vous avez tué trop d’innocents et trop de membres de notre peuple pour que je puisse accepter une proposition pareille.

Elle cracha au visage du chef, sous l’indignation générale de la troupe. Ils dégainèrent tous un pistolet et le pointèrent sur Maria.

– Nagr !! Le chef beugla à ses gardes. Il nous les faut vivants, que dirait le guide si nous les achevions ? Ils nous tueraient aussi. Alors les prochains qui défouraillent leur pistolet en direction d’eux, je les éjecte dehors !

Tout le monde rengaina son arme, avec une obéissance sans faille, aucune trace de protestation. Je notais ce détail dans un coin de ma mémoire, il pourrait me servir.

– Très bien, puisqu’on a votre réponse, on va pouvoir commencer les réjouissances. Profitez-bien de ce moment de tranquillité, car ce sera le dernier que vous aurez ! Et ne comptez pas sur vos armes des éléments pour vous échapper, nous les gardons précieusement dans une pièce, hors d’atteinte de votre invocation, car maintenus par des défenses adaptées.

Sur cette recommandation, il tourna les talons (est-ce qu’on peut vraiment dire cette expression pour lui ? J’en n’en suis point sûr…) et traversa le sas dans le sens inverse avec sa troupe. Une fois qu’ils aient disparus, je puis parler tranquillement avec Maria (ils ne nous ont pas remis nos bâillons).

– Je crois que cette fois-ci, on va difficilement en réchapper… Je suis désolé Maria de t’avoir entraîné ici, j’aurais dû être plus prudent lorsqu’ils ont débarqué.

– Tu n’y es pour rien, le réconforta Maria. Personne ne pouvait prévoir que la situation allait dégénérer autant. Tu as pris la bonne décision, mais maintenant, la question est : comment allons-nous en tirer ?

– Ça… Je le sais, car j’ai trouvé comment passer outre leurs défenses. Prépare-toi, la priorité est de reprendre nos armes, puis de prendre le contrôle du vaisseau. Une longue et dure bataille nous attend, et elle va nécessiter que l’on déploie tous nos talents !

– Hein, mais comment ?

Je ne lui répondis pas à sa question, et je me transformais directement en aigle, les chaînes ne pouvaient maintenant plus me retenir, je pris ainsi ma forme de renard et déploya mon aura de feu. Me rapprochant de la première porte du sas, je collais mon museau dessus et concentra toute mon aura dessus. La chaleur concentrée fut tellement forte qu’elle suffit à faire fondre le métal. Bientôt, un large trou se forma, suffisamment grand pour que je puis traverser la porte, ainsi que Maria, aussitôt après, je pris ma forme de loup et gela sur place le métal fondu.

Peu de temps après, une alarme résonna, ils avaient déjà détecté ma tentative d’évasion. Aussitôt après, je répétais mon opération sur la deuxième porte du sas. Une minute après, j’avais formé le trou, et j’entendais déjà au loin les pas des soldats accourant vers la porte, je franchis le trou directement, pris ma forme humaine et cria :
« Votre chef a dit que tous ceux qui défourailleront contre moi seront balancé dehors ! »

Ils s’arrêtèrent tous d’un mouvement synchronisé, ce qui me surprit, et semblaient hésiter un instant. L’un d’eux sembla contacter le chef pour une confirmation.

Ce fut le moment que j’attendais, aussitôt je pris ma forme d’aigle et utilisa mon pouvoir de tornades pour foncer sur eux rapide comme le vent, et passa au niveau de leurs gorges en déployant mes serres des deux côtés, j’égorgeas chacun d’eux, des craquements se firent entendre au niveau de mes serres, et juste après mon passage, ils tombèrent tous sur le sol, raides morts, se vidant d’un sang bleuâtre. Je continuais sur ma lancée, croisant une autre troupe, à qui je fis subir le même sort avant qu’ils n’aient le temps de réagir, sauf à l’un d’eux.

Je m’arrêtais après l’avoir traversé, et repris aussitôt ma forme humaine pour tenir celui que j’ai épargné par le col de sa combinaison, le soulevant, révélant une poigne d’une force qui montrait l’étendue de ma colère. A ce soldat, je questionnais : « Où est rangée mon arc ? J’ai les moyens de te faire parler si tu ne me réponds pas, c’est-à-dire en commençant par te trancher chacun des membres, de plus en plus proche de ton  tronc, jusqu’à ce que tu parles, choisis donc ta mort : rapide et instantanée, ou lente et trèèèèèèèèèèèèèès douloureuse, je ne plaisante pas, donc je te conseille d’être franc.

– Je ne te révèlerais jamais où sont rangées tes armes de mort, ervalgr !! Je me transformais en loup et lui arracha sa main gauche, il répliqua donc de peur : 6ème porte à droite, mais je t’en supplie, ne me-

Je me suis retransformé en humain et lui ai brisé le cou. Aussitôt après, je partis en direction de la porte, espérant qu’il ne m’avait pas trompé, tournant à droite, je vis deux gardes en armure posté devant une porte, cela était bon signe, on ne mettait pas des gardes devant une pièce vide. Aussitôt après, avant qu’ils ne purent réagir, je ne me transformais en renard et consuma le premier garde, le deuxième eu le temps de sortir son arme et de me faire un premier tir, que j’esquivais, je le consumais aussitôt après, et m’attaqua donc à la porte, cela me prit une minute, et il était temps, une autre patrouille déboulait du couloir, je rentrais donc immédiatement par le trou que j’ai formé, et refit fondre par derrière pour souder la porte, la verrouillant. Une fois cela fait, j’entrais dans la pièce (il n’y avait pas de sas cette fois-ci), et je vis plusieurs gardes qui étaient postés autour des générateurs verrouillant mes armes. Ils étaient au nombre de 8, et étaient lourdement armés.

Je tentais d’abord d’élaborer un plan dans ma tête, mais voyant qu’ils commençaient à m’aligner dans leur viseur, je me suis dit
« Oh et puis zut », et fonça tête baissée sur l’un des gardes, décidant cette fois-ci de laisser mon instinct guider, lui vouant une confiance totale.

La bataille fut acharnée, et j’ai rarement déployé une telle violence et une telle sauvagerie depuis, même face aux pirates de l’espace. La bataille fut acharnée, et ayant voué une confiance totale à mon instinct, je ne me souvenais que de peu de choses… Les seuls points marquants sont que je me suis fié tellement à mes autres sens que j’arrivais à esquiver tous leurs tirs de pistolet paralysant, et je me souviens surtout de la manière par laquelle j’ai tué un soldat d’élite : en saisissant son arme dans mes crocs, générant suffisamment de chaleur pour ramollir le métal, et lui la balançant au visage, le métal encore fondu, et s’écroulant au sol de cette manière. Tout cela avait duré de longues minutes, face à l’élite de leur garde. Lorsque j’avais enfin exécuté chacun des gardes, je repris ma forme humaine, haletant, et un peu surpris par ma propre sauvagerie.

Me roulant en boule quelques dizaines de secondes afin de faire passer ma nausée, j’actionnais ensuite un levier afin de désactiver la protection entourant mon arc et le fouet de Maria, prenant mon arc en main, je détruis aussitôt tout le dispositif, afin que personne ne le réactive après mon passage, pour permettre à Maria d’invoquer son fouet aussitôt que je l’aurai délivrée. Aussitôt après, je me tournais face à la porte, encocha une flèche explosive de mon carquois, banda l’arc d’un geste que j’ai pratiqué tellement de fois, et la décocha, aussitôt après, je pris une flèche de glace cette fois-ci et la décocha aussitôt au même endroit que la précédente.

Les deux tirs furent effectués tellement rapidement que la flèche explosive n’avait même pas touché le mur lorsque j’avais décoché la flèche de glace, ce qui résultat en une explosion aussitôt suivie d’un bruit semblable à lorsqu’un verre se brise, signalant que l’effet de ma flèche de glace fut déclenché. Je sortis aussitôt de la salle, et en effet, j’avais bien calculé mon coup pour que l’explosion fasse fondre la glace, à l’exception des gardes qui restèrent prisonniers dans des carcans de glace. Balançant mon arc au niveau de leurs têtes, je brisais leur carapace gelée très facilement, comme si leur corps s’était transformé en glace.

Reprenant aussitôt la direction de la salle de Maria, j’éliminais toutes les troupes sur mon passage d’une seule flèche, de feu, de glace, ou de n’importe quel élément que je pouvais invoquer grâce à mes flèche, je pus même éliminer quelques soldats grâce à une flèche d’air, qui se manifesta sous forme de lames d’air tranchant tout sur leur passage. Indubitablement, je brûlais de grosses quantités d’énergie dans ces flèches, ne voulant prendre aucun risque, ajoutant tout cela à la fatigue du combat s’étant déroulé juste avant.

Une fois m’être frayé un chemin jusqu’à la salle où était encore retenue Maria, je pus constater avec soulagement qu’ils n’avaient pas pris le risque de s’en prendre à elle, aussitôt, de quatre flèches décochées aussi rapidement que l’éclair, qui auraient pu même donner l’impression qu’elles ont été décochées en même temps d’un œil humain. Une fois l’avoir libérée, je lui dis aussitôt : « Invoque ton fouet, j’ai brisé le dispositif, rien ne devrait t’en empêcher. »

Elle fit cela aussitôt, et une fois qu’elle fut bien libérée, et qu’on ait franchi le sas, je lui confiais mon plan :

– Nous devons aller jusqu’à la salle de pilotage, éliminer tous ceux qui s’y trouvent, nous barricader et repartir dans le sens inverse vers Elémenta. Es-tu avec moi ?

– Je le suis, ne perdons pas de temps, tant qu’ils sont encore désorganisés… Tu m’as l’ai épuisé PioarMario, es-tu sûr que ça ira.

– Je peux puiser dans des réserves d’énergies plus profondes s’il le faut, mais ça devrait aller, il faut que je me ménage un peu, je te laisse la tâche d’éliminer le gros des troupes.

J’inspirais un bon coup, et on se mit en direction de l’avant du vaisseau. Les troupes se firent plus rares que lorsque j’étais seul pour combattre, mais elles restaient suffisamment nombreuses pour ne pas les empêcher de me causer quelques égratignures en voulant esquiver leurs tirs de pistolets paralysant.

Une dizaine de minutes plus tard, et on atteint la porte de l’avant du vaisseau. Je décochais une flèche spéciale blindage, et causa un trou juste assez grand pour nous permettre d’entrer. Une fois pénétré à l’intérieur du poste de pilotage, je tins en joue leur chef et lui annonça :

– La partie est finie, VOUS avez perdu, il ne faut jamais me sous-estimer, surtout quand je suis en colère, je peux révéler une puissance plus grande que ce que vous n’imaginiez, n’ignorez pas le pouvoir de l’instinct.

– Tu crois vraiment que l’on a perdu, espèce d’ervalgr ? Ton arrogance te perdra, et tu oublies que ce vaisseau contient un régiment entier de nos soldats. Tu n’en as défait qu’une fraction, et ils sont tous en train d’être mobilisés, bientôt tu retourneras dans ta cellule, et on prendra plus de précautions cette fois-ci.

– TA GUEULE !

Je décochais ma flèche en plein dans sa tête, et il s’écroula au sol, son sang s’accumulant en une flaque devant lui, aussitôt après, je tirais une flèche dans la tête sur chacun des pilotes présent dans la salle jusqu’à ce qu’elle soit vidée, me retournant donc, je pris une flèche de feu, soudant la porte en un seul bloc de métal, puis rajoutant du métal avec des flèches de terre (le métal est une partie de l’élément terre).

– Bien, maintenant qu’on est débarrassés de ce gêneur, tu peux nous faire sortir du mode hyperespace et repartir ensuite dans l’autre sens ? Pousse les moteurs au régime maximal s’il le faut, il ne faut pas que le reste de leur flotte nous rattrape. Pendant ce temps, je vais communiquer notre position à la flotte Elémentienne, afin qu’ils nous envoient une escorte et qu’ils nous permettent d’embarquer dans un de leurs vaisseaux via une navette de secours et qu’ils fassent sauter ce damné transporteur avec toute leur masse déferlante de soldats…

– Je m’en occupe, c’est une manœuvre assez risquée, car normalement il faut suivre une procédure précise pour sortir du mode hyperespace avec ce genre de vaisseau.

– On s’en moque du protocole, on n’a pas de temps à perdre !

– Comme tu voudras.

Elle s’installa donc au poste de pilotage, actionnant des boutons et des leviers dans tous les sens, tandis que moi je m’installais au poste de communication.

Rentrant les fréquences et les codes secrets du réseau de communication Elémentien, je parvins à contacter directement l’état-major, et rentrer en communication avec le roi.

– Allô ? Allô ? Ici PioarMario, vous me recevez ?

– Ici Fred I, nous te recevons très bien, mais dis-moi, comment as-tu réussi à avoir l’autorisation de nous communiquer

– Je me suis échappé, on a réussi moi et Maria à prendre le contrôle du poste de pilotage, on est sur le point de faire demi-tour afin d’aller dans votre direction, mais on a besoin que vous envoyez une flotte nous intercepter, car le gros de l’armée du transporteur arrive, et on n’est pas certains d’y faire totalement face, m’avez-vous compris ?

– J’ai compris 5 sur 5, une flotte est en route, vu votre position, elle vous interceptera dans un délai de 15 minutes. Tenez-bon pendant ce temps.

– Très bien merci, je reste en communication avec l’officier chargé de superviser l’opération, tant que je le pourrais.

– Bonne chance, Héros.

Il quitta la communication, et je rentrais donc en communication avec… Le chef des armées d’Elémenta. Ce dernier nous demanda des informations en temps réel de l’état de la situation, heureusement, nous pouvions lui donner tous les détails, puisqu’on avait accès à la totalité des caméras de surveillance du vaisseau, on pouvait donc voir les armées se réunir et se préparer pour l’assaut de notre place forte. Tandis que Maria avait réussi à rebrousser chemin avec le vaisseau, il ne restait qu’une dizaine de minutes avant le point d’intersection. Les armées refluaient désormais rapidement vers le poste. Et je tentais par tous les moyens de ralentir leur progression : extinction de leurs lumières pour les forcer à passer en vision infrarouge, fermeture de sas, dépressurisation de salles, la totale, j’ai même réussi à en exterminer une bonne partie en faisant exploser des piles à combustibles dans certaines salles.

Il restait cinq minutes lorsque les premiers soldats furent à la porte. Ce que je fis donc à ce moment fut de percer un trou dans le mur, et de balancer des flèches par ce trou, je pus ainsi retarder encore le moment où ils s’attèleraient à perforer la porte.

Ces cinq minutes furent très longues, chaque perte de leur côté était une victoire personnelle, il fallait à aucun moment qu’ils n’entraient dans le poste, notre survie, non, la survie de la Terre en dépendait. Je me souviens de la douleur qui arrivait dans mes bras, causée par le mouvement répété de lorsque je décochais une flèche, la nausée qui était très présente à certains moment, je ne saurais l’expliquer pourquoi, cette douleur à mes chevilles causée par les chaînes lors de ma captivité. Mais surtout de cette volonté inébranlable de ne pas céder face à la douleur, face au désagrément, je me serais battu jusqu’au dernier moment, dussé-je ne pas en revenir indemne. Et cela dura jusqu’à l’interception.

La flotte Elémentienne arriva enfin, et ce fut précisément à ce moment que la porte commença à céder. Maria était sortie du mode hyperespace, et je gueulais. « ENCLENCHE L’AUTODESTRUCTION, ON SE TIRE ! » Avant de grimper dans la capsule de secours, il était temps, à l’instant où la navette partit, la porte céda et les soldats firent irruption dans le poste, un bruit sourd se fit entendre peu de temps après dans la capsule, un instant j’ai cru le pire, mais je me suis aussitôt rendu compte que c’était un intercepteur Elémentien qui avait tiré un grappin sur notre capsule, il nous ramena donc jusqu’à lui. Quelques secondes après, le transporteur pirate explosa en une déflagration de feu, aussi brève que fulgurante. Des débris furent projetés de toute part, et j’eus peur que l’un d’eux ne fasse exploser la capsule en éclats. Mais la chance nous sourit, puisque je suis là pour vous en parler.

Une fois dans l’intercepteur, toute la flotte prit le chemin du retour avant que les renforts pirates n’arrivèrent. Et je pus savourer ces moments avec Maria dans la cabine de pilotage :

– Maria… On a réussi… On a réussi à s’en sortir vivant ! J’ai bien cru que tout était terminé…

– Non PioarMario. TU as réussi, je n’ai fait que te seconder, c’est bien toi qui a fait preuve d’un sang-froid extraordinaire, et c’est bien à toi que reviennent tous les honneurs. C’est bien toi qui a mené le combat le plus difficile et le plus éprouvant aujourd’hui.

– Si tu le dis… Il n’empêche que… J’ai tout de même un sale goût amer dans la bouche. Je ne saurais le dire pourquoi.

– Je connais cette sensation, c’est le goût de la défaite. Je te conseille de le savourer, de ne pas l’oublier, afin de faire tout ton possible pour qu’il ne revienne plus jamais, c’est ce qu’il m’est arrivé à moi, et c’est le seul conseil que je peux te donner. Savoure-le, et après, allons célébrer notre grande victoire, aujourd’hui est le deuxième jour d’une nouvelle légende.

Ces mots ne furent jamais aussi vrais… Je ne les oublierais pas Maria. La bataille que nous avons menée aujourd’hui serait chantée par tous nos admirateurs et les défenseurs de la liberté. Les pirates de l’espace n’ont qu’à bien se tenir, mais avant de clore ce deuxième épisode, voici une dernière conversation, qui a eu lieu quelques heures après :

– Maintenant qu’on a battu les pirates, qu’allons-nous faire ensuite, me posais-je comme question.

– Je crois que je sais, intervint Steve : retrouver le dernier. Il y a quelques heures, je n’en ai parlé à personne sur le coup, vu l’urgence, mais je l’ai traité quand même, j’ai reçu un message en provenance d’une planète qui n’est pas tombée sous la juridiction des pirates, le 3ème Héros est partit pour nous rejoindre, mais je n’ai aucune idée de quand il va arriver.

– On n’est pas pressés de le rencontrer, il faut d’abord que Maria acquière toute l’étendue de ses pouvoirs, puis ensuite on verra. On va retrouver le 3ème. Afin de compléter la légende du Héros, en réunissant le Trio de légende !

FIN (Du deuxième épisode)

Heroes of the  Elements

Vers un nouveau départ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Heroes of the Elements Episode 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Heroes of the Elements Episode 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Syl-Iriah de Raging Heroes peinte par Thomas David
» [Software] Besoin d'Aide pour Bionicle Heroes
» [Software] Bionicle Heroes ou Bionicle The Game ?
» Base Alpha Tango Zoulou du CSNU[Terminé]
» Justice League : Heroes Nations (PC Based)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SMG :: Chefs D'oeuvres :: Fictions-
Sauter vers: