SMG

L'antre d'un univers de fous. A vos risques et périls.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Médiateurs [Fiction]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mar 7 Fév - 15:23

AAAAAAAAH, CE CHAPITRE M'APPRENDS DES CHOSES. *Prend un flingue et tire* /PAN/


Nan je déconne, c'est bien d'expliquer, ça montre que l'environnement de cette fic n'est pas léger, et ça emphase le petit côté sérieux.


Chapitre très centré sur explications politiques, la raison des migrants pour venir en Esfane, d'ailleurs, c'est un de mes challenges avec la planète de Biolance et Muscmer, mettre le côté "politique" plus en avant *l'a mis sous une drôle de forme* /PAN/


Pour parler du reste, d'accord, on passe de l'inspecteur calme en explications à l'inspecteur désemparé.


"Et le silence se fracassa dans la salle"


Silence: *Se casse la gueule sur une table* Désolé, j'ai trébuché, continuez votre discussion. ^^ (J'ai pas pu résister à cette blague de merde) /PAN/


Mais sérieusement, pauvre hôte, je suis triste pour lui mais ça montre aussi un petit côté humain de son travail, se sentir comme une merde parce qu'on a pas réagi comme on le voulait, je... *Compatit* /PAN/


Bonne suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mer 8 Fév - 15:30

"-Aider un chercheur? Bien sûr que non! disait-il en serrant vigoureusement la main du sociologue. Vous avez déjà lu Campagne et ville. La frontière des normes ?
-Non, lâcha-t-il laconiquement." conversation/20


"La Troisième Piteuse eut lieu deux jours après sa propre naissance *Oui Just, un jour après toi *" ce genre de détail qu'on aime *tg*


"Tamriel de la lignée de Foxhound" deux noms, deux inspirations différentes faciles à remarquer, j'me trompe?


"parler un minimum l'anglais aussi" ne dirait-on pas plutôt parler le silvarien du coup? *tg*


"-Vous avez dis une fois, c'est le genre de manquement qui peut arriver. Ce n'était pas si grave, vous êtes un être humain, on est pas à l'abri e toute erreu-
-C'était un viol.
...
-Shame.  
-fin-"


LA FILLE VIOLEE..ME DIS PAS QUE C'EST CELLE QU'EST ENCEIN- ah bah non mettre 2 ans pour accoucher c'est long quand même. Ok ok fine  *tg* 






Ouais moi aussi je déteste les habits serr- *tg*

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 12 Fév - 21:47

Chapitre 6: Le guerrier monstrueux






Mardi 2O juillet 2021. Comme c'était une journée d'été, il faisait bien évidemment chaud, sans un petit nuage dans le ciel. Les rideaux verts du salon furent tirés, laissant toute la lumière pénétrer dans la pièce, suffisamment pour réveiller ceux qui y dormaient encore. Fière de son action, Midori se dirigea vers le canapé du salon pour y exprimer la raison de son effervescence.


-Allez, réveille-toi! Aujourd'hui c'est les un an de ma fifille!


Afin d'exprimer à son tour le fait d'avoir été réveillé brutalement pour pas grand-chose à ses yeux, Vassili prit un des coussins du canapé et l'envoya au pif sur son amie, puis se cacha sous la couverture pour que la lumière arrête de lui brûler ses yeux. Elle attrapa quant à elle l'objet envoyé sur sa face puis continua.


-Je sais que ça ne te bouleverse pas énormément, mais tu te dois absolument d'être prêt quand elle arrivera!
-Ouais ouais, retourne jouer en bas.
-Ah et au fait, je voulais te remercier de m'avoir appris à devenir prévoyante en presque un an.
-Hum...D'accord? Parce que si j'avais été pas là, tu aurais oublié l'anniversaire de ta fille?
-Non, mais là, tout de suite, j'étais sûre que tu me balancerai un coussin, et je l'ai bloqué. Avant, je t'aurai fixé comme une nulle en rigolant et en me prenant le coussin. Mais là, j'ai prévu le coup!
-...J'en suis comblé.
-Allez, dépêche-toi!


Pour prouver qu'il se dépêcha comme elle lui avait demandé, il attendit une demi-heure avant de descendre dans la cuisine. Saluant Friedrich, comme d'habitude, il remarqua qu'elle n'était pas encore entièrement calmée.


-Ce sera une excellente journée, j'ai tellement hâte qu'elle arrive!
-Si tu avais réellement été prévoyante, commença Vassili en se posant contre le mur, tu n'aurais pas déposé ta gamine chez Klara hier, donc elle aurait déjà été là.
-Il y a un début à tout, ça c'est encore complexe!
-Si tu le dis.


Quelqu'un toqua à la porte. Persuadé à 100% qu'il s'agissait de son amie qui lui ramenait sa fille, ce n'était pas du tout le cas. Celle qui venait d'arriver était une grande femme imposante, et on pouvait rajouter à cet effet sa magnifique armure Royale. Bien que sa tenue de défense était assez fine, elle portait une lance de plus de deux mètres. Il est à noter qu'elle ne portait pas de heaume, laissant paraître une longue chevelure rousse, collant parfaitement bien avec ses yeux bleus.
Cette dame n'est ni plus ni moins que Julia Behelith, la Médiatrice Royale, c'est à dire un agent personnel à Sa Majesté le Roi. Mais elle est aussi la grande soeur adoptive de Midori. Cette dernière prit justement la parole.


-Mais regardez donc qui voilà, la petite canaille!
-Et en face la grande canaille! répondit la rousse en rentrant. Alors, ça à l'air d'aller, on dirait?
-Bah bien sûr! Tu as pris congé pour l'anniversaire de la petite??
-Oh oh, c'est l'anniversaire de Kana aujourd'hui?
-Oui, tu avais...Oublié?
-Oui.
-Ah...
-En fait, je suis venue pour plus important, car la Milicia of Liberty a frappé. Et fort puisqu'ils ont anéantis le village de Gate Town.


L'annonce soudaine de la Médiatrice Royale fut frappante. Gate Town est le lieu de production agricole le plus abondant du pays. Etait. Situé à 30 kilomètres au nord de la capital, sa destruction signifie que la MOL est très déterminée dans ce qu'elle fait. L'annonceuse continua.


-Comme il y a eu une utilisation assez intensive d'explosifs, tu dois te rendre le plus vite possible dans le village pour faire un rapport détaillé aux autorités.
-Quoi? Mais pourquoi moi? Je peux clairement pas aujourd'hui!
-Désolé, soeurette, mais comme ton hayonne permet de relever des choses qu'on ne pourrait avoir autrement, ta présence est requise au plus vite. Mais sache que si tu te dépêches, tu rentreras tôt et tu le lui feras, son anniversaire!
-Si tu le dis, oui...On a qui d'autres pour cette mission? demanda-t-elle agacée.
-Antigone sera là au cas où il resterait des victimes, mais surtout pour communiquer directement avec notre chef. Etant donné les risques de danger, il fallait un autre Médiateur spécialisé au combat pour assurer la sécurité. Malheureusement pour toi, la seule disponible est Jane.
-Ah ben bien, la journée commençait trop bien après tout, déclara sinistrement Midori.
-T'inquiètes pas trop non plus, c'est moi la chef d'équipe!
-Mais si tu es là, on a pas besoin d'elle alors?
-La menace est TRES élevé. Allez, dépêche-toi de te préparer si tu veux rentrer tôt!


Après avoir donné leur lieu de rendez-vous, Julia referma la porte. A moitié désespérée par sa journée qui débutait pourtant bien, son mari la prit dans ses bras pour la rassurer.


-Tu seras rentrée assez tôt, tu verras. Et puis, c'est moi qui vais aller chez Klara pour lui dire notre contre-temps.
-Merci. Dis, tu voudrais pas venir enquêter avec nous?
-Non, je dois aller au Parlement, comme d'habitude. Mais on aura tout le week-end si tu veux, ma chère!
-J'ai aussi mon hayonne. On rentrera très vite, Midori, t'inquiètes pas, rajouta Vassili.
-Je sais, je sais, on ira vite, et ça ira bien!


https://www.youtube.com/watch?v=WwKiZk3z5wI


Une heure plus tard, le groupe de Médiateurs s'approcha du village paysan entièrement rasé. Composé à la base de Julia en chef d'équipe, ainsi que d'Antigone, Jane, Midori et Vassili, ils ont aussi décidé d'embarquer Edgar avec eux,  plutôt qu'il aille se saouler. Une fois arrivé, ils remarquèrent que Gate Town avait été effectivement bien ravagé. Le bois encore fumant marquait le fait que l'événement était récent. La plupart des maisons étaient détruites, cependant une grange, un manoir et une usine étaient presque intactes.
Julia débarqua de son cheval, et organisa qui doit faire quoi.


-Antigone va rechercher une ligne de communication avec la capitale, il  y a certainement de quoi dans la manoir. Et après, tu chercheras des survivants et tu essairas de les calmer pour les écouter au mieux pour obtenir des témoignages. Si tu en trouves parmi les cadavres. Edgar, tu l'accompagnes en cas de danger ou s'il y a plusieurs survivants à gérer.
-Bien.
-Midori, tu vas vérifier tous les dommages faits aux structures et sur les cadavres pour reconstituer la scène. Le hayonne ne devrait pas avoir de limite?
-Non, ça ira.
-Bien. Jane et moi on va monter sur un point de vue bien haut pour vérifier qu'il n'y a aucun danger en approche. Vous avez tous bien compris?
-Euh, attends, tu n'as pas donné de rôle à Vassili, non? demanda Midori.
-Non. Pas assez de confiance, répondit-elle froidement.
-Je pourrai connaître les raisons, si possible? demanda-t-il
-Bien sûr; Même si j'accepte le choix du chef, je considère que tu n'as pas assez d'expérience. Et quelqu'un qui vient de l'extérieur encore moins.
-Bien, c'est compréhensible. Mais en attendant je fais quoi? Je compte le nombre de moutons qui ont cramés ou explosés?
-Tu restes vers Midori et ça ira.
-Bien.


Comme il leur fut conseillé, Antigone et Edgar allèrent au manoir afin de trouver une ligne de télécommunication pour son télégramme portable, rangé dans une grande valise de cuir étant donné la taille du bousin. Elle passa une demi-heure à configurer son matériel, et réussi à mettre la ligne en place.

Cependant, comme il n'avait rien à faire, son collègue s'en est allé faire le tour de la grande propriété, et elle ne sait pas où il est désormais. Elle le chercha donc en visitant à son tour le manoir. Elle descendit les escaliers larges et luxueux, tout en marbre et recouvert d'un grand tapis rouge. Elle fini par entendre un bruit de grincement étrange, provenant d'une autre pièce. Prenant son courage à deux mains, elle ouvrit la porte, mais le spectacle qui s'offrit à elle fut effroyable.


Edgar était en train de faire du trampoline sur le lit de la chambre.


-Mais qu'est-ce que...Que...
-Hey, tu sais combien je paierai pour avoir un lit pareil??


Après avoir dit ça, il descendit du lit.


-Bon, t'as fini d'installer ton machin?
-Hein? Ah euh...Oui?
-Bien, alors on peut aller rechercher des victimes.


Et il sortit de la pièce le plus sérieusement du monde. Antigone pensait qu'elle allait perdre un quart d'heure pour qu'il arrête de faire son gosse, à sauter sur le lit,  mais apparemment, il s'est stoppé tout seul...Bref, comme il l'a dit, il était temps de chercher un survivant. Comble du hasard, une personne dehors était en train de gueuler à plein poumons. Plus précisément le mot "Baskerville". Ils entendirent une fois...Deux fois...Trois fois...

A peine le duo sortit du manoir, par la porte principale, qu'ils virent une femme pâle et en partie brûlée qui griffait à une des fenêtre du bâtiment. A peine elle put les apercevoir qu'elle cria cette fois-ci "LE MONSTRE DE BASKERVILLE". Et elle s'en alla en courant hors du village.


-Mais qu'est-ce que...C'était quoi ce truc?? demanda Edgar abasourdit.
-Euh, comme elle était un peu..Brûlée quoi, et qu'elle fait folle, je crois que c'est une euh...Une femme du village qui a survécu à l'attaque. Enfin, physiquement, pas psychiquement...
-Elle est juste devenue folle, quoi. Et c'est quoi ça, ce monstre de Baskerville?
-Une légende urbaine. Un monstre humain mais en euh, en métal, qui peut sauter très haut et qui atterit en faisant un, ben un gros bruit.


Au même moment, quelqu'un tomba d'une très grande hauteur derrière Edgar, provoquant un certain bruit, mais en plus des cliquettis de métal se produisirent. Pensant justement que c'était cette fameuse bête, il prit peur, se saisit de son épée dans le dos, mais n'arriva pas à l'extirper hors de son fourreau. Comme d'habitude.
Pendant qu'il se livrait à ce ridicule spectacle, ce qui avait atteri n'était autre que sa chef, Julia Behelith, qui ne manqua pas l'occassion de lui faire une sempiternelle remarque.


-Toujours cette histoire d'épée dans le dos. Quand est-ce que tu vas arrêter, sombre crétin?
-Ah ah, chef, disait-il en se remettant droit, couvert de honte. Jamais, madame.
-Si tu veux encore jouer les débiles, soit. Qui est-ce qui criait "la bête des Baskerville"?
-Une dame qui a survécut à, ben à l'attaque. Elle est partie en courant...
-Hmm...Antigone, pourrais-tu m'en dire plus sur cette légende du monstre de Baskerville? demanda la chef.
-C'est une légende urbaine qui date de juillet 1997. Un monstre qui a euh, été aperçu pas très loin du village de Bury. Il a juste terrorisé un paysan, fait un grand bond dans une lumière dans la nuit, et ont disparus. La lumière ET le monstre, hein...
-Ce qui est marrant, c'est que cette légende est connu dans tout le pays. Moi et Julia, on l'a connait car on est de Bury. Mais même à la capitale, ils la connaissent. Pourtant c'est juste un paysan qui a lancé une rumeur, non?
-Non. Bury se trouve à presque cent kilomètres de New-Manchester, pourtant ils ont aussi aperçus cette lumière ce jour-là, répondit Julia. Tu ne t'en souviens pas Edgar, moi si.
-Sacrée légende, en tout cas.
-Ce qui est étrange, c'est que la date correspond à quand Midori est arrivée dans ce pays, et c'est près du village où elle a été déposée. C'est peut être une technologie de l'Extérieur...Mais on est pas là pour ça, retournez à vos postes! ordonna-t-elle.


Suite à son ordre, Julia sauta sur un toit pour retourner patrouiller. Un saut qu'aucun humain normal ne pourrait réaliser. Antigone et Edgar regardaient les alentours pour savoir vers où aller, puis ils virent que Midori et Vassili avaient écoutés cette histoire. Cette dernière se dépêcha même pour attraper la "psychologue" par le col et la secouer.


-Dis, dis, dis, je suis liée à ce monstre?? Dis moi que oui?!?
-Lâche-moi si-s'il-te-plaît!


Une fois qu'elle put retoucher le sol, car oui elle ne le touchait plus, Antigone expliqua qu'elle n'en savait pas plus, et que c'était certainement juste une coïncidence. Ceci décevant la Médiatrice. Du coup, Vassili prit la parole.


-Ton père a été formel sur ce sujet; pour rentrer dans Asheland, c'est par moyen aérien, et par une coordonnée très précise. L'Extérieur possède la technologie pour crée un flash lumineux aussi puissant. Par contre, le moyen aérien n'aurait pas été discret, les gens de Bury l'aurait entendu.
-La légende ne mentionne rien sur les, euh, sur les bruits, justement.
-Alors, cette théorie me semble farfelue, mais ce moyen de locomotion aurait plutôt été un vaisseau spatial terrianais. Un truc alien quoi.


En évoquant le mots "terrianais", Antigone et Edgar furent perdu. Cependant, Midori et Vassili en ayant déjà parlé, à cause des hayonnes, et cela renforçait pour elle la thèse selon laquelle elle serait certainement d'origine alien.


-Attends...Tu confirmes que je viens de là? De cette "Terria"?
- Non, le coup du vaisseau n'est qu'une hypothèse. je ne vois pas le rapport entre Terria et Asheland. Et le seul représantant de cette planète que je connaisse n'en sait rien non plus. A moins qu'il ne me cache des trucs.
-Ah, et bien...Tu crois que mon père accepterait de m'en dire plus?
-Je n'en sais rien. On y repensera plus tard, il faut d'abord finir le boulot, déclara-t-il.
-Ouais, c'est pas faux!


Boulot fini plus vite=Voir sa fille plus vite. Le calcul "coût/avantage" étant fait, Midori se précipita dans le manoir, Vassili l'accompagnant plus lentement à moitié blasé.

___________________________
Edgar: *Les voit rentrer* J'ai rien compris
Antigone: Pareil °^°
Edgar: Un terrianais, on dirait une plante un peu bizarre, ou autre
Antigone: Tu voudrais pas euh, qu'on cherche d'autres survivants plutôt?
Edgar: Si si, ce sera mieux*La suit* Ah au fait, pourquoi la bête des Baskerville plutôt que de Bury? Et c'est quoi ça, la ville de Basker?
Antigone: C'est pas une ville, mais euh, un...De la littérature.
Edgar: Ce mot m'est barbare, mais je suis encore curieux...C'est quoi?
Antigone: Le chien des Baskerville est à la base un livre de sir Arthur Conan Doyle, un silvarien.
Edgar: Ces couillons de silvariens
Antigone: Et comme c'est un chien monstrueux, et bien ils ont reprit le titre du livre. C'est très culturel, moi j'aime beaucoup
Edgar: C'est silvarien, je déteste
Antigone: Mais pourquoi tu ne les aiment pas? °^°
Edgar: C'est simple; un ashelandais qui se respecte n'aime pas les silvariens
Antigone: Et tu n'as jamais réfléchi à...D'où venait cette haine, plutôt que de la propager sans savoir?
Edgar: ...Réfléchir à une haine? Nan mais ça va pas? Et pourquoi pas les aimer tiens? :vent: *?* *S'en va*
Antigone: :facepalm:

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Lun 13 Fév - 14:21

"-Ah et au fait, je voulais te remercier de m'avoir appris à devenir prévoyante en presque un an.
-Hum...D'accord? Parce que si j'avais été pas là, tu aurais oublié l'anniversaire de ta fille?
-Non, mais là, tout de suite, j'étais sûre que tu me balancerai un coussin, et je l'ai bloqué. Avant, je t'aurai fixé comme une nulle en rigolant et en me prenant le coussin. Mais là, j'ai prévu le coup!"
Vassili: Ah ouais, quand même, dans un an tu attraperas les couteaux que je vais te lancer. *TG*


"-Oh oh, c'est l'anniversaire de Kana aujourd'hui?
-Oui, tu avais...Oublié?
-Oui.
-Ah...
-En fait, je suis venue pour plus important"

OOOOOOOOOOOOOOOOOH *TG*


"Mais en attendant je fais quoi? Je compte le nombre de moutons qui ont cramés ou explosés?
Julia: Juste pour me foutre de toi, oui (non ça ferait pas sérieux) /PAN/


"Prenant son courage à deux mains, elle ouvrit la porte, mais le spectacle qui s'offrit à elle fut effroyable."


Edgar s'est fait prendre? Il s'est fait découper en morceaux comme de la viande? Bordel, j'aime pas son air traumatisé, qu'est-ce que c'est qu'est-ce que-


"Edgar était en train de faire du trampoline sur le lit de la chambre."


THE HORROR, THE HORROR


J'aime bien comment ta narration annonce des conneries dans le plus grand des sérieux, quelque beaux exemples dans ce chapitre.


Midori est encore plus curieuse que nous sur la coincidence de la légende du monstre et le mois qu'elle est arrivée ici.


Midori est la fanbase *TG*


Le soutien m'a tué un peu, tout le long j'étais comme.


"Edgar: Ces couillons de silvariens "
"Edgar: C'est silvarien, je déteste
Antigone: Mais pourquoi tu ne les aiment pas? °^°
Edgar: C'est simple; un ashelandais qui se respecte n'aime pas les silvariens "


"Antigone: Et tu n'as jamais réfléchi à...D'où venait cette haine, plutôt que de la propager sans savoir?
Edgar: ...Réfléchir à une haine? Nan mais ça va pas? Et pourquoi pas les aimer tiens? :vent: *?* *S'en va*" Parce que Cam va te péter la gueule EN SANG si tu la provoque *TG*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mar 14 Fév - 15:35

Elle arrive à lui faire un compliment gentil au quotidien et lui ce qu'il trouve à dire "-...J'en suis comblé." what a dick :/ *je rigole bien entendu*


"laissant paraître une longue chevelure rousse" UNE SORCIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERE *prend le lance-flamme*


ELLE S'APPELLE JULIAAAAAAAAAAAAAA *pardon*


Han mais c'est une bonne tante. On dirait limite moi pour les premiers annivs de mes neveux  *tg*


"ils ont aussi décidé d'embarquer Edgar avec eux,  plutôt qu'il aille se saouler" le pauvre, le retirer de son petit plaisir comme ça :/ *le voit faire du trampo* ah c'est bon il a trouvé de quoi remplacer l'alcool






LE MONSTRE DE BASKERVILLE SHERLOCK WOWOWOW BASKEEERVIIILLE WOHOUUUUU DROOOOG- *pardon*


"Antigone: Le chien des Baskerville est à la base un livre de sir Arthur Conan Doyle, un silvarien." merci pour avoir ouvertement fait le clin d'oeil. Je peux mourir en paix à présent... *s'enterre*


La haine non-justifiée d'Edgar pour les Silvariens ça m'a tué xDD Sur le coup ça me fait penser aux relations des irlandais du sud et l'angleterre *tg*

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Jeu 16 Fév - 13:09

Etant donné que c'est le meilleur chapitre, j'avais trop envie de le poster. Z'allez mindfucker dimanche, vous verrez
Note: Une musique sera réutilisée plusieurs fois à différents moments, c'est normal



Suite du chapitre 6





Une fois rentré dans le manoir, Midori et Vassili cherchèrent des endroits de la maison qui auraient cramés, ou autre indice permettant d'en savoir plus sur ce qui a bien pu se passer. Pendant qu'ils scannèrent différents endroits, le silence se brisa.


-J'ai une question, Vassili. Mais j'espère que...Que ça ne t'énervera pas?
-A moins que tu ne me demandes de me suicider, ça devrait le faire.
-Tu n'aimes pas vraiment ma soeur, non?
-Tu dis ça parce qu'elle m'a limite rejetté?
-Oui.
-Non. Elle m'a donné ses raisons qui sont parfaitement louables.
-Pourtant, y'en a pas beaucoup, des gens qui resteraient sereins après avoir reçu ça...Non?
-Ca dépend. Quand tu étudies la psychologie humaine, ça devient dur de détester les gens. Même ceux ayant des comportements horribles, ça ne m'énerve pas. Après ça veut pas dire que je ne veux pas les taper.
-Ah ah, évidemment...Hey! Regarde ce que j'ai trouvé!


Elle sortit un livre de la bibliothèque intitulé "Journal des évènements". Mais le plus important était l'auteur: Franck Friedman


-C'est le gars qui bloquait mes coups dans l'arène sadrilienne, tu t'en souviens? C'est un ancien gangster de la capitale!
-Ah, lui, répliqua Vassili. Tu crois que son livre serait intéressant?
-Ah oui, il est le propriétaire de l'usine ici, la scierie, donc il est important. Et comme je n'aime pas lire, je te laisse son carnet!


Il accepta donc sa tâche, et appliqua la même méthode que quand on lit un livre scientifique; d'abord un coup d'oeil sur l'intro et la conclusion. Le début n'était pas intéressant puisqu'il expliquait sa raison de faire ce journal, avec pleins de fautes d'orthographes d'ailleurs *L'auteur de cette fic ne conclut pas pour autant qu'il ne fait pas de fautes, au contraire*. Seul truc intéressant sur l'intro, celui ayant réalisé cette bio a écrit en rouge et en gros qu'il était très heureux de la naissance de son fils, baptisé Karl.
Les dernières pages du carnet étaient blanches. Vassili retrouva la dernière page écrite, et lut attentivement. Au vu de ses froncements de sourcils, Midori conclut qu'il lisait un truc qui devait valoir le coup.


-Alors, ça dit quoi???
-Attends, je vais relire à voix haute, tu vas aimer. Ca date d'hier.


"19 juillet 2021: J'ai recu un objet aitrange de la part du facteur,ce matin. Une petite boule avec des trou dessu. Et le plus étrange, c'est qu'une voix en est sorti, et elle a dit...Enfin, il, c'été une voix très roc: "Tu va mourir aujourd'hui, le terrianais". Je n'ai pas du tout compris...C'est quoi un terrianais? Mais bref, comme cette boule aitrange qui parle ma fait peur, j'ai envoyé ma femme et mon fils dans la capitale. Meme si elle est malade, ce n'est que quelque jours, puis on verra bien. Et se n'ait rien, si ça se trouve"


-Encore un terrianais? Mais c'est génial! Si ça se trouve on est toute une bande!
-Calme-toi, Midori, cette affaire ne me rassure pas du tout.
-C'est vrai que cette boule haut-parleur n'existe techniquement pas en Asheland. Et l'annonce d'une mort avec cette voix encore moins. Mais il a parlé de terrianais!
-Tu tiens vraiment à être de cette espèce?
-J'aime être originale!
-Certes. Mais ce qui est réellement inquiètant, c'est le fait qu'il existe plusieurs terrianais disséminés sur Terre. Et des gens qui savent qui ils sont, qui plus est.
-Hum...Celui que tu connais ne t'as rien dit de plus?
-Non.
-D'ailleurs, en dernière ligne, Franck dit qu'il vient d'entendre une explosion en pleine nuit. Ce qui renforce la piste de l'attaque terroriste de la MOL.
-Bon, on va analyser ailleurs pour en être sûr.


Une heure plus tard, le duo décida d'aller analyser une autre maison brûlée. Mais en arrivant sur place, Midori put apercevoir que Jane, son "ennemie", était assise sur un banc avec la tête dans les mains, en posture dépressive. Elle la traita de feignasse en rigolant, pus rebroussa chemin. Vassili savait ce que ça voulait dire, et préféra l'approcher.


-Dîtes, ça n'a pas l'air d'aller, non?
-...
-Bon, ma question était débile. Comme elle parle énormément de vous, Midori m'a dit que vous étiez originaire de ce village un jour. La suite n'est pas compliquée à deviner.
-Mais elle ne vous a pas dit que mes parents étaient morts depuis des années, n'est-ce-pas?
-Je n'ai pas non plus la science infuse, effectivement. Mais vu votre état, vous connaissiez encore des gens d'ici. Ceux de cette maison, par exemple?
-Oui, oui c'est bien ça. Mais ne jouez pas la carte de la sympathie, je n'aime pas, et je ne me dévoilerai pas plus. Si vous voulez bien me laisser tranquille, ça me serait bien plsu sympa.
-Bien sûr. Juste une chose; on travaille mal quand on est mal à l'aise. N'oubliez pas qu'il y a un risque de danger, et que c'est à vous de nous prévenir au cas où. D'accord?
-...Oui.


Il s'en alla pour la laisser tranquille, donc. Comme il vit que Midori espionnait, il lui mit un coup de poing sur l'épaule pour lui signifier qu'elle n'a pas été cool sur le coup. Mais elle s'en fichait quand même.
La journée continua. Vers dix-neuf heures, le groupe de Médiateurs se retrouva devant la scierie, la seule usine du coin, afin de conclure cette affaire. Julia prit automatiquement la parole en tant que chef.


-Bon. Suite aux analyses, tout concorde: C'est à nouveau une attaque de la Milicia of Liberty. Pourtant, un témoin affirme que les assaillants l'ont laissé en vie pour signaler leur identité, et qu'ils reviendraient dans la soirée pour tuer les Médiateurs présents. Cependant, notre survivant a dit que c'était une attaque du Hollandais Volant. Hors, il s'agit d'une légende urbaine.
-Objection, déclara Vassili.
-Tiens donc. Quelque chose à dire? renvoya Julia.
-Zirael, le chef même des Médiateurs, m'a dit il y a quelques mois que le clan du Hollandais Volant était réel. Envoyez-lui le rapport, et vous verrez sa réponse.
-Très bien. Antigone, envoie-moi ça.
-Euh, bien.


Le groupe dut donc attendre de nouveau pour avoir la réponse. Une demi-heure plus tard, la femme au télégramme revint vers eux en courant avec la réponse.


-Madame, il avait raison!
-Lis-moi le rapport exact du chef.
-Alors, euh..., "Préparez vos défenses et affrontez les Hollandais Volants le plus longtemps possible s'il arrivent. Nos rassemblons des Médiateurs et arrivons en renfort au plus vite. Fin."
-Le chef accrédite ça? Mais...Vassili, pourquoi il t'a révélé l'existence du Hollandais Volant, mais pas à nous?
-Je ne sais pas. Il est très confiant envers moi pour une raison qui m'échappe. Si vous pouviez m'éclairer, ce serait sympa.
-Bien...S'ils t'en a parlé, à quoi doit-on s'attendre?
-Des chevaliers en armure lourde. Lents, inefficaces pour arrêter les balles, par contre très redoutables au corps à corps.
-Il nous faut des armes à feux donc.
-Et à part le revolver d'Edgar, on a quoi comme arme?
-...Rien, répondit-elle.
-Et j'ai une autre question. Si nos analyses disent que la MOL a attaqué ce village, pourquoi est-ce qu'on attend le Hollandais Volant?


A cette question, Julia ordonna aux autres, car ils étaient encore là malgré leur mutisme, d'aller chercher des armes. En effet, une armurerie cachée de la Asheland's Royal Army se trouvait non loin de là, et les Médiateurs y ont accès. Seule avec Vassili, elle passa à côté de lui et changea radicalement de ton.


-Je comprends pourquoi le chef t'as accepté. Tu as le sens de la déduction comme qualité.
-Ce n'est pas une qualité, c'est un truc commun à tous les sociologues.
-Maintenant que tu as bien brossé le poil de ta profession, je t'ai laissé ici pour que tu m'aides à monter un plan de défense.
-Qu'est-ce qu'on trouvera dans les armureries exactement?
-Des mines et des armes a feux. Je leur ai dit de ne pas prendre les épées standards, nos armes habituelles suffiront.
Si on en a suffisamment, on place les mines tout autour du village. Sinon, on en placera que dans cette fôret.
-Pourquoi là?
-Une organisation inconnue a son complexe soit dans un lieu évident, comme la capitale, soit dans un lieu paumé.
-Tu places les bombes comme s'ils venaient d'un lieu paumé. Quid de si le Hollandais Volant est basé à New-Manchester?
-On a une chance sur deux. Comme ils connaissent les lieux suite à leur attaque, ils proviendront plutôt de la fôret, car on les verra arriver moins vite.
-Intéressant...
-Quand ils seront là, on les incitera à rentrer dans deux lieux. Toi, tu attends dans la grange, Midori dans la scierie, et vous affronterez les troupes qui entreront. A l'intérieur, vous serez moins exposées aux balles ennemies, s'ils ont des armes à feux. Nous autres, on sera en hauteur et on tirera sur eux pour les affaiblir.
-Pourquoi places-tu ma soeur et moi en combat solo?
-Je l'ai observé combattre. Elle est bien plus forte que Jane alors qu'elles sont supposés être équivalentes, en tant que spécialistes au combat.
-Et pour moi?
-Même si c'était il y a longtemps, Midori me dit tout le temps que tu était la meilleure au combat. Et puis, tu es la Médiatrice Royale, la seconde dans la hiérarchie. Tu tiendras.
-Bon, ton plan improvisé à l'air pas mal. Espèrons qu'ils n'ont pas de canons pour détruire nos murs, sinon on sera désavantagé.
-J'aimerai pouvoir réfléchir plus longtemps sur une stratégie, mais ils peuvent arriver n'importe quand, le soleil va se coucher dans deux ou trois heures.
-Je pense que ça ira.


Lorsque les autres revinrent, ils expliquèrent leur plan qu'ils venaient de mettre en place.
Plus tard, vers vingt heures, tous étaient planqués à leur poste respectif. Vassili attendait sur le toit de la scierie, Edgar sur celui de la grange. Antigone était avec lui, mais regardait en direction de la capitale au cas où l'ennemi arrive dans l'autre sens. Julia attendait dans la grange, et Midori dans la scierie en face d'elle. Mais cette dernière était à découvert pour se faire remarquer par l'ennemi.
Jane, quand à elle, était partie mettre les mines dans la forêt, mais elle n'était toujours pas revenue. Puis, une ligne de vingt chevaliers en armures lourdes et armés d'épées à deux mains débarqua de la fôret. Non seulement, c'était mauvais signe pour elle, mais en plus, ça voulait dire que le clan du Hollandais Volant venait d'arriver.


https://www.youtube.com/watch?v=kKGmZN06lBI


Les autres Médiateurs se mirent à découvert pour montrer leur présence. Une autre ligne de soldats du Hollandais arriva, mais celui du milieu se démarqua remarquablement, étant donné qu'il était plus grand, et que différentes ornomentations rouges sur son armure de chevalier grise le fit sortir du lot. Il sortit même de ses lignes de défense pour s'approcher des Médiateurs. Il se mit à parler, et le premier truc à remarquer est qu'au vu de sa voix, ce n'était pas naturel tant elle faisait mécanique et rauque.


-Comme je le pensais, mes petits pigeons sont là.
-C'est toi, Fafnir et le clan du Hollandais Volants? demanda directement Julia.
-Oui. Julia Behelith, Médiatrice Royale, et championne de lutte du pays.
-Est-ce que vous avez un lien avec la Milicia of Liberty?
-Bien sûr, je suis aussi leur chef, bien qu'ils ne le savent pas.
-Jamais eu une réponse aussi rapidement à un mystère, déclara Vassili.


Fafnir, le chef du clan du Hollandais volant, leva légèrement sa tête pour voir qui avait parlé. Il la connaissait, cette voix.


-Alors, le chercheur envoyé dans ce pays de paumé, c'est bien toi, Vassili Leschy.
-Comment connais-tu mon nom?
-J'ai la capacité de lire dans les pensées.
-Ne me prends pas pour plus con que je ne le suis vraiment. Quand s'est-on croisé?
-Te le dire dévoilerait mon identité, ne me prends pas pour plus con que je ne le suis vraiment non plus. Je vais quand même te donner un indice. J'ai l'air d'un lâche avec mon armée avec laquelle je me cache, mais mes ambitions sont trop grandes pour que je risque ma vie. Contrairement à un méchant de film, de BD ou autre qui affronte les héros en solo, je reste prévoyant.
-Film? Tu connais le culture de l'Extérieur car tu en proviens, c'est ça?
-Exact, je suis arrivé ici après l'Incident de Breskima et j'ai monté ce clan pour mes objectifs.
-Sebastian von Hayek?
-Ne sois pas aussi simplet, je l'ai tué après son incompétence. D'ailleurs, parlant de tuer.


Fafnir leva son épée à une main après l'avoir sortit du fourreau et la planta dans le sol. Elle était couverte de sang.


-Nous avons rencontré quelqu'un à vous dans la fôret. Une ancienne amie je suppose.


Ce qu'il venait de dire était clair: Jane n'est plus de ce monde. Par ailleurs, au vu de la quantité de sang présent, il avait dû bien s'amuser. Quant à Midori, elle dégaina et éclata rapidement son hallebarde sur le mur de l'usine, son arme s'étant encastrée dedans.


-Et je parie que vous ne l'avez même pas prévenue, bande de lâches. Mais ce n'est pas grave. Venez vous frotter à de la terrianaise, là vous allez chialer.
-Midori, ne me dis pas que tu te crois terrianaise, lança Vassili pour la calmer dans ses rêves.
-Que ça tombe bien, je hais les terrianais, déclara Fafnir.


Après avoir donné son avis, le chef leva son poing, puis ouvrit sa main, ce qui donna l'ordre d'assaut à ses hommes. Les Médiateurs présents se cachèrent, et ceux équipés d'armes à feux tirèrent. Midori reprit son hallebarde, la fit tournoyer avec une seule main, et tendit l'autre vers l'ennemi pour le narguer. Quand un premier soldat ennemi réussit à l'atteindre, elle claqua l'énorme porte de bois de l'usine sur lui, le flanquant au sol, puis elle rentra à l'intérieur.
Une dizaine de soldats du Hollandais Volants arrivèrent à leur tour dans l'usine. Les deux premiers furent sautés par une mine qu'ils n'avaient pas vu. Les survivants s'engouffrèrent dans le bâtiment et inspectèrent les environs. Beaucoup d'objets tranchants étaient présents, notamment la grande scie, et un escalier donnait accès à une passerelle en hauteur.
Alors qu'ils avancèrent avec prudence, Midori tomba d'une hauteur et écrasa son hallebarde sur le dos d'un innocent soldat.


https://www.youtube.com/watch?v=P9LWu237bWs


Elle se retourna et recula tout en bloquant les coups d'épées ennemis puis en fracassant son arme sur eux. Quand un tombait, un autre le remplaçait. Elle fit un bond en arrière, et mit un grand coup horizontal en frappant trois connard d'un coup.
Comprenant qu'ils ne pouvaient l'attaquer d'en face, ils se mirent à l'encercler. Chaque fois qu'un tenta de la frapper, elle para le coup, même venant par derrière, et elle écrasa son hallebarde sur la victime. Bien que ne les tuant pas sur le coup à cause de leurs armures, elle avait largement l'avantage.
La même scène se répétait, encore et encore, et d'autres Hollandais rentrèrent dans l'usine en renfort. Elle esquiva un coup d'épée, posa sa main sur le dos de cet attaquant et le poussa contre la grande scie. Puis elle se baissa pour attraper le pied d'un chevalier et l'envoya se fracasser sur ses potes, les faisant tomber comme des quilles.


https://www.youtube.com/watch?v=P9LWu237bWs&feature=youtu.be&t=43s


Elle posa ensuite son pied sur un torse adverse, et le repoussa violemment sur ses alliés. Flanquant un coup tellement puissant qu'elle décapita un ennemi, elle fut quand même de nouveau encerclée. Deux épées foncèrent sur sa tête, mais elle se baissa, puis frappa le premier avec une telle rapidité que son hallebarde rebondit sur la tête de l'autre. Deux autres victimes firent la même chose, et elle fit donc la même chose pour les repousser alors qu'ils n'ont même pas eu le temps d'attaquer.
Finalement, Midori bloqua un coup tellement puissant qu'elle se fracassa contre une machine. Voyant plusieurs épées lui foncer dessus, elle fit un grand bond tout en lançant une boule de feu sur un ennemi, le tuant. Elle atterit sur la plate-forme en hauteur, ayant déjà quelques soldats ennemis dessus, les autres la rejoignant par l'escalier.


https://www.youtube.com/watch?v=P9LWu237bWs&feature=youtu.be&t=2m7s


Elle avança tout en bloquant les coups, et en leur fracassant son hallebarde sur la tête ou le torse. Comme des ennemis arrivaient en courant par derrière, elle leur lança une autre boule de feu pour bloquer le passage. Elle continua donc de repousser la première ligne. Deux gars la frappèrent avec leurs épées, elle bloqua, leur colla un coup tellement puissant qu'ils passèrent par-dessus la rembarde, et elle fit pareil avec les suivants.
Comme sa boule de feu ne faisait plus effet, les ennemis de l'autre côtés pouvaient enfin l'encercler et l'attaquer par derrière. Bien que gérant les deux côtés au début, elle se sentait trop limitée dans ses mouvements et fit un bond pour retourner au rez-de-chaussé.
Un puissant coup la cueuilla en bas, qu'elle para tout en se faisant envoyer contre un mur. Puis la "routine" reprit; elle bloque les coups et contre-attaque.


Fin du thème.
A l'extérieur, le ciel était orange, et les Médiateurs continuaient de tirer sur ceux qui couraient dans l'usine. Très peu ne rentraient dans la grange, offrant peu de combat à Julia. Une autre ligne d'ennemi arriva, cette fois-ci équipés de fusils, et tirèrent sur ceux sur les toits. Edgar se prit une balle dans l'épaule, mais continua de tirer tout en se planquant. Vassili regarda par la grande fenêtre du toit de l'usine pour voir l'intérieur et comment Midori s'en tirait.
Très bien apparemment.


https://www.youtube.com/watch?v=P9LWu237bWs&feature=youtu.be&t=4m1s


Elle fracassa son arme sur les flancs d'un soldat, le faisant se rouler lamentablement sur le sol. Elle fit pareil avec un autre, puis encore un. De nouveau encerclée, elle passa par dessus un ennemi tout en le frappant à la tête, et atterit un peu plus loin. Bien que non entourée, elle vit que de plus en plus de soldats entraient pour l'affronter. Ils étaient tellement nombreux et enragés qu'ils se bousculaient entre eux pour aller la tuer.
Cette fois-ci encerclée et sans échappatoire, elle devint plus rapide. Chaque fois qu'un ennemi s'approchait, il fut frappé avant même d'abattre sa lame sur elle. Ils étaient même éjectés plusieurs mètres plus loin.
Ca continuait encore et encore. Ils rentraient, lui fonçaient dessus, et se faisaient éjecter. C'était tellement rapide que ça en devenait fou. La cadence était juste inhumaine.


Fin du thème.


Un bruit de corne, l'instrument, se mit à retentir dans tout le village, et dans l'usine par la même occasion. Tout le monde arrêta de se battre, Midori comme ses ennemis. Ils entendirent de multiples coups de feux, suivi de bruit de lames s'entrechoquants. Le renfort des Médiateurs étaient arrivés. Par une porte, Fafnir rentra, et ses soldats s'écartèrent pour le laisser passer. De l'autre porte, de l'autre côté de l'usine, des Médiateurs fusillèrents des chevaliers, et se planquèrent pour recharger.
Le chef du clan du Hollandais Volant prit la parole.


-Même pas morte? lança-t-il laconiquement.
-Nan, j'avais pas envie aujourd'hui, pour une certaine raison.
-Raison ou pas, je suis venu pour changer la donne. Mes hommes ne suffisent pas, mais je n'en attendais pas moins de ta part.
-Aujourd'hui, le cadeau de ma fille ne sera pas ma mort, mais ta tête, Fafnir, cracha-t-elle en tournoyant de nouveau son hallebarde. Amène-toi, mon coco!


Le chef des Hollandais Volant retira sa cape, et la lança en arrière. Des sous-fifres l'attrapèrent, et s'en allèrent avec pour ne pas la salir. Il se saisit de son épée, et la souleva pour aller l'exploser sur Midori. Elle avait toujours sa position provocatrice, mais juste avant d'esquiver, une boule de feu vint s'écraser devant Fafnir, le faisant se reculer et mettre sa main devant sa tête pour couvrir ses yeux.
Au même moment, Zirael, le chef des Médiateurs, tomba et écrasa une de ses épées sur l'épaule de l'ennemi. Le choc fut tel que l'arme s'encastra dans l'armure, et était pliée en deux. La résistance des plaques d'acier semblait juste hallucinante.


-Ah ah ah, le fameux Zirael.


Celui cité n'eut pas le temps de se saisir de son autre épée qu'il dut éviter l'imposante lame de Fafnir. Il évita trois coups aisément, et déploya un puissant vent d'un coup de main pour repousser le chef des Hollandais.


-Voyez-vous, je suis à la base plus faible que vous. Mais mon armure m'offre un potentiel de défense tel que je me considère comme étant le guerrier le plus monstrueux de toute cette foutue planète, lança Fafnir.
-Tu as entendu Midori, déclara Zirael, ton arme bloque la sienne, et on lui crame sa gueule à coup de boules de feux.
-Ca me va, chef!


Midori et Zirael s'approchèrent lentement de leur ennemi. Mais un bruit s'installa, et s'intensifia peu à peu. Un espèce de bourdonnement mécanique, que personne n'avait jamais entendu devenait de plus en plus fort. Même les combats dehors avaient cessés à cause de ce parasite auditif. On entendit même des cris. Puis une partie de l'usine explosa, tuant tout les soldats du Hollandais présents, et déclarant un début d'incendie.
Tous ceux dans l'usine levèrent leurs yeux, et purent apercevoir qu'au dessus du toit se trouvait un vaisseau spatial. Littérallement. L'engin fracassa les fenêtres pour passer au travers. De l'électricité se diffusa partout dans le bâtiment, réactivant toutes les machines de la scierie. Et une chose métallique fut largué.


---------------------------------------------
Fin bonus du jour, on s'arrête à la présentation de Fafnir qui dit que...Bon alors du coup c'est quoi ton vrai pseudo? C'était pas Fafnar, Fenrir, ou je sais plus quoi?

Fafnir: Nan nan, c'bien Fafnir Et je suis le combattant le plus monstrueux AU MONDE *Se prend une flèche de feu le faisant tomber*
Pioar: *Sur le toit* Meh. :/ *S'en va en vaisseau*
Midori: Ouah il est décevant en fait, ce merdeux :/
Zirael: Viens on lui vire son casque pour voir sa gueule
Midori: Han ouais *Lui enlève* OMG
Zirael: OMG
Vassili: Nan mais ça va, pas la peine de gueuler pour ri-*Voit qui c'est* OMG
Priam: *Est Fafnir* Bonjour les gueux
Vassili: PHILLIPE
Priam: *Se lève* Oh damn
Vassili: VIENS ICI QUE JE TE BUTE ENCULE
Priam: OMG *Se barre en courant*
Vassili: *Le poursuit en volant l'hallebarde de Midori*
Soldats du Hollandais: *Voient Priam leur foncer dessus* OMG *S'enfuient*
Just: *Sort de nul part et bouffe Priam* Pourquoi j'ai pas fais ça plus tôt
Eushi: TROMPE BLAZE POUR MOI
Just: Viens ici, bae *S'en vont*
Edgar: *A tout vu* C'est parti en couille, même trop pour moi =/ *Met des lunettes de soleil* Je vais me convertir et devenir comptable *S'en va*


L'auteur tient à souligner que c'est parti en couille et que ce n'est pas canon.

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Ven 17 Fév - 13:28

"-Pourtant, y'en a pas beaucoup, des gens qui resteraient sereins après avoir reçu ça...Non?
-Ca dépend. Quand tu étudies la psychologie humaine, ça devient dur de détester les gens. Même ceux ayant des comportements horribles, ça ne m'énerve pas. Après ça veut pas dire que je ne veux pas les taper." Je la veux comme coach de vie *TG*


"Une heure plus tard, le duo décida d'aller analyser une autre maison brûlée. Mais en arrivant sur place, Midori put apercevoir que Jane, son "ennemie", était assise sur un banc avec la tête dans les mains, en posture dépressive." Elle va se foutre de sa gu- "elle la traita de feignasse en rigolant"
Midori: C'est drôle quand c'est les autres qui souffrent *TG*


"Jane meurt" Midori: Tu vois? (mais ta gueule) /PAN/


Bien qu'il est indiqué clairement plusieurs fois que le combat de Midori se répétait un peu, je l'ai trouvé quand même épique, son assurance, sa puissance, même qu'à un moment je pensais que Fafnir allait lui sauter dessus avec tous ses soldats et lui chuchoter "IT IS INEVITABLE " (old blague facile) *TG*


"Quand un premier soldat ennemi réussit à l'atteindre, elle claqua l'énorme porte de bois de l'usine sur lui, le flanquant au sol"

Soldat: HEEEEEERE'S JOH-
Midori: Non :/ *Claque*
Soldat:


Quand à la version continuée et parodique, ouaip, super partie en couille. Priam en grand méchant, pourquoi pas Lyle ou Parakarry en trop bourré?
Quoique le couple Just et Eushi pourrait faire plus de sens /PAN/


Voyons voir si je vais effectivement mindfucker au 2e chapitre...vaisseau spatial qui arrive OKLM

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Sam 18 Fév - 22:47

"-Ca dépend. Quand tu étudies la psychologie humaine, ça devient dur de détester les gens. Même ceux ayant des comportements horribles, ça ne m'énerve pas. Après ça veut pas dire que je ne veux pas les taper." Aaaaw j'aime ce gars *tg*


Oh purée Vassili est tellement fort qu'il arrive à lire les fautes d'ortho aussi   *tg*




"-Et à part le revolver d'Edgar, on a quoi comme arme?
-...Rien, répondit-elle." easy peasy les gars




Coucou Jane! 
-5 min plus tard-
Au revoir Jane, merci d'être passée!




"-Et je parie que vous ne l'avez même pas prévenue, bande de lâches. Mais ce n'est pas grave. Venez vous frotter à de la terrianaise, là vous allez chialer.
-Midori, ne me dis pas que tu te crois terrianaise, lança Vassili pour la calmer dans ses rêves.
-Que ça tombe bien, je hais les terrianais, déclara Fafnir." GG Midori, en plus de pas être sûre t'as sorti la pire punchline possible au mauvais moment. Franchement, du talent.  /PAN/


"Amène-toi, mon coco" ça va ça va tu te rattrapes niveau punchline *tg*


Le vaisseau spatial à la fin..l'objet "métallique"...SERAIT-CE PAR TOUT HASARD... ?








Attends mais j'ai eu une crise de rire pour le bonus avec Priam, si c'était canon c'aurait pu avoir vachement de gueule. *non j'déconne  * /PAN/


Bref tu arrêtes à un mauvais moment là, vivement demain pour la suite de ce truc de OUF OUF

DE OU-OU-OUF

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 19 Fév - 16:32

Suite du chapitre 6






Du point de vue de Midori et Zirael, on ne pouvait voir ce qui avait été lâché car la masse de soldats obstruaient la vue. Par contre, ils entendaient clairement les cris d'hommes qui hurlaient, et le sang giclait dans les airs. Finalement, tous s'en allèrent en courant vers la brèche crée par l'explosion, complétement appeurés par ce qu'il se passait.


https://www.youtube.com/watch?v=cn144yWiZF4


Une créature de taille humaine marcha lentement vers Fafnir, accompagnée dans sa démarche avec toutes les scies qui tournaient inutilement. Son pied droit semblait casser, et son bras droit avait une pince et une lame d'un mètre en sortant. Son arme blanche trainait sur le sol, laissant une trace dans le sol en béton. Elle grommelait légèrement. Elle était équipé d'une armure grise, et des fluides bleus la parcourait tout au long de son corps. L'autre pince était elle équipée d'une sorte de canon.

Un soldat courageux s'attaqua à la bête, mais cette dernière lui planta sa lame dans la gorge avec une vitese et une dextérité effroyable. Un autre fracassa son épée sur elle, mais elle se torda, et le monstre ne bougea pas sur le coup. Après avoir déposé le premier ennemi embroché, elle se retourna et morda la gorge du second. Malgré son armure de chevalier, le gars du Hollandais se fit arracher sa jugulaire après quelques secondes de débat.

D'autres soldats revinrent pour attaquer la bête. Sans même se retourner, elle poussa un cri tellement puissant que les plus proches victimes eurent leur tympans explosés, et tombèrent comme des mouches. Les autres fuyèrent. Vassili rentra dans l'usine à ce moment précis; il avait reconnu ce cri. Quant à Fafnir, il ne semblait pas impressionner.


-La défaite que tu m'as infligé il y a des années ne t'as pas suffit? Il fallait que tu reviennes encore??? Donne moi ton nom, saloperie!


La bête ouvra son bec de métal pour laisser tomber sa victime, et orienta lentement sa tête vers Fafnir. Elle se dirigea vers lui, mais il ne bougea pas. Etant maintenant à quelques mètres, elle se mit à parler avec une voix étrange, mécanique, mais pourtant une certaine sagesse s'en dégageait.


-Je suis la bête de Baskerville, aussi appelé Priam. Tu t'en souviens?


Après avoir dit ça, le chef du Hollandais Volant leva son imposante épée et l'écrasa sur son ennemi. Le dénommé Priam lui attrapa sa main pour le bloquer, et lui morda le bras gauche. Ses crocs et sa poigne étaient tellements puissantes que Fafnir cria de douleur, lâcha son arme, et fini par tomber par terre. La bête l'accompagna dans sa chute, et secoua sa gueule.

Elle retira sa tête du bras de l'humain, et cracha un mélange de chair, de sang et de métal sur le côté. Pensant que c'était le meilleur moment, Midori leva son hallebarde, mais Vassili la stoppa en l'attrapant par l'épaule. Elle fut surprise mais obéissa. Puis le monstre se mit à parler

-Le but que nous t'avions donné n'était pas de tuer Midori, traître. Le Conseil a quand même été clément, et a décidé de t'accorder la grâce dans l'urgence. J'ai attribué sur ton bras la marque narshienne. La prochaine fois que tu récidives, je m'occuperai personellement de ton cas. A nouveau.


Puis Priam prit Fafnir par le col, et le tira vers la sortie. Ne voulant pas laisser cette occasion passée, Zirael sortit de son mutisme.


-Laisse nous ce connard, il doit être tué sur le champs!
-Cet abruti nous est encore utile, il ne doit pas mourir, répondit la bête.
-Tu rêves.


Priam ne prit même pas la peine de regarder le chef des Médiateurs. Ce dernier lui fonça dessus, épée en main pour achever Fafnir. Sans même se retourner, 'la bête" tira un rayon vert qui s'écrasa sur Zirael, le faisant s'éjecter au loin.
Après avoir déposé sa victime vers des soldats du Hollandais, qui tremblaient, la bête des Baskerville sauta sur son vaisseau, toujours en stationnement dans les airs, et un puissant flash lumineux aveugla tout le monde présent. Quand ils purent voire de nouveau, l'engin avait disparu.


https://www.youtube.com/watch?v=JlmBeLoFoCM&t=176s&index=13&list=PLNYGWOAZQ3KUItN24WZHxZAaJtX5q9kzG


Plusieurs Médiateurs présents s'engouffrèrent dans l'usine et s'agglutinèrent autour de leur chef pour voir s'il n'était pas mort. Julia se dirigea vers Vassili et lui attrapa l'épaule.


-Tu le connais? cracha-t-elle froidement.
-Qu'est-ce qui te fais dire ça?
-Tu as empêché Midori de l'attaquer.
-Peut être parce qu'il avait massacré l'ennemi, et qu'on ne savait pas s'il nous était hostile?
-Je te conseille de ne pas me mentir sur ce coup là!
-Moi, je le connais.


Elle se calma de suite quand elle entendit Zirael dire ça. Il se releva, un peu sonné, et l'approcha.


-Julia, si je te dis le 8 juillet 1997?
-La date de quand Midori est arrivée chez nous, mais je ne vois pas où vous voulez en venir.
-C'est aussi la date de la première et unique apparition de la bête des Baskerville. Ce Priam là, après avoir déposé Midori vers moi, m'a dit qu'il serait là en cas de pépin. C'est tout ce que je sais à ce propos. Au moins il ne nous est pas hostile.
-Mais qu'est-ce que j'ai à voir avec cet alien? demanda la concernée. Vassili, tu m'as dis que les terrianais étaient des copiés collés des humains, mais il n'y ressemble pas du tout, celui-là!
-C'est un narshien. Une autre espèce alienne. Ils ont croisés les terrianais et sont rentrés en guerre il y a des années, mais ils ont perdus et sont disséminés dans l'espace. C'est tout ce que je sais. Priam, lui, je l'ai connu en 2013, mais ce n'était pas le même. Il faisait parti des forumeurs, et tout comme eux, il passait son temps à faire le débile. Il était même remarquablement doué pour ça.
-Eh bien, tu vois que tu le connais, balança froidement Julia.
-C'est tout ce que je sais. Il a disparu début 2014, est réapparu au mois de mai où il aurait sauvé le monde avec un autre inconnu. Un certain Saren. Mais c'est absolument tout ce que je sais.


N'ayant strictement rien comprit au blabla qu'il venait de déblatéré, les Médiateurs qu'on ne connait pas s'en allèrent pour nettoyer le champs de bataille et guérir leurs blessés.


-Qu'est-ce que tu peux nous dire de plus? demanda Zirael.
-C'est absolument tout ce que je sais. Et c'est déjà bien plus qu'une personne lambda de l'Extérieur.
-Ben putain, si j'avais pas vu cette espèce de bête et son truc qui vole, je t'aurai just prit pour un con, Vassili! déclara Edgar.
-Mais il y a un truc qui me perturbe, c'est...C'est quoi mon rapport avec ce monstre? demanda Midori.
-Je ne sais pas, demande à ton père.
-Mais mon père n'est pas le centre de tout, Vassili!
-Il a encore raison, raisonna Zirael. Priam m'a dit que c'était une..."commande" de ton père, Aeron Hasker.
-Et il ne veut toujours...Rien me dire... déclara-t-elle
-Vassili, déclara Zirael, tu sais pourquoi tu en connais tant sur ces...aliens?
-Grâce à mon ancien professeur, d'origine terrianaise. Je lui demande des infos depuis que je suis dans ce pays, mais il me dit qu'on verra ça en vrai car la ligne n'est pas sécurisée, donc ne comptez pas avoir plus de détails. Je peux m'en aller cinq minutes maintenant?


Comme personne ne s'interposa à sa demande, Vassili sortit du bâtiment. Vu que personne n'était derrière l'usine, il tira sa manche pour laisser paraître le hayonne, et il créa une sorte d'hologramme. Il venait de rentrer en discussion avec quelqu'un, une jeune femme blonde, mais qui "brouillait" beaucoup étant donné le peu de réseau par ici.


-Salut Vassi', ça va?? demanda-t-elle enjouée
-Ouais ouais, ça aurait pu être pire.
-Euh, dis voir, c'est qui derrière toi?
-Personne normalement, dit-il en se retournant. Mais...Qu'est-ce que tu fous là, Midori?
-Rien rien, je me demandais juste ce que tu faisais.
-Hey, dis voir toi derrière, c'est pas toi la femme qui l'héberge? demanda l'inconnue.
-Ah si...C'est pas toi sa soeur Amélie?
-Mais si, si! C'est moi! Je peux enfin voir à quoi tu ressembles!
-Mais moi aussi!
-Aaah c'est génial!


Comme il se sentait inutile, Vassili se posa contre un mur et croisant ses bras en attendant qu'elles finissent de copiner. Mais sa soeur l'appela.


-Au fait, pourquoi tu m'appelais?
-Rien rien,  on a juste failli mourir comme des cons aujourd'hui. Enfin, la base, quoi. Du coup je voulais te parler comme ça, plutôt que par texto.
-Hum, quand même...Je vais manger, on reparlera ce soir, à plus!


Et la discussion se termina déjà. L'hologramme disparu comme si de rien n'était. Midori rigola en regardant bêtement Vassili, mais elle s'en alla quand elle vit Zirael approcher.


-Alors, stratège, on a bien joué aujourd'hui?
-Vous êtes d'entrain pour quelqu'un qui a failli mourir à deux reprises en moins d'une heure, chef, ironisa-t-il.
-Je voulais justement te parler de ça, tu sais qu'on est pas éternel, hein?
-J'en ai entendu parler, ouais.
-Je me suis rendu compte qu'il fallait que je te fasse une requête aujourd'hui.


Le chef se posa à son tour contre le mur, bras croisés, et inspira un grand coup.


https://www.youtube.com/watch?v=RT2BnDJMuS0


-Aujourd'hui, les Médiateurs en cours sont la troisième génération. Elle se démarque du fait que ses individus ont été génétiquements modifiés. Pas par moi, mais par le groupe caché auquel appartient Priam, les "Asheland's Guardians". Ils me l'ont fait savoir en juillet 1997 pour que je puisse les recruter une fois adulte.
-Qu'est-ce qu'ils veulent exactement? C'est eux qui contrôlent Asheland et Velentgrad?
-Je ne sais pas. Je sais juste ça. Et aussi qu'une quatrième génération de Médiateurs est prévue, plus puissante, et je sais qui ils sont. Personne d'autre que moi ne doit le savoir. Cependant, comme ces enfants pourraient être dangereux s'ils n'ont pas d'adultes pour les encadrer, je veux que tu prennes avec toi celui que l'on considère comme étant leur futur chef au cas où je meure.
-Je vois. Et Pourquoi c'est lui, le chef?
-Parce qu'il est le seul né de sa génération actuellement. Il y a une exception cependant, la fille de Midori et Friedrich, qui est la seule et unique personne à être née de deux Médiateurs génétiquements modifiées. Je ne sais pas ce qu'elle vaut, mais elle est déjà en sûreté.
-Certes. Et ce futur chef?
-Je vais te donner une énigme, que tu ne donneras à Midori que si je meurs.
-Zirael, je quitte le pays dans un an et demi seulemen, et vous le savez.
-Et selon le rapport d'Aeron Hasker, son père, je sais aussi que tu reviendras ici par pure envie.
-...Bien vu. Alors?
-Tu lui dira "Vert, vert, vert, on ne voit que ça chez cette personne".
-Sérieusement? Midori retrouvera qui c'est?
-Oui, c'est elle qui me l'a dit, et elle s'en souvient, je le sais.
-Et si elle ne s'en souv-
-Oh que si.


Après l'avoir interrompu, Zirael lui cala une grosse tape dans l'épaule et s'en alla en poussant un rire bien confiant. Comme le chef s'en alla, Edgar et Midori rejoignirent Vassili.


-T'as encore écouté la conversation? lança-t-il.
-Ah non, jamais quand c'est le chef! dit-elle pour sa défense.
-Ah ça, oui, confirma Edgar. Ca vous dit qu'on rentre pour s'en jeter une? On a perdu trop de temps ici.
-Je veux ouais!


Et les deux s'en allèrent dans la bonne humeur. Un peu plus en retard, Vassili les rejoint en les regardant. Cette journée de dingue où il s'est passé pleins de trucs de dingue...Ce n'est pas la seule. Oh que non.


https://www.youtube.com/watch?v=EKoRaIS4ZEs


Un alien bleu, un narshien, était accoudé à une barrière. Son espèce est caractérisée par ses yeux assez globuleux, mais aussi d'une sorte de pointe dominant leur crâne, et d'un nez se formant un peu comme un bec. Enveloppé dans un long drap blanc, il regardait par l'énorme vitre l'espace. Il contempla cette énormité, dans laquelle le voyage est permis grâce à des vaisseaux spatiaux comme l'énorme station dans laquelle il se trouvait actuellement. Situé dans une zone commerciale, beaucoup de ses congénères se baladaient derrière lui, achetant ce dont ils ont besoin. Ou juste pour dépenser. Au choix. Énormément de couleurs se diffusaient à travers la zone, générées par toutes les enseignes lumineuses des différents magasins.

Il se retourna. Priam l'avait rejoint. Il n'était plus équipé de son armure, actuellement en nettoyage pour retirer le sang humain, mais d'un long linge blanc, lui aussi. Sa couleur de peau était rouge, mais ses traits de visages faisaient un peu plus fins. Le bleu prit la parole.


-Alors, tu nous a encore sauvé la situation?
-Je n'ai fais qu'aller sur le terrain, comme à mon habitude.


Celui qui était accoudé se décolla de la barre, et se mit à marcher, suivit par celui qui l'avait rejoint. L'alien inconnu fronça ses yeux, le rendant assez énervé et menaçant, puis reprit son discours.


-Le conseil a décidé de sauvegarder la vie de cet impudent qui se fait appeler Fenrir. Pourquoi devons-nous le garder?
-Parce qu'il a sauvé ce même conseil il y a quelques années, Vyrm. Tu te souviens, nous l'avions déposé en Asheland en remerciement.
-L'échange s'arrête à là. Il n'a que faire de nos plans. Il suit les siens, et a failli tuer Midori. S'il recommence?
-Alors je le stopperai à nouveau. Et je le mangerai. Ce n'est pas ce point qui me gêne dans l'histoire.
-Espèrons que ça marche pour toi. Qu'est-ce qui te gêne?
-Hum...
-Allez Priam, tu sais bien qu'on ne se cache rien entre nous. Je te rappelle que mon meurtrier est ton meilleur ami, et que je ne t'en veux pas pour ça.
-C'est le père de Midori.
-Aeron? Lui, c'est un humain utile et impliqué. Sans être notre toutou qui plus est. Voilà un être bien plus respectable que ce fumier de Fafnir. Oh et son pseudo est ridicule.
-En revenant, j'ai fai mon rapport au conseil, répliqua Priam. Comme à l'accoutumé, cependant, on est rentré en discussion avec Hasker justement.
-Et alors?
-Et alors il se fiche complètement du fait qu'on ait sauvé sa fille. Il se contre-fiche d'elle, il n'est intéressé que par l'expérience, rien de plus.
-Parce que toi, tu en as quelque chose à faire, d'elle.
-Oui. Je ne sais toujours pas pourquoi d'ailleurs je lui accorde cette attention.
-Pour ce qui est de son père, il est froid, je te l'accorde. Moi non plus je ne l'aime pas trop, mais il représente de gros intérêts.
-Tu es tout aussi froid, Vyrm. Mais bon, je dis ça après m'être farci, je sais pas, une dizaine d'humains?


Ils s'arrêtèrent vers un stand, qui proposait de la nourriture. Les deux s'asseyèrent sur une chaise haute, mais seul Priam commanda à manger. Son ami, lui, se mit à grésiller au moment de s'asseoir.


-Au fait, Vyrm, je croyais que tu ne trouvais pas ton nouveau corps mauvais?
-Non, mais ça me fait plaisir de reprendre mon apparence originelle, même si ce n'est qu'un hologramme. Puis, je ne vais pas me balader dans le vaisseau avec le corps d'une fillette humaine. Les gens se poseraient des questions.
-C'est pas faux.
-Je ne peux pas maintenir la discussion, je te laisse là, Priam. J'espère te revoir, mon frère.
-De même. Evite de claquer, ce serait dommage.


Après cette remarque, l'alien bleu décocha un léger sourire, puis son hologramme disparu. Aucun passant ne fut surpris.



Fin du chapitre 6. Je suis content *tg*

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 19 Fév - 23:54

OH PRIAM CE CON C'EST CELUI LE MONSTRE DE BASKERVILLE  *décède hard*

"Il faisait parti des forumeurs, et tout comme eux, il passait son temps à faire le débile. Il était même remarquablement doué pour ça."  


"-Mais si, si! C'est moi! Je peux enfin voir à quoi tu ressembles!
-Mais moi aussi!
-Aaah c'est génial!" conversation de femmes/20


"-Tu lui dira "Vert, vert, vert, on ne voit que ça chez cette personne"." Ben Midori vu que son prénom veut dire ve- *tg*


"Alors je le stopperai à nouveau. Et je le mangerai" *a rigolé comme une conne*




C'était un chapitre bien classe avec l'arrivée du grand PRIAM EN TOUTE CLASSE TINTINTIN (je commence de plus en plus à comprendre ta sign, hâte de voir la partie sur lui  )






Se trimbaler en corps de fillette...hmhm..  

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Lun 20 Fév - 14:37

OH BORDEL, CLOSE ENOUGH *Pour l'apparition de Priam*


"D'autres soldats revinrent pour attaquer la bête. Sans même se retourner, elle poussa un cri tellement puissant que les plus proches victimes eurent leur tympans explosés, et tombèrent comme des mouches." Je comprends pourquoi tu étais mort quand je l'appelais le tueur tranquille
Une bonne partie du chapitre résume tout ça *TG*


"-Vous êtes d'entrain pour quelqu'un qui a failli mourir à deux reprises en moins d'une heure, chef, ironisa-t-il." "J'adore jouer avec la vie, c'est ma routine quoi" *TG*


En effet, tout le chapitre était du gros mindfuck, et posté dimanche, Priam qui a un petit lien avec Midori.


""Vert, vert, vert, on ne voit que ça chez cette personne".

Just: *Vomit* MAIS ME REGARDEZ PAS *Tout vert*


"Un alien bleu, un narshien, était accoudé à une barrière. Son espèce est caractérisée par ses yeux assez globuleux, mais aussi d'une sorte de pointe dominant leur crâne, et d'un nez se formant un peu comme un bec." C'est son frère c'est son frère c'est son frère c'est son frère


"-Je ne peux pas maintenir la discussion, je te laisse là, Priam. J'espère te revoir, mon frère." Oh yesssssssss /PAN/


Des révélations qui amènent d'autres mystères, très bon 6e chapitre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mer 8 Mar - 19:11

Chapitre 7: Le marginal séquent



 Le froid commençait de se réinstaller en ce début de septembre 2021, mais la température extérieure restait tout de même agréable. Et donc comme à l'accoutumé, beaucoup de gens se retrouvaient au quartier Rouge. Portant bien son nom, c'est un boulevard commercial où cette couleur domine, et dont la rue et ses ruelles étaient toujours bondées. Surtout en ce jour spécial qui s'annonçait.
Parmi toute la populace, Midori et Vassili en faisaient parti, s'étant fondus dans la masse. Elle en profita donc pour râler.


-Y'a trop de gens, tu m'étonnes qu'à la première émeute y'en a qui se font écraser!
-Tu râles encore parce qu'on a pas trouvé de boulot? lui répondit Vassili
-...Aussi oui.
-Tu ne veux toujours pas intégrer le fait que c'était un des aléas du métier?
-Rien en deux semaines, c'est quand même long!
-Oui oui, je sais.
-D'ailleurs, je ne t'ai toujours pas dit ce qu'on faisait ici?
-Chercher un job, comme d'habitude.
-Nan, journée détente! Suis-moi!


Elle se mit à grimper un des bâtiments dans le plus grands des calmes pour rejoindre le toit, sautant de fenêtre en fenêtre. Comme pas mal de gens se plaignaient, ou se foutaient d'elle, au choix, Vassili prit l'option plus intelligente qui consista à prendre une ruelle, puis l'échelle qui s'y situait. Elle fut déçue, d'ailleurs.


-Pfeuh, il n'y a pas d'honneur à passer par la voie facile.
-C'est vrai que c'est plus honorifique de me laisser en plan en bas.
-Ouais, mais là, on sera bien placé, tu vas voir!
-Placer pour voir quoi? Les rats de la ville?
-Mais nan, dans quelques minutes, le roi va défiler!


https://www.youtube.com/watch?v=wL3boAkvkA4


Comme c'était une raison plutôt valable, il alla s'asseoir à côté d'elle.


-J'en ai souvent entendu parler. Il est quand même plutôt bien apprécié, votre roi.
-Plutôt bien? C'est parce que le règne de son père était...Comment dire...
-Tyrannique?
-Non. Mou. Il était mou. On le surnommait le tir-au-flanc. Un peu comme le flamby national que vous avez eu, en Dreanda.
-Hmm, comme quoi.
-D'ailleurs, le quartier Rouge est super important, à tel point qu'il est carrément représenter sur le drapeau du pays!
-Je le sais ça, Midori.
-Excuse-moi d'avoir voulu te donner une information utile.
-Alors question utile; il arrive quand le roi?
-Bientôt...Tiens, son cortège est juste là!


Une première ligne de soldats en rouges, armés de fusils, défila. Puis la plate-forme du roi suivit juste après. Il suffisait d'entendre les acclamations de la foule pour se rendre compte de la popularité Royale. Et le régent aussi semblait être heureux de passer aussi près de son peuple. Alors qu'il s'adonnait régulièrement en public, c'était la première fois que Vassili le voyait en vrai, malgré tout ce qu'il avait pu lire ou entendre sur lui.
Puis il se mit à regarder Midori, qui semblait perdue dans ses pensées.


-Hey, ça va?
-Ouais ouais, ça va te faire bizarre, mais je pensais à Jane, tout à coup.
-En rapport avec le roi?
-Ouais, elle ne l'aimait pas...Ce qui est bizarre vu sa popularité, mais bon...
-C'est une des raisons de pourquoi tu pouvais pas la voir?
-Disons que ça joue, mais...J'suis aussi triste pour elle...
-Normal, tu la détestais pas tant, c'est tout.
-Je sais, je sais.


Au même moment, pendant le défilé, une explosion se fit entendre, à environ deux quartiers d'ici. Midori alla de l'autre côté du toit pour voir ce que c'était, et vit de la fumée s'élever dans les nuages. Cependant, le défilé continuait, car le boucan qu'il créait était tel que personne parmi la foule n'avait entendu. Une minute après, une dizaine de membres de la Milicia of Liberty courraient dans le quartier vide, et semblaient provenir du lieu de l'explosion. Comme tout concordait, elle prit son hallebarde, sauta et fit une chute de trois étages pour atterir sur la route.


https://www.youtube.com/watch?v=CiSeoX_4nzU


Elle frappa le premier ennemi en face d'elle, lui éclatant sa masse d'acier dans le visage et faisant gicler du sang sur un bâtiment. Les autres l'ayant vu, ils dégainèrent leurs épées et l'attaquèrent à leur tour. Le premier malheureux bloqua un coup à son encontre, mais la puissance était telle que son arme fut coupée en deux, et il fut lui-même projeté contre une maison.

Les autres ennemis en prirent leçon, et préférèrent éviter les coups de Midori pour la frapper ensuite. Elle fut surprise la première fois qu'un se baissa, et lui mit un coup de lame qu'elle évita à son tour in-extremis. Elle se mit en position défensive, tout en reculant de deux pas pour ne pas être encerclée, et les laissa attaquer pour bloquer et leur mettre un rapide coup.

Un fusilleur, qui était resté en arrière, se mit à la viser et se prépara à lui tirer dessus dès qu'un de ses alliés ne soit plus dans sa ligne de mire. Un coup de feu retentit, et le gars au fusil tomba après avoir reçu une balle dans la tête. Vassili, qui était toujours sur le toit, venait de lui tirer dessus au revolver.

Les ennemis encore en vie commencèrent de paniquer, car la police arrivait derrière eux. Prit en sandwich, les quatre encore en état de se battre se mirent à encercler la Médiatrice. L'un tenta de la frapper par derrière, mais elle bloqua et le tua. Ils gardèrent la même tactique, le fait de l'encercler, mais deux autres gars de la MOL furent tués. Le dernier, en panique, voulut fuir mais fit l'erreur d'aller vers les forces de l'ordre, et se fit à son tour tirer dessus.


Fin du thème


Une fois fait, les policiers arrivant vérifièrent les corps pour voir qui est vivant ou pas. Un des officiers parmi eux se démarqua du lot, du fait qu'il était très grand. Habillé en noir et de façon classe, notamment avec son chapeau, il avait néanmoins le bras couvert d'un linge blanc, et une corde lui tenait son membre apparemment cassé. Evidemment, ce bras n'était pas dans le manteau, la manche du vêtement flottant par conséquent.
Il serra la main de Midori, et prit la parole avec une voix forte, mais calme.


-Vous avez fait un bon coup, Midori. Comment allez-vous depuis la dernière fois?
-Très bien! Et vous?
-Comme à l'accoutumé, miss.
-Qu'est-t-il arrivé à votre bras?
-Rien, une balle perdue qui m'a fracassé l'os. Le malfrat l'a bien regretté, en revanche.
-Ah ah ah, je vois...Au fait, je vous présente Vassili, votre femme a dut vous parler de lui!


Le commissaire emplâtré regarda Vassili, qui arriva au même moment, et lui serra la main extrêmement fort au point de lui faire mal. Comme si c'était intentionnel. Mais malgré sa légère grimace sur le coup, il ne fit pas de remarque à ce propos. Déjà que celui en face lui est hiérarchiquement supérieur, mais surtout qu'il fait littéralement deux mètres, et est donc très imposant malgré sa blessure.


-Oui, je vois qui vous êtes. En ce moment, vous recherchez des migrants efsanais pour leur demander certaines questions, c'est bien cela? demanda l'officier.
-...Oui.
-Je viens aussi d'Efsane, plus précisément d'Osteurie, puisque je vis actuellement dans le quartier correspondant. Vous pourriez me poser des questions, si le coeur vous en dit.
-C'est à dire que j'ai déjà fini cet aspect, monsieur.
-Tu devrais pourtant, déclara Midori. A peine arrivé dans ce pays, il est devenu un haut gradé!
-Ah vraiment? C'est vrai que...Ce cas est déjà un peu plus intéressant.
-Bien, lança le commissaire. Je vous attends chez moi dans une heure, alors.


Il se retourna, et donna à ses hommes les directives à suivre concernant ce qu'ils doivent faire. C'est à dire ramasser les cadavres, demander des témoignages, etc...Il s'en alla au même moment.


-Il ne m'a pas dit où il habitait. Heureusement que tu le connais, Midori.
-Ben oui je le connais bien, c'est le mari de Klara!
-Ah oui? Pourquoi on ne l'a jamais vu, alors?
-Avec tout son travail, il ne rentre chez lui que les week-ends. Et comme c'était un mariage un peu...Comment dire...Arrangé, Klara ne parle jamais de lui quand il n'est pas là. Elle préfère.
-Je vois. Tu m'avais déjà dit son nom, c'est quoi déjà?
-Gargan Pritchard.
-Hein hein, ça ne fait pas très "osteurien", si tu veux mon avis. Absolument pas, en fait.
-Je sais, pourtant il parle très bien la langue. D'ailleurs, je croyais que tu avais pas encore interrogé suffisamment de migrant. Pourquoi tu lui as ouvertement menti?
-Quand je l'ai vu, il m'a rappelé quelqu'un que je n'aimais pas. Et vu comment il m'a serré la main, je l'ai encore moins apprécié. Par contre, un migrant efsanais avec un poste à responsabilité dès son arrivée, c'est inhabituel. Et il pourrait être très intéressant pour mon travail.
-Si tu le dis, alors. Je suis sûr que t'as un nom, pour les gens qui sont assez exceptionnels, non??
-Oui, un "marginal séquant".
-...D'accord, je demande pas plus de précisions. Je peux quand même venir écouter ce qu'il va te dire?
-Bien sûr.


Une heure plus tard, ils arrivèrent en face de chez ce commissaire. Vassili avait déjà vu cette seule maison en brique rouge du quartier auparavent, puisqu'ils y habitent aussi. Il s'agit sans conteste de la plus belle demeure de toute la zone osteurienne. Enfin, vu de l'extérieur, car l'intérieur est assez vide en comparaison. Il ne se fit d'ailleurs la réflexion que maintenant; pourquoi la façade extérieure est si belle, mais que l'intérieur fait un peu...Miteux?
Au même moment, quelqu'un arriva derrière les deux Médiateurs. C'était l'inspecteur Adellanos, qu'ils avaient vu en avril. Après s'être salués, ce dernier donna la raison de sa présence ici.


-J'ai croisé le commissaire après votre exploit de tout à l'heure. Comme vous deviez venir ici, il m'a convié à mon tour. Ce serait un honneur de voir comment se déroule un entretien dans votre domaine!
-Alors inspecteur, vos problèmes d'alcool vont mieux depuis la dernière fois?? demanda Midori.
-Eh bien...Pas vraiment.
-Excusez-là, je ne lui ai pas encore appris qu'il fallait faire attention à ce qu'on demande, répondit platement Vassili. Tu manques toujours de tact, ma vieille.
-Ce n'est pas grave, elle a même bien raison de ne pas le cacher en public, monsieur!
-Et bam! lacha-t-elle puérilement.
-...Certes. Dîtes inspecteur, vous pourriez m'en dire plus sur votre supérieur?
-Le commissaire Pritchard? Eh bien, il est très respecté dans l'institution policière, par ses chefs comme par les simples gardes, car il résoud les affaires comme personne. Il est par contre critiqué pour sa brutalité pure.
-J'ai déjà pu voir les policiers ashelandais à l'oeuvre, ce ne sont pas des tendres non plus.
-Ah non, le commissaire est vraiment une brute épaisse envers les malfrats. Par contre il reste respectueux envers les gens qui ne sont pas contravenants à la loi.
-Je vois, affirma le chercheur. Ah et, vous en pensez quoi du fait que, pour un immigré, il soit devenu haut gradé en même pas un an?
-Nous étions tous jaloux dans le service, à l'époque! Et même si on ne sait toujours pas aujourd'hui comment il y est parvenu, son efficacité fait qu'on le pense légitime. On ne le remet plus en cause comme avant.


Une fois terminé, les trois rentrèrent, comme prévu, et ils furent accueillis par le couple y habitant. Effectivement, le contraste entre l'extérieur et l'intérieur de la maison sautait à l'oeil, maintenant. C'était propre globalement, mais il n'y avait que très peu de meubles, finalement. Et le plancher en bois craquant n'était recouvert d'aucune tapisserie, pas comme chez l'inspecteur Adellanos qui devrait avoir techniquement une paye en déça de son supérieur.
Après d'autres salutation, Midori débuta la conversation en regardant Klara.


-Dis voir, c'est calme aujourd'hui, non?
-Oui, pour être tranquille cet après-midi, mon mari n'a pas voulu que l'on garde les enfants, répondit-elle.
-Ce sera bien mieux comme ça, justifia-t-il. Je ne voudrai pas que cet entretien se passe mal, et que l'on donne une mauvaise image auprès de notre invité. D'ailleurs, si vous voulez bien que l'on passe au salon à côté, monsieur Leschy.


En entendant son nom de famille, Vassili tiqua; comment peut-il connaître cette information? Il ne lui a pas donné, et ne l'avait pas non plus donné à Klara dans ses souvenirs. Peut être que Midori l'a fait, cependant. Voire l'inspecteur Aston...Même si c'est assez troublant, il passa ce détail et s'installa sur une chaise. La Médiatrice se posa à côté de lui, et l'inspecteur en bout de table. L'interrogé lui se mit en face du socio/ethnologue, et se mit à le fixer.

Le regard du commissaire était assez troublant. Cela rappelait à Vassili son ancien chef de section, à l'époque de la crise breskimienne. Un homme très dur au premier abord, mais qui pouvait se révèler sympa de temps à autre, sauf avec les abrutis et incompétents. De plus, c'était lui aussi un osteurien. En fait, il avait même l'impression que c'était lui, mais c'est absolument impossible. Le militaire qu'il a connu était blond aux yeux bleus, pas brun aux yeux marrons foncés. Et il avait aussi une petite balafre sous l'oeil droit.

Même si c'était assez troublant, il stoppa sa réflexion et débuta la conversation. Pendant une bonne heure, le commissaire répondit longuement aux questions du chercheur, comme prévu, pendant que Midori prenait des notes d'observation. Cependant, il n'arrivait pas à penser à autre chose que son ancien chef de section. Il devrait être mort à l'heure actuelle, mais c'était un homme vraiment spécial. Heureusement qu'il enregistrait l'entretien pour réécouter plus tard.


-Bien, je pense qu'on a tout dit. Verriez-vous quelque chose à rajouter? conclua Vassili.
-Ma foi, non.
-Est-ce que je pourrai vous poser une question d'ordre un peu...Personnelle?
-Bien sûr.
-Je voulais vous demander, sans vouloir vous offenser, pourquoi l'intérieur de votre maison fait moins...Luxueuse que par rapport à celle de votre subordonné, monsieur Adellanos ici présent?


Suite à la question, l'intéressé recula pour s'enfoncer un peu plus dans sa chaise, ses mains jointes formées en poing  restant sur la table. Il ne dit rien pendant quelques secondes. Alors que le malaise commençait de s'installer, il se mit à rire légèrement et sombrement. Puis il gueula, ou du moins il appela sa femme avec un ton très fort. N'ayant pas assisté à la conversation, Klara arriva rapidement et vint s'asseoir à côté de son mari sans dire un mot.


-Avant de dire un truc sur l'économie, j'attends que la comptable en chef soit là pour pas dire de conneries, vous voyez!? se justifia-t-il
-Oui oui, je...Je vois.
-Comme je vous l'ai dit pendant l'entretien, des contacts dans ce pays m'ont permit d'avoir ce poste et quelques avantages en arrivant ici. Je ne m'en cache pas, c'est honnête, hmm?
-Même si vous ne voulez pas me dire vos contacts, ni comment vous les avez eu, oui en effet...
-Bref, du coup j'ai le droit d'avoir cette belle maison dans un quartier avec des gens de mon pays, sans payer le loyer, ni la femme de ménage fournie avec! En revanche, ma paye est très limitée. Et en plus, je respecte la valeur de repeuplement de ce pays!
-Excusez-moi, interrompit Midori, ça veut dire quoi exactement la dernière chose que vous avez dîtes?
-Et bien vous voyez, comme ce pays s'est mangé deux révolutions, une dans les années 90, et une en 2014, on est en manque de gens. Du coup depuis quelques années, c'est redevenu la mode que d'avoir pleins d'enfants, vous comprenez??


Ayant eu sa réponse, elle se remit à écrire ses notes. De son côté, Vassili avait remarqué que cet homme était quand même bien bipolaire. Il faisait très sérieux et posé pendant toute la journée, mais cette question d'argent semble l'avoir excité d'un seul coup. Et son langage fait moins soutenu.


-Du coup, malgré la belle baraque, le fait d'avoir une petite paye et pleins de gosses à s'occuper fait qu'on n'est pas plus riche que les ouvriers du quartier en fait. Pas du tout.
-Bon. Et bien, je vous en remercie.
-Aller venez, je vais vous accompagner jusqu'à la sortie.


Tout le monde sortit de la maison. Cependant, en ouvrant la porte, ils entendirent de grands sifflements venant de loin. En vérifiant, un groupe d'une vingtaine de personnes armées d'épées, et certains de fusils, étaient de sorties. Il s'agissait de la bande au ridicule nom de Tupperware, mais extrêmement crainte et violente.


-Ah, génial, s'ils nous cherchent, on va pouvoir se fritter! lança le plus logiquement Midori.
-Je refuse que vous vous battiez devant chez moi, et de plus ils sont nombreux, imposa le commissaire. Rentrez dans ma cave, et prenez le tunnel. Klara, accompagne-les au passage.
-Vous êtes sûr? Vous ne voulez pas plutôt que je m'occupe de la racaille?
-Non. Et dépêchez-vous.
-Ou sinon on n'a qu'à se cacher chez moi?
-Ils vous repéreront avant. Prenez la cave, et MAGNEZ-VOUS!


Comme ordonné, Midori et Vassili allèrent dans la petite cave et furent accompagnés par Klara. L'inspecteur Adellanos étant resté en haut avec son supérieur car ils ne craignent rien. Ils n'ont pas le ruban rouge de Médiateur. Mais Aston remarqua un truc extrêmement troublant; quand la bande des Tupperware passa à côté d'eux, le commissaire Pritchard leva son pouce vers eux. Et celui qui semblait être le chef de la bande lui fit un clin d'oeil. Pourquoi donc?

De leur côté, les trois autres empruntèrent le tunnel caché après avoir enlevé trois caisses en bois. C'était entièrement sombre à l'intérieur, mais la lumière des hayonnes leur permirent de se repèrer. Ce n'était pas dérangeant d'utiliser l'appareil en face de Klara, mais ils lui mentirent en disant que c'était une technologie répandue à l'Extérieur. Rien sur l'origine alienne.


-Alors Vassili, tu as pu lui demander tout ce que tu voulais? demanda Klara.
-Ouais, ça devrait le faire. Tu ne trouves pas ça troublant que ton mari ait eu tous ces...Avantages?
-Si, mais je ne lui ai jamais demandé. Puis, je n'espère pas grand-chose en réponse, alors...


https://www.youtube.com/watch?v=B37SUAtOFtM&feature=youtu.be&t=1m6s


Au même moment, un bruit étrange se mit à jouer. Exactement celui que Youtube joue, ouais. En l'entendant, ils se mirent sur leurs gardes, et dégainèrent leurs armes. Ne sachant pas où se placer, Klara se mit entre les deux combattants.


-C'est, c'est quoi ce truc? demanda-t-elle en tremblant.
-Bonne question, répondit laconiquement Midori en cherchant partout.
-Ca doit juste être un haut-parleur caché, rien de bien alarmant. Mais restons attentifs, déclara Vassili.
-Qu'est-ce qu'un haut-parleur foutrait en Asheland??
-Rappelle-toi que Franck en a reçu un avant de mourir. Ca doit être un coup de Fafnir.
-MOURIR???
-T'inquiètes pas Klara, on fait gaffe, rassura-t-elle.


Ils continuèrent de s'enfoncer dans le tunnel souterrain, seulement éclairé par leurs appareils, avant de finalement trouver une échelle qui conduit à l'extérieur. La Médiatrice grimpa, et retira la plaque d’égout.


https://www.youtube.com/watch?v=HAM9cYZY-cA


Une fois fait, elle put sortir, et s'aperçut qu'ils étaient arrivés au quartier idricien, juste à côté de celui des osteuriens. Une fois ses deux amis passés, elle remit la plaque à sa place. La nuit commençait de tomber, comme en témoignait le ciel orangé. Pourtant, il y avait encore beaucoup de gens qui se baladaient dans la rue. Une excellente ambiance conviviale, comme les idriciens savaient faire, contrastant à 100% avec celle du tunnel. C'était mieux d'être ici, entouré de personnes communiquant dans une langue étrangère, plutôt que cet étrange son qu'ils venaient d'entendre.


-Eh ben, tu parles d'une frayeur...T'es sûr que c'est un haut-parleur, Vassili?
-Sûr à 100%. A moins que tu ne crois aux fantômes.
-Ce sont peut être les gamins de ce quartier? Ils sont très farceurs, quand ils n'essaient pas de te voler!
-Comme par hasard au moment où on passait? Et je vois pas comment ils auraient fait un truc pareil. Mais bon, j'ai sauvegardé le son, je n'avais pas coupé l'enregistreur du hayonne. J'envoi ça à ma soeur, elle va essayer de l'analyser.
-Si tu le penses. Au fait, elle est passée où Klara?


L'intéressée revint au même moment d'un stand idricien, toute souriante. Elle se placa devant Vassili et lui tendi un ruban orange, plus petit que le rouge des Médiateurs.


-Comme j'ai pensé qu'on aurait peut être pu mourir, je me suis rendue compte que je devais le faire signifier tout de suite! raconta-t-elle.
-Euh, merci...C'est un mouchoir?
-Quoi?? Mais, mais...Mais non!
-En fait, débuta Midori, c'est une coutume ashelandaise, le ruban du faux espoir. On l'offre à quelqu'un avec qui on aurait voulu se marier, mais on ne peut pas car on l'est déjà.
-Ah euh...Je ne saurai pas trop dire si c'est...Réciproque, bafouilla Vassili.
-Ah mais je ne veux pas le savoir, fit signifier Klara. Dans tous les cas, on ne peut pas!
-C'est pas faux. Mais je suis censé le porter et tout le monde me demande pour savoir qui est la femme derière?
-Pas du tout, la suite de la coutume veut que tu l'offres à quelqu'un de ta famille uniquement, jeune de préférence, sans qu'il ne sache de qui il s'agit!
-Mais je n'ai pas de famille.
-Quoi? Mais tu m'avais déjà mentionné une soeur, pourtant? souligna-t-elle.
-Ouais, mais on ne s'offre de cadeaux entre nous. C'est empoisonné sinon.
-Ooh...Tu es sûr que tu n'as personne? Vraiment aucun?
-Eh bien...J'ai un filleul. Normalement. Ca compte?
-Normalement non, mais si tu n'as que lui, alors...
-Bon, ces bâtards du Tupperware ne doivent plus être dans notre quartier. Ca vous dit qu'on y retourne!?


Comme ils n'avaient plus rien à faire ici, ils retournèrent donc chez eux.


Fin du thème.


Bien plus tard dans la soirée, Midori sortit de la douche et s'apprêta à monter les escaliers, mais elle fut intercepté par Vassili qui l'appela. Il était en train de fixer son hayonne.


-Ma soeur a analysé ce qu'on a entendu dans la cave. Elle a juste inversé le son et amélioré pour qu'on puisse entendre. Par contre je te préviens, c'est assez flippant.
-Vraiment?
-Ouais, je pense que Friedrich devrait l'écouter aussi.
-Il dort déjà, mais je lui en parlerai demain. Allez envoi ton truc, que je rigole!


Il lança le son, qui était un poil trop fort. Mais un certain volume était requit pour bien entendre ce qui allait passer.


https://www.youtube.com/watch?v=OYOYHwvlHB4&feature=youtu.be&t=57s


Il sortit de son sac, qu'il possédait depuis qu'il était arrivé au pays, une paire d'écouteurs"high-tech" pour qu'ils puissent entendre au mieux ce qui allait suivre, et ce sans déranger les alentours.



-...-



-Side by side we march as one-


-Humans and ??? will soon die-


-The Earth will fall if we strike together-


-Soon by ??? we shell forth?-



-...-



-Bordel de...C'était quoi ça?!? demanda Midori à moitié affolée et enlevant un écouteur.
-Je ne sais strictement pas. Mais ça détruit ta thèse des gamins idriciens qui font une blague. J'espère.
-Bon...Vu que ça parle de trucs d'aliens, de détruire la Terre...Tu crois que c'est Priam?
-Je n'en sais rien. Mais si son peuple voulait vraiment raser la Terre, il l'aurait fait depuis longtemps. Et ce n'est pas les terrianais non plus.
-Ce serait peut être une troisième espèce, alors?
-Probablement. Ma soeur a justement demandé au terrianais que l'on connait. Il a juste dit "Vous ne savez pas ce que c'est? Mais lol". Il ne lui a pas répondu ensuite.
-... Lol?
-C'est une expression d'internet. Il se fout juste de nou-
-Mais je sais! C'est juste...Tu crois que celui qui a fait ce message pense vraiment à "détruire la Terre"?
-On ne peut rien faire pour l'instant. On a pas plus d'indices. Et puis, c'est peut être juste Fafnir. On ne sait rien de lui non plus.
-Bon si tu le dis...Allez, bonne nuit...
-Ouais, bonne nuit.

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mer 8 Mar - 21:22

En fait vu qu'ils sont souvent amenés à chercher des jobs pour leurs quêtes j'vais finir par les appeler 'les chômeurs de l'extrême"  *tg*



"Un peu comme le flamby national que vous avez eu, en Dreanda.
-Hmm, comme quoi."




L'ost de Witcher 3 est tellement bien que j'l'ai limite joué tout le long du chapitre même après le combat *tg*




"Mais Aston remarqua un truc extrêmement troublant; quand la bande des Tupperware passa à côté d'eux, le commissaire Pritchard leva son pouce vers eux. Et celui qui semblait être le chef de la bande lui fit un clin d'oeil. Pourquoi donc?" C'EST LOGIQUE CA SE VOIT DEPUIS LE DEBUT C'EST UN CONNAAAAAAARD /PAN/


"-En fait, débuta Midori, c'est une coutume ashelandaise, le ruban du faux espoir. On l'offre à quelqu'un avec qui on aurait voulu se marier, mais on ne peut pas car on l'est déjà. 
-Ah euh...Je ne saurai pas trop dire si c'est...Réciproque, bafouilla Vassili.
-Ah mais je ne veux pas le savoir, fit signifier Klara. Dans tous les cas, on ne peut pas!" oooh ce passage était marrant mais c'est mimi comme signification au fond, j'adhère  *va donner des rubans à tout le monde* *tg*




Ce moment où on voit qu'Halo t'inspire beaucoup


"Ma soeur a justement demandé au terrianais que l'on connait. Il a juste dit "Vous ne savez pas ce que c'est? Mais lol"" putain il m'a tué ce con, J'ME DEMANDE BIEN QUI C'EST

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mer 8 Mar - 21:56

Oh oh oh, LÀ on ne rigole plus.


"Elle se mit à grimper un des bâtiments dans le plus grands des calmes pour rejoindre le toit, sautant de fenêtre en fenêtre. Comme pas mal de gens se plaignaient, ou se foutaient d'elle, au choix, Vassili prit l'option plus intelligente qui consista à prendre une ruelle, puis l'échelle qui s'y situait. Elle fut déçue, d'ailleurs.


-Pfeuh, il n'y a pas d'honneur à passer par la voie facile." Midori: Pourquoi t'as fait un détour de 10 centimètres gros touriste? *TG*


"-Non. Mou. Il était mou. On le surnommait le tir-au-flanc. Un peu comme le flamby national que vous avez eu, en Dreanda."
Mister-Méchant*Pendant que Buichi dort en lui*: Je me demande qui c'est /PAN/


" Le dernier, en panique, voulut fuir mais fit l'erreur d'aller vers les forces de l'ordre, et se fit à son tour tirer dessus."
Le soldat une seconde avant sa mort


"Il ne se fit d'ailleurs la réflexion que maintenant; pourquoi la façade extérieure est si belle, mais que l'intérieur fait un peu...Miteux?" Comme on dit, c'est l'intérieur qui compte.


"Suite à la question, l'intéressé recula pour s'enfoncer un peu plus dans sa chaise, ses mains jointes formées en poing  restant sur la table. Il ne dit rien pendant quelques secondes. Alors que le malaise commençait de s'installer, il se mit à rire légèrement et sombrement. Puis il gueula, ou du moins il appela sa femme avec un ton très fort" HAHAHAHAHAHA, BIIIIIIIIIIIIIITCH *TG*


La belle utilisation d'Halo 3 pour un effet sonore, GG.


Et comme j'ai dit, la fin, ça ne rigole plus, c'est même flippant, et comment on gère cet avertissement?


"Bonne nuit" "Ouais c'est ça" *TG*


Il n'y a pas de presse....sauf si c'est Priam *TG*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 26 Mar - 19:38

Voici une suite assez longue étant donné le retard prit. Oh et y'a un cliffhanger de pute à la fin. Bonne lecture



Chapitre 8: L'année 2022






https://www.youtube.com/watch?v=wwKBHrMy-Wc A lire en boucle si vous voulez.
 

 L'année 2022 aura été très calme, comparée au reste de mon voyage. On n'a pas revu le Hollandais Volant, ni Fafnir, les attaques terroristes de la MOL ont été moindres. On n'a pas fait de gros combats, malgré que l'on ait dû tabasser quelques bandits de temps à autres. C'est de l'argent facile en plus. En clair, j'ai pu mieux instruire Midori sur le point essentiel de son boulot qu'elle avait complètement zappé dans sa jeunesse. Elle s'est vraiment bien améliorée. Elle arrive à calmer des conflits dans les rues de la bonne manière, sans taper.

Excepté le poissonnier qui a essayé de la frapper avec un thon...Tout en l'insultant de thon...Bref, si on l'oubli, ce cas à part, elle a un plutôt bon bilan. Quand bien même, ça ne l'a pas empêchée de se farcir quelques monstres pendant quelques quêtes, mais il parait qu'ils se raréfient de plus en plus, ce qui est étrange car on ne sait pas pourquoi. Tout comme on ne sait toujours pas pourquoi il y a des monstres. Aussi, elle aime toujours combattre des poivrots dans des bars quand elle est tout aussi défoncée qu'eux.

Il va falloir qu'elle apprenne à arrêter ça en mon absence. Sa fille grandit, bien même, mais il ne faudrait pas lui montrer de trucs comme ça. Sans vouloir jouer les moralisteurs, ça ne doit pas être marrant de voir un de ses géniteurs se rouler par terre après avoir défoncé la moitié du bar avec son meilleur pote. Parlant d'Edgar, il se porte bien, mais il est hors de question pour lui d'arrêter ses virées nocturnes dans des pubs. Il a dit que sinon, il devrait se suicider. On appellerait ça un suicide anomiquo-fataliste dans ma branche, mais passons.

Justement, cette année 2022 m'aura permi de m'avancer énormément dans mon boulot. Avec tous les migrants auxquels j'ai parlé, la conclusion est unanime pour moi. Quand ils arrivent ici, ils ont presque tout oublié de l'Extérieur à cause de la pillule de l'Oubli. L'inspecteur m'en avait parlé. Du coup, ils sont persuadés que la vie d'ici est bien mieux, et ils ne sont plus au courant de la réalité de l'Extérieur.

Au final, personne n'a pu réellement me dire pourquoi ils sont venus ici, mais j'ai mon idée. Il existe sur internet des propagandes avec lequelles les terroristes recrutent des soldats. Ils parlent d'une vie meilleure pour attirer, globalement. Et bien, je ne sais pas comment ce pays industriel a fait, mais il y a des gens qui font le même type de propagande sur internet pour leur pays. Ca vient certainement de la Tower. Je m'en souviens bien, les médias, comme la télévision ne parlait que très peu de la propagande ashelandaise, comparé à celle islamiste.

Mais pour revenir à celle qui intéresse, la méthode est la même. Comme Efsane est en crise économique, sociale et politique, ils proposent de venir vivre en Asheland, le pays que personne ne connait, mais qui propose une vie digne et une réelle sécurité contrairement à tout autre pays efasanais. Ceux qui arrivent ici sont au final très heureux de leur vie actuelle, malgré les problèmes quotidiens. Sans se souvenir de l'Extérieur. Bien entendu, leurs enfants ayant grandi  ici ne soupçonnent rien non plus.

Pour ma part, le boulot que m'a proposé le père de Midori, Aeron Hasker, est terminé. J'ai dressé un portrait global de la société, et j'ai cherché les raisons des migrants efsanais de venir ici. Quand je suis arrivé ici, je n'avais qu'une envie, c'était de repartir malgré l'argent qui m'attendait. A croire que cette richesse, ce capital, ne m'a jamais trop intéressé. Cependant, avec le temps passé, j'ai entièrement changé d'avis. Ce bloquage dans le temps d'Asheland et de Velentgrad soulèvent énormément de questions auquel j'ai envie de répondre.

Ce que je veux savoir tout d'abord, c'est qu'est-ce qui a bien pu se passer pour que ces pays se bloquent? Ma soeur m'a dit, lors d'une de nos conversations régulières, qu'elle chercherait ce qui s'est pas passé au niveau de l'extérieur pour y répondre. Pour ma part, je veux répondre à une autre question; quel est le rôle des dirigeants dans cette histoire? Qu'est-ce qui a crée une cohésion suffisante pour que tout le monde croit en le fait que l'Extérieur soit réellement un...Un Fallout-like?
On vient me récupérer le cinq janvier 2023, nous sommes le trente-et-un décembre 2022. Bientôt donc. Depuis toujours, quand des avions passent au dessus d'Asheland, ils disparaissent. Seul Aeron connait les coordonnées exactes du point de passage aérien pour ne pas avoir de problème. Je vais capter ces nombres avec le hayonne lors du retour. Comme ça, je pourrai revenir plus tard.
Le père de Midori..Un sacré mystère à lui tout seul. Ses connaissances sur le pays et ce qu'il m'a demandé sont assez troublantes. Mais ça aussi, je découvrirai, ou tout du moins j'espère découvrir pourquoi. J'espère juste qu'il a au fond de bonnes intentions... Il paraîtrait d'ailleurs que c'est lui qui rachèterait la production de ces deux pays. Il utilise ce dont il a besoin, et jetterait le reste. Et ça aussi, c'est très troublant.


Pour finir, cette caste des Médiateurs, je la trouve très intéressante. Ce n'est qu'un idéal personnel, mais au niveau mondial, ils seraient utiles. Très utiles. Surtout s'ils sont bien éduqués, et conduit par un chef de la même trempe que Zirael. Je me demande d'ailleurs ce que vaudra son successeur. Il parait qu'il était déjà né à mon arrivée. Qui sait, je le verrai peut être, un jour?




L'année 2022 touchait donc à sa fin. En ce dernier jour de décembre, nous sommes à Bury, le village natal d'Edgar et de Julia. Celui où Midori à longtemps vécu. Pour ce dernier mois, Vassili s'était rendu chez les parents de ces deux dernières. Très sympas et accueillants, leur maison campagnarde aux murs de torchis blanc était un excellent lieu, très calme pour qu'il puisse remettre ses notes en ordre.
Midi approchait. Après avoir changé les draps du lit, il ouvrit la fenêtre afin d'aérer la chambre, puis il se mit à regarder le paysage recouvert par la neige. Après quelques minutes de réflexion, il entendit des bruits de pas. Une gamine de même pas trois ans l'approcha. Elle avait de longs cheveux noirs, et une grande chemise blanche lui descendant jusqu'au genoux -Un habit féminin ashelandais typique-. Elle se vautra à même le sol, tandis qu'il s'accoupit pour se mettre à son niveau. En temps normal, à cet âge-là, ça se met à chialer pour ce genre de cascade, mais il connaissait trop bien la fille de Midori pour savoir que ce n'était pas son cas.


-Et bien alors, tu n'arrives toujours pas à faire tes lacets toute seule?
-Nan!
-Allez relève-toi, tu n'es pas une serpillère!
-D'accord!
-Je vois qu'on lui apprend le sarcasme? fit une voix en fond avec un ton justement sarcastique.
-Tiens donc, Midori, tu ne lui as toujours pas apprit pour les lacets?
-Oh ça va, tu la verrais escalader, ça compense! justifia-t-elle en regardant sa fille. Kana, tu voudrais bien aller voir ton père en bas?
-Ok!


Une fois qu'elle s'en alla, ils n'étaient plus que deux dans la pièce.


-Il semblerait que tu aies un truc à me dire en privée. Rien de grave?
-L'inverse total! Je suis enceinte!
-Tu es sûre? On ne dirait pas trop, là.
-Oui, ça n'a que deux ou trois jours, mais c'est grâce à l'hayonne que j'en suis sûre!
-Mais alors dans ce cas, c'est génial pour vous!


Au même moment, elle le prit dans ses bras. Il fut surprit mais il se laissa tout de même faire.


-Ce n'est pas vraiment le moment pour tromper Friedrich, tu sais?
-Arrête tes conneries, c'est grâce à toi qu'on peut élargir la famille, aujourd'hui!
-Vraiment?
-Qui est-ce qui m'a renoué avec un côté du métier que j'aimais pas, et qui me permet désormais d'être plus présente pour m'occuper de ma famille? Hein??
-Les Médiateurs n'ont pas réussi à t'apprendre à être Médiatrice, mais un sociologue si. On sait donc quelle discipline est supérieure, n'est-ce pas?


Suite à sa phrase d'une très grande objectivité, elle lui mit un coup sur l'épaule tout en lâchant l'étreinte et en lui souriant. Elle poursuivit.


-T'es prêt pour la grande fête de ce soir?
-Il y a un gros truc de prévu?
-Etant donné l'excellent bilan des Médiateurs cette année, une grande fête est prévue au quartier général. On l'a organisé un peu au dernier moment, mais tout le monde sera présent, ça va être génial!
-Je n'ai pas de tenue de fête. Ce n'est pas trop gra-
-Pas du tout, l'interrompit-elle. Entre nous, on le fait en tenue de combat!
-Une fête pour conclure mon voyage, sais-tu que c'est juste parfait ça?
-En parlant de ça, tu vas t'en aller mais...T'as pas changé d'avis? Tu comptes revenir?
-Je compte bien profiter de l'année 2023 comme étant peut être ma dernière à l'extérieur. Je reviendrai, mais pas à temps pour la naissance de ton deuxième enfant, je pense.
-Je m'en fiche, tant que tu sois là pour jouer les oncles, ça me va!


Comme ils en avaient fini, ils sortirent à leur tour de la pièce, laissant cette dernière vide. La fenêtre a bien évidemment été fermée.
Plus tard, vers vingt-deux heures, la fête battait son plein dans la cathédrale d'Arseldown, le Q.G. des Médiateurs. Il n'y a pas de musique, étant donné qu'ils n'en n'ont pas les moyens techniques, mais une certaine ambiance y régnait. Une personne présente, connue pour être surnommée la Grande Pie, portait effectivement bien son surnom, puisqu'elle parlait tellement fort qu'on entendait que elle. D'ailleurs, elle se tenait actuellement debout sur une voiture, une sorte de berline des années 30'. Du moins pour la carosserie. Le moteur devait être bien plus vieux que ça.


-Il y a quelques jours, un de nos collègues, qu'on connait comme étant le Sanglant Pacifiste, a régler une affaire dans le plus grand des calmes! Vous savez, il n'a pas volé sa réputation, et il n'a pas non plus volé le truc sous mes pieds! En fait, les proprios sont morts, du coup il l'a poussé de Lansfield jusqu'ici, et ce avec l'aide d'un gentil couple d'hobos. Les voitures sont des choses très rares. Seuls les bourgeois des campagnes en ont, et des fois on peut en voir une ou deux trainer dans la capitale. Aujourd'hui, c'est nous qui faisons joujou avec!


Comme quasiment personne n'avait pu voir d'aussi près une voiture, une très grande partie des gens présents s'agglutinèrent autour. Tout le monde émettait des hypothèses sur comment faire rouler cet attirail mécanique. Certains disaient qu'il fallait un cheval pour pousser ça. Un autre dit que le cheval devait apparemment aller dans le capot. Ils n'ont pas vraiment comprit ce qu'était un cheval sur les voitures, mais passons. De son côté, Midori avait tout aussi envie de voir comment ça fonctionnait, mais elle se demanda pourquoi Vasili, calé contre un mur, semblait n'en avoir rien à faire.


-Ca ne t'intrigues pas de savoir comment marche cette merveille, toi?
-Tu sais bien qu'à l'Extérieur, c'est très commun.
-Mais genre t'en a déjà conduis?
-Comme tout adulte, ouais.
-Mais à ce que vient de dire la Pie, il y a trois pédales. Trois! Y'a reculer, avancer, mais le dernier il sert à quoi? En plus là ils ont beau appuyer, ça marche pas!
-Ouais, faut mettre la clé dans le contact et la tourner. Sinon ça ne marche pas. Et tu te trompes dans les pédales, ça ne sert pas à ça.
-Eh bien, puisque tu es si calé...Tu peux m'apprendre histoire que je leur montre à tous c'est qui la boss???


Il savait que ça allait mal finir, mais bon, il lui apprit quand même. Pédale d'embreyage, de frein et d'accélération. Il y a aussi le frein à main, et les vitesse à passer pour ne pas noyer le moteur. Il prit dix minutes pour lui expliquer la théorie. Une fois sûr d'elle, elle se dirigea toute fière vers la voiture pour monter dedans. Après avoir tourné la clé dans le contact, le moteur à explosion démarra et fit un bruit absolument horrible pour tous ceux qui n'en avait pas l'habitude. Elle venait de capter l'attention sur elle, et de montrer que c'est une génie.

Puis vint le moment où elle fit avancer la carriole lentement... Lentement...Puis appuya à fond sur la pédale d’accélération. Elle fonça sur une des portes en bois du côté de la cathédrale. Deux Médiateurs lui ouvrirent juste à temps en lui criant un "olééé" quand elle passa. Absolument tout le monde se mit à rire. Il n'y avait pas de quoi, car au fond, ils étaient encore tous terrifiés par le bruit du moteur, et auraient certainement fait pareil à sa place. Mais bon. Même si c'était aussi marrant pour lui, Vassili préféra sortir un coup dehors histoire de prendre l'air.

Pendant dix minutes dehors, il put apercevoir divers Médiateurs sortir dehors, généralement pour fumer. Un seul fit exception, Edgar, puisqu'il s'en alla plus loin pour "peut être" vomir. Ah. Poivrot. Puis après, ce fut au tour d'Antigone de sortir. Elle ne donna pas la raison mais c'était bien clair venant d'elle; trop de monde à l'intérieur. Cependant, le chercheur fut incapable de se donner une réponse un minimum cohérente quand il vit Friedrich sortir, avec sa fille endormie dans ses bras.


-Vous prenez l'air, vous aussi?
-Ah ah, pas du tout! Je savais bien qu'elle ne resterait pas longtemps éveillée, du coup je la dépose chez ses grands-parents, comme prévu. Tu veux bien nous accompagner, d'ailleurs? Ce n'est pas très loin, mais il y a peut être un ou deux bestiaux qui traînent, on ne sait jamais...
-Bien sûr.
-Je peux euh...Venir aussi? demanda Antigone.
-Je suppose que tu ne comptes pas revenir? demanda Vassili
-...Non.
-Bon, on récupère notre poivrot avec nous, ça le désaoulera un peu.


Le petit groupe rentra donc dans une forêt, le temps de rejoindre le village de Bury. Sur le chemin, Friedrich entama une discussion.


-Tu as dis que tu comptais revenir par toi-même en fin d'année. C'est ton choix personnel cette fois-ci?
-Ouais. J'ai quelques petites choses à essayer de découvrir. Que je ne découvrirai peut être pas, mais bon.
-En fait, on a réfléchit sur un certain propos avec Midori. Comme tu le sais, on va avoir un deuxième enfant! On voulait savoir si tu voulais être le parrain?
-C'est pas simple, comme question, en fait-


Un bruit de fougère l'interrompit. Un des monstre des campagnes, une alghoule, sortit seule d'un buisson et se dirigea vers le groupe. Vassili se contenta de décapiter la bête avec la lame, et de marcher à reculons pour vérifier qu'il n'y en a pas d'autres. Une fois fait, il reprit la discussion en gardant son épée dégainée.


-Je ne sais pas si on peut être plusieurs fois parrain. Je ne suis même pas sûr de l'être réellement. Je verrai ça dans l'année si je peux.
-Tu sais, c'est avec grand plaisir! De temps à autre, il m'arrive de regretter celui que nous avons choisi pour Kana...
-Ah! J'crois que ça m'insulte! lança fièrement Edgar en ayant un coup de hoquet.
-A part quand il sent l'alcool, il n'est pas si mauvais que ça, justifia Vassili. En tout cas Friedrich, je dois t'avouer que tu as certain courage.
-Tu veux dire du courage en mon regret d'avoir choisit un parrain pas spécialement idéal?
-Non, plus sérieusement, le fait d'avoir fondé une famille. Je t'envie même un peu des fois. Mais je n'en serai pas capable, alors
-Tu penses vraiment ne jamais pouvoir trouver quelqu'un?
-Ouais. Je suis bien trop instable pour ce genre de chose.
-Tu trouveras forcément, c'est ce qu'il faut se dire.
-Ouais. Je sais.


Ils finirent par arriver à la maison des grand-parents. Pendant que Friedrich y déposa sa fille dans son lit, Edgar essaya de se repèrer en regardant dans les cieux. Une étoile semblait bizarre. Un espèce de voile un peu transparant passait dessus, et floutait un peu sa vision de ce soleil lointain. Après quelques secondes de réflexion intense, il finit par comprendre que c'était de la fumée.


Fin du thème.


-Je sais que ça caille un peu, mais y'a un gars qui doit faire un sacré feu, là-bas!
-Qu'est-ce que tu racontes? demanda Vassili.
-Tu vois pas la fumée? En redescendant un peu, ça provient de par-là...On vient pas de là, justement?
-Si...C'est un zone déserte pourtant, ça doit donc venir de la cathédrale.
-Bah nan, on a qu'une cheminée, elle ferait pas autant de fumée à elle seule...


Antigone revint vers eux pour leur souhaiter une bonne soirée. A la place, Vassila l'agrippa subitement par l'épaule, et lui dit de se dépêcher. La cathédrale est en train de se faire attaquer. Encore un peu bourré, Edgar se rendit compte que ça devait très certainement être ça, et il prévint Friedrich de se dépêcher à son tour; il faut y retourner tout de suite.

Antigone, Edgar, Friedrich et Vassili étaient enfin sortis de la forêt, et purent voir de nouveau la cathédrale qui n'était plus très loin. La tour sur la droite avait le toit détruit, et un grand feu s'en échappait. Vers la grande porte d'entrée se trouvait une quinzaine de gars en armures équipés de simples épées. Il n'y a aucun doute, même à cette distance, on reconnait aisément le clan du Hollandais Volant.


-Mais merde putain, pourquoi t'as eu raison, Vassili??
-On s'en fout, on doit trouver un plan d'attaque pour l'instant, répondit-il.
-Un plan d'attaque? Mais t'es pas dingue, ils sont toute une armée!
-Arrête de jouer les cons, à l'intérieur ça doit bastonner sévère. On doit rejoindre les autres au plus vite pour les aider.
-C'est quand même une sacrée chance que lors de nos fêtes, les Médiateurs restent armés, fit remarqué Friedrich. Et heureusement qu'ils n'attaquent pas plus tard, pendant que tout le monde soit eméchés. Même si quelqu'un l'est déjà...
-Ouais, bah excusez-moi si je sais vraiment profiter d'une fête, moi!
-Vous allez arrêter vos conneries, vous deux? fit Vassili en s'interposant entre les deux.


https://www.youtube.com/watch?v=vVZKP6DOeDM


-Vous réglerez vos comptes après qu'on se soit farci les vrais ennemis, c'est à dire les connards en face. On est d'accord?
-...Oui. Tu as un plan d'attaque pour tuer ceux à l'entrée? demanda Friedrich.
-On a deux revolvers. On s'approche le plus possible, on en fume un max. Les survivants qui arrivent à nous rejoindre, on les fini en face à face. Antigone, comme tu n'es pas en état de combattre, tu prends mon revolver.
-Quoi? Ah ben euh...D'accord...dit-elle en prenant l'arme.
-Une fois à l'intérieur, on verra en fonction de ce qu'on aura. Quelqu'un à quelque chose à redire?


Personne ne répondit, ce qui voulait dire que tout le monde semblait d'accord avec sa tactique improvisée. Le groupe se fit repéré par les soldats ennemis malgré le fait qu'il faisait nuit. Antigone et Edgar se mirent à tirer sur eux, et ils tombèrent comme des mouches. Ceux encore en vie se mirent à courir vers le groupe sans hésiter, malgré une mort imminente.


https://www.youtube.com/watch?v=1PlXwevnxDQ


L'un d'eux abattit sa lame sur Edgar. Il fit un pas sur la droite pour éviter le coup, et leva à son tour son arme pour la planter dans le dos adverse. Un autre ennemi succomba d'une balle dans le coeur, et s'écrasa juste devant Vassili. Ce dernier bloqua un coup d'épée d'un autre Hollandais Volant, lui flanqua un violent coup de pied pour l'allonger au sol, et lui trancha la gorge. A peine retira-t-il son arme qu'un soldat s'approcha dangereusement. Mais une boule de feu, tirée par Friedrich, le stoppa, le déstabilisa, puis il se prit un coup meurtrier. Les quelques ennemis restants furent abattus sans trop de problème.
Le groupe ouvrit l'énorme porte de la cathédrale pour y rentrer. Ils appréhendaient ce qu'ils allaient voir. C'était surprenant de voir le géant hall d'entrée jonché de cadavres de soldats du Hollandais volant. Seulement des personnes en armures. Un Médiateur s'était effectivement fait avoir, mais ce n'était qu'un seul parmi les ennemis. Il restait cependant encore quelques gars en armures encore en vie.

Comme pour dehors, ils employèrent la même tactique: les épéistes en avant, les tireurs derrières. Ils vinrent rapidement à bout de ces ennemis là. Une fois fini, ils se dirigèrent  de l'autre côté du hall, mais une des portes devant eux fut défoncée au même moment. Un des soldats du Hollandais, couché sur la porte, s'écrasa lamentablement au sol, une dague plantée dans la jugulaire l'ayant aidé à mourir. Midori, qui était sur lui, retira son arme et la rangea dans son fourreau.


Fin du thème


-Devinez qui nous a attaqué pendant que étiez parti?
-Difficile à deviner, répondit Edgar en posant son pied sur un des cadavres en armure.
-Un guetteur les a vu arrivé, du coup nous n'avons pas été surprit et nous avons l'ascendant. Espèrons qu'ils n'aient pas plus de renforts, fit remarquer Midori.
-Et ils sont passés où les autres?
-Le gros du combat se passe dans la salle de réception à côté. C'est le bordel complet. On domine, mais ils sont beaucoup, ces connards!


Le groupe continua de discuter sur ce qui était en train de se passer. Vassili, un peu en retrait, remarqua autre chose. Dans cette situation dangereuse, et la retrouvaille qui venait de se faire, on ne penserait pas que Friedrich et Midori sont ensemble. Ils ne montrent ici aucun signe d'affection particulier. C'était une excellente chose à faire sur le champs de bataille. Rassuré, il rentra dans une autre pièce, sa chambre provisoire, pour aller récupérer quelque chose.


Le toit de la cathédrale d'Arseldown est formée comme une énorme terrasse en pierre, avec quelques bouts de verdures qui poussent dans différents coins, et des caisses de bois éparpillées y sont entreposée. Habituellement un lieu d'observation pour les Médiateurs, Fafnir et Zirael s'y combattaient férocement. Comme la dernière fois, le chef des Médiateurs se contenta d'esquiver ou de bloquer les coups d'épées avec sa lame argentée, et de frapper le chef des Hollandais Volants avec un petit coup de feu de temps à autre.
Pendant ce temps, le groupe de Médiateurs dans le hall continuait de discuter.


-On fait quoi en attendant?
-L'autre connard là, Fafnir, il est sur le toit. On va tous là-haut, et on le fume une bonne fois pour toute! proposa Midori.
-Et si des renforts passent par l'entrée principale? demanda Friedrich.
-Ca m'étonnerait qu'il y en ait encore. J'espère.
-Pas si sûre...Pas si sûre! s'exclama Antigone.


La porte du hall d'entrée fut de nouveau ouverte. Son grincement raisonna dans toute la pièce, et plusieurs soldats ennemis s'engouffrèrent. Ils étaient au moins une trentaine à rentrer, et marchèrent lentement mais sûrement vers le petit groupe de quatre Médiateurs. Là, ils avaient un avantage numérique absolument terrifiant.

Au même moment, Vassili sortit de la pièce où il était allé. Il tenait une grosse caisse en métal. Il appuya sur un simple bouton, et sa valise se modifia, faisant se déplacer et rentrer certaines parties en métal. Au final, un fusil d'assaut se forma, et il le pointa sur les ennemis. Une grenade fut d'abord lancée, et fit exploser plusieurs personens en armure. Surpris, les Hollandais se mirent à courir vers une mort assurée; le chercheur se mit à tirer en rafale sur tout ce beau monde. Ils tombèrent tous un par un sous les balles. Alors qu'il en restait cinq, un clic fit comprendre qu'il n'y avait plus de balle. En une seconde, le chargeur vide fut décroché, et remplacé par un plein qui était accroché sur le long du canon. Les derniers chevaliers furent abattus.

Une fois le spectacle fini, il baissa son arme et observa pour voir s'il restait encore un candidat. Apparemment non. Vassili se retourna, et aucun de ses collègues ne dit quoi que ce soit. Ils étaient tous abasourdis par ce qu'ils venaient de voir. Il décida donc de briser ce silence gênant.


-Ceci est un fusil d'assaut. Trente balles par chargeur. Une arme très répandue à l'Extérieur. Ce modèle portable, fit-il en tapotant sur le canon, m'a été grâcieusement offerte par ton père, Midori.
-Et vous vous battez tous avec ça. Mais, mais...Ca doit être génial!
-Ce n'est pas spécialement "génial" de voir des amis se fairent exploser le crâne par une balle, mais si tu le penses.
-Pourquoi tu nous...Nous l'avais pas montré avant? Ou même nous en parler? demanda Midori surprise.
-Pour l'utiliser au bon moment. Et puis, je n'allais pas me ballader avec en Asheland, non?
-Euh, c'est...Vrai...En fait c'est parfait! Vassili, tu restes à l'entrée et tu fumes tout ceux qui passent! Tu auras assez?
-Deux chargeurs de côté. A moins qu'ils ne soient plus de cinquante, ça ira.
-Moi, je vais là-haut, on en fini avec ce Fafnir pour de bon. Les autres, vous allez aider les collègues. C'est tout bon?


Comme tout le monde lui répondit oui, elle se retourna pour prendre les escaliers et rejoindre le toit. Mais elle fut retenue par son mari. Ils se regardèrent pendant quelques secondes en souriant et sans rien dire. Ils se comprenaient tout de même, dans un certain sens. Absolument pas attiré par ce genre de moments, Edgar se mit à regarder ailleurs et vit un truc bizarre. Une sorte de ligne rouge qui flottait dans les airs. Il regarda un coup derrière lui, un coup de nouveau cette chose bizarre, puis il se retourna pour appeler Vassili qui étaient en train de refaire un de ses lacets.


-Les espèces de lignes rouges qui flottent...C'est bien ce que vous appelez des pointeurs lasers, Vassili? Ce qui va avec les snipers?
-Ouais ouais.
-...Ah...
-Pourquoi tu penses à ça? fit-il en étant toujours sur ses lacets. Ce genre de chose n'existe pas en Asheland.
-Si y'en a un c'est que...MERDE!

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Lun 27 Mar - 21:47

La grosse narration, j'ai deviné que c'était Vassili (quand tu vois pas le nom de quelqu'un) /PAN/


"-Tiens donc, Midori, tu ne lui as toujours pas apprit pour les lacets?
-Oh ça va, tu la verrais escalader, ça compense! justifia-t-elle en regardant sa fille. Kana, tu voudrais bien aller voir ton père en bas?"
-Allons plutôt nous battre pour la gloire d'Hoshido maman, répliqua Kana, mignonne comme tout (eh non, pas de dialogue parodiée en théâtrale. /PAN/ )


"Au même moment, elle le prit dans ses bras. Il fut surprit mais il se laissa tout de même faire.


-Ce n'est pas vraiment le moment pour tromper Friedrich, tu sais?" Ce gars-là bordel, il traduit tout ce que je pense au plus profondément de moi-même.


Mais sérieusement: "-Non, plus sérieusement, le fait d'avoir fondé une famille. Je t'envie même un peu des fois. Mais je n'en serai pas capable, alors
-Tu penses vraiment ne jamais pouvoir trouver quelqu'un?
-Ouais. Je suis bien trop instable pour ce genre de chose. " Je te feel, bro /PAN/


"-On a deux revolvers. On s'approche le plus possible, on en fume un max."
Un hippie fume à côté de Vassili. *TG*


"Une grenade fut d'abord lancée, et fit exploser plusieurs personens en armure. Surpris, les Hollandais se mirent à courir vers une mort assurée;"


La mort: Vous êtes sérieux les mecs?


Et encore là, en fait, quasiment tout le commentaire mentionne Vassili, j'ai l'impression que plus la fic avance, plus je me rapproche de ce mec, quasiment triste de le voir partir.


Oh oh, comment vont-ils esquiver les snipers? Ou quelqu'un meurt...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mar 28 Mar - 19:23

POURQUOI TU PRÉVIENS POUR LE CLIFFHANGER ÇA TUE TOUTE LA SURPRISE ://
Encore une fois ce sera pas un commentaire super constructif car portable *tg*

Excepté le poissonnier qui a essayé de la frapper avec un thon..." *a eu un rire de merde*

C'était une suite très intéressante ma foi, j'ai adoré le rapport de Vassichou

Et la scène de fête+bordel avec Edgar à moitié bourré
On peut dire qu'ils vont découvrir les snipers à la dure, à l'ancienne. *tg*


_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
gaelrasengan
Plus cool que cool
Plus cool que cool
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 23
Localisation : Devine un peu pour voir.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Lun 17 Avr - 23:32

Le début, ça me fait penser à l'introduction d'un jeu vidéo, je sais pas pourquoi (je vois bien ce style d'intro, perso)

"-Vous savez, monsieur Hasker, on est dans le même cas qu'Hiroshima et Nagasaki."

"Alors là, t'as commit l'erreur de ta vie, Nagasaki " *TG*

Mais du coup, tu es sûr que c'est dans notre monde de délire ? Hiroshima et Nagasaki c'est des trucs IRL normalement

A moins bien sûr que tu imagines ces éléments dans notre univers.


Pas mal de mystères dans ce prologue, c'est le moins qu'on puisse dire.


Ah mais dans la partie 1, on change direct d'époque. Wow c'est brutal comme transition


Mais avec cette musique, on arrive sans soucis à se plonger dans l'ambiance.


Et... attends... une taverne... un comptoir... un barman... là je te jures, je n'avais pas encore lu ta fic avant d'écrire le gag d'introduction de Roxanne *c'est qu'une coïncidence, banane ! *


Ah mais le type qui a planté le couteau sur l'étranger, il dit des jurons... je suis pas un expert mais, à moins que mes clichés médiévaux ne prennent le dessus (ce qui est tout à fait possible), je ne pense pas qu'ils disaient des mots aussi vulgaires à l'époque.^^' *il n'a jamais dit que cette époque racontée était médiévale * Mais ça y ressemble tellement Ou alors tu t'inspires de Kamelott *TG*


"-Vous pourriez m'en dire plus sur ce que sont les Médiateurs?"


Un médiateur est une personne physique qui intervient pour faciliter une communication ou rétablir une relation. Il existe différents métiers de médiateur de conflit. Ceux ci varient en fonction des institutions et types de personnes concern- *TG*


Ah bah c'est presque pareil, sauf que c'est la version médiévale^^


"Vassili Leschy, maître en conférence d'ethnologie et de sociologie à Beljon, de la nation de Dreanda. Enfin, je doute que vous soyez intéressé par le titre."


Punaise, tout ce charabia m'a fait vasillié *ok je sors*



Bref, c'est tout pour ce soir, mais ça m'a tout l'air d'être intéressant comme fiction. Ca change un peu de voir de nouvelles têtes.


Je vais voir quand je vais lire la suite, mais normalement, cette semaine pourrait bien être sous le signe de la lecture et de la rédaction en ce qui me concerne.

_________________


2017 : L'année de la plate forme 3D !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Jeu 27 Avr - 22:07

J'avais rien posté depuis un bout de temps parce...J'avais une grosse flemme.
L'avantage, c'est que la partie 1 est presque finie, et qu'il allait y avoir un temps de pause. Mais du coup non puisque je suis vachement inspiré pour la partie 2, du coup ça va transiter direct Enfin, avant ça y'aura un chapitre ou deux de transition, que vous devriez apprécier. Parole de Clésé





Suite du chapitre 8





Edgar comprit tout de suite le danger que représentait ce laser de sniper. Il semblait être pointé sur le couple qui venait tout juste de se retrouver. Il se mit alors à courir vers eux. Ne comprenant pas la réaction de son ami, Midori se mit à le regarder courir vers eux. Soudain, elle se prit un liquide dans les yeux qui lui bloqua la vue, puis elle fut violemment plaquée sur le sol.

Après avoir passé sa main sur son visage afin de recouvrir sa vision, elle vit Edgar se relever, regarder derrière lui, puis la fixa de nouveau. Elle décala lentement sa tête sur la gauche. Vassili était en train de tirer au fusil d'assaut vers l'entrée, certainement pour effrayer le sniper.


-Est-ce que ça va??


Elle ne lui répondit pas. Elle se contenta de lui attraper violemment l'épaule et de le bousculer sur sa droite. Se plaçant sur son ventre, elle se releva pour ne pas regarder vers où se trouvait son bien-aimé. L'hallebarde fut levée, puis écrasée au sol. Le fer traîné par terre créa un horrible grincement, obligeant même Edgar à se couvrir les oreilles tant ce bruit était horrible. Il l'observa en train de partir. Il ne savait pas comment elle se sentait. Très mal, c'est certain. Ce qui est sûr, c'est qu'elle compte s'occuper de Fafnir par elle-même. Une bonne fois pour toute.

Ce dernier se prit justement une boule de feu en pleine tête. Il leva son épée et l'écrasa au sol, mais une fois encore, le chef des Médiateurs l'esquiva avec grâce. S'en suivirent des échanges de coups. Après en avoir paré cinq, Zirael se baissa, se plaça derrière son ennemi et lui fracassa une autre boule de feu dans le dos. N'étant qu'à peine égratigné, le combattant en armure resta figé, et rigola sombrement. Il se retourna lentement, et leva de nouveau son arme. Ce combat commençait à devenir routinié, alors Zirael se déplaça encore une fois sur la gauche. Mais cette fois-ci, Fafnir n'abattit pas son arme. Il posa son pied sur le torse adversaire, et le poussa violemment à terre. Flanqué au sol, le chef essaya de se relever, mais il fut écrasé et ne pouvait se relever.

Assis sur son opposant, le leader des Hollandais Volant fila un premier coup de poing très violent, puis un autre, et encore un autre. Son poing ne ressentait pas la douleur, puisqu'enveloppé dans un gant de métal. Ce qui permettait même de faire encore plus de dégâts. Et il frappa, encore, et encore.


https://www.youtube.com/watch?v=YnHUOrQAQdI


Ayant fini de gravir les escaliers, Midori arriva trop tard. Tout ce qu'elle put voir, c'était son mentor allongé au sol, la tête complètement écrasée, baignant dans un amas de chair, d'os et de cervelle. Fafnir se leva et l'observa silencieusement. Elle avait les yeux complètement rouges, la peau aussi blanche qu'un fantôme, des mains tremblantes et une expression en disant long sur son état mental. Puis elle regarda celui qui venait de devenir son ennemi juré.


-Qu'est-ce que tu comptes faire, maintenant? Vas-y! Je te donne le premier coup!


Complètement folle de rage, elle se mit à courir vers lui, hallebarde levée, et lui explosa sur le visage. Il ne s'attendait pas à une telle puissance. Ce coup fut tellement surprenant qu'il fut retourné, et tomba à genoux. Toujours dans la folie digne des plus grands berserkers, elle lui administra un coup de pied entre les deux omoplates, le faisant glisser sur trois mètres. Comprenant qu'il était en danger, il se releva rapidement. Pour la première fois depuis qu'il avait revêtit son armure, Fafnir se contenta de bloquer les coups et n'arrivait pas à en donner. Il finit acculer contre un mur, et tenta cette fois-ci de la frapper. Elle fit un bond en arrière pour esquiver, puis leva son imposante arme pour lui fendre son crâne.

L'Hollandais Volant préféra éviter en courant sur sa gauche, mais à peine il fit quelques pas qu'il tomba. Il put alors observer la fissure qu'elle avait crée à l'instant; l'impact était monstrueux. Mais comme son arme était encastré, Midori tentait de la retirer du mur. Son ennemi voulu profiter de l'occasion pour l'attaquer, mais elle lui balança une boule de feu pour le bloquer. L'hallebarde reprise, les deux combattants se mirent de nouveau à échanger des coups. Chaque fois qu'il bloquait un coup, Fafnir ressentait la rage à son encontre. Il commençait à avoir peur.

Rongée par une colère incommensurable, la guerrière mit toutes ses forces, et frappa l'ennemi avec un cri absolument terrifiant. Ne pouvant absolument rien faire, Fafnir se contenta de recevoir le coup dans l'épaule. Le fer venait de s'encastrer dans le métal de son armure. Le choc du coup était tel que son corps entier vibrait. Cependant, son enveloppe charnelle ne fut pas touchée. Midori tenta de nouveau de retirer son arme, mais elle se prit un coup de poing sur le frond.
Elle recula sur plusieurs mètres avant de tomber au sol. Sonné, elle reprit très rapidement conscience. Il eut juste le temps de retirer l'arme de son épaule, puis il la jetta par dessus la cathédrale; elle était désarmé.


-Et maintenant, que comptes-tu faire? M'envoyer des boulettes de feu?? Et pourquoi pas en forme de poupée???


Content d'avoir prit un certain avantage, Fafnir se mit à courir sur son ennemie. Cependant, de la foudre tomba pile devant lui, le faisant reculer et couvrir ses yeux avec sa main. S'imaginant que c'était juste un coup de chance, il déchanta très rapidement quand il vit que la Médiatrice avait de petits éclairs qui la contournait. Alors qu'elle observait sa main droite, elle referma violemment son poing, et un faisceau violet et bleu sombre se créa. Formé depuis son avant-bras comme une sorte de lame à double-pointe, elle venait de créer une épée à partir de cette même foudre
L'ennemi n'en croyait pas ses yeux. C'est impossible...


-Cette foudre qui me tombe dessus, et cette épée de lumière que tu viens de créer...C'est...Tu es la soeur de Saren? Réponds immédiatement, connasse!!
-Mais...Non mais je rêve?? Tu viens de tuer deux des personnes que j'aimais le plus, et c'est...C'est toi qui m'insulte? Non mais je rêve! Je vais t'enculer tu entends!! Avec cette putain de lame, je vais t'enculer!!


Elle éleva son bras gauche dans les airs. Une lumière, toujours dans les tons bleus et violets, s'intensifia sur la position de Fafnir. Connaissant cette attaque, il fit un plongeon pour éviter de nouveau de la foudre. Mais cette fois-ci, l'impact était tellement puissant que des éclats de pierres menaçants s'envolèrent dans tous les sens. La cible se releva, puis se mit à courir du mieux qu'il puisse. Il évita un autre sort, puis encore un autre, et finalement il la frappa. Midori contra ce coup avec sa nouvelle lame, mais elle fit plusieurs pas en arrière tant la puissance qu'elle venait de bloquer était féroce.

De leur côté, Edgar et Vassili venaient de monter les escaliers. Ils observèrent, au loin, les deux ennemis en train de s'affronter vigoureusement. Même à cette distance, les coups de lames s'entrechoquant étaient nets. Son épée de foudre émettaient à chaque fois des bruits d'électricité très cours.


-Edgar, depuis quand les Médiateurs maîtrisent de la foudre?
-Depuis...Depuis jamais! Je sais même pas ce que c'est, ce truc qu'elle a au bras.
-Vraiment aucun pouvoir sur la foudre?
-Mais non! On peut faire du feu, attirer des objets, mais pas...Pas ça!
-Alors c'est bien une terrianaise. Et pas de n'importe quelle famille, alors...
-Qu'est-ce que tu racontes??
-On a pas le temps pour ça!


Vassili pointa son fusil vers Fafnir et lui tira trois balles dessus. Ricochants sur lui, il fut surprit et leva son bras gauche par réflexe pour se protéger des balles. Il se prit une autre salve, ça lui faisait un peu mal. Il bloqua un coup de Midori et sauta par dessus la cathédrale pour s'échapper. S'écrasant sur l'herbe en bas, il commença de s'enfuir. La Médiatrice fit de même pour le rattraper. Après avoir bondit, deux cavaliers du Hollandais s'approchèrent. Elle bloqua leur coup, puis se retourna pour les attendre. Au même moment, un autre cavalier vint vers son chef, puis descendit de sa monture.


-Chef, enfuyez-vous au plus vite!


Il enfourcha la bête, puis s'enfonça dans les bois. Toujours en hauteur, Vassili se mit à tirer sur les deux cavaliers. Ils furent abattus. Alors, Midori se mit à courir pour essayer de rattraper son ennemi juré, mais c'était vain. Elle fit tomber de la foudre de manière aléatoire dans la forêt, espérant pouvoir le toucher. Puis elle s'évapora à son tour.


https://www.youtube.com/watch?v=hjdzrCG6X-0


Dix minutes plus tard, Edgar et Vassili étaient retourné dans le grand hall d'accueil de la cathédrale d'Arseldown. Le sol était jonché de cadavres. Bien plus de soldats en armure du Hollandais Volant que de Médiateurs. Largement. L'assaut repoussé est en terme de chiffres un succès. Mais la joie n'était strictement pas ressentie. Loin de là. Enjambant les corps, fusil dans les mains, il revivait ici la guerre telle qu'il l'avait déjà connu il y a quelques années. Il s'arrêta vers un des assaillants, qui avait perdu son casque. C'est une jeune fille de quinze ans. Elle ne devait pas avoir plus. Il s'accroupit, lui ferma sa bouche béante, puis ses yeux.
Son allié arriva au même moment.


-Qu'est-ce que tu fais? demanda Edgar.
-Je n'aime pas les visages grands ouverts. C'est tout.
-Peut être, mais on s'en fout d'eux.
-Regarde cette gamine. Même pas adulte mais déjà embarqué dans la guerre. C'est ça qui me fascine le plus.
-Elle n'avait qu'à mieux choisir son camp plutôt que d'être chez ces connards. C'est mérité.
-Un mort est un mort. Peu m'importe son camp.
-Mais tu dérailles? Si ça se trouve, c'est une des pire ordure qui soit!
-Oui, si ça se trouve. On ne sait absolument pas qui on tue sur le champs de bataille.
-Mais ces gens-là, le Hollandais, c'est des...Ils veulent la mort, rien de plus!
-Leurs actions sont claires à ce sujet. Mais tu ne sais pas si leurs soldats sont entièrement d'accord, ou font juste suivre des ordres en pensant que c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Ils ne sont pas né mauvais. C'est leur vie qui fait qu'ils en sont là aujourd'hui.
-Pourtant...
-Un humain, c'est très complexe. Il existe beaucoup trop de choses qui m'empêchent de les juger. La seule chose que je sais, c'est qu'ils sont morts dans la folie. C'est tout.
-...Tu les excusent?
-Non, j'essai de comprendre. C'est mon job.


Concluant que cette discussion était fini, Vassili repartit silencieusement, laissant Edgar en plan. Après avoir fait quelques pas, il s'arrêta tout de même pour rajouter quelque chose;


-Ah, et Fafnir, et tout autre personne pensant que c'est marrant de tuer, ce sont des connards à exterminer. On est d'accord?
-...Je veux!


Quelques minutes après, le duo se rendit dans la grande salle à manger. Presque tous les Médiateurs étaient présent, déjà en train de ranger la salle, notamment en trainant les cadavres dehors. Julia, la Médiatrice Royale, se mit sur une estrade en bois. Tout le monde cessa son activité pour l'écouter.


-Aujourd'hui, nous avons subit une attaque surprise des plus ignobles. Même si nous sommes largement vainqueurs, les morts d'aujourd'hui ne sont pas des moindres. Parmi les plus notables, celui que l'on surnommait le "Chien Noir", un de nos meilleurs combattants. Friedrich Vegelbud, le seul à avoir été appelé en aide au gouvernement. Et bien évidemment, notre...Notre chef. Aujourd'hui, la guerre a été déclaré envers le Hollandais Volant. Si nous obtenons une piste sur Fenrir ou un chef haut placé, ce sera notre priorité. La lutte semblerait gagner d'avance, malheureusement, nous avons...Nous avons retrouvé un message sur un des cadavres. Une lettre dans une enveloppe. Scellée par le roi en personne, signé par lui-même. Il est écrit que notre roi aurait autorisé le Hollandais Volant à nous attaquer. Je vous demanderai de réfléchir sur ce message, et de ne pas automatiquement croire que c'est vrai, même si cela semble flagrant. Etant donné mon poste, j'ouvrirai des négociations avec notre roi.


Calé contre un mur, Edgar et Vassili reçurent la lettre qui tournait parmi les Médiateurs. Ils purent effectivement lire une déclaration officielle de la part du roi pour les attaquer. C'est étrange, dans le sens où le Hollandais Volant n'est reconnu comme n'étant qu'une légende, et que tout le monde refuse de croire en leur existence.


-J'y crois pas une seconde, déclara Edgar. C'est un homme bien, c'est pas lui qui a écrit ça!
-Tu penses que c'est un faux?
-Evidemment! Il a pas pu demander ça c'est tout!
-Ecoute, lança Vassili en se décollant du mur, on ferait mieux d'aller se coucher, on verra demain.
-Si tu le dis, grommela-t-il en le suivant. Et on sait pas où est Midori...
-Elle reviendra. Dès que possible, on retournera dans la capitale et on fera un plan d'attaque.
-Un plan de quoi?
-Si les négociations échouent, on va aller le voir soi-même, le roi.


_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Ven 28 Avr - 13:45

"Midori se mit à le regarder courir vers eux. Soudain, elle se prit un liquide dans les yeux qui lui bloqua la vue" de l'acide sulfurique, elle meurt. -FIN- *Sors*


"Ayant fini de gravir les escaliers, Midori arriva trop tard. Tout ce qu'elle put voir, c'était son mentor allongé au sol, la tête complètement écrasée, baignant dans un amas de chair, d'os et de cervelle" Ouais OK, pas besoin de directement le dire: il est mort ....


....-tilt- NOOOOOOO- *TG*


Voir Midori si déchaînée et en colère, ça fait peur. Petit conseil pour Fafnir: ne jamais sous-estimer ou ne provoquer l'adversaire. Il l'a appris à ses dépens, avec un pouvoir caché (dépendemment du point de vue) de Midori.
D'un côté, je ris, parce que durant son déchaînement, j'ai imaginé Midori en mode: "Je peux faire ça, C'EST QUI QUI RIT, SALAUD? "


"-Et maintenant, que comptes-tu faire? M'envoyer des boulettes de feu??" Nan, elle va décapiter SD et te le lancer dessus. *Sors*


"-Qu'est-ce que tu fais? demanda Edgar.
-Je n'aime pas les visages grands ouverts. C'est tout.
-Peut être, mais on s'en fout d'eux.
-Regarde cette gamine. Même pas adulte mais déjà embarqué dans la guerre. C'est ça qui me fascine le plus.
-Elle n'avait qu'à mieux choisir son camp plutôt que d'être chez ces connards. C'est mérité.
-Un mort est un mort. Peu m'importe son camp.
-Mais tu dérailles? Si ça se trouve, c'est une des pire ordure qui soit!
-Oui, si ça se trouve. On ne sait absolument pas qui on tue sur le champs de bataille.
-Mais ces gens-là, le Hollandais, c'est des...Ils veulent la mort, rien de plus!" Faites-vous pas une civil war les mecs là.

D'un côté, triste réalité d'une guerre...


Et maintenant, la fin vient faire un gros mindfuck, spoiler alert, les médiateurs sont des poupées que le roi manipule *TG*


Hâte de voir le reste...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 30 Avr - 10:24

...Friedfried et monsieur badass :(


"-...Tu les excusent?
-Non, j'essai de comprendre. C'est mon job." ça c'est badass. Snif.  




D'ailleurs je suis désolée mais tout au long du chapitre j'ai encore vu des Fafnir/Fenrir, je suis définitivement perdue quant à la version originale *tg*




Seule avec son petit enfant, la pauvre Midori :( j'ai hâte de la revoir changée en  monstre cela dit, le combat était class- /PAN/

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 7 Mai - 2:09

Chapitre 9/Final: La Décision Royale






https://www.youtube.com/watch?v=8500u0nf2kA *Certainement à lire en boucle*


Cinq janvier 2023. Aujourd'hui était le jour où Vassili devait repartir. Il avait rendez-vous à cent kilomètres au nord de la capitale. Mais il y avait une dernière chose à faire. Il marchait dans les rues embrumées de New-Manchester avec le groupe habituel. Mais cette fois-ci, Edgar était tout aussi discret qu'Antigone. C'était calme. De même pour Midori qui tenait sa fille endormie dans ses bras. Un lourd silence pesait.


-Bon, maintenant, on peut en parler je crois, euh...Depuis quand tu es capable de faire ces éclairs, Midori? demanda Edgar.
-Depuis toujours.
-Mais tu ne l'as jamais dit à qui que ce soit? Même pas à moi, ton meilleur po-
-Non. C'est tout.
-Toi qui tenait tant à faire partie des terrianais, il semblerait même que tu appartiennes carrément à une certaine famille. Tout du moins il y a de grandes chances, déclara Vassili.
-Pourtant ça ne me sert pas, lança-t-elle laconiquement.
-Au fait, tant que j'y pense, j'ai quelques chose à vous dire.
-Rien de grave au moins?
-Non, mais quelque chose d'étrange. Quand on a fait notre enquête à Gate-Town il y a deux ans, Zirael était venu me voir et m'a confié quelque chose que je ne devais réveler que s'il mourait. Et ce avant d'avoir trouver la prochaine génération de Médiateurs.
-Il avait déjà commencé la prochaine génération? demanda Antigone.
-Oui. Ils sont nés pendant l'année 2022 apparemment. Il m'avait aussi dit que personne d'autre que lui ne devait savoir qui ils étaient. La chose étrange, c'es qu'il m'a dit qui était leur chef, déjà né à ce moment-là.
-Vas-y, dis!
-Désolé Edgar, il m'a juste donné une sorte de message codé que seul Midori pourrait décrypter.
-Ben tiens, lança-t-elle. Si ça marche pas, ce sera sa faute. Aller, balance ta phrase.
-Je l'ai oublié depuis, heureusement que je l'ai noté sur l'hayonne, disait Vassili en regardant l'engin. Je cite: "Vert, vert, vert, on ne voit que ça chez cette personne." Alors?
-Ouais je m'en souviens. J'avais dis ça pour Klara. C'est à dire que ce n'est pas elle. C'est à dire qu'on ne sait pas qui est le chef. Voilà, conclua-t-elle en toute amertume.
-On s'en fiche. Notre priorité, c'est le roi après tout? relativisa Edgar.
-Oui. Et mon pied dans sa tronche aussi, relativisa-t-elle encore plus.


Arrivé dans le quartier osteurien, ils s'arrêtèrent justement devant chez Klara, vers la maison en brique rouge. Puis ils y entrèrent. Elle les salua, contente de les voir puisqu'elle était au courant pour l'attaque d'Arseldown. C'était la Une des journaux pour le premier jour de l'an 2023.


-Euh, Klara, ça ne te dérange si je te laisse ma petite vers ton fils? demanda Midori.
-Bah oui, c'est comme d'habitude!
-Ah euh, oui...


Déroutée, elle s'en alla dans la pièce d'à côté. Vassili quant à lui s'approcha de l'hôte, mais c'est elle qui lança la discussion.


-Je suis au courant pour l'attaque. Je vois que Friedrich n'est pas là...
-Oui.
-Mais c'est affreux! fit-elle en se couvant la bouche et en lâchant une larme.
-Ecoute, je vais aller droit au but. On est sûr que l'attaque a été commanditée par le roi en personne. Comme il refuse de s'expliquer et se dit innocent auprès de Julia, nous allons le voir en cachette et lui faire cracher le morceau.
-Quoi? Ce soir?
-Oui. On ne sait pas comment ça va se passer d'ailleurs.
-Mais Vassili, tu ne devais pas repartir aujourd'hui?
-Si. Mais tant pis.


Au même moment, Midori était de retour. Elle se contenta de se diriger vers une chaise, s'asseya, posa ses bras sur la table pour former un creux, puis y cala sa tête à l'intérieur. Personne ne dit rien. Encore une fois, c'est Klara qui brisa la silence.


-Edgar, suis-moi, j'ai besoin de couper un peu de bois!
-Moi? Bah...Avec plaisir.


Les deux s'en allèrent. Antigone et Midori ne disant toujours rien, Vassili préféra attendre en se calant contre un mur pour regarder par la fenêtre. La brume était toujours présente, mais la nuit commençait de tomber très rapidement. Le bleu sombre du crépuscule était en concurrence avec les lumières du soleil se couchant, provoquant un orange s'affaiblissant de plus en plus. Les usines crachaient beaucoup de fumées aussi. Comme d'habitude.

Quelques minutes après, il regardait toujours dehors. Même une voix enfantine ne détournait pas son regard, mais il y prêta tout de même attention. Kana essayait de communiquer avec sa mère, mais elle ne répondait pas. Après quelques secondes, il décida finalement d'agir et d'aller voir les deux enfants en s'accroupissant. Elle était avec le fils de Klara.


-Ecoute, ta maman ne se sent pas très bien. Tu peux la laisser pour aujourd'hui?
-Mais pourquoi qu'elle veut pas dire où est papa?
-On te l'a déjà dit, au travail.
-Mais pourquoi qu'il y est allé la nuit et qu'on l'a pas revu?
-Eh bien c'est le travail, c'est comme ça.
-Mais pourquoi elle veut pas répondre?
-Je t'ai dis que...


Vassili préféra tenter une alternative. Il posa sa main sur l'épaule du petit garçon, et lui demanda s'il pouvait dire à son amie de ne pas rester ici. Cependant, il s'arrêta en plein milieu de sa phrase alors qu'il le fixait droit dans les yeux. L'adulte se releva puis donna un coup de coude à Midori une fois, puis deux fois.


Fin du thème.


-Midori. Midori magne-toi.
-Quoi? fit-elle sans même prendre la peine de relever sa tête.
-Regarde les yeux de Lemmy.
-J'en ai rien à faire.
-Midori, ils sont verts.


Alors, elle se releva enfin, intriguée. Elle prit le gamin sur ses genoux et l'observa. Il avait effectivement les yeux de sa mère. Les mêmes. Elle avait complètement oublié ce détail. Et finalement, il semblerait que tout concorde pour dire que ce petit serait apparemment le chef de la prochaine génération de Médiateurs. Klara revint, accompagnée d'Edgar qui tenait beaucoup de bûches, et qui essaya d'aller vers la cheminée sans tout renverser. Midori se leva en gardant Lemmy dans ses bras et alla voir sa mère, un peu plus joyeuse que tout à l'heure.


-Tu ne deveniras jamais, ton fils c'est le prochain chef des Médiateurs!
-Euh, pourquoi tu décides de ça subitement? demanda la mère désemparée.
-Mais tout concorde pour que ce soit lui!
-Mais moi je ne veux pas, c'est super dangereux comme métier!
-Quoi? Mais enfin, tu sais ce qui l'attend au moins?
-La mort. Il ne fera pas ça, un point c'est tout, dit-elle en croisant les bras. Et puis j'aurai besoin de lui ici quand il sera plus grand.
-Alors ça veut dire quoi? déclara Midori qui haussa le ton. Tu ne veux pas qu'il-


Vassili l'interrompit en se mettant entre les deux femmes et en posant sa main sur la table.


-Ce n'est pas le moment de se foutre sur la tronche pour le futur. On doit aller voir le roi tout de suite. Et on est pas sûr de revenir, je vous rappelle.
-...Si tu le dis, lança la Médiatrice qui reposa l'enfant. On y va, tout le monde, décida-t-elle tout en sortant.
-Même si on s'en sort, on ne reviendra pas ici tout de suite, alors à plus, lança Edgar suivi d'Antigone.
-Vassili, l'interpella Klara, vous avez mangé avant?
-Non pourquoi?
-Il se fait tard. Va à l'étage prendre quelques fruits pour vous. Si vous combattez ce serait bien d'avoir quelque chose dans le ventre, non?
-Très bien. Mais pourquoi c'est à l'étage?
-Parce que, ne pose pas de question, et vas-y!


Alors il suivit ses ordres tout en remettant son manteau. Une fois en haut, il prit quelques un de ces fruits qu'il put mettre dans ses poches. A l'exception d'une pomme qu'il garda dans sa main. Alors qu'il commençait de descendre les escaliers, Lemmy l'attendait depuis une des marches. Il passa à côté du gamin sans faire attention, mais il l'interrompit.


-Dis, c'est quoi un Médiateur?
-Hein? Hum, c'est des...Des gens qui...Qui aident à faire la paix entre les autres gens.
-Et pourquoi maman elle aime pas?
-Parce que c'est dangereux, il faut aussi se battre des fois.
-Et pourquoi je suis le chef? insista-t-il en s'asseyant sur une marche.
-Ecoute, c'est bien que tu en sois curieux, mais on doit y aller. Tu sais, le roi n'a pas trop envie que l'on soit en retard pour...Pour prendre le thé!
-Vous allez pas prendre le thé, vous allez vous tuer. T'as dis que vous alliez peut être jamais revenir.
-Euh...Oui. Oui tu as raison. Mais on doit y aller. Et même, je vais partir pendant un an. Tu demanderas à quelqu'un d'autre, d'accord?
-Nan, t'as l'air d'en savoir plus alors je veux que ce soit toi qui dise!
-Ok, tu as gagné, on reverra ça dans un an, si tu veux. Alors, je te dis à plus?
-Tu mens pas cette fois?
-...Non, je ne te mens, d'accord?
-Ok, alors tu peux y aller!


Vassili s'en alla pour rejoindre le groupe dehors. Il ne pensait pas qu'un enfant de trois ans pouvait être aussi lucide. Notamment dans la façon à laquelle il avait découvert son mensonge à une rapidité incroyable. Au cours de son séjour, il n'a pas spécialement porté d'attention sur les enfants ashelandais. Il semblerait pourtant qu'ils soient bien plus matures que ceux de l'Extérieur. Enfin, ceux des pays occidentaux tout du moins. Ce serait peut être intéressant d'en étudier quelques uns par la suite. Enfin, il s'égarait. Il y avait une autre priorité avant.


https://www.youtube.com/watch?v=rKxurCbW1bI


Quelques minutes plus tard, le groupe arriva devant le château de New-Manchester. Vous voyez Buckingham Palace? C'est exactement la même chose ici. Cependant, le bâtiment Royal d'ici est rouge, beaucoup plus étendu, et avec un étage de plus. Il faisait nuit, le moment parfait pour l'infiltrer. Les quatre Médiateurs allèrent vers la droite du grand grillage de fer. Il manquait une barre, permettant à un corps humain standard de passer. Antigone n'y alla pas, mais elle leur donna des instructions pour savoir quel chemin prendre, et surtout où était situé le roi.

Peu après, Edgar, Midori et Vassili étaient à l'intérieur, dans une pièce entièrement plongée dans le noir. Ils n'avaient croisés aucun garde jusqu'ici, ce qui était louche. En jetant un oeil par dessus une fenêtre, ils virent que tous les soldats royaux étaient regroupé, en rang, dans la cour de derrière. Un homme sur une estrade en bois faisait un discours. C'était difficile de savoir à cette distance de qui il pouvait s'agir, mais son long manteau vert à fourrure blanche ne faisait aucun doute; c'était le prince en personne.


-C'est pas un coup de pot monstrueux ça? Ils sont tous dehors! analysa Edgar.
-Tant mieux. On y va, ordonna Midori.
-Je trouve ça louche. On n'a croisé absolument personne. Ce n'est pas parce qu'il y a un discours aux soldats qu'il n'y en a aucun pour surveiller.
-Ils sont cons, c'est tout.
-Ne les prenons pas pour des tanches, Edgar.
-Personnellement, je m'en fiche, le roi est juste derrière, alors j'y vais!


Midori ouvrit la porte et rentra directement, sans même vérifier que personne n'attaque par surprise. Voici la pièce royale. Entièrement faîte en pierre, beaucoup de draps rouges recouvraient la pièce. Le siège du trône tout d'abord, le tapis au sol, ainsi que beaucoup de rideaux. La pièce était justement coupée en deux par un énorme drap rouge, placé juste derrière le trône. Le trio se mit à observer partout. Pas de roi. Pourtant, les ampoules cachées dans de magnifiques lustres éclairaient entièrement l'endroit, alors que la pièce d'avant était plongé dans l'obscurité.


-J'arrive, j'arrive! J'apporte le thé.


La voix venait en direction du trône. Un homme sortit de derrière les rideaux, et pas n'importe quel homme. Il était entièrement drapé dans des habits rouges. Que ce soit les tissus de ses vêtements, ses épaulières, ses protège-tibias en acier ou ses plaques sur les bras. Par ailleurs, ses bouts d'armures avaient des bandes d'un jaune doré signifiant bien sa position sociale. Celle de Roi. D'autres attributs étaient tout aussi formels, que ce soit sa longue cape à fourrure blanche, sa couronne ou encore la blondeur de ses cheveux et de sa barbe.


-Je ne m'attendais pas à recevoir des Médiateurs aujourd'hui, mais soit! Êtes-vous avancé dans votre quête? Je veux dire, par rapport à l'attaque qui-


Midori l'interrompit net; elle écrasa violemment son hallebarde sur le sol. Le roi prit un air surprit, comme s'il ne savait pas pourquoi.


-Trêve de conneries, lança-t-elle. Vous niez entièrement toute implication dans cette attaque. Je veux que vous proclamiez haut et fort que vous en êtes l'auteur.
-Mais pourquoi voulez-vous que je sois à l'origine de cette attaque? J'en ai parlé à dame Julia. Ce n'est pas ma lettre, absolument pas!
-Assez! Il y a le sceau royal, votre signature. On a regardé d'anciens documents, l'écriture est la même que la vôtre. C'est vous! Avouez-le!
-Messieurs dame, je vous prie de vouloir quitter ce château. Je ne peux pas prouver avec de vrais faits que votre accusation est falacieuse. Soit. Mais si vous persistez, je vais devoir m'occuper de vous, et je ne le veux absolument pas!
-A nous trois, nous allons vous dégommer. Vous n'êtes qu'un simple humain, lança-t-elle sauvagement. Nous sommes génétiquement modifiés! Nous sommes-


En ayant assez de cette crise de supériorité, le roi, Tamriel de la lignée de Foxhound, pointa sa main vers le groupe et tira une boule de feu. Le sort vint se fracasser volontairement sur le fusil de Vassili. L'arme fut envoyée contre un mur et rendue inutilisable.


-Midori, calme-toi, ce n'est pas un simple humain non plus!


Malgré la remarque d'Edgar, elle ne réagissa pas. Tant qu'elle n'aura pas vengé son mari, elle ne se calmera pas. Pourtant, ce que venait de faire leur ennemi était tout bonnement incroyable. D'où peut-il tirer une boule de feu? Ce pouvoir, réservé aux Médiateurs nés dans les années 1990, ne devrait pas être accessible à un roi né dans les années 1970.

L'homme se dirigea vers un mur et appuya sur un bouton. La seule énorme porte permettant d'entrer et de sortir se referma. Puis il se saisit de l'arme qui était juste au dessus de lui. Une barre d'acier longue d'un mètre, sur laquelle se trouvait une énorme lame d'un autre bon mètre. Il fit alors quelques pas pour se placer devant son trône. Là, il leva son arme. Une bonne dizaine de mètres devait le séparer des Médiateurs. Puis il mit un coup dans le vide. La puissance était telle qu'une sorte de rayon invisible s'en échappa. Il ne faut pas se leurrer; un système électronique intégré dans son arme l'assistait. Mais ce qui en sortait était suffisamment fort pour faire s'éjecter Edgar et Vassili sur le mur derrière eux. Midori quant à elle avait à peine reculer; elle voulait ce combat juste pour elle.


https://www.youtube.com/watch?v=h-iAPNfg7kA


Elle se mit à courir vers le roi et sauta par dessus-lui pour le frapper. Il bloqua, et tenta à son tour de l'avoir, mais elle fit un énorme bond sur sa gauche pour l'éviter. S'en suivirent un échange de coups de lames. Personne n'avait l'avantage, mais comme ses jambes n'avaient pas reprit leur équilibre suite au saut, elle était obligé de reculer. Finalement, la Médiatrice plongea à nouveau sur sa droite pour esquiver un autre coup. A peine se releva-t-elle qu'elle dû contrer une boule de feu de Tamriel en en lançant une autre.

La lumière émise l'avait un peu aveuglée, mais elle entendait très bien que son opposant courait vers elle. Elle posa son pied sur le trône Royal, et poussa pour faire un autre énorme bond. Midori termina derrière le roi, mais il s'était déjà retourné pour contrer son hallebarde. Leurs armes bloquées, tout les deux se mirent à forcer le plus possible pour avoir le dessus sur l'autre. Malgré le fait qu'il soit plus grand, il n'arrivait pas à dominer. Il se mit même à reculer tellement la pression était forte. Elle était tellement confiante au fait qu'elle allait l'avoir qu'elle se mit à grogner légérement tout en prenant une expression monstrueuse. Cependant, ce fut au tour du pied de Tamriel de se bloquer sur son trône.

Il vit qu'elle fut surprise, alors il en profita pour lui mettre un coup de boule, attraper son arme, puis il plaça son pied sur son ventre pour l'éjecter violemment. Elle s'écrasa cinq mètres plus loin, désarmée. Venant tout juste de réaliser qu'il avait réussi son mouvement, le roi se mit à la regarder.


-C'est terminé. Je vous donne une dernière chance pour vous en aller...Je vous en supplie...


Accroupie, la Médiatrice releva à peine sa tête, le regarda méchamment, et créa une lame bleu et violette, comme la dernière fois. Excédé face à ce refus, le roi lui jeta son hallebarde. Elle donna un grand coup de sa lame contre son ancienne arme, l'envoyant s'écraser sur un mur, puis se mit à courir rapidement vers lui. Alors il donna un énorme coup d'épée. Elle plongea, puis frappa son ennemi à la jambe gauche. S'affaissant sur le coup, il lui mit un coup de pied avec son autre jambe. Elle bloqua avec son arme à énergie, puis fit une roulade pour s'éloigner.

Une fois relevée, Midori tira trois boules d'électricité sur Tamriel. Il les arrêta avec son arme, et les avaient même absorbées. Il pointa dès lors son arme vers Edgar. Il s'apprêtait à relancer ces attaques sur lui, qui ne combattait pourtant pas. Mais il n'y arrivait pas. Il hésitait. Alors il les tira au final sur la Médiatrice. En pleine course, elle se laissa faire, les absorbant, puis bondit sur le roi. Il la frappa en plein vol mais elle para le coup, puis s'écrasa de nouveau au sol.

Il tendit son arme en arrière, et fit comme tout à l'heure; il donna un gros coup dans le vide. Un nouveau rayon invisible et puissant fut lancé. Alors qu'elle se relevait, elle se plaqua elle-même au sol afin d'éviter l'attaque. De son côté, par pur réflexe, Edgar se mit devant Vassili tout en se protégeant avec son épée. Il fut frappé de plein fouet et éjecté en arrière, les deux s'écrasant contre un mur. Le roi venait seulement de réaliser que son attaque s'en prit aussi à deux "innocents".


-NON!


A peine eut-il le temps de dire ça que son unique ennemie était déjà devant lui. Ils s'échangèrent à nouveau plusieurs coups. Cependant, une petite foudre le frappa vicieusement dans le dos, et Midori lui flanqua un coup extrêmement puisant. Il put bloquer juste à temps, mais il lâcha son arme. Alors qu'un coup en pointe allait le transpercer, il eut le réflexe d'attraper l'adversaire par le bras afin de bloquer le coup, et se servit de sa main libre pour lui écraser une boule de feu en plein visage. Elle eut tout de même la vivacité d'esprit de mettre son bras gauche sur son visage pour se protéger au mieux, mais elle tomba de nouveau au sol. Cela ne l'empêcha de se relever immédiatement, et de redonner un autre coup enragé sur son ennemi Royal.

Malheureusement, Tamriel prit une petite épée accrochée au mur, et lui planta dans le ventre. Elle venait de se faire avoir. Elle recula d'un pas, deux pas, son arme à énergie se dissipa, puis elle se mit à genoux. Tamriel reprit son arme, et la fixa. Il ne savait pas quoi faire, mais il commença de s'approcher d'elle. Au dernier moment, il se retourna et bloqua l'épée d'Edgar qu'on venait de lui jeter dessus. Vassili était debout, arme à la main et en garde. Mais il ne bougea pas. Le roi, qui lui aussi était en position, ne bougea pas d'un poil. Puis il se mit à baisser son arme. L'autre fit de même. Sans rien dire, les deux hommes se comprenaient, ne voulant pas en arriver là.


Fin du thème.


Un des grands rideaux qui séparait la pièce en deux s'affola, quelque chose venait de le traverser. Une explosion verte se créa derrière Tamriel. Quelque chose venait de frapper le roi par derrière. La force était telle qu'il se mit à tomber sur Vassili. Par réflexe, il lui enfonça son épée dans l'abdomen. Arrêté en plein dans sa course, il se mit à fixer ce qui venait de lui rentrer dedans, puis tomba à genoux. Une fois l'arme retirée, il posa tout son corps sur le dos.


https://www.youtube.com/watch?v=6BSdb9186QI


N'ayant rien comprit à ce qui venait d'arriver, à ce qu'il venait de faire instinctivement, le chercheur se mit à fixer l'acier de son arme sur laquelle le sang Royal était en train de couler. Pourquoi a-t-il fait ça? Abasourdi, il mit un peu de temps avant d'oser le regarder. Il semblerait qu'il n'était pas mort. Pas encore. Il se mit même à soupirer alors qu'il baignait dans une flaque rouge.


-...Mon Roi, pour vos derniers mots...Dîtes-moi que ce n'est pas vous qui avez...Qui a rédigé le message...Celui qui a ordonné l'attaque?
-Non...Si je voulais que l'on tue tous les Médiateurs...Pourquoi ne vous ai-je pas tué...Attaqué...Ou appelé la garde? ...


C'était vrai. Il aurait pu alerter la garde pour qu'on vienne l'aider en plein combat, mais il ne l'a pas fait. Il leur a sommé de s'en aller à plusieurs reprises pour les épargner. Il semblerait au final que le roi soit totalement innocent dans cette affaire. Mais au moment même où ce fait venait d'être prouvé, il ne donnait plus aucun signe de vie.

Après quelques secondes, le temps de s'en rendre compte, Vassili se releva. Alors qu'elle venait de retirer la lame hors de son corps, Midori utilisa son propre sort de feu afin de cautériser la plaie. Elle avait perdu du sang, mais rien de bien grave. Alors elle se mit à le regarder.


-Tu n'as plus beaucoup de temps. Dégage d'ici, il faut que tu arrives à temps pour que mon père t'éloignes de ce pays. Tu veux bien...?
-Je ne vais pas vous abandonner ici, non?
-On fera croire qu'on s'est fait attaquer, c'est tout bête, non?


Après avoir dit ça, elle se mit à sourire. Mais ça ne le faisait pas broncher. Au contraire, il se retourna directement et s'en alla. En courant. A peine passa-t-il le seuil de la porte qu'une voix se fit entendre.


-Bientôt, mon ami lui racontera tout ce qu'il a à savoir. Bientôt.


Encore agenouillée au sol, Midori regarda derrière elle. Toujours dans son armure grise et bleu resplendisante, Priam poussa les rideaux et fixa vers là où Vassili était parti.


https://www.youtube.com/watch?v=M0wifumw9SE


-Aujourd'hui, je suis allé au-dela des règles qui me sont fixé par ma hiérarchie. Cela fait du bien.
-Les règles? Que...Quelles règles? demanda-t-elle.
-Depuis le vingt-quatre décembre 2022, le Conseil a décidé que nous n'avions plus à intervenir pour te sauver la mise, Midori. Mais moi j'en ai décidé autrement. Au prix d'une vie qui ne méritait absolument pas ce sort.
-Le...Roi?
-Exactement. J'espère que le prince héritier sera à la hauteur.
-Et pourquoi tu...Veux absolument me sauver?
-Je ne sais pas, répondit l'alien. Je ne sais pas. Pourtant c'est en grande partie de ta faute, pour ce bon Tamriel. Si tu l'avais écouté, rien de tout cela ne serait arrivé. Je suis très mal placé pour dire ça, mais sache qu'il faut réfléchir avant d'agir. Ta hâte aura participé à cette mort innocente. Que tu aies bien cela en tête avant de poursuivre tes recherches, mon amie.
-Alors c'est la faute de...Oui, c'est la faute de Fafnir!
-Je t'ai dis de réfléchir avant de te hâter. Ce n'est qu'un pion. Le véritable responsable, tu ne t'en doutes pas absolument pas. Oh non.
-Alors c'est qui??
-Vassili te racontera l'histoire quand il reviendra. En attendant...


Il ouvrit sa pince-canon et la posa sur le torse de l'humaine. Puis il tira. Il venait tout juste de l'assommer. Quand les gardes arriveront, ils déclareront Edgar et Midori comme ayant tenté de sauver le roi, en vain. C'est le travail même des Médiateurs, après tout. Malgré son discours d'une grande froideur, Priam se mit à regarder le cadavre du roi plusieurs secondes avant de s'en aller. Mais quelque chose lui avait attrapé le pied. Malgré le sang qu'elle avait perdue, Midori n'était pas encore inconsciente.


-Qui est-ce qui...Connait cette histoire?
-Un grand ami à moi, que tu apprécieras quand tu le connaîtra. Je peux te le garantir.


Ayant eu la réponse à sa question, elle lâcha prise. Des gardes approchait. Après avoir soupiré, l'alien s'en alla au plus vite avant d'être repéré.

___________________________

Quelque part, dans une pièce dont la lumière était en partie bloquée à cause des volets, un homme légérement habillé était couché le long de son énorme lit double en bois. Il chantait quelque chose comme "Bamboléooooo, bamboléoooooo". Puis il éternua. Il se leva, se dirigea vers sa fenêtre, et se mit à regarder. Deux personnes très familières approchaient. Il savait donc ce que ça signifiait pour lui.
Il était temps de tout raconter.

Clésé: Kept you waiting, huh?

Puis il éternua. Encore.


_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Elue d'Iblis (admin)
Elue d'Iblis (admin)
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : Au QG de la Sainte-Cerise

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Dim 7 Mai - 11:47

Ça me fait du mal de voir Midori comme ça vu son caractère avant :( mais bon c'compréhensible. *tg*

"-Ecoute, ta maman ne se sent pas très bien. Tu peux la laisser pour aujourd'hui?
-Mais pourquoi qu'elle veut pas dire où est papa?
-On te l'a déjà dit, au travail.
-Mais pourquoi qu'il y est allé la nuit et qu'on l'a pas revu?"



Lemmy...Klara...


MAIS OUI LEMMY J'Y AVAIS JAMAIS FAIT LE RAPPROCHEMENT PUTAIN TOUT EST CLAIIIIIIIIR AAAAAAAAAAAAAAAAAH POURQUOI J'AVAIS PAS TILTE AVANT MALGRE TOUT CE QU'IL Y AVAIT DANS SA FIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIICH- *explose*
Lemmy ce petit génie <3 *tg*


J'viens de remarquer un truc marrant. La description du roi Tamriel m'a fait penser à Asgore  (puis son caractère y ressemble aussi) (et son sort *tg*)




"-Un grand ami à moi, que tu apprécieras quand tu le connaîtra. Je peux te le garantir." CLESEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE- *tg*


Alors ça, j'crois que ça doit être un des plus beaux chapitres de fiction que j'ai dû lire Clésé  fluide, joli, bien ficelé, on suit l'action et on en comprend les enjeux, j'ai adoré  

Et puis la fin putain. Cette hype. CE CON QUI CHANTE BAMBOLEO CA M'A TUE. *tg*


Après je sais juste pas si j'ai pigé qui étaient les "deux personnes familières" *je relirai au pire*, mais omg c'est trop classe quoi Et tu m'as redonné du punch pour écrire de mon côté, je t'en remercie l'ami *tg*




Après je pense aux fiches que t'as fait pour le futur mais je sais plus si tu avais parlé de Kana ou non *je relirai ça aussi*, mais si non, j'me pose des questions quant à son sort

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate

"Deux hommes regardent à l'extérieur au travers des mêmes barreaux: l'un voit la boue, l'autre les étoiles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Lun 8 Mai - 15:05

Quasiment la même réaction que Fan concernant la discussion entre Kana et Midori, pauvre enfant.

Quant à l'enfant Lemmy, j'ai tout de suite compris à qui tu faisais allusion, c'est plaisant voir un turfu plus jeune ...Surtout que là....il m'a quasiment fait peur /PAN/


Le combat contre le roi faisait mal, genre, vraiment, d'un côté je riais parce que j'étais sûr que Midori allait faire des conneries et que ça allait pas être lui, c'était aussi triste que quelqu'un soit mort pour rien, grâce à la bêtise humaine (lol considérer les médiateurs -surtout Midori- comme des humains /PAN/)


Et voilà, la leçon de Priam revient au même, ET OMG CAMEO DE CLÉSÉÉÉÉÉ /PAN/


Suite très intéressante, adieu Vassili.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   Mar 16 Mai - 0:37

Chapitres de transition de la partie 1 à 2





Chevrigny, le vendredi 6 janvier 2023. Ce pittoresque village de campagne de 1000 habitants, situé en Lise, est composé de quelques maisons en bois, bien espacées les unes des autres, et généralement installées sur des petites collines. On y trouve beaucoup d'arbres, notamment des sapins, énormément d'herbes, peu de terrain boueux, et une seule route pavée. Ici, c'est la nature qui règne. Pour chaque ménage se trouve une voiture, des fois deux, et toutes sont plus ou moins recouvertes de boues, preuve de la domination du naturel sur la technologie.
Il est 14 heures, et le ciel est recouvert de nuages gris, donnant par la même occasion un peu de brume. De retour dans ce qu'Asheland appelerait "l'Extérieur", Vassili marchait aux côtés de sa soeur sur la route bétonnée du village. Ils n'avaient pas grand-chose à se dire, étant donné qu'ils continuaient de se parler pendant leur "séparation".


Amélie: Et au fait? Content de revenir du côté technologique?
Vassili: Plutôt ouais.
Amélie: Je vois. ALORS POURQUOI TU VEUX DEJA Y RETOURNER?
Vassili: On en a déjà parlé, j'ai plein de questions sans réponses :/
Amélie: Pffff :éwè: *S'arrête* Hey, faut prendre à gauche, là.
Vassili: Ah...J'avais oublié qu'il vivait par là.
Amélie: Parce que tu venais déjà pas beaucoup le voir avant, et en plus maintenant tu viens plus, donc forcément hein :/
Vassili: Oui, ben on se le tapait déjà en cours, j'allais pas non plus aller chez lui tous les week-ends :/
Amélie: Mais je croyais que tu l'admirais quand même un peu au final? Un tout petit peu?
Vassili: Et des fois il m'emmerde, c'est tout. :/
Amélie: Mais là t'as bien envie de le voir?
Vassili: Bah depuis le temps, ouais.
Amélie: Ahaaaah X3
Vassili: Mais j'ai des questions à lui poser, surtout.
Amélie: ... :<
Vassili: Maiiis...Je sais que c'est cette maison *En pointe une*
Amélie: C'est ça en plus, tu as reconnu la maison 8D
Vassili: Non, la voiture seulement.


Exaspérée par cette petite remarque, elle passa la première pour aller frapper à la porte. D'ailleurs, en passant à côté, Vassili se mit justement à jeter un coup d'oeil dans la voiture grise, ce qui le fit sourire sur le coup.
La maison se distinguait des autres par le fait qu'elle n'était pas installée en plein sur une bosse, mais plutôt sur le côté de la colline, créant un petit chemin allant vers le jardin. Elle est aussi entourée par les arbres, délimitant son territoire par rapport à la maison voisine. Et sur la gauche du bâtiment, il n'y a pas de deuxième voisin, mais plutôt la rasse campagne. Pour atteindre la porte, il fallait marcher sur de la boue. C'est pas génial, mais bon, on fait avec.

Celui qui habitait ici était bien connu par Amélie et Vassili puisqu'il s'agissait de leur ancien prof de fac. Très cultivé, il arrive parfois qu'il ait des agissements assez...Etrange. Tout du moins, pas ce que l'on attend de la part d'un "intellectuel", en somme. Quand bien même, ses façons d'enseigner ont toujours été très efficaces, en faisant quelqu'un d'apprécié. Ce personnage ne nous est par ailleurs pas complétement inconnu. Il a été présenté à plusieurs reprises comme ayant des connaissances que très peu de personnes ont sur Terre. Notamment sur ceux qu'on appelle les narshiens et les terrianais. Il ferait même parti de ce peuple-ci.
La porte s'ouvrit. Le duo s'attendait à tout, sauf à se recevoir un seau de flotte sur la tronche. Pendant quelques secondes, ils ne bougèrent pas. Puis ils finirent par ouvrir les yeux, l'air énervé, ou plutôt blasé. Ils ne s'attendaient pas non plus à ce que l'homme de prestige qu'ils connaissaient tant ait ses cheveux châtains complètement en bordel, ni qu'il soit aussi mal rasé, ni qu'il soit en t-shirt/caleçon.


Clésé: *Baisse son seau* ...Ah tiens, c'est plus l'autre connard
Vassili: Je suis absolument RAVI de te revoir.
Amélie: ...Moi de même :/
Clésé Eh oh ça va, depuis ce matin y'a un commercial qui essaie de me vendre ses merdes. Je voulais l'accueillir comme il se doit cette fois-ci, mais c'est vous, je savais pas 8D
Amélie: Mais je t'avais prévenu, voyons. PLUSIEURS FOIS :/
Clésé: Oui bon ça va, je l'avais écris sur mon hayonne, mais je sais pas où il est. Heavy est pas contente en ce moment, elle me l'a paumé exprès :/ Bon aller, rentrez et séchez vous 8D
Amélie: *Rentre* ...Pourquoi tu es juste en caleçon et t-shirt au fait?
Clésé: Première semaine en presque 8 ans que je suis enfin seul chez moi. Je voulais en profiter, mais vous avez écourté mon plaisir. Ah et j'ai eu la décence de mettre le caleçon avant de vous ouvrir :/
Amélie: ...
Clésé: Aller, vas te sécher :/


Deux séchage, un habillage et quelques minutes plus tard, ils s'asseyèrent sur le canapé du salon.


Clésé: Bien. Maintenant qu'on est tranquille, tu peux me raconter ce que tu as fais toutes ces années là à Asheland
Vassili: Justement, pourquoi tu ne voulais pas en parler via les hayonnes?
Clésé: Je doute de la sécurité en ligne des hayonnes. Notamment à cause d'Hasker.
Vassili: ...Qu'est-ce que le père de Midori a à voir avec ça?
Clésé: Pas lui directement, mais il peut avoir accès à nos discussions grâce aux narshiens. Enfin, nous aussi si je n'avais pas la flemme de hacker tout ça
Vassili: ...C'est quoi cette histoire de narshiens et d'Hasker?
Clésé: ...Tu ne sais pas?
Amélie: Moi non plus °^°
Clésé: Ah mais alors...Quand vous me demandiez certaines questions, vous vous foutiez pas de moi alors?
Vassili; Non. Qu'est-ce qu'on est censés savoir?
Clésé: Vous ne connaissez pas le lien entre Hasker et les narshiens? Vous savez pas...Vous ne savez pas pourquoi Asheland et Velentgrad sont bloqués dans le temps? *N'a pas de réponse* ...Vous ne connaissez pas l'histoire de vos origines?
Amélie/Vassili: ...Non?
Clésé: Oh merde...Je croyais qu'on vous l'avais déjà dit Je sais, je vais appeler "quelqu'un", et on va vous raconter tout ça, bougez pas 8D


Il s'en alla dans l'autre pièce pour justement faire son appel, laissant ses deux invités sur le canapé.


Vassili: "L'histoire de vos origines", la vache, il nous a lancé ça tellement naturellement
Amélie: Tu crois qu'il sait...Vraiment nos origines? °^°
Vassili: On le saura bien en l'écoutant, non?
Amélie: Oui, mais pourquoi lui il le saurait plutôt qu'un autre?
Vassili: On le saura en écoutant, j'ai dis Et puis, c'est cette autre personne qui m'intéresse. Tu as une idée de qui ça pourrait être?
Amélie: Hum...Nan.


Clésé revint juste après. Alors, pendant 2h30, Vassili raconta donc ce qu'il avait fait, dans les grandes lignes. Il ne rentra pas dans les détails concernant le mode de vie ashelandais, sauf si nécessaire, ni sur la raison de la venue des migrants efsanais. "Tu n'auras qu'à regarder dans mon rapport final :/" était une raison suffisante pour ne pas perdre trop de temps en explication. Il insista surtout sur les Médiateurs. Notamment sur le fait que ces personnes là soit en général plus performantes physiquements que la moyenne humaine. A la fin, l'hôte donna sa conclusion à cette histoire.


Clésé: Et bah j'aimerai pas y vivre
Vassili: J'ai pleins de questions sans réponses. A moins que la personne que tu ne comptes inviter n'y réponde?
Clésé: Oh, mais tu auras beaucoup, des réponses Il ne vient que demain, par contre
Amélie: Justement, comme on a pas de toit dans ce pays, tu voudrais bien nous...Héberger? 8D
Clésé: J'y ai pensé, on va se faire un deal. J'ai les deux petits qui grandissent bien, et qui auraient besoin d'une chambre à eux. On a le grenier à l'étage qu'est géant, où on a entassé quelques trucs qui servent à rien. Mais c'est ultra poussiéreux, tout ça, tout ça. Du coup, vous vous occupez de bien réamménager le grenier et ça fera vos chambres provisoires. Ok?
Amélie: PARFAIT *S'en va à l'étage*
Vassili: *Se lève bien plus lentement*
Clésé: Dis voir, quand tu disais que ta pote là, Midori, qu'elle était aussi active que ta soeur. C'est vrai? :3
Vassili: Oui. Enfin j'ai bien peur que ça ne soit du passé, ça.
Clésé: Oh?
Vassili: La perte de son mari. Tu réagirais comment toi, à sa place?
Clésé: Je ne sais pas. La différence, c'est que j'espère pour le tueur qu'il aime la pénétration anale avec une barre de fer chauffée à blanc, par exemple.
Vassili: ...Ah ouais.
Clésé: Il y a un temps pour déconner, un où on ne déconne pas. Mais bon, là on est dans la supposition, alors dépêche-toi de la rejoindre


Il n'a pas tort. Du coup Vassili monta à son tour. Ce que Clésé venait de dire, c'était ça qui était admiratif chez lui. Un parfait couillon au premier abord, mais quand ce n'est plus le moment de rire, ce n'est plus le moment. Un peu comme Edgar finalement. Et encore, c'est encore plus prononcé, sur les deux côtés.
Bref, en rentrant dans la chambre, le constat fut alarmant; c'est EXTRÊMEMENT POUSSIEREUX.


Amélie: T'as vu le désastre? J'ai même vu une araignée, elle était grosse comasse oO
Vassili: Je vois. Ca nous prendra combien de temps à arranger tout ça à ton avis?
Amélie Ben tout dépend de l'histoire qu'on nous raconte mais...Quelques jours pour que ça soit tout beau 8D Par contre on a beaucoup de matelas, mais pas de lit à proprement parler :<
Vassili: Si, y'a les bois de lit là, faudra les monter soi-même. Ca va être beau.
Amélie: Ah oui. Allez on s'y met


Presque une heure après, ça n'avait pas beaucoup avancé. Mais vraiment pas. Clésé rentra dans le grenier avec un sac en plastique. Elle, elle était sur son portable et lui en train de regarder par la fenêtre.

Clésé: Je vois que ça bosse dur
Amélie: Oui. Il arrive pas à bosser, je sais pas pourquoi :/ Enfin moi non plus j'en fous pas une du coup
Vassili: Pour rien, t'inquiètes.
Clésé: Ah oui? Ou tu penses à ce roi que t'as tuer?
Vassili: ... :/
Clésé: Mais t'inquiètes, ça te passera. C'est le genre de chose qui arrive sur un champ de bataille, je ne le sais que trop bien. Mais bon, t'es solide mentalement, donc ça te passera vite. Je me souviens tout particulièrement d'un jour, ça avait commencé avec Cam' qui avait jeté un pot de nutella sur Peach. Du coup Papy Champi est arrivé et-
Amélie: *Lui fait signe de se taire*
Clésé: ... :/ Sinon, comme je sais que vous aviez beaucoup joué dessus, je vous ai retrouvé une Koopastation 1, la KS one Elle marchera certainement sur cette vieille télé qui a encore un câble périphérique.
Amélie: *Regarde dans le sac* Naaaaan *Prend la console* Propriété de...Ned Flanders?
Clésé: Emprunt indéfini
Amélie: ...
Clésé: Mais non, je l'ai trouvée pas cher au marché et j'ai fais cette étiquette, c'est tout :/
Amélie: ...Ah 8D *Prend le sac qui a les câbles*
Clésé: Comme ton frère n'a pas l'air de vouloir décoller de la vitre, vous devriez aller faire un tour à la boulangerie, on a plus de pain. Au vu de l'heure qu'il est d'ailleurs, vous allez rencontrer quelqu'un qui est sur le chemin du retour
Amélie: Ok 8D


Ils sortirent donc tous les deux prendre l'air.


Amélie: Il a raison, il faudrait que tu arrêtes de penser au roi. C'est malheureux, mais personne n'y peut rien :<
Vassili: Je sais bien, mais c'est plus facile à dire qu'à faire, quand on l'a sur la conscience.
Amélie: Eh oui...
Vassili: Raah, et cette boue qu'on doit se taper pour rejoindre la route, c'est chiant BORDEL.
???: Ah ah, si ma terre te plaît pas, t'as qu'à retourner en ville éwé


Vassili, qui constatait tout d'abord la boue sur ses chaussures, s'arrêta de marcher, releva la tête puis regardit sur sa gauche. Il venait littéralement de se faire engueuler par un gamin de 7-8 ans aux cheveux noirs. Et qui revenait visiblement de l'école.


Vassili: Eh bien...Désolé que tu n'aies pas aimé ma remarque, mais c'est ce que je pense. *Se baisse à son niveau* Et c'est pas un superbe accueil que me fais pour mon retour, non?
???: Euh, je....Amélie, j'aime pas ton nouveau petit copain éwé
Amélie: Héhé, désolé Aaron, mais c'est Vassili que tu n'as pas reconnu ^^'
Aaron: ...JE LE SAVAIS EN PLUS=(( *Lui saute dessus*
Vassili: *Manque de se casser la gueule, se relève* Bah dis donc, t'as pris en force en presque 3 ans toi, non?
Aaron: Ouiiiii Et en plus papa m'avait pas prévenu
Vassili: Il ne s'était pas prévenu non plus.
Amélie: Tu tombes bien. On devait aller à la boulangerie, j'ai dis que je savais où c'était, mais...Je sais plus en fait 8D
Aaron: Je pose mon sac puis je reviens *Rentre en courant*
Vassili: Je savais pas qu'il m'appréciait comme ça, tiens.
Amélie: Tu te sous-estimes trop, parfois
Vassili: Si tu le dis.


Et donc, quelques minutes plus tard, ils étaient de retour avec du pain.


Clésé: Vous avez pas trop traîné, à ce que je vois
Aaron: P'pa, j'ai appris un truc super intéressant aujourd'hui 8D
Clésé: Vas-y dis moi?
Aaron: Il paraît que quand t'es tout seul, tu es pas très habillé?
Clésé: ...Si tu en touches un mot à ta mère, ça va mal finir, ok? :/
Aaron: Alors ce soir tu fais boulettes
Clésé: Marché conclu :/
Aaron: Cool *Monte à l'étage*
Clésé: *Regarde Amélie* Merci beaucoup de divulger des informations vitales, j'ai l'air de quoi moi? :/
Amélie: C'est pas moi c'est Vassili D8
Clésé: Faux. Entre vous deux, il n'y a que toi qui peut-
Vassili: Ah nan nan, c'est moi.
Clésé : What? Pourquoi?
Vassili: Oh rien, j'apprends juste à devenir proche avec ton fils *Passe à côté de lui* *Prend un sourire sadique quand il est derrière*
Amélie: Bon ben euh...Nous on va remonter hein ^^'
Clésé: Ouais ouais. A table dans deux heures, au fait 8D


Après avoir gravit les escaliers, ils traversèrent le couloir pour pouvoir rejoindre le grenier qu'ils transformaient en chambre. Par contre il ne s'attendaient pas à voir un pull noir s'écraser contre un mur.


Amélie: Ah j'ai deviné *Regarde dans une pièce* Aaron qu'est-ce tu fous bordel? :/
Aaron: *A moitié nu* Bah je fais comme papa, tiens 8D
Amélie: Déjà, ça se fait quand on est seul...ET C'EST PAS OBLIGE DE LE FAIRE éwé Et ensuite on est en hiver. Tu te plains tout le temps d'avoir froid, et ben faut pas chercher :/
Aaron: Mais alors je pourrai le faire quand, moi? D8
Amélie: Quand tu seras grand, dans ta maison, et si tu es aussi dingue que ton père :/
Aaron: Adulte, hein...


-PENDANT CE TEMPS, EN 2045-


Clésé: *Se ballade oklm dans le Burgondie*
Aaron: *Passe en caleçon, sans rien d'autre* Salut
Clésé: ...Si jamais je me réincarne un jour en gardant ma conscience, actuelle, faudrait que j'évite d'abandonner ma progéniture trop jeune :/


-RETOUR AU TYL QUI EST LE PRESENT. ENFIN EN 2023-


Amélie: Et tu te dépêches :/
Vassili: Ou sinon, profites-en pour mettre des habits sales et viens nous aider ranger, tu veux bien faire ça?
Aaron: Han ouais trop cool Mais pourquoi des sales?
Vassili: Bah tu vas pas mettre des habits neufs pour les détruire inutilement, non?
Aaron: Aaaah, je vois...J'arrive


Le frère et la soeur retournèrent ensuite dans leur chambre pour voir ce qu'ils comptaient faire.


Amélie: Bon, on va dépoussierrer chaque objet et les entasser tout à gauche. Ensuite on met des rideaux pour couper la pièce en deux, avec une partie grenier, et tout le grand reste sera la chambre 8D
Vassili: Une pièce coupée par des rideaux?
Amélie: Ouais 8D
Vassili: Comme la pièce du trône royal où j'ai tué le roi?
Amélie: Tu vas pas repenser à ça? éwé
Vassili: J'y peux rien. :/
Amélie: Bon...Les bois de lit, les matelas, la télé et ce vieux meuble en bois vont pas à gauche, on les garde pour la chambre. On fera un beau truc, j'en suis fière d'avance
Aaron: *Arrive* Ta-daa
Amélie: ...Nan mais tu rigoles toi, cette salopette est toute neuve :/
Aaron: Bah plus vite je la détruis, moins je la porterai. Et c'est mieux comme ça
Amélie: Retourne te changer éwé
Aaron: Rooh, pour une fois que j'avais une bonne idée :< *Repart*


Une demi-heure plus tard, ils avaients plutôt bien avancer dans leur travail. Pas mal d'objets étaient déjà dépoussiérés et mit sur la gauche, comme prévu. En retirant un cadre qui n'avait aucune photo, Vassili put apercevoir un tissu bleu, avec un tout petit peu de jaune. Intrigué, il retira le drap pour mieux voir de quoi il s'agissait.


Vassili: Tiens mais, mais c'est le drapeau de Breskima ça?
Amélie: Euh ouais, enfin je suis pas étonné, il avait aussi participé à la crise, à l'époque 8D
Aaron: Qui a participé à la crise économique?
Amélie: Mais non, la crise de Breskima Et c'est ton père, enfin non, tes parents même
Aaron: Aaaah
Vassili: *Retire un autre drapeau* Par contre, je saurai pas dire pourquoi il a le drapeau de la Westgalle.
Amélie: Non plus, une idée toi?
Aaron: Non, mais il est trop beau le dragon dessus
Vassili: 'Tain, mais ils les collectionnent les drapeaux *En tire un autre* Celui de la Sudafi, bizarre aussi tiens *En tire encore un* ...
Amélie: Je connais pas ce drapeau
Vassili: C'est celui d'Asheland
Amélie: ...Quoi? D8
Vassili: Ah ben oui, noir avec la croix blanche et une ligne rouge, y'a pas photo. Juste...What?
Aaron: Je crois...Ah mais si, maman y était allé il y a trèèèès longtemps
Vassili: Pardon?
Aaron: Oui, même qu'elle était enceinte de moi
Amélie: Elle s'y est invité comme ça, easy, et on l'a jamais su? Ah ben bien :/
Vassili: On verra ça plus tard. Mais c'est vrai que c'est bizarre...
Aaron: *Tire un dernier drapeau* Wow, en rouge comme ça c'est classe *L'ouvre* TROP BEAU, JE LE VEUX POUR MA CHAMBRE
Amélie: ...Un drapeau nazi?
Aaron: Et c'est bien comme pays ça, la Nazie? 8D
Vassili: C'est pas vraiment, enfin non tu peux pas l'avoir pour toi, il doit rester caché celui-là :/ J'ai bien envie de savoir ce qu'il fout avec en tout cas.
Amélie: Cette horreur, on va la mettre...En haut de ce meuble, et on en entend plus parler, point barre éwé
Vassili: Truc marrant, on est trop petit pour atteindre le haut du meuble :/
Aaron: C'est pas dur, regarder 8D *Escalade l'étagère* *Balance le drapeau en boule* Voilà c'est fait ^^ *Sent un truc sur sa jambe* AAAAAH *Tombe*
Amélie: D8 *Le rattrape, puis le pose au sol* Ca va? °^°
Aaron: *Regarde sa jambe droite qui saigne* Je sais pas ce que j'ai fais
Amélie: Oui ben...Ben je t'avais dis de ne pas venir nous aider en short, aussi :/
Aaron: Et si j'étais resté en salopette, ce serait pas arrivé éwé
Vassili: Tu t'es frotté contre un clou qui dépasse de l'étagère, dans tous les cas t'étais perdant *Le prend par la main pour le relever* Viens, on va désinfecter ça.


Une fois dans la salle de bain.


Aaron: Mais c'est le produit qui pique, ça D8
Vassili: Oui et alors?
Aaron: *Met sa main sur sa plaie* J'veux pas :<
Vassili: Nan mais tu n'as pas le choix, en fait. Tu trouves que ça fait mal? Une fois je l'ai fais avec de la vodka.
Aaron: ...Et ça fait mal? :<
Vassili: Tu MORFLES.
Aaron: ...Et tu l'as vraiment fait? D8
Vassili: ...Non. Mais je pense que ça fait mal. Bref, maintenant tu vas me montrer que tu n'es pas un bébé, d'accord.
Aaron: ... *Respire un grand coup et enlève sa main* Aller vas-y éwé
Vassili: Ok *Pose le coton sur la plaie*
Aaron: *Ferme ses poings* ... Hey, ça fait pas mal
Vassili: Oui, ce coton là n'a rien, c'est pour enlever le sang qui a coulé.
Aaron: ...Ah?
Vassili: *Voit qu'il regarde ailleurs* *Pose très rapidement le coton imprégné du produit désinfectant*
Aaron: AAAAAAAH
Vassili: *Retire le coton* Et voilà, tout un cinéma pour ça, je vous jure :/
Aaron: TRAITRE
Vassili: J'ai fais ça pour ton bien. Aller viens, on retourne bosser.
Aaron: J'arrive :/ *Se lève de la baignoire*


Quelques heures plus tard, ils passèrent à table. Enfin là, on est vers la fin du repas, mais...Mais bref


Vassili: Ah oui au fait, j'ai une petite question. Euh...C'est normal que tu aies un drapeau nazi là-haut?
Clésé: Bah tu t'en souviens pas? C'est le trophée d'un bunker qu'on avait prit en Breskima
Vassili: D'accord. Donc toi tes trophées c'est des drapeaux nazis?
Clésé: On était aussi étonné de le voir, donc on l'a prit, c'est tout
Vassili: Hmm. Et le drapeau ashelandais?
Aaron: Bah c'est maman ça 8D
Clésé: Perdu, c'est celui qui va raconter une "petite" histoire demain qui l'a ramené
Amélie: Sérieux? Cette personne m'intrigue de plus en plus é_é Tu veux vraiment pas nous dire qui c'est?
Clésé: Nan, il arrive demain à quinze heures. Après vous l'avez peut-être déjà vu ^^ Il va vous raconter son histoire, puis après on va vous raconter ce qui s'est passé en Breskima
Amélie: On y était aussi
Clésé: Mais vous étiez plus là vers la fin. Si je vous dis le Ruhenanthropus, ça vous parle? Le bunker caché? Le message inversé? Le rôle qu'a eu Priam?
Vassili: Il y était?
Clésé: Ouais, bien caché Et c'est pareil, vous saviez qui était Saren au final?
Vassili: Nan, j'en ai entendu parler plusieurs fois de ce nom, d'ailleurs.
Clésé: Voilà, donc on vous racontera tout ça, c'est capital pour tout comprendre. Notamment certains détails majeurs sur Asheland.
Vassili: D'accord, mais tu vas pas encore nous raconter de nouveau la pêche à la grenade quand même?
Clésé: Ah si, ah si si si Et j'espère que ça servira de leçon à lui la-bas *Pointe Aaron*
Aaron: ... :3
Amélie: Oh non, tu veux pas faire ça quand même? é_é'
Clésé: Bah tiens, il a carrément recherché sur internet, il était prêt à en faire une artisanale. Du coup je lui ai appris à pêcher normalement pour pas qu'il le fasse. Tu te rends comptes? Mo, qui ait dû lui apprendre à pêcher, à PÊCHER :/
Vassili: Toujours allergique?
Clésé: Ouais. Mais du coup j'ai eu une petite pensée aux français, je veux dire aux dreandalais. Chaque fois qu'on choppe un brochet, j'ai envie de gueuler "PARCE QUE C'EST NOTRE BROCHEEEET"
Amélie: ...On t'en remercie :/ Bon, c'est pas tout, mais j'ai bien envie d'aller rejouer à la KS1 du coup
Aaron: J'peux venir?
Amélie: Ben...*Regarde Clésé* Il a déjà jouer sur de vieilles consoles?
Clésé: Pas en dessous de la ChampiOne, pourquoi?
Amélie: Et vas-y que y'a pas de menu, et vas-y qu'on peut pas jouer en ligne, et vas-y qu'il faut tout le temps mettre un CD, et vas-y que les manettes ont que des fils, et vas-y que c'est moche. Si c'est pour avoir que des remarques comme ça, c'est mort :/
Aaron: J'peux venir alors? 8D
Amélie: Bon ok, mais tu passes pas ton temps à te plaindre, ok?
Aaron: Juré


Plus tard, dans la chambre plongée dans le noir et éclairée seulement par la vieille TV cathodique.


Aaron: Y'a pas de manettes sans fils alors?
Amélie: Mais pour la dernière fois non, arrête de te plaindre *Lui écrase un cousin sur la tronche*
Aaron: *Se relève* Et y'a pas de online?
Amélie: ... T'es pas assez habillé. Ca te va comme réponse?
Aaron: C'est mon pyjama, ça madame éwé
Amélie: Bon, tu m'énerves, je te prends en premier sur Tekken, allez hop :/
Aaron: D'acc, c'est quoi les touches? 8D
Amélie: Je te dis pas car je sais plus, et on est à égalité du coup ^^
Vassili: Tu t'en souviens très bien. Tu veux pas juste gagner, à tout hasard?
Amélie: Pas du tout


Une demi-heure plus tard.


Amélie: *Joue contre Vassili* Il m'a défoncé sur quasiment toutes les manches, nan mais j'y crois pas
Vassili: Il a juste appuyé sur toutes les touches. Tu n'avais qu'à te défendre puis contre-attaquer. Mais nan on m'écoute pas :/
Amélie: *Vient de perdre* ... Et comme si ça suffit pas, il s'endort sur mon lit, nan mais oh :/ Tu connais pas un bon moyen sadique de le réveiller brutalement?
Vassili: Si tu fais ça, il aura aussi gagné contre toi sur le plan psychologique. Sans le vouloir évidemment. Après si tu veux encore perdre face à un gosse, c'est ton choix. Et tu m'as dis que tu voulais faire dans l'armée?
Amélie: Non, pas vraiment, ce serait un contrat avec une armée pour avoir accès à des zones de guerres. En tant que journaliste, ce serait une aubaine
Vassili: Et donc tu as choisi une armée privée pour ça? L'Armée Médicale Philanthrope?
Amélie: Oui, ils me semblent honnêtes et oeuver pour de bonnes causes. Franchement ça me fait plaisir d'y aller Après faut aussi prendre en compte les-*Sursaute* PAS DANS LES COTES *Tombe sur Vassili*
Aaron: C'est pour avoir voulu me réveiller méchamment *Se barre avec une des couvertures*
Amélie: MAIS VIENS ICI *Le poursuit*
Vassili: SI TU FAIS CA IL AURA GAGN-Oh et merde *Se fait une partie en solo*



Enfin bref, faisons une élipse temporelle jusqu'à demain, quinze heures. Entre-temps, ils avaient pas mal avancé sur leurs"chantier", ils avaient quasiment fini de monter les bois de lit, c'est à dire une des étapes les plus importantes.


Amélie: *Lève son marteau* Dernier coup, dernier coup...
Clésé: *Ouvre la porte* C'est l'heure du thé ^^
Amélie: *Se retourne avec son marteau* ATTENTION, NE ME FAIS PAS RATER CE MOMENT HISTORI-


Elle s'arrêta net en s'apercevant qu'elle pointait son instrument sur quelqu'un d'autre. Un vieux monsieur aux long cheveux gris gominés en arrière, dont quelques mèches retombaient sur son front. Ses yeux aussi était gris, une couleur pas très naturelle en somme. Il était en costard, ce qui donnait l'impression d'avoir affaire à un homme riche, mais aussi parce qu'il avait une canne sur laquelle il s'appuyait. Il prit alors la parole avec une voix ayant traversée les âges, mais qui fait preuve d'un très grand calme et d'une certaine stabilité.


???: Bonjour.
Amélie: Ben euh... *Baisse son marteau* Bonjour? ^^'
Vassili: *S'approche* Bonjour *Lui serre la main* On a déjà du se voir une fois, effectivement.
???: Deux fois même, mais vous ne vous en rappelez plus ^^
Amélie: Ah 8D
???: En tout cas, vous ressemblez beaucoup à vos parents *Pointe sa canne vers Amélie* Surtout toi *Sort de la pièce* Allez venez, je suppose que vous l'attendiez, cette histoire
Vassili: Et au fait, vous vous appelez comment?
???: Plisk.
Amélie: *Regarde Clésé* Ah mais oui, c'est ton père D8
Clésé: Exact ^^ D'ailleurs, faîtes pas attention au fait qu'il ait une canne mais qu'il la porte sur son épaule. C'est un foutu hipster, voilà tout :/
Plisk: *Retire une lame de la canne* C'est ça, sa vraie utilité *S'arrête de marcher en bas des escaliers et se retourne* Vous savez d'où ça vient?
Amélie: ...Non D8
Vassili: Fabrication personelle?
Plisk: Perdue, elle vient tout droit d'Asheland. Il y a même une gravure ici *La montre*
Vassili: Je vois. Le drapeau dans le grenier, c'est de vous aussi?
Plisk: Ouais *Rentre la lame dans la canne* Pourtant, l'histoire que je vais vous raconter se passe principalement ailleurs, en 1995 *S'asseoit sur le canapé* Avant toute chose *Pointe sa canne vers Clésé* Tu veux bien ramener Aaron, s'il-te-plaît?
Clésé: Bof, il va rien comprendre. Puis y'a les scènes de sexe aussi :/
Plisk: Tu l'as dis toi-même; il ne comprendra pas. Et c'est important qu'il entende ces histoires plusieurs fois pour les retenir
Clésé: Très bien, tu régleras tout traumatisme occasionné :/ *Retourne à l'étage*
Plisk: Enfin bref, on va pouvoir commencer.

_________________


Première apparition de Priam en fic:
Seconde apparition de Priam en fic:
Partie de la fic centrée sur Priam:
Je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Médiateurs [Fiction]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Médiateurs [Fiction]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SMG :: Chefs D'oeuvres :: Fictions-
Sauter vers: