SMG

L'antre d'un univers de fous. A vos risques et périls.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Fiction] Ardeurs d'esprits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Sam 16 Avr - 1:57

Prologue :
https://listenonrepeat.com/?v=kJ3dex6ymzY#Hilda_s_Despair_-_The_Legend_of_Zelda%3A_A_Link_Between_Worlds

Le bien, le mal. 
Depuis la nuit des temps, l'humanité n'a cessé de se poser des questions autour de ces notions. Qu'est-ce que le bien ? Le mal ? Certaines personnes se disent au service du bien. D'autres n'hésitent pas à se considérer comme mauvaises. Ces personnes mauvaises sont alors jugées peu fréquentables. Les gentils sont considérés comme de bonnes personnes.
De bonnes personnes... Cette expression m'a toujours amusée. Pour la simple et -je pense-, bonne raison que cette expression diffère totalement de sens selon la personne qui l'utilise.
Au fond, peut on vraiment parler de ces deux notions -le mal et le bien-? Est-ce qu'elles existent vraiment ?
N'avons nous pas notre propre notion du mal, notre propre notion du bien ?
Tout au long de ma vie, je me suis posée ces questions. Questions dont beaucoup n'ont jamais réussi à trouver leur propre réponse.
Maintenant, j'ai compris.
Mon histoire, leur histoire, leurs histoires... Nos histoires sont la réponse que j'attendais. 
Il est temps pour moi de vous raconter nos vies. Les vies de personnes qui ont suivi ce que leur « bien », leur coeur leur dictait de faire, même s'il faillait briser la morale en vigueur a leur époque. Quitte a mettre leur vie en danger. Quitte à se condamner, consciemment, ou inconsciemment...
Aujourd'hui, au crépuscule de ma vie, j'espère que nos destins vous aideront dans votre réflexion. 
Des vies, des destins chacun différents de ce que vous devez croire...



_______________
Bonjouuuur (ou bonsoir, comme vous voulez *tg*)
Voilà le début de ma petite fiction qui rassemblera toute l'histoire de mes persos *3*
Elle sera divisée en quelques parties (6, ou plus, je verrai bien), plus ou moins longues, relatant toute l'histoire de mes persos, chaque partie correspondant à une période *3*
Je vous préviens d'avance de ne pas vous attendre à voir tout de suite mes persos "habituels". Bien que Cam aie de l'importance, voire même une importance capitale (cela sera montré le moment venu), ma fiction ne sera pas axée sur elle totalement, ni sur aucun personnage en particulier. Cependant, des clins d'oeil, des détails feront bien évidemment penser à mes zigotos actuels, que vous verrez par la suite
J'espère que vous apprécierez cette histoire et que je pourrai vous donner de l'émotion, quelle qu'elle soit, comme j'aimerais le faire *3*


__________
Sommaire :

Partie 1 : Aube et crépuscule (1481 - 1513) | Page 1
Partie 2 : Folie naissante (1507 - ????)

         Chapitre 1 : Les disciples du vent et de la foudre

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."


Dernière édition par Cam le Lun 27 Mar - 21:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Sam 16 Avr - 2:03

*comprend quand le moment se passe*

"N'avons nous pas notre propre notion du mal, notre propre notion du bien ?
" Ah bah ça tu l'as dit *tg*


C'est un début qui pose bien les notions qui auront de l'importance, court mais agréable pour installer le décor


Et au final le titre est bien choisi :>

Bon ben bon courage pour la suite de la fiction  

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Sam 16 Avr - 21:07

Luna a existé depuis 500 ans? *Sait pas si c'est elle en fait*


Ça dit pas grand chose, c'est un prologue, j'attends de voir la suite. :o

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Dim 24 Avr - 22:15

« Ce n'est pas mon bonheur que vous voulez. VOUS VOULEZ JUSTE CONTINJUER A DORER L'HONNEUR DE LA FAMILLE, EN ECHANGE DE MA VIE, AINSI QUE DE MA LIBERTE ! »

Les yeux vert clair de la jeune femme étaient embués de larmes. Ses longs cheveux bruns volèrent autour de son visage, tout comme les pans de la robe bleue plutôt richement décorée qu'elle portait. Elle ne semblait pas spécialement à l'aise dans ces vêtements et ces matières nobles, comme si ils étaient trop lourds pour elle.
Luna aurait, à ce moment, tout fait pour vivre autre part que chez elle.


________________________________________________

https://listenonrepeat.com/?v=V6tIH3qwKvg#Dragon_s_Crown_music_-_13%3A_Meet_Tiki_and_Mermaid

Nous sommes à Silvara. Un petit royaume, peu étendu, recouvert de verdure, qui, depuis sa création, a toujours été de nature pacifiste. Quelques nobles étaient propriétaires de quelques terrains autour de la propriété royale, mais tous étaient respectueux des populations -chose rare, pour l'époque-, et vivaient en harmonie avec le peuple ainsi que la famille royale.
Parmi eux, la famille des Crawford étaient propriétaires d'un terrain assez petit par rapport aux autres nobles. Michael et Helen avaient comme ambition de l'agrandir en se liant à d'autres petits propriétaires, par l'intermédiaire de leurs futurs enfants.
Le 14 Juin 1479, au début des chaleurs estivales, leur aînée naquit au nom de Diana Victoria Eleanor Crawford. Peu de temps après, le 30 Septembre 1481, lui arriva une petite sœur.

Luna Elizabeth Sophia Crawford.

Les deux sœurs grandirent, faisant le bonheur de leur famille. C'était deux petites filles pleines de bonté et de gentillesse. La plus âgée, Diana, avait des cheveux d'un roux plutôt clair, ondulant délicatement, les tenant de sa mère, et ses yeux étaient toujours du même bleu clair que celui de son père. Sa cadette, elle, avant de brillants cheveux bruns et lisses, et des yeux d'un vert vif et une rangée de longs cils bruns. Les deux petites étaient très proches.
Luna aimait sa sœur plus que tout, ce qui était réciproque. Et plus elles grandissaient, plus les deux jeunes filles devenaient un exemple de beauté. Les deux adolescentes étaient en effet toutes les deux dotées de traits fins et délicats, ainsi que d'une grâce naturelle. Mais si la cadette représentait plutôt bien l'astre auquel le prénom de chacune des deux jeunes nobles faisaient allusion, son aînée était plus comparable à l'astre ensoleillé qui illuminait les jours.

Le Soleil et la Lune.

Comme les astres, les jeunes filles étaient à la fois proches et différentes ; une confiance inégalable était installée entre elle, que rien ne semblait pouvoir briser. Pourtant, leur caractère était totalement différent.

L'aînée, Diana, était une jeune fille très enjouée, qui respirait la joie de vivre. Enthousiaste, elle semblait plutôt extravertie et possédait une aura de bonne humeur. Elle illuminait son entourage comme l'étoile flamboyante. Sa chevelure et son sourire lui donnait un charme presque mystique et envoûtant.
Sa petite sœur était très différente, bien que charmante elle aussi. Elle semblait d'un calme olympien, bien plus réservée que Diana. Seule la rousse était capable d'ailleurs de sortir la jeune femme de sa timidité. Elle semblait encore plus que pour le reste de sa famille, être le véritable rayon de soleil de la brune.


https://www.youtube.com/watch?v=aFHzCL8o8qk

… Et pourtant, dans ce semblant de calme, la cadette des héritières était bien plus aventurière que sa sœur .
Elle était toujours sortie en ville en secret, afin d'aller flâner sur les plages ou de se promener sur les récurrents marchés de la ville. Et la seule au courant était sa sœur, qui ne manquait pas de la mettre en garde.

« Luna ! Tu es encore partie ?! Père et mère nous ont toujours dit de faire attention à nous, il y a beaucoup de personnes peu fréquentables en ville, et...
- Père et mère nous ont toujours surprotégés, Diana. Tu le sais.
- Ils font ça pour notre bien, reprit la rousse. Tu sais aussi bien que moi que nous sommes reconnaissables, et que des individus mal intentionnés peuvent nous attraper facilement. Que ce soit pour une rançon, ou pire. J'ai entendu dire qu'il y avait des trafics d'être humains qui se mettait en place peu loin...
- Ne t'inquiète pas pour moi. Personne ne me reconnaîtra. Puis, il n'y a pas que des dangers. Il y a tant de choses en ville, et la nature...
- Tu aimerais pouvoir voyager, hm ?
- ... »

Voyager...  C'était un des rêves de la jolie brune. Mais elle savait que jamais ses parents n'accepteraient qu'elle quitte la ville, a moins de se marier avec un noble d'une contrée ou d'un territoire voisin. Elle soupira.

« C'est juste que... J'aimerais partir voir les pays du monde. On découvre de plus en plus de nouvelles contrées, et il y a tellement de choses à voir !
- … Tu as toujours été bien plus aventurière que moi, Luna. La liberté de vivre dont nous sommes parfois, par notre rôle... L'idée d'en être privée te semble insupportable.
- La liberté a toujours été la chose la plus importante pour moi. Tu le sais.
- Je le sais. Je te dis juste d'être prudente. Si nos parents l'apprennent, ils te mettront un domestique pour te surveiller tout le temps. Et tu sais qu'ils en sont capables.
- Oui, Diana..
- Je t'aime, tu sais, petite sœur.
- … Moi aussi, soeurette...


https://www.youtube.com/watch?v=QHsjffqLHP4

Les mois passèrent. Diana, la grande sœur de Luna, finit par tomber amoureuse du fils aîné, noble, d'une contrée voisine. Cela ravit ses parents, qui organisèrent le mariage. Elle avait 18 ans lors de celui-ci, et tomba enceinte immédiatement après.

« Tu es heureuse avec lui, soeurette ?
- Evidemment. Il est parfait. … Tu finiras par tomber amoureuse, toi aussi, je le sais. Je suis sûr que ce sera un homme bien.
-... Diana...
- Je me suis toujours demandée quel était ton type d'homme, petite sœur.
- Mon type d-J'en sais rien, moi...
-  Je suis sûre que tu as une idée. »

Les joues de la brune s'enflammèrent. Elle n'aimait pas parler de ça.

« … Je sais pas. Plus bronzé que moi, sûrement, je me suis toujours trouvée bien trop pale. … Les yeux bleus, ou verts, je n'en sais rien. Pourquoi ces questions ?
- Oooh, j'en étais sûre pour le bronzage, c'ets mon cas aussi, rit a rousse les yeux brillants, en voyant les joues de sa cadette s'empourprer de plus en plus.
-... Je veux pas spécialement un noble.
- Que-Luna, Mère et père t'y obligeront.
- Je refuserai.
-Luna... Quel est encore cette lubie ?
- Je veux être libre, Diana.
- … On t'y empêchera. Comme de sortir en cachette. Tu finiras par te faire prendre, Luna. Et j'ai peur de la liberté que tu auras, à ce moment là. »

https://www.youtube.com/watch?v=fhLqZY5Sl7g

Evidemment, l'inévitable se passa. Un jour, les parents de Luna l'avaient fait suivre alors qu'elle partait en ville. Alors qu'une domestique la ramena à ses parents, le visage de la brune s'assombrit.

Dans une salle hautement décorée, ses parents l'attendaient dans le petit salon. Sa mère était vêtue d'ure robe de satin vert, longue et lourde, décorée d'ornements argentés, et ses cheveux roux étaient attachés dans un chignon. Son visage était d'une grande finesse, comme si il était taillé dans une porcelaine. Son père était à côté. Ses cheveux bruns encadraient son visage, aussi lisses que ceux de sa fille cadette. Le visage sévère, il plongea son regard azuré dans celui de Luna, qui se prêta au jeu et qui fixa son père.

- Luna. Tu sais très bien ce que nous allons te dire, n'est-ce pas ?
- …
- Très chère, commença sa mère, ne joue pas l'innocente. Tu pars en ville en secret alors que nous l'avons totalement interdit à toi et à ta sœur.
- Je sais, mère.
- Alors pourquoi as-tu...
- J'aimerais savoir quelque chose, interrompit la plus jeune. »

Ses yeux verts étaient remplis d'une détermination forte. Comme si elle se défendrait quoiqu'il arrive.
Ses convictions étaient sans faille.


« Pourquoi... Pourquoi nous ne pouvons pas sortir ?
- Car vous pouvez être attaquées, et que nous avons peur pour vous. Tu le sais très bien Luna, la ville est pleine de dangers pour des jeunes filles de bonne famille comme Diana et toi. »

Des jeunes filles de bonne famille. Ce terme commençait sérieusement à l'agacer.

« Il suffit d'être prudente. La ville n'est pas si dangereuse que ça.
- Ta mère a failli être enlevée une fois, jeune fille, fit sévèrement son père. Nous ne nous inquiétons pas sans raison, mais bien car il y a un danger et que nous avons peur qu'il t'arrive quelque chose.
- Vous nous surprotégez. Il y a aucun dang-
- Luna Elizabeth Sophia Crawford. Je te prie de ne plus nous répondre avec ces absurdités et d'aller dans ta chambre. Il est hors de question que tu sortes encore. J'espère que tu nous auras bien compris, cette promenade était la dernière.
- Qu-... »


https://www.youtube.com/watch?v=QVtvPXVysiE

Sa colère. Elle la sentait monter. Alors que la jeune fille s'apprêtait à partir sans discuter, elle se retourna.

« Vous savez quoi ? J'en ai marre. De cette surprotection. Car nous sommes des jeunes filles de bonne famille comme vous aimez tant le dire, vous nous empêchez de vivre libres. Avez vous déjà pensé a nous et notre liberté ?
- Luna...
- Non. J'ai des rêves de voyage et de vie libre, mais vous vous en fichez. Rien nous vous importune à part notre rang social, lança la jeune fille, glaciale.
-  Non, Luna, c'est juste q-
- Arrêtez vos beaux discours. J'en ai marre de tout ça. Je hais cette vie enfermée dans un milieu qui n'est pas le mien. Je hais tout ce qui est ici, toute cette hypocrisie. Alors oui, je vais monter bien sagement dans ma chambre. Mais ne vous attendez pas à me voir revenir de sitôt. »

Elle monta dans sa chambre, claquant la porte d'un geste rageur.
Alors qu'elle s'allongea sur son lit. Alors qu'elle s'apprêtait à se calmer, toute son animosité... Elle se releva, alors alors ses jambes, comme guidées dans un instinct, se déplacèrent dans une danse furieuse. Luna aimait la danse. Elle brillait dans ce domaine depuis toujours, et avait toujours été chez elle une source d'apaisement. Tout son corps semblait comme habité, comme si si c'était vital pour elle. Guidée par une musique silencieuse qui semblait résonner que dans sa tête. Les secondes enflammées se transformèrent en minutes furieuses dans lesquelles les mouvement grâcieux de la jeune femme semblaient la guider vers un apaisement certain. Sa colère disparaissait.
D'un coup, un seul, elle se figea, avant de se laisser tomber sur son lit.


Luna n'était plus sortie. Alors qu'elle avait 17 ans, elle se renfermait de plus en plus. Si elle savait que cette colère, ce péché capital, aurait des conséquences irréversibles sur sa vie.

Les mois passèrent, encore. Le jour de ses 18 ans, le 30 Septembre 1499, ses parents la convoquèrent encore une fois.

« Luna, ma chère.
- Oui, mère ? »

Elle observa les yeux verts et limpides de sa mère. La même brillance que les siens.

« Il est temps de parler avec toi d'un sujet... Tu es une jeune fille à marier, maintenant, hm ? »

Elle avait redouté ce moment. Luna ne voulait pas. Elle savait ce que ses parents voulaient.

https://youtu.be/YyknBTm_YyM?t=14

« Un noble de la contrée de l'est nous a demandé ta main.
- …
- Il a 32 ans, et possède un riche territoire. Il a remarqué ta beauté -oh, ma chérie, nous sommes fières que nos filles soient devenues des modèles de grâce et de beauté-, et souhaite faire de toi sa femme.

32 ans. 14 ans de plus qu'elle. Presque deux fois son âge. Luna sentit ses larmes lui monter aux yeux. D'un coup, les larmes arrêtèrent de couler, et ses yeux reprirent leur lueur de détermination.

« Non.
- Pardon ?
- Je refuse. Je n'ai que 18 ans.
- Ta sœur est déjà mariée et a un enfant. Nous avons attendus assez. 
- Je...
-Nous faisons ça pour ton bonheur. »

Son bonheur... Luna éclata de rire.

« Ce n'est pas mon bonheur que vous voulez. VOUS VOULEZ JUSTE CONTINJUER A DORER L'HONNEUR DE LA FAMILLE, EN ECHANGE DE MA VIE, AINSI QUE DE MA LIBERTE ! »

Une sorte de vague d'énergie sortit de son corps, que ses parents ressentirent.

La colère. Ce péché capital, commis par l'héritière, allait être lourd de conséquences. Luna ne savait pas tout ce qui avait changé, de sa vie, à cet instant.

-Fin de la musique-

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 266
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Dim 24 Avr - 22:19

LES PATTES DE CANAAAAAAAAAAAAAAAARDS







()

_________________


"Oh I feel your presence
You'll never leave here
But did you leave me anything?
You're the Phantom of my past..."


Il faut qu'on se suicide, c'est un pari sur l'avenir, et je le prends, parce que je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Dim 24 Avr - 22:32

Bg la symbolique soleil/lune pour les soeurs, j'aime beaucoup x3

"« Luna ! Tu es encore partie ?! Père et mère nous ont toujours dit de faire attention à nous, il y a beaucoup de personnes peu fréquentables en ville, et.." Iblis: *avec son rocher* ? :/ *tg*


"J'ai entendu dire qu'il y avait des trafics d'être humains qui se mettait en place peu loin..." Iblis: *avec Coyote, vendu au marcher aux esclaves* ? :/ *tg bordel*




"Tu finiras par tomber amoureuse, toi aussi, je le sais. Je suis sûr que ce sera un homme bien.
" -rires-

"« Non.
- Pardon ?" "NO. "

Un très bon chapitre ma foi, nous faisant découvrir le rôle de la femme dans la vieille société  J'attends la suite avec impatience 8)

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 25 Avr - 18:51

Les deux sœurs grandirent, faisant le bonheur de leur famille. C'était deux petites filles pleines de bonté et de gentillesse. La plus âgée, Diana, avait des cheveux d'un roux plutôt clair, ondulant délicatement, les tenant de sa mère, et ses yeux étaient toujours du même bleu clair que celui de son père. Sa cadette, elle, avant de brillants cheveux bruns et lisses, et des yeux d'un vert vif et une rangée de longs cils bruns. Les deux petites étaient très proches.
Luna aimait sa sœur plus que tout, ce qui était réciproque. Et plus elles grandissaient, plus les deux jeunes filles devenaient un exemple de beauté. Les deux adolescentes étaient en effet toutes les deux dotées de traits fins et délicats, ainsi que d'une grâce naturelle. Mais si la cadette représentait plutôt bien l'astre auquel le prénom de chacune des deux jeunes nobles faisaient allusion, son aînée était plus comparable à l'astre ensoleillé qui illuminait les jours.

Le Soleil et la Lune


C'EST MON PETIT PONEY VERSION HUMAIN HEHEHEHEHEHE...hum *Tousse* Pardon /PAN/


Cette évolution fait peine à voir, vas-y, rebelle-toi Sara- euh, Luna!


Et perso (Fan) , j'imaginais le NO comme ça

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
gaelrasengan
Plus cool que cool
Plus cool que cool
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 23
Localisation : N'essaye pas de me localiser. Essaye plutôt de courir avant que je ne te trouve 8)))

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Ven 27 Mai - 20:44

Traitons le chapitre 1

Enfant de Juron : FILS DE... PUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUTE

Oooh... je sens que ça va m'agacer ça *TG*

Bref la musique d'intro est sympa. D'autant que c'est dans mes projets de faire Dragon's Crown

Et ça retranscrit bien l'ambiance générale du décor que tu plantes

"Parmi eux, la famille des Crawford" ah désolé mais faut que je la sorte https://www.youtube.com/watch?v=qBfqcVUK8Q0 *TG*

"Le 14 Juin 1479, au début des chaleurs estivales, leur aînée naquit au nom de Diana Victoria Eleanor Crawford. Peu de temps après, le 30 Septembre 1481, lui arriva une petite sœur.

Luna Elizabeth Sophia Crawford."


Maintenant que j'ai lu ça, je vois Luna chanter avec Billy dans un clip *raconte nimp'*

"L'aînée, Diana, était une jeune fille très enjouée, qui respirait la joie de vivre. Enthousiaste, elle semblait plutôt extravertie et possédait une aura de bonne humeur. Elle illuminait son entourage comme l'étoile flamboyante. Sa chevelure et son sourire lui donnait un charme presque mystique et envoûtant.
Sa petite sœur était très différente, bien que charmante elle aussi. Elle semblait d'un calme olympien, bien plus réservée que Diana. Seule la rousse était capable d'ailleurs de sortir la jeune femme de sa timidité. Elle semblait encore plus que pour le reste de sa famille, être le véritable rayon de soleil de la brune. "

La comparaison entre le soleil et la lune est bien trouvée

"J'ai entendu dire qu'il y avait des trafics d'être humains qui se mettait en place peu loin..."

Des trafics d'être humains ? Ca me fait penser à un truc

https://youtu.be/WMBG4MTWFfo?t=6m28s

OH MON DIEU ! TOUT EST LIÉ ! *mais qu'est-ce que tu racontes ? * *TG*

https://www.youtube.com/watch?v=QHsjffqLHP4 Ca fait bizarre comme musique en comparant avec la scène ci dessous... c'est un peu trop rythmé Après c'est peut-être moi^^'

Luna vs Parents pourris. Qui va gagner ? PREMIER ROUND *TG*

Bon premier chapitre

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=6ffpauS93l8




Ah la famille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 7 Sep - 20:03

Après des mois d'attente, voici la suite de ma fic

https://www.youtube.com/watch?v=CaKfBa7K6BM

Les jours avaient passé. Luna n'était plus sortie en ville depuis un moment et un accord avait été passé avec ses parents : si d'ici deux ans, Luna n'était pas amoureuse de quelqu'un de convenable à son rang, elle accepterait d'épouser la personne que ses parents voudraient.

- Été 1500-
La jeune fille, quelques mois plus tard, brava l'interdiction de ses parents. Elle partit sur un marché local, qui était surtout reconnu pour ses inspirations artistiques venues des pays nouvellement découverts ou qui se développaient. La brune aimait en effet beaucoup l'art sous toutes ses formes, bien qu'elle ait un penchant pour la musique et la danse.  Elle flâna un moment dans les rues, lorsqu'elle se rendit compte qu'il commençait a être tard. Resserrant sa cape autour de ses épaules, la petite sœur de Diana reprit le chemin pour rentrer chez elle.

https://www.youtube.com/watch?v=b77JIsYClXM

Un groupe de bandits, au nombre de trois, suivaient la noble. Au détour d'une ruelle, l'un d'eux, le plus grand, la plaqua contre le mur et lui mit la main sur la bouche afin de l'empêcher de parler ou crier. Un autre, légèrement plus petit bien que plus massif, lui arracha son sac. Il regarda dedans, mais Luna n'avait que très peu d'argent sur elle ; en effet, venant en secret, elle ne prenait pas le risque de se faire prendre par ses parents car de l'argent avait disparu.
La jeune fille vit sa vie défiler dans ses yeux lorsque le troisième inconnu sortit un couteau et s'apprêtait à le planter dans son ventre, de rage qu'elle ne puisse rien leur apporter, avant que le premier, le plus maigre mais sûrement le cerveau de la bande, le stoppe.

« J'ai déjà vu son visage quelque part...
- Eh, gamine. C'est quoi ton nom ?
-...
- Je sais ! C'est la fille des nobles de Leinis, les Crawford. Ceux qui vivent en haut de la ville.
- Tu veux dire que...
- … Elle pourrait nous rapporter un joli pactole en échange d'une rançon.
- … Tu vas venir avec nous, gamine, sans faire d'histoires. Papa et maman nous donneront une bonne somme pour te récupérer. »

La jeune femme déglutit. Ses parents allaient être fous de rage. Ce que ses parents avaient toujours redouté était en train de se réaliser. Alors que sa situation semblait désespéré, un rocher s'abattit sur les deux ravisseurs qui ne tenaient pas la jeune fille. Hébétée, la brune n'en croyait pas ses yeux. La probabilité qu'elle soit sauvée a ce moment était minime.
Le troisième individu la relâcha, surpris. Luna en profita pour se mettre sur le côté, reprenant son sac.  Elle tremblait encore lorsqu'elle releva les yeux vers l'inconnu qui l'avait sauvée.


https://www.youtube.com/watch?v=HUwnm__fCU4

C'était un homme plutôt grand, élancé qui se présentait devant elle. Il mesurait plus d'une dizaine de centimètres de plus qu'elle, a la peau assez mate. Elle croisa son regard une seconde, avant de se mettre à rougir.

« Les p'tits merdeux...
- ….....
- Vous allez bien m'dame ?
- Euh... Je...
- Ah, ils vous ont bien foutu la trouille.
- Je...
- Je vais vous aider à vous relever.
- M-Merci beaucoup... »

Luna et Luciano, l'homme qui l'avait sauvée, firent connaissance alors que l'homme la raccompagnait près de sa demeure. Il venait d'un royaume éloigné et était venu à Silvara afin de chercher une vie meilleure et afin de nourrir sa famille. Luna sentit son cœur se resserrer. Elle qui n'avait jamais vécu dans le besoin... La brune soupira, se disant qu'il devait la trouver pathétique, elle qui avait tout. Luna se fit la promesse de l'aider, lorsqu'elle le croiserait, la prochaine fois. Car elle avait bien l'intention de le revoir,pour une raison ou une autre.

https://www.youtube.com/watch?v=EL6vpkR_JEQ


Lorsqu'elle rentra chez elle, sa sœur l'attendait dans sa chambre. Elle avait un sourire triste, et regarda sa cadette, qui semblait troublée.

« Luna ?
- D-Diana ? Tu m'as fait peur...
- Tu as eu peur que ce soit père et mère, hm ?
- Oui...
- Tu ne peux pas t'empêcher de sortir en ville...
- Je me sens vivre dehors, Diana.
- Je le sais. Sans la nature, sans la ville, sans l'art... Tu serais sûrement bien plus fade et bien plus triste, Luna.
- La vie serait bien plus fade. Nous sommes nées dans la région de l'art, avec toutes les deux un talent pour l'un d'entre eux. Pour moi, la danse, ainsi qu'un peu de chant...
- Et moi, la musique, notamment le piano et le violon, ainsi qu'un peu de peinture. Je sais...
- Il y a tant d’œuvres, dehors, en ville, alors pourquoi doit-on rester enfermées ?
- Car père et mère ont peur pour nous ?
- Alors on devrait s'empêcher de vivre ?
- C'est pas ce que je veux dire, Luna... Mais des gens peuvent nous vouloir du mal, nous enlever, demander des rançons, et... Luna ? Ça va ?
- J-je... »

Luna s'effondra en larmes, tandis que sa sœur la prit dans ses bras, comprenant que quelque chose était arrivé.

« Luna, il s'est passé quoi ?
- Je... J'ai failli me faire enlever...
- Q-Que..
- C'est un homme qui m'a sauvé. Sans lui, je serais...
- Oh, ma chérie...
- J'ai eu peur, Diana.
- C'est pour ça que père et mère nous protègent, tu sais.
- O-Oui...
- Qui était l'homme qui t'a sauvée ?
- … Un étranger, fit la jeune femme, se sentant rougir.
- … Il te plaît ?
- Qu-Qu'est-ce que tu insinues ?
- Rien, rien... Il est mignon ?
- Arrête avec tes questions, veux-tu.
- Luna, répondit Diana d'un air amusé, je vois très bien qu'il te plaît.
- A-Arrête ça, bon sang...
- Très bien, très bien, j'arrête. Tu me diras quoi, hein ?
- Diana...
- Je te fais marcher. Je vais devoir y aller. Nos parents nous attendent pour manger dans une heure, je te laisse.
- Merci.
- Luna... commença la rousse s'apprêtant à partir, j'espère vraiment que tu trouveras quelqu'un qui te rende heureuse. Et que tu auras des enfants. Je l'espère de tout mon cœur.
- Je l'espère aussi, Diana. »

Luna se retrouva seule, déboussolée. Elle regarda les restes de son collier, ayant été arraché dans la bagarre. Elle se fit la promesse de, coûte que coûte, aimer et se marier avec l'homme qu'elle aura choisi, quitte à renoncer à sa fortune pour cela.


https://www.youtube.com/watch?v=1tKs6HX3Nzc

Le lendemain, elle recroisa l'homme qui l'avait sauvée. Timidement , elle s'approcha de lui, le saluant avec un sourire, et fut soulagée de voir que celui ci lui rendit son sourire. Rassurée, elle essaya de s'approcher.

« B-Bonjour...
- Ah bonjour. Vous êtes la p'tite dame d'hier, c'est ça ?
- O-Oui. Je voulais vous remercier... Je en sais pas comment faire pour vous prouver ma gratitude.
- … Vous avez de l'argent, n'est-ce pas ?
- Qu-Pardon ?
- Oh, je plaisantais, répondit l'homme aux cheveux rouges avec un petit sourire, se frottant la nuque. Si vous voulez, on peut commencer par faire connaissance. J'ai vu que vous fréquentiez souvent le marché, et je peux vous y accompagner.
- Eh bien, pourquoi pas ! »

Les deux sympathisèrent, et finirent par se revoir  assez souvent. Luna sortait toujours en secret, bien que ce soit moins souvent. Luna ne s'était jamais sentie aussi vivante qu'avec Luciano. Enfin quelqu'un qui la voyait comme une femme, un être humain, et non un moyen d'agrandir sa fortune.

« Dis... Commença la jeune femme, prenant une grande inspiration, j'ai besoin de te parler. »

Ils s'étaient retrouvés près d'un petit étang, dans un bois, plutôt caché. La végétation y était plutôt luxuriante, et la lumière rendait cet endroit superbe. Peu de personnes le connaissaient, et Luna ne l'avait montré à personne auparavant. En plus d'être magnifique, cet endroit avait donc l'avantage d'éviter à Luna de se cacher.

« Je... Je voulais te dire...
- Oui ?
- Je... J'ai...
- Hm ?Tu veux me donner de l'argent ? Lui répondit Luciano, avec un petit sourire aux lèvres.
- A-Arrête, ça, s'il te plaît.
- Je plaisantais. Qu'est-ce qu'il y a ?
- Je voulais te dire... poursuivit Luna,  J-Je...
- Tu ? 
- Laisse tomber...
- Eh, attends. »

Les deux se stoppèrent, et Luna se sentit rougir lorsqu'elle croisa les yeux verts. Il approcha son visage du sien, attrapant son visage avant de l'emmener dans un baiser que la brune lui rendit.

« Je t'aime... »


https://www.youtube.com/watch?v=BW0rzC6klZU
Par la suite, ils se virent encore plus souvent. Luna partait souvent en cachette, parfois la nuit. Leur histoire durait et, malgré leurs différences, ils s'entendaient extrêmement bien et se complétaient, à leur manière. Cela allait jusqu'à penser au mariage, même si cela n'était pas aussi simple. Luna étant d'une famille très aisée, il fallait l'accord de ses parents.. Chose qui n'était pas simple à avoir, surtout dans le cas présent. Luna soupira. Ses parents ne seraient sûrement d'accord. Cependant, elle voulait essayer.

« … T'es sûre que c'est une bonne idée ?
- On peut toujours essayer.
- Si tu le dis...
- Oh, chéri... soupira Luna, il y a toujours une chance que ça marche.
- J'ai plus de doutes que toi. Et si ils refusent ?
- … Si ils refusent... Je resterai avec toi, quelque soient les conséquences.
- Dis pas de conneries...
- Je le pense vraiment. Et tu le sais. »

En effet, Luna était prête à tout pour faire accepter son mariage. Et si ses parents refusaient... Elle était prête a quitter sa fortune ainsi que sa vie aisée. Mais la jeune femme avait plus d'une ressource dans son sac. … Cependant elle ne sembla pas aussi à l'aise, le jour venu d'annoncer la nouvelle à ses parents. Heureusement, sa sœur était tout de même là pour la soutenir. Elle se brossait les cheveux dans sa chambre lorsque la rousse y entra.

«  Tu vas bien ?
- Oui. Je suis un peu anxieuse, à vrai dire.
- Que risques tu ?
- Je sais pas... répondit la brune. Qu'ils m'empêchent de le voir, qu'ils m'interdisent de sortir, ou...
- Et, petite sœur, fit Diana amusée, tu me feras croire que c'est ça qui t'en empêchera ?
- Non, rit Luna. C'est vrai que je continuerai à le voir, contre leur gré.
- Tu as beaucoup de ressources. Une force de persuasion qui t'es très personnelle, ainsi qu'un certain charisme, sourit Diana, brossant les cheveux de sa sœur. »


https://www.youtube.com/watch?v=rHO5Nf9M2DM

Luna portait une de ces lourdes robes qu'elle n'aimait pas porter. Déjà que ses robes habituelles lui semblaient chargées, alors qu'elles l'étaient beaucoup moins que celles que portaient les filles de son rang, en en portant une des plus belles, elle se sentait étouffée. La longue robe était d'un vert émeraude qui mettait en valeur ses yeux verts. Le haut, qui épousait sa taille, était d'un tissu légèrement plus foncé,  et une partie de ce tissu volait jusqu'à ses genoux, genoux recouverts d'un épais tissu de soie vert émeraude, semblant constituée de plusieurs couches. Les manches était du même tissu plus clair. La robe de Diana était dans le même genre, dans des tons bleus clairs. Diana ne put s'empêcher de rire en voyant le regard dépité de sa sœur.

« Tu n'as jamais aimé porter ces robes...
- Elles sont tellement lourdes. J'ai l'impression de ne pas savoir respirer.
- Je sais, petite sœur. Mais si ça peut convaincre nos parents, hm ?
- Je sais... Je sais même pas si ça sert à quelque chose.
- Arrête... Allez, père et mère t'attendent. »

Luna inspira un bon coup avant d'entrer dans la pièce. Sa mère avait les cheveux rattachés en un majestueux chignon, ses cheveux roux qui brillaient au soleil. Luna enviait tellement ses cheveux... Elle avait hérité des yeux verts clair de la femme, ainsi que des cheveux bruns de son père dont l'iris était d'un bleu clair. Celui de sa sœur aînée...
La robe de sa mère était encore plus riche que la sienne. D'un rouge vif, elle était ornée de petits détails en fil argentés. C'était sûrement une de ses plus belles robes, qu'elle avait mis de joie que sa fille avait trouvé un parti convenable. Luna ne put s'empêcher de rire ironiquement lorsqu'elle pensait au fait que sa génitrice allait rapidement déchanter.  

« Bonjour ma Luna. Assieds toi donc.
- …
- Ma chérie, ton père m'a annoncé que tu avais un parti à nous présenter ?
- Euh, c'est à dire...
- Il vient d'une famille noble ?
- Non...
- Nous le connaissons ?
- Non plus...
- Il vient d'une famille riche, au moins ? Reprit la rousse, une lueur d'espoir dans les yeux.
- C'est à dire... Que... Non. En vérité, il n'est même pas Silvarien, et est venu dans le pays pour subvenir aux besoin de sa famille.
- …
- Mais... C'est un très bon artiste. Il est doué et... Il m'a sauvé la vie. Il y a quelques mois, il m'a sauvé la vie. Des bandits ont essayé de m'enlever et il les en a empêché. C'est ainsi qu'on a fait connaissance.
- … Luna. Il te faut quelqu'un qui soit de ton rang, hm ?
- Qu'est-ce que ça change ? A part le fait qu'il soit plus riche ?
- Eh bien... J'ai peur qu'il profite de ta fortune, fit son père, visiblement inquiet plus pour sa fortune que sa fille.
- Il n'est pas intéressé...Sinon, il m'aurait demandé une récompense lorsque je l'ai sauvé.
- Tu es sûre ?
- J'en suis persuadée.
- Très bien... Helen, chérie ? Tu en penses quoi ?
- Je serais d'avis à laisser une chance. Je peux comprendre ses sentiments... Luna a toujours été assez rêveuse.
- Mère...
- Je ne suis pas totalement pour comme ta mère, Luna. Je veux bien te laisser te marier avec lui, a condition de le rencontrer, et... Il est hors de question que nous financions totalement cette union.
- C'est déjà très bien. Je me fiche de l'argent, père. Si mon mariage est un moins riche que ceux de mon rang, mais avec la personne que j'aime, alors tout me va. »

Lorsque Luna sortit, elle vit sa sœur qui l'attendait, elle se jeta dans ses bras, ce qui fit comprendre à sa sœur qu'elle avait réussi, pour l'instant, à faire accepter ce mariage.

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 7 Sep - 20:27

"Alors que sa situation semblait désespéré, un rocher s'abattit sur les deux ravisseurs qui ne tenaient pas la jeune fille. Hébétée, la brune n'en croyait pas ses yeux. La probabilité qu'elle soit sauvée a ce moment était minime. " pourquoi j'ai décédé *tg*


- et pendant ce temps là, chez Iblis: "*à table, 'fin ils sont pauvres et nombreux donc les plus jeunes mangent par terre* ah ouais j'ai sauvé quelqu'un aujourd'hui" "quoi? Avec ton rocher?" "ouais ce connard de Lisandro présente mon identité cachée comme Ferrero. Ferrero Rocher." "..." "..et sinon, tu as sauvé qui?" "Oh, une noble j'crois"


"Il te plaît?"  chez Iblis: "Elle est bonne?" *tg*


-quelques mois plus tard- "en fait tu te souviens de la noble mamma? on va se marier" *tg*




C'est mignooon <3 Puis ça va, ses parents ont vu la raison naître en eux   (couple le plus epic du siècle au passage)


Très bon chapitre, j'espère que le prochain viendra plus vite  *tg*

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Jeu 8 Sep - 13:09

"La probabilité qu'elle soit sauvée a ce moment était minime" Purement par ha- *TG, ça existe la chance* /PAN/

Ouais, sûrement un ancètre d'Iblis (ou C'EST Iblis...c'fait peur) /PAN/


Bon chapitre, ses parents sont pas si bouchés heureusement On leur donne un prix *Sors*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 8 Fév - 13:30

Such suite, wow
Attention : exception, il y a ici des smileys. Ce sera une des seules parties ou on en verra, mais c'est car c'est moins sérieux 8D *du moins, il y a des passages moins sérieux*

https://www.youtube.com/watch?v=KQgS3LW_C0o

Le jour était venu pour Luna de présenter son peut être, futur mari. Prenant sa main, elle ne put s'empêcher de rougir lorsqu'il la regarda droit dans les yeux.

« Bon... On va y aller ?
- Ouais...
- Essaie d'être poli, et courtois. Et de bien te tenir. Hm ?
- … Comment ça bien me tenir ? J'me tiens bien é_é
- … Oui mon poussin.
- Arrête de te foutre de moi...
- Je me fiche pas de toi. On va y aller. Je t'aime, murmura la brune.

Ils échangèrent un assez long baiser, avant que Luna prenne la main de son amant afin de le mener vers sa maison... ou plutôt le manoir qu'était sa demeure. Elle semblait stressée et serrait fermement la main bronzée de Luciano, qui faisait son possible pour sembler courtois et bien élevé. Ce qui n'était pas simple.

La rencontre fut assez... cocasse. La famille de Luna était habituée aux bonnes manières et voir ses parents interloqués par celles de son compagnons la faisait rire, au point d'avoir un fou rire en plein repas, inarrêtable. Le regard noir que lui envoya sa mère, au lieu de la calmer, ne fit qu'accentuer sa crise. Elle éprouvait une certaine satisfaction à voir les réactions de ses parents. Sa sœur l'observa, amusée, alors que sa petite sœur semblait enfin heureuse.

La fin du repas se déroula sans grandes encombres, mis à part la facheuse tendance du fiancé de Luna à manger avec les doigts. Ce qui était mal vu. La brune regarda amusée sa mère froncer les sourcils avant de se retourner vers elle.

« Il n'a pas appris les bonnes manières ?
- Mère...
- Mais enfin L-
- Il n'a pas grandi dans un manoir avec les moyens aisés. Nous sommes les nobles les plus riches de la ville, et des plus puissants sur la région. Te rends tu compte du privilège de notre situation ? J'ai même entendu parler que nous étions pressentis pour devenir comtes...
- … En effet. Mais cela commencerait avec ta sœur.
- Je sais bien. Cela lui ira à la perfection.
- ET toi ? Ne veux tu pas devenir comtesse ? Riche ? Ma chérie, cela s-
- Je trouve que j'ai déjà assez d'argent comme ça. Et non, je n'ai pas vraiment envie d'être comtesse, mère.
- … Bien... »

Helen Crawford prit conscience à ce moment de l'indifférence de sa fille cadette envers l'argent et envers son rang. Elle fut partagée par une sorte d'admiration, de respect, mais se sentit également légèrement vexée. Sa famille avait tout fait pour vivre aisément, gagner de l'argent, pour que sa fille aille jusqu'à le refuser ! Elle soupira.


https://www.youtube.com/watch?v=8ojaEhr
Le repas avait pris fin. Luna et son compagnon s'étaient retirés de ses parents, comme sa sœur.

« Tu vois ça a été finalement. 
- Tu aurais pu me prévenir quand même...
- Hm ?
- Ta mère et ta sœur sont rousses...
- Oui... ?
- Ce sont des sorcières.
- … Mon Dieu. Me dis pas que tu crois à ce genre de choses... Je te rappelle que tu es aussi roux dans un sens.
- … Non.
- Si.
- C'est pas roux, c'est ROUGE é_é
- Mais oui mon poussin. »

Elle éclata de rire devant l'air vexé qu'il prit. Elle vit sa sœur au loin, avec ses neveux qui gambadaient autour. Finalement, la vie prenait une meilleure tournure.

https://www.youtube.com/watch?v=ZjG7vogWRJQ

Un an plus tard, le mariage fut programmé. Le mariage également se déroula plutôt bien, dans une chaleureuse journée d'été. La rencontre des deux familles, complètement opposées, fut également un moment particulier et original. Luna, bien qu'au début perturbée, finit par apprécier ce moment.
Ils s'installèrent dans une grande maison, sur une colline qui surplombait la mer. De l'autre côté se trouvait les anciennes forêts Leinisiennes, ce qui offrait beaucoup de calme au bâtiment. Pas loin se trouvait un petit lac caché ou les deux jeunes mariés avaient comme habitude de se retrouver. L'indépendance de Luna de sa famille la libéra d'un grand poids. Elle pouvait enfin sortir, entrer et aller comme elle voulait ! Et ses parents n'avaient plus à la forcer à porter ces robes bien trop lourdes selon elle. Elle ne s'était jamais sentie aussi libre de sa vie. Il avait fallu qu'elle se marie pour trouver un bonheur qu'elle ne pensait jamais trouver de cette façon. Que la vie était ironique.
La visite de sa sœur aînée lui permit de se livrer sur ce qu'elle ressentait.

« Alors, Luna. Tu as enfin fini d'embêter nos parents ?
- Tu appelles ça embêter, toi, de vouloir sa liberté ? »

Diana éclata de rire.

«  Tu as toujours été à part. Je suis sûre que tu n'es pas née à la bonne époque.
- Que veux-tu dire par la ?
- Je pense que tu es trop... futuriste, dans un sens. Que ta vision des choses sera normale d'ici quelques dizaines d'années.
- C'est un compliment ?
- En quelques sortes. Cela dépend de la personne qui te le dit.
- Et pour toi ?
- Cela en est un. J'aimerais avoir ton audace, parfois.
-  Et parfois, j'aimerais ton aptitude à toujours voir les choses du bon côté.

La rousse lui répondit par un faible sourire, qui inquéta légèrement sa petite sœur. Mais voyant que sa sœur ne disait rien, Luna décida de ne pas lui en parler.

« Tu sais ce que veulent père et mère, maintenant...
- Hm?
- … Des petits-enfants. »

La brune faillit s'étrangler avec son thé.

« Diana, je viens de me marier !
- Tu sais bien qu'ils ne sont pas patients. Ne t'inquiète pas, cela viendra. »

La prédiction de la rousse s'avéra vraie. Le 21 Mars 1502 naquit le petit Rezan. C'était la prunelle des yeux de ses parents, et Luna lui donnait tout l'amour qu'une femme puisse donner à son enfant. Le petit garçon en grandissant eut des yeux vert clairs ainsi que des cheveux châtain foncé, légèrement plus clairs que ceux de sa mère. Bien que l'accouchement fut éprouvant, le petit garçon naquit en parfaite santé, chose plutôt rare pour l'époque. Luna se remit assez rapidement de cette épreuve, s'occupant comme elle pouvait du petit châtain, son mari parfois absent.

https://www.youtube.com/watch?v=kn4Qc3B7L_o

Quelques mois plus tard, elle se reposait au pied d'un arbre, tandis qu'une sorte d'été indien lui apportait une douce chaleur à travers les arbres. Rezan dormait dans ses bras et elle en profitait pour discuter avec son mari, à voix basse afin de ne pas réveiller l'enfant.

« J'étais en train de réfléchir...
- Huh?
- Ce serait bien qu'il ait une petite sœur ou un petit frère, tu ne penses pas ?
- Le gamin a à peine quelques mois que tu penses déjà à un petit ?
- De toute façon, on ne peut choisir quand ça arrivera...
- … C'est pas faux. ()
- Le soleil commence à se coucher. On devrait retourner à la maison. »

Après ces mots, son mari se leva, et l'aida à se relever, le petit toujours endormi. Il remontèrent les quelques escaliers lorsque la nourrice arriva.

« Pouvez vous le mettre coucher dans sa chambre tant qu'il dort ?
- Bien, madame. »

Elle laissa doucement le petit, lui faisant un tendre sourire, à la nourrice qui alla l'allonger dans la chambre du petit au rez-de-chaussée. Elle se dirigea vers sa propre chambre. Elle était située au premier étage, avec une grande fenêtre donnant vers la plage, de lourds rideaux de chaque côté. La brune monta les escaliers, avant de s'arrêter en plein milieu. Elle sentit une vive douleur au niveau de son cœur, et se sentit faiblir. Ses jambes tremblèrent et elle chancela en arrière. Luna sentit son corps basculer, avant de tomber dans un trou noir.

https://www.youtube.com/watch?v=RTRnOUaBlu8

Elle se réveilla dans la chambre.  La jeune femme sentit une main presser la sienne, et l'air frais émanant d'une fenêtre. Aucune douleur ne se fit ressentir, mais ne parvint pas à se lever, et sentit son corps trembler.

« Ne te relève pas...
- Chéri... ? »

En voyant une paire d'yeux verts inquiets l'observer, elle se laissa retomber dans les coussins moelleux. Elle portait une robe de chambre blanche et il y avait un verre d'eau sur la table, et elle tendit sa main afin d'en boire une gorgée.

« Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
- Tu étais dans les escaliers et tu t'es évanouie. Je t'ai retenue juste à temps. Tu te serais sûrement brisée le cou si...
- … Je n'ai plus ressenti aucune force dans mon corps d'un coup... Je comprends pas...
- On va faire venir un médecin.
- Ca va aller... C'est juste un passage...
- Tu es sûre ?
- Ne t'inquiète pas. Je me reposerai, après ça ira mieux. »

Elle lui sourit doucement et resserra l'étreinte de ses doigts contre les siens afin de le rassurer. Ce qui l'inquiéta plus qu'autre chose lorsqu'elle trembla.

« Veux tu te reposer ? Manger quelque chose ? De la tarte aux pommes ?
- Chéri... je ne voue pas une passion folle de la tarte aux pommes comme toi, tu sais.
- …
- Mais je veux bien un thé bien sucré.
- Je vais demander de te faire apporter ça. »

Lorsque le thé arriva, elle le but avant de s'endormir presque aussitôt par la suite. Le lendemain, ses forces revenaient petit à petit. Le soir,  elle se sentait beaucoup mieux, et fit même une tarte aux pommes à la plus grande joie du père de Rezan, qu'elle dut empêcher de la manger en une fois.


Les jours passèrent et quelques semaines également avant qu'elle refasse le même malaise, en sortant du lit. Cette fois, elle ne put échapper à la visite du médecin. Celui-ci l'examina. Comme la plupart des médecins, il proposa de la saigner.

« Donc vous voulez soigner mon affaiblissement par un affaiblissement ? »

Elle haussa un sourcil tout en disant cela, ce qui vexa le médecin.

https://www.youtube.com/watch?v=WsVT_-RsONg

« Il n'y a pas d'autre solution, madame. Je dois vous avouer que je n'ai jamais vu ça.
- Je n'ai pas envie de ça. Attendons de voir, alors.
- J'avais pensé au fait que vous soyez enceinte, mais je savais pas que vous étiez stérile...
- … Pardon ? »

Il lui expliqua qu'en l'examinant, il avait fait cette découverte.

« Mais c'est impossible. J'ai accouché de mon enfant il y a 7 mois. Je peux pas être...
- Peut-être que cela est lié à cette … maladie. Mais en tout cas, il y a très peu de chances que vous puissiez avoir un enfant de nouveau.
- …
- Je suis désolé, madame. »

L'homme quitta la pièce, laissant le couple seul. La jeune femme retint une larme.

« Eh... Ce n'est pas si grave. Nous avons déjà Rezan... On lui donnera tout l'amour que l'on peut. Ne pleure pas, s'il te plaît.
- Je... J'espérais pouvoir lui donner une petite sœur...
- Je sais. … Mais à l'occasion, il dit des conneries, et tu peux avoir des gosses.
- Tu penses ?
- J'en sais rien, mais il faudrait vérifier. Et si c'était vrai, alors tant pis... … Heureusement que c'est pas moi qui le suis, j'aurais pu me poser des questions sur le père de Rezan.
- Luciano...
- Quoi ?
- Arrête de dire n'importe quoi. Et vu comme ce petit est énervé déjà à son âge, je te confirme, c'est bien ton fils.
- C'est un reproche, un compliment ou tu te fous de ma gueule?
- Eh bien, disons que vous êtes tout les deux très fatigants. Mais je m'ennuierais tellement, sans vous deux... C'est grâce à toi si je ne m'ennuie pas.
- J'vais prendre ça comme un compliment du coup... »

Luna éclata de rire. Ses parents arrivèrent quelques minutes après, paniquant en apprenant sa stérilité. Elle leur expliqua calmement tout ça, avant de se vexer en rendant compte qu'ils s'inquiétaient plus pour leur lignée que pour sa santé à elle. Ses parents n'avait décidément pas changé.
… Diana n'était bizarrement pas venue. Luna trouvait ça bizarre, mais ne s'en soucia pas. Elle était peut être malade, elle aussi. Cependant, allant un peu mieux, elle décida d'aller voir chez elle.

« Madame n'est pas sortie de sa chambre de la journée. Elle a demandé a être tranquille.
- Bien. Savez vous si je peux y aller ?
- Vous pouvez essayer. »


https://www.youtube.com/watch?v=TG4khiB_5O0

Elle toqua à la porte de sa chambre.

« Diana ? C'est Luna. J'ai reçu la visite du médecin aujourd'hui. … Diana ? Tu dors ? »

Aucune réponse.

« Eh, petite feignante. Arrête de dormir. Tu as toujours été une marmotte. »

Toujours rien.

« Diana... ? »

La porte était ouverte. Sa sœur était sur un fauteuil, face à la fenêtre. Elle s'approcha, avant de découvrir le corps froid de sa sœur.

Elle était morte.

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 8 Fév - 15:16

"Elle semblait stressée et serrait fermement la main bronzée de Luciano, qui faisait son possible pour sembler courtois et bien élevé. Ce qui n'était pas simple"


"au point d'avoir un fou rire en plein repas, inarrêtable" j'ai une vidéo de Luna à ce moment là: https://youtu.be/8X_DlG9jNr0?t=3m33s




Ton deuxième lien a un problème chez moi au fait o:




Omg tu as retranscrite la scène mythique du "C'EST PAS ROUX C'EST ROUGE" (j'imagine la tête d'Iblis qui essaye de se retenir à table quand il voit qu'elles sont rousses) (genre il mange mais il a l'impression de manger du péché *tg*)




J'sais pas pourquoi j'ai éclaté de rire à la description de Rezan (  ), mais c'était trop mimi en tout cas


"« Donc vous voulez soigner mon affaiblissement par un affaiblissement ?" critique de la médecine de l'époque POPOPOOOOOOOOOOO


Onon pauvre Luna, c'est la pire chose qu'on puisse dire à une femme qui veut une famille plus nombreuse ça :( (et l'intervention utile de l'autre "heureusement que c'pas moi sinon j'm'en serais posé des questions  ")


"- Arrête de dire n'importe quoi. Et vu comme ce petit est énervé déjà à son âge, je te confirme, c'est bien ton fils. " ah c'est bon de savoir ça. *tg*




Ah c'est que ça termine très bien dis-donc, ça va pas du tout traumatiser la pauvre Luna  ("j't'avais dit que c'était une sorcière, quelqu'un d'normal meurt pas comme ça :/")

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Clésé
Seigneur Meow
Seigneur Meow
avatar

Messages : 266
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
Localisation : Moscou, Texas

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 8 Fév - 22:21

"mis à part la facheuse tendance du fiancé de Luna à manger avec les doigts."




"- De toute façon, on ne peut choisir quand ça arrivera..."
Ben faut baiser tiens :/ *tg*

"Il lui expliqua qu'en l'examinant, il avait fait cette découverte."
Wtf, on est en 1500 ou non?

La fin=Yolo, on s'y attendait pas du tout *tg*

_________________


"Oh I feel your presence
You'll never leave here
But did you leave me anything?
You're the Phantom of my past..."


Il faut qu'on se suicide, c'est un pari sur l'avenir, et je le prends, parce que je suis un homme en COLERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mer 8 Fév - 22:40

"La fin du repas se déroula sans grandes encombres, mis à part la facheuse tendance du fiancé de Luna à manger avec les doigts." Iblis: Quoi? Vous mangeriez des mc-croquettes avec une fourchette vous? C'est ça fermez vos gueules. :/ /PAN/


"- Tu aurais pu me prévenir quand même...
- Hm ?
- Ta mère et ta sœur sont rousses...
- Oui... ?
- Ce sont des sorcières.
- … Mon Dieu. Me dis pas que tu crois à ce genre de choses..."


Ah oui, les sorcières rousses, je savais pas que c'était un truc.

http://img.over-blog-kiwi.com/1/21/25/91/20141021/ob_abb3b6_hocus-pocus-15.jpg
http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/melusinecouv01.jpg


Quoique... /PAN/


Naaaan, ils ont eu un fils. Et en plus, Luciano a l'air malsain en y pensant, le diable incarné *TG*

"La porte était ouverte. Sa sœur était sur un fauteuil, face à la fenêtre. Elle s'approcha, avant de découvrir le corps froid de sa sœur.

Elle était morte." Nope, cryogénisé de l'intérieur *TG*


Bonne suite, début d'un traumatisme...bordel...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 20 Fév - 1:23


La porte était ouverte. Sa sœur était sur un fauteuil, face à la fenêtre. Elle s'approcha, avant de découvrir le corps froid de sa sœur.

Elle était morte.

Des larmes semblaient avoir coulé. Un verre de vin se trouvait à sa gauche sur une petite table, ainsi qu'un petit flacon.

« De l'arsenic... ? »

La brune fronça les sourcils en voyant ça. Elle consulta le pouls, mais sa crainte était bien fondée. Elle hurla à une personne qui passait d'aller chercher de l'aide. Que s'était t-il passé ? Elle aperçut des lettres sur le meuble près du corps froid. Un suicide...L'une d'entre elles portait son nom. Les larmes aux yeux, elle s'en saisit et l'ouvrit.

https://www.youtube.com/watch?v=njNjA0M3n7c
«  Soeurette,
Désolée de te laisser seule dans un monde où tu n'aurais pas dû naître. Au fond, je crois que moi aussi, je n'aurais pas du y naître non plus.
Depuis un moment je me posais des questions. Sur tout : nos parents, mon couple, le tien... Qui agissait bien ? Qui avait raison ? Cette question n'a pas de réponse, je le crains. Père et mère m'ont toujours vue comme la fille raisonnable. Celle qui s'est mariée à un bon parti, qui a docilement donné des héritiers à notre famille. Je ne peux pas décevoir tout le monde.
William s'est toujours bien comporté avec moi. Son geste n'est pas du à lui : il a toujours été charmant, doux et galant. Je l'ai aimé, c'est sûr -si cela est de l'amour-. En fait, je crois que cela serait plutôt de l'affection ; je ne sais pas si il y a vraiment eu de l'attirance avec lui, et avec n'importe quel homme d'ailleurs.
J'ai fini par me murer dans ma routine, ma passivité face à ma vie qui défilait. Et je crois qu'aujourd'hui, elle n'a plus aucun sens. C'est la raison de mon geste, égoïste, j'en conviens. Je m'en excuse d'ailleurs. Mais je sais que mes chers enfants seront bien élevés avec leur père ; je sais que tu te remettras de cette épreuve. Tu n'es pas seule. Tu me disputerais sûrement, disant que je devais t'en parler, te séparer de William si il m'apportait plus ce bonheur. Mais c'était trop difficile de tous vous décevoir. Père et mère étaient tellement fiers lors de mon mariage ! Je trouve ça injuste ; le tien était beaucoup plus heureux.
J'espère que tu comprendras, où, à défaut de comprendre, accepteras ce geste. Il y a des personnes qui ne sont pas à leur place alors que tout leur sourit ; je crains que nous en faisions partie.

Avec tout mon amour,
Diana. »


https://www.youtube.com/watch?v=G63LyAUAomA
Les mains de Luna tremblaient. Elle entendait le cri de plusieurs personnes autour d'elle comme si elles étaient loin, tellement loin. Comme si elle était dans une bulle, ou dans un cauchemar. Quelques larmes coulèrent et se mélangèrent à l'encre noire. Sa sœur aussi rêvait d'autre chose. Comme elle haïssait ses parents à ce moment là ! Tout était de leur faute.  C'était de leur faute si Diana avait mis fin à ses jours, de leur faute si ils ont perdu leurs deux filles ; l'une physiquement, l'une psychologiquement.

Les jours qui suivirent furent très éprouvants pour Luna. Son petit garçon dans les bras, elle regarda l'horizon, dans une chaise donnant vue sur la mer. Comme cela était une coutume, elle portait une robe noire de deuil. Elle regarda les yeux du petit, qui lui fit un grand sourire qui lui fit retrouver un petit sourire. Diana était sa marraine ; cela était une évidence pour Luna. Cependant, il ne pourrait pas la connaître.
Depuis un moment, elle avait refusé de voir ses parents. A l'enterrement de sa sœur, elle fut choquée de constater le manque de larmes de ses parents. Et lorsqu'elle s'effondra en larmes dans les bras de son mari, elle reçut un regard noir de son père.

Ne pas pleurer. Rester dans la dignité.
Quelle ironie.
En y repensant, elle avait du mal à réprimer un rire nerveux. Le seule soutien qu'elle avait dans sa famille, la seule qui était encore humaine à ses yeux avait perdu la vie. Elle ne comprenait pas la tendance de ses camarades à vouloir cacher ce qui les rendait comme ils étaient : des êtres humains avec des sentiments. Surtout dans ce genre de moments.

Après l'enterrement, elle regarda d'un air hautain sa mère qui la réprimandait. Elle était noble ; elle ne devait pas montrer ses faiblesses.

« Mère, je me fiche de montrer mes faiblesses comme je me fiche de faire partie de la noblesse.
- La noblesse Silvarienne fait partie d'une des plus respectées sur ce continent. « 

Luna éclata de rire, nerveusement encore une fois.

« Pourquoi ? Car ils cachent bien leurs sentiments et ceux qu'ils sotn réellement ? Quelle ironie... »

Mon Dieu mais qu'est-ce qu'il s'était passé en à peine quelques mois ? Sa vie avait basculé, alors qu'elle semblait enfin en reprendre le contrôle. Et, malheureusement, cela empira.


https://www.youtube.com/watch?v=mRSIzXEVSs4

Ses malaises étaient de plus en plus graves au fil du temps, au point que son propre mari s'inquiétait pour sa vie. Celui-ci voulait partir, chercher quelque chose pour l'aider ; mais refusa au début. Elle s'en voudrait tellement de le perdre, et ne s'en remettrait pas. Afin de ne pas l'inquiéter, elle cacha ses faiblesses, à son mari et à son enfant, qui grandit sans se douter des soucis de sa mère.
… C'est ce qu'elle aurait voulu. Cependant cela n'était pas aussi simple que ce qu'elle pouvait penser. Et, comme elle se doutait, Luciano ne put s'empêcher de s'inquiéter pour elle.

« Je ne peux plus. Il faut que je trouve un moyen de t'aider, Luna, je-
- Je en veux pas que tu te mettes en danger.
- Actuellement, c'est toi qui l'es.
- Tu dis n'importe quoi... »

Il la retint alors qu'elle allait tomber.

« S'il te plaît. Laisse moi t'aider.
- Je... A une condition.
- Oui ?
- Promets moi de toujours revenir.
- … Très bien. »

S'effondrant contre le lit, son mari la prit dans ses bras, et elle se rendormit. Les années passèrent, et ses efforts pour cacher sa maladie à son fils étaient déjà difficiles, et elle ne put cacher l'aggravement de sa maladie à ses parents, à sa famille et à son mari.
Son état s'était nettement empiré.

« … Je ne suis pas sûr que vous surviviez plus d'un an, madame.
-...
- Il faut que je le trouve.
- Chéri...
-... Je vais réussir, ne t'inquiète pas. »

Il lui fit un sourire rassurant, qui la fit instantanément sourire également. Sans lui, elle n'aurait jamais survécu dans ce monde ou elle avait toujours été seule. Elle ne savait pas de quoi elle était capable si elle le perdait. Luna pourrait commettre le pire...



https://www.youtube.com/watch?v=xhMGvGxIO3w

1512.
C'était le début de l'été. Elle regardait par la fenêtre. Elle s'appuyait lourdement contre un meuble, les larmes aux yeux, les yeux rivés vers l'océan.
Juste un signe de vie ; une lettre, quelque chose qui lui prouverait qu'il est en vie, mêmes des milliers de kilomètres plus loin si il fallait. Rien. Rien ne parvenait à elle. Elle se sentait vide et ne se sendait pas compte du temps passé à observer l'horizon bleu. La gouvernante s'approcha doucement d'elle, posant une main sur son épaule. La brune sursauta à son contact.

« Madame...
- … Laissez moi, Rina.
- Vous n'avez rien mangé...
- …
- Madame... je suis désolée. Mais je ne pense pas que votre mari revienne.
- … Il est peut être coincé quelque part, ou...
- Il ne vous laisse jamais sans nouvelles. Je crains qu'il ait eu un accident, ou quelque chose du genre. Les mers sont très agitées ces temps-ci, peut être que... »


La brune sentait ses larmes couler le long de ses joues. Elle ne put s'empêcher de pleurer. Elle savait que la gouvernante avait sûrement raison. C'était le scénario le plus probable. Il avait sûrement disparu en mer, oui...




Quelle était cette étrange intuition ? Elle ressentait encore sa présence sur ce monde. Peut-être à travers son propre corps ? Que son manque se trahissait par cette impression... Elle s'en voulait tellement. Si cette maladie ne l'emportait pas... Si elle avait guéri, qu'elle avait caché ça... Le monde était vraiment injuste. Après sa sœur, la personne qui importait le plus à ses yeux avait disparu, la laissant seule dans une tristesse infinie. Alors qu'elle jurait intérieurement contre elle même, elle s'enfuit dans sa chambre. Elle ferma la porte avant de se laisser aller contre celle-ci. Elle voulait hurler, demander à ce qu'on presse sa vie à la place de Luciano... De Diana... Elle regarda dans un meuble fin, et trouvait un petit flacon. … Elle 'lavait trouvé auprès de Diana, le jour de sa mort. Le poison entre ses mains, elle regarda bouteille d'eau posé non loin de là.

Etait-ce douloureux ? Sûrement moins que ce qu'elle ressentait à cet instant. La mort était douce comparée à son mal-être actuel. Elle pensait à ce que sa sœur avait-pu ressentir. Quelle libération... Elle prit le flacon et la bouteille avant de se poser dans le lit. Elle se sentait tellement faible...

« Madame, non ! »

La gouvernante la regarda dans les yeux. Elle avait des yeux d'un bleu marine, et des cheveux blonds attachés en chignon. Rina était celle qui l'avait suivie après son mariage, et son déménagement. Elle avait toujours su comment agir avec elle dans les moments les plus difficiles.

« N'y pensez même pas !
- Rina... J'ai perdu l'homme que j'aime par ma faute...
- Rien ne dit que c'est de votre faute. Ce sont les mers, les océans les responsables.
- Il est parti pour moi...
- Il l'a choisi.
- J'aurais du l'en empêcher...
- Madame, arrêtez.
- Rina, sanglota Luna, explique moi pourquoi je resterais dans ce monde ?
- Votre fils, madame.
- … Mon fils...
- Vous êtes tout ce qu'il lui reste, et il est tout ce qu'il vous reste. Vous vivez la même douleur, et un fils à besoin de sa mère. Si il vous perdait madame... Orphelin, seul. Il n'a plus que vous, alors de grâce, reprenez vous.
- Rina... »

Elle lâcha le flacon. Penser à son unique enfant était la seulechose capable de réchauffer son cœur à ce moment. Rezan... Elle ne pouvait pas le laisser seul. Il était ce qu'elle avaitde plus précieux. Elle le protégerait du malheur et de la tristesse, quoiqu'il en coûte. Le surplus d'émotions lui donna le tournis.

« Rina... Je me sens pas bien... Je...
- Reposez vous, madame. »

La brune eut juste le temps de voir la blonde la repousser dans ses oreillers. Ses yeux se fermèrent doucement et elle sentit le sommeil l'emporter.

Elle se réveilla dans son lit. Un plat se trouvait près d'elle. Combien de temps était-elle étendue là ? L'aube se levait, et elle ne put s'empêcher de tatônner dans son lit. Vide. Le manque douloureux lui enserra de nouveau le cœur.

« Madame, vous vous réveillez.
- Rina...
- Il faut manger, madame. Rezan demande à vous voir. Nous lui avons dit que vous étiez occupée, mais il faudrait que vous le rassuriez. »


https://www.youtube.com/watch?v=J1KmliLXVkE

Rezan... La prunelle de ses yeux. Tout ce qui lui restait sur ce monde. Elle prit avidement le morceau de pain posé à ses côtés, avant de chercher le soutien de Rina pour s'aider. Elle se leva, péniblement, mais atteint le salon. Son fils, qui attendait patiemment dans un fauteuil, se retourna vers elle, les yeux brillants. Le même regard que son père...

« Maman ! Je suis tellement content de te voir...
- Rezan... »

Elle le serra fort dans ses bras. Elle sentit un tressaillement dans la voix du châtain.

« Maman... C'est vrai que Papa ne reviendra sûrement pas ? »

Oh, quel déchirement... Elle ressentit tout ses organes se serrer, tandis qu'elle s'effondrait encore en larmes. Le garçon avait compris, elle le sentait trembloter dans ses bras. Ils se serrèrent l'un l'autre quelques minutes.

« Mon enfant...
- Je suis sûr qu'il vous aime toujours de la ou il est, maman.
- Oh,mon chéri... Nous surmonterons ceci ensemble, d'accord ? Je serai toujours là... Jusqu'au dernier jour, et même après... »

Dans le reste de sa courte vie, elle se promit qu'une chose : tant qu'elle le pourrait, elle lui donnerait tout l'amour qu'une mère pouvait donner à son enfant. Tout ce qu'elle pouvait faire, elle le ferait. Elle donnera sa vie pour lui.

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 20 Fév - 9:26

SA SOEUR PRÉFÉRAIT-ELLE DONC LES FEMMES? IBLIS AVAIT RAISON DE LA VOIR COMME UNE SORCI- *tg*

"'le tien était beaucoup plus heureux" hell yeah

Triste lettre sinon, elle avait l'air pourtant heureuse c'est triste de se dire qu'elle cachait tout :(

"Promets moi de toujours revenir" ... *Se roule dans son lit en pleurant*

Nameoh d'où elle la démoralise sur Iblis. Ça se trouve il s'est juste paumé et a fini dans une galère. Encore une fois =| *tg*

Ooow c'est trop triste quand même, puis de là à penser à se suicider :(
IBLIS GROS CON REGARDE TU FAIS SOUFFRIR LES AUTRES *Iblis: MAIS DUCONNE C'EST TOI QUI ECRIT* OUAIS TOTALEMENT OUAIS.

Très bon chapitre sentimental

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 20 Fév - 14:49

OH MAIS ÉVIDEMMENT, L'AUTRE SOEUR ELLE CACHE TOUT.
Et elle avait bien prévu son coup, avant même que ce soit précisé, j'avais envie de l'engueuler.

"Depuis un moment, elle avait refusé de voir ses parents. A l'enterrement de sa sœur, elle fut choquée de constater le manque de larmes de ses parents. Et lorsqu'elle s'effondra en larmes dans les bras de son mari, elle reçut un regard noir de son père." Iblis va revenir vous tuer.

"Elle pensait à ce que sa sœur avait-pu ressentir. Quelle libération..." J'ai déjà assez abusé de la chanson que vous pensez, je vais vous épargner ça /PAN/


Ahlala, règle numéro 1 des histoires tristes: les promesses ne sont pas respectées, et ici on sait plus ou moins ce qui se passera donc c'est encore plus triste *Avec le sourire* /PAN/


Rien à dire de plus sur ce chapitre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Dim 5 Mar - 22:34

8 Septembre 1512.

Elle était au pied de cet arbre près du lac. Seule, elle venait souvent ici pour se ressourcer. La brune entendit des bruits de pas. Elle savait que seul Rezan connaissait cet endroit. C'était ici qu'ils se retrouvaient en famille.Alors qui pouvait bien venir... ?

Une silhouette longiligne se présenta à elle. C'était une jeune femme aux cheveux longs et bouclés, d'une blancheur éclatante. Son visage fin était d'une étrange couleur nacrée, et ses yeux étaient presque blancs. Sur la base de ses cheveux, un diadème en argent, surmonté d'une pierre en losange d'un gris argenté. Elle portait une jupe assez courte et fluide, avec des collants tout deux d'un blanc éclatant. Elle avait des bottes renforcées sur les talons et la pointe de métal, qui allaient jusqu'à ses genoux recouverts eux aussi d'une pièce de métal. Son buste fin était recouvert, en plus d'une chemise, d'une petite armure de cuir renforcé de métal à l'intérieur. Elle avait une cape blanche qui tombait jusqu'à ses pieds, avec une petite capuche. A sa ceinture se trouvait une épée longue, ivoire et argentée. L'inconnue se posa près d'elle, qui fit un mouvement de recul.


https://www.youtube.com/watch?v=40UPtkaRdww

« … Qui-êtes vous ? Comment connaissez vous cet endroit...
Ne vous inquiétez pas, je ne vous veux pas de mal.
- Vous venez de nulle part dans un endroit que seul moi, mon mari et mon fils connaissions...
- Je le sais. Je suis désolée de cela. J'en suis obligée...
- Obligée de... ?
- Vous vous êtes jamais demandée d'ou venait votre maladie ?
- Comment ça... ?
- Ecoutez. Je viens pas ici de mon propre choix. J'ai comme mission de vous informer de votre tâche.
- Mais de quoi vous parlez... ?
- Vous avez été choisie pour me succéder.
- … Pardon ? »

La brune leva des yeux méfiants vers la jeune femme dont la prestance ne faisait aucun doute. Il émanait quelque chose de mystique en elle. Une sorte d'aura de puissance.. Une aura magique...

« Vous pouvez répéter ?
- … Depuis les temps les éléments sont mêlés à la magie. Ce qui explique qu'aujourd'hui, certaines créatures soient capables de les contrôler, ou de jouer sur bien des domaines. Qu'elle donne la capacité de maîtriser un élément ou d'avoir un impact sur le monde, il est important de protéger cette magie. Elle existe dans un état pur ; cependant, afin de la protéger de l'utilisation mal venue, on nomme des personnes, qui, en échange de l'immortalité, se voient donner la charge de garder ces pouvoirs ancestraux.
- … Et... ?
- Je fais partie de ces personnes. J'ai eu comme charge de protéger cette magie et cette source de pouvoir, en la gardant et la déléguant à des élus. Hélas, je vais bientôt partir.
- … Pourquoi... ?
- … j'aurais dû déléguer des pouvoirs... Mais la pouvoir m'a perdu. J'ai refusé. Je voulais garder cette puissance pour moi... Lorsque j'ai réalisé, c'était trop tard. J'étais condamnée. Au moment ou j'ai été condamnée, une autre personne fut choisie.
- Vous ne voulez pas dire que...
- C'est vous. »

Un long silence se fit entendre. La brune aux yeux verts observa longuement le visage nacré de son interlocutrice. Celle-ci se détourna, s'asseyant près du lac.

«  Vous voulez dire que j'ai été choisie pour être immortelle ? Je dois... partir dans un an...
- Tu n'as jamais été destinée à mourir.
- Que-...
- Cette maladie est juste ton corps qui s'affaiblit afin de recevoir ton pouvoir.
- Vous plaisantez...
- En ai-je vraiment l'air ?
- … Vous voulez dire... Que j'ai perdu la personne que j'aimais le plus... Pour rien... ?
- …
- Quelle injustice... C'est une blague...
- Je suis désolée...
- Si vous avez tant de pouvoirs, dites moi si il est vivant ou mort.
- … Je crains de ne rien pouvoir vous dire. »

Pourquoi, dans son expression, la brune avait l'impression que son interlocutrice savait la réponse ? Son cœur se serra.

« … Pourquoi vous ne pourriez pas ?
- … Je ne peux pas vous le dire car je ne sais pas. »

C'était un mensonge éhonté. Elle le savait, Luna le ressentait. Alors pourquoi tant de mystères ?

« Je suis condamnée à vivre éternellement loin de mes proches. Je peux au moins savoir...
- Vous finirez par le savoir.
- … »


https://www.youtube.com/watch?v=mE-QE4_73KU

Un silence glacial se fit entendre, que seul le chant des oiseaux coupait. Pourtant, ce qui donnait normalement une ambiance chaleureuse avait transformé ce petit paradis sur terre en un endroit à l'ambiance presque funeste. La brune regarda le lac, les larmes aux yeux. D'un coup, elle se retourna vivement vers la jeune femme.

« C'est une blague, n'est-ce pas ? Prouvez le moi, si ce n'est pas le c-... »

Dans la main de l'inconnue, une petite boule blanche, pleine de lumière apparut. A côté, plusieurs autres apparurent également. Une boule de feu, une d'eau ; une petite pierre et une petite boule de foudre se joignirent aux autres.

« Je peux aussi guérir, jouer sur le temps, la gravité. Mon pouvoir sur la gravité... Il aurait du être celui de la nature. Parler avec les plantes, la faune, la flore.... Je n'ai pas été jugée assez digne pour ce pouvoir. J'étais pas assez pure selon eux... La pierre sur mon diadème devrait être blanche. Mais lorsqu'un pouvoir est corrompu, elle passe au gris. Lorsque plusieurs le sont, elle change également. 
- Mais... Pourquoi c'est un pouvoir corrompu ?
- Car je peux créer jusqu'à des petits trous noirs... Ceux-ci absorbent la lumière. Il pourrait être très dangereux, et très néfaste, mal utilisé.
- … C'est...
- Le votre changera peut être. Peut être aurez vous le pouvoir de la nature avec vous.
- … »

La jeune femme aux cheveux blancs s'approcha de la brune, qui esquissa par réflexe un mouvement de recul. La magicienne se stoppa, comprenant que son interlocutrice avait pris peur. Elle poussa un petit soupir.

« Je sais que cela est difficile à comprendre. Aujourd'hui, la magie est connue comme quelque chose de mauvais, de mal. Utilisée par les bonnes personnes, elle peut être bénéfique. »

Luna ne put s'empêcher de rire en pensant à son mari et son aversion pour les rousses car il les considérait comme des sorcières.

« Qu'il y a t-il ?
- Rien... Je pensais à mon mari qui détestait les rousses à cause de ça...
- Une grande magicienne a vécu dans ce monde, il y a quelques temps. Elle était rousse. Cette couleur étant rare, ça explique pourquoi il y a ce... préjugé.
- Il est encore vivant, n'est-ce pas... ?
- Vous découvrirez par vous même.
- … Bon sang... Et mon fils ?
- Il a de la famille. Je sais que c'est difficile de le laisser...
- Vous me parlez... De laisser mon fils tel un orphelin... ?
- Il vaut mieux qu'il ne sache pas ce que vous êtes.
- … Rezan... je me suis battue pour lui.
- Je sais.
- Après sa disparition, son fils était la seule chose pour laquelle je tenais à la vie. C'est mon enfant. Vous pouvez pas me demander de le quitter, bon sang ! Il n'a que 10 ans... Il a déjà perdu son père... Je ne peux pas le laisser seul. 
- Vous y êtes obligée. Je sais que c'est difficile à supporter... J'ai du laisser mes enfants également. J'avais quitté leur père malgré les remous que ça avait fait car il était méchant avec ses enfants. J'ai du les laisser à ma sœur.
- Tch, fit la jeune femme avec une pointe d'ironie dans un rire nerveux, je n'ai même plus ma sœur.
- Vos parents l'élèveront... Je sais ce que vous éprouvez. J'ai vécu la même chose. »

Un silence fit encore place. La brune joua nerveusement avec son alliance, restant quelques instants dans ses pensées. La femme aux cheveux blancs se mit à côté d'elle.

« Je peux vous poser une question ? Commença la noble, une question... peut être indiscrète, euh...
- Lysa.
- Hm ?
- Mon prénom, c'est Lysa.
- Très bien, Lysa... Pourquoi votre pouvoir a été corrompu ?
- … je suppose que c'est de m'être séparée de mon mari.
- …
- Ce sont les actions que vous entreprenez durant votre humanité qui conditionne ce que vous devenez.
- Haha... »

La brune partit dans un rire ironique, avec un sourire à la fois forcé et amusé qui se dessina sur son visage.

« Alors jamais je n'aurais ce pouvoir dont vous parlez.
- Comment ça ?
- J'ai passé ma vie à me battre contre mes parents, à vivre comme je le voulais. Si la condition est d'être une gentille fille sage, alors je ne pense pas avoir ce pouvoir.
- Je ne peux pas vous dire. Je le saurai sûrement lors de la passation. 
- Je vois...
- Je vais vous laisser, à présent. Je reviendrai... Dans un an. Même heure, même endroit. Je suis désolée de vous infliger ça.... »

Elle disparut presque instantanément.

L'année à venir fut très difficile pour la jeune femme. Elle profita le plus possible de son fils, tout en conjuguant avec sa maladie de plus en plus difficile à supporter. A la fin, elle ne pouvait plus se déplacer sans une canne pour supporter son propre poids.


https://www.youtube.com/watch?v=FZoj7u0_fjk

Le fameux jour arriva. Le 8 Septembre 1513, elle partit en catimini de la maison, avec deux lettres pour son fils et une à ses parents, leur expliquant d'élever son fils ; une des lettres de son fils était à ouvrir actuellement, l'autre en étant adulte. Elle lui expliquerait la situation à peu près. Jetant un dernier tendre regard à son fils en train de dormir, elle quitta la maison en larmes.
Arrivée au lac caché, elle regarda les lieux avec nostalgie. C'était un endroit très particulier pour elle, et elle espérait de tout cœur qu'il ne soit jamais détruit. Elle souffrirait de voir cet endroit dénaturé.
Elle sentit une présence derrière elle. Un pas léger, puis un deuxième avant de voir du coin de l'oeil la présence mystique de la déesse.

« Alors cela doit arriver, hm ?
- Oui. Êtes vous prête ?
- Il le faut bien. »

Les deux femmes joignirent leurs mains. Lysa fronça les sourcils au contact de la peau légèrement hâlée par le soleil d'été indien.

« Un pouvoir... Inconnu ? »

La brune fit de grands yeux, regardant d'un air étonné la femme de ses yeux verts.

« Comment ça ?
- Un pouvoir que je connais pas... Etonnant.
- …
- C'est peut être ce pouvoir dont je vous avais parlé. C'est incroyable... Pourtant, je ressens la présence du pouvoir gravitationnel en vous. 
- Je verrai bien de quoi il s'agit, je suppose.
- Vous avez l'air de l'avoir accepté... Tout ça.
- J'en ai été un peu obligée, à vrai dire.
- C'est vrai... »

La femme aux cheveux blancs fit un sourire bienveillant à la brune, pressant doucement sa main.

« Je dois vous donner les dernières informations dont vous aurez besoin. D'abord, les armes... Elles s'adapteront à vous, à votre style. C'est une arme tri-forme. La mienne peut être une longue épée, une lance ou une dague... je ne sais pas si ce sera le cas pour vous. Pour vos élus -promettez moi de léguer vos pouvoirs, ne faites pas mon erreur-, il est conseillé de ne pas les prendre tous du même royaume, ou vivant proches... Cela pourrait s'avérer dangereux.
- Très bien.
- Je ne sais pas comment vraiment cela marche... C'est instinctif. Je compte sur vous. Nous devons portéger ce monde de tout ce qui peut y nuire... D'autres dieux, d'autres démons existent dans ce monde. Cependant un Dieu n'est pas toujours pacifique, loin de là. Faites attention. Méfiez vous de tout le monde...
- Je vois... je ferai attention.
- …
-...
- Bien. Il est temps. Je vous souhaite bonne chance. Il est temps pour moi de partir... Adieu. »

Avant de pouvoir réagir, la brune vit la femme poser son diadème et se défaire de ses armes. Elle reprit ses mains, et lorsqu'une étrange lumière sortit de ses paumes, Luna sentit une chaleur, une énergie l'envahir.
Alors que sa peau se teintait d'un étrange teint nacré, que ses cheveux passèrent au blanc et ses yeux au gris clair, l'ancienne déesse tomba. Ses cheveux étaient passés au roux, ses yeux au bleu foncé ; de douces tâches de rousseur étaient apparues sur sa peau pâle. Luna se pencha vers son corps sans vie. Attrapant l'épée, celle-ci se transforma en une rapière argentée à son contact ; la pierre du diadème se transforma en une pierre noire, extrêmement brillante. Une boule de feu, de glace, de foudre et de terre apparut dans sa main. Elle ne comprenait pas tout ses pouvoirs secondaires ; elle avait le temps de les comprendre.
Face au lac, elle avait dans les yeux une nouvelle détermination : elle protégerait ce monde et ses habitants. Que personne ne vive ce qu'elle a vécu. Le crépuscule de sa vie annonçait alors l'aube d'une nouvelle. Plus ou moins heureuse ? Elle ne pouvait le dire...


-Fin de la Première partie-

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 6 Mar - 0:52

"« … Qui-êtes vous ? Comment connaissez vous cet endroit...
Ne vous inquiétez pas, je ne vous veux pas de mal.
- Vous venez de nulle part dans un endroit que seul moi, mon mari et mon fils connaissions... "
Je vous stalke madame. *TG*


"« Vous voulez dire que j'ai été choisie pour être immortelle ? Je dois... partir dans un an...
- Tu n'as jamais été destinée à mourir."
Pioar: Madame, je crois que vous vous trompez de personne *Blaguetropfacile* /PAN/


Mais quand même, la pauvre, tout ce temps-là, pendant plus de 500 ans, elle laisse tomber son fils et ses futurs descendants...jusqu'à Cam? /PAN/


"« Je dois vous donner les dernières informations dont vous aurez besoin. D'abord, les armes... Elles s'adapteront à vous, à votre style. C'est une arme tri-forme"
LA TRIFOOOOOOOOOOOOOOOOORCE *Tousse* Pardon /PAN/
Dès que j'ai vu la longue épée, j'ai senti Emylie... *Voulu?* /PAN/


Belle fin de première partie, en effet, c'est une page qui se tourne en guise de fin de première partie.


Voyons voir en quelle année va se passer la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 6 Mar - 10:50

"vous le saurez le moment venu" oui Luna, tu le sauras un jour

Quand la madame meurt et se retrouve en rousse j'ai eu une crise cardiaque, elle parlait de soi-même un peu avant *tg*

C'était un beau chapitre de transition, avec la tristesse de Luna qui en plus avoir perdu Lulu pour rien doit abandonner Rezan :(

Au moins quand elle a reçu ses pouvoirs c'était la win totale, puis d'une certaine façon ça voudrait dire qu'elle a un potentiel supérieur à la rousse qui était déjà super forte

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Cam
Hébergeuse de squatteurs
Hébergeuse de squatteurs
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : feignasse devant son PC/sa WiiU/sa 3DS

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Lun 27 Mar - 21:44

Partie 2 : Folie naissante


Chapitre 1 :Les disciples du vent et des illusions

https://www.youtube.com/watch?v=4p8cH380Mrg

Ce fut un éclair vêtu de bleu qui fila à travers les arbres de l'immense forêt Silvarienne. Un homme semblait aux trousses de cette jeune fille, à peine adulte : ses cheveux d'un blond doré, aux reflets aregntés, filaient dans le vent, ondulant délicatement autour de son visage, et ses yeux d'un bleu ciel semblaient légèrement inquiets, avec une mélange de colère et  de regret. Afin de ne plus entraver sa course, elle arracha une partie de sa jupe blanche afin que celle-ci s'arrête à ses genoux. Elle portait également une chemise blanche et une longue cape à capuche bleu foncé. A sa ceinture se trouvait également un fourreau double, afin de ranger deux épées qu'elle ne semblait pas avoir sur elle.

- fin de la musique-

Elle poussa une sorte de grognement en voyant l'homme se rapprocher d'elle. Alors qu'elle se retournait pour lui faire face, l'homme s'arrêta dans sa course. Il tomba en avant ; elle vit, logée dans sa nuque, une flèche. Essoufflée, elle essuya une perle de sueur.


https://www.youtube.com/watch?v=66coX4HCZmo

Ses cheveux blonds argentés étaient attachés en partie par une ruban bleu clair, ce qui les empêchait de gêner son visage légèrement anguleux. Elle semblait entre l'adolescence et l'âge adulte ; et son visage reflétait parfaitement cela. Elle leva les yeux. Dans un arbre se trouvait une autre jeune fille.
Celle ci avait à sa main un arc, qu'elle avait baissé. Elle était vêtue d'une chemise vert clair et d'un short marron, très moderne pour une époque comme la sienne ; elle portait un long manteau vert également. Son visage fin était naturellement rieur et amusé, renforcé par une paire d'yeux vert clair pétillants. Ses cheveux étaient eux d'un châtain foncé, presque bruns, très lisses. Ils s'arrêtaient vers le milieu de son dos.


« Mélina, je t'avais dit de faire attention !
- Je sais, je sais... Je pensais pas que cet enfoiré allait me suivre jusque là.
- Le con... Il a fait l'erreur de sa vie.
- Qui a mené à sa mort... »


Les deux jeunes filles éclatèrent de rire. Ladite Mélina aida sa comparse à descendre de l'arbre.


« Encore une mission réussie, mademoiselle Beckett.
- Oui mademoiselle Jones, mais cela a failli rater à cause de votre imprudence. »


La brune avait dit ça avec un petit sourire. La blonde leva les yeux au ciel.

« A failli rater... je savais que tu étais derrière, Cynthia.
- Oui, bien sûr. Et si j'étais morte, hm ?
- Alors autant que je meure aussi, je n'aurais plus personne dans ce monde.
- Mélina...
- Quoi ? Nous sommes orphelines. On est devenues mercenaires par la force des choses et car on avait des aptitudes au combat.
- Je sais. Cela fait bien longtemps que tu as perdu foi en l'humanité.
- … Tout le monde nous a ignoré, Cynthia. Si nous avions pas des bonnes capacités de combat, je ne sais comment nous aurions finies. Esclaves, filles de joie, ou... »

Sa dernière pensée mourra dans sa gorge. Son amie s'approcha d'elle, posant sa main sur son épaule.


« Allons, Mélina.
- Je me demande ce que cela fait d'avoir une famille... »


La jeune femme avait repris sa route, observant le sol d'un air songeur.




https://www.youtube.com/watch?v=9zL7c5Z0HDA

Mélina Jones était une jeune fille née le 2 Juillet 1507, dans un petit village de Leinis. Elle avait été déposée à l'orphelinat de la capitale Melynburgh quelques jours après sa naissance. Sa mère prit à peine le temps de donner son nom, son prénom et son âge avant de partir.
Qui était elle ? Elle ne le saurait probablement jamais. La rumeur dans son orphelinat, parmi les nourrices, disait qu'elle était née d'une fille de joie assez connue, qui avait du abandonner sa fille car cela n'était pas « très vendeur », et pas très pratique. C'était ses cheveux blonds comme les blés qui rappelaient ceux de la femme, ceux qui faisaient la fierté de la jeune fille.
C'était là qu'elle avait rencontré Cynthia. Elles avaient à peine 5 ans ; toutes deux perdues dans l'immensité de l'orphelinat de la capitale. Melynburgh était une des villes les plus influentes du continent à l'époque. Les dames s'occupant d'elles disaient souvent qu'elles étaient chanceuses de vivre ici. Les deux petites, gamines perdues dans un monde en changement, se demandaient ce qu'il pouvait y avoir d'amusant à vivre dans un endroit comme celui-ci ; et pourquoi elles n'avaient pas le droit à l'amour d'un père et d'une mère comme les autres enfants.
Les jeunes filles grandirent. Lorsqu'elles atteignirent l'âge de la puberté,et que leur corps commença à changer, le comportement de certains garçons de l'orphelinat commencèrent à changer. Plus violents. Des allusions sexuelles de plus en plus insistantes, jusqu'à des gestes...
Ce fut lorsque cela commença qu'elles commencèrent à se défendre. Ne plus jamais se laisser faire. Pourquoi l'orphelinat n'agissait-il pas ? Ce n 'était pas de simples jeux pour enfants...
Cette sensation de sentir son innocence s'arracher du plus profond de soi. Voir sa meilleure amie subir le même sort, être aussi dégradée... Fut le déclic de Mélina. Celui qui lui avait fait prendre conscience.
Manger ou être mangé ; voilà comment fonctionnait ce monde. Elle, et Cynthia, ne se laisseraient pas dévorer.

_________________
"Elle est la colère qu'il ne pourra plus exprimer.
Il est le calme qu'elle ne pourra plus jamais obtenir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gaelrasengan
Plus cool que cool
Plus cool que cool
avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 23
Localisation : N'essaye pas de me localiser. Essaye plutôt de courir avant que je ne te trouve 8)))

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mar 28 Mar - 0:19

Après des mois d'attente, je rattrape ta fic !

Et j'en étais au chapitre du 7 Septembre

"La brune aimait en effet beaucoup l'art sous toutes ses formes, bien qu'elle ait un penchant pour la musique et la danse."

Mais la musique et la danse c'est de l'art ! Qu'est-ce que tu racontes ? *elle a dit sous toutes ses formes * Ah^^' *TG*

Pinaize les bandits, vous avez de la chance d'être pas tombé sur un forumeur. Sinon c'est VOUS qui aurez vu redéfiler toute votre vie

"C'était un homme plutôt grand, élancé qui se présentait devant elle. Il mesurait plus d'une dizaine de centimètres de plus qu'elle, a la peau assez mate. Elle croisa son regard une seconde, avant de se mettre à rougir.

« Les p'tits merdeux..."

J'étais en train d'écouter la musique pendant ce temps. Je me dis que ça allait être un gentleman en plus de faire rougir Luna... jusqu'à ce qu'il dise cette phrase

Luna est amoureuse de ce gars... ça se voit mais si ses parents voient comment il s'exprime, rien qu'avec ça, je sens que ça va mal se finir^^'

"« Je t'aime... »"


Et voila, comme je le redoutais


Ce genre d'histoire amoureuse, c'est un peu dans le style de "Roméo et Juliette"

Ah mais finalement ça s'est mieux passé que je ne le pensais... pour l'instant


Allez ! Courrage Luna !

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=6ffpauS93l8




Ah la famille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Just-to-buy

avatar

Messages : 297
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 20
Localisation : En train de se taper des barres sur la planète de Donkey Kong.

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mar 28 Mar - 12:33

« Encore une mission réussie, mademoiselle Beckett.
- Oui mademoiselle Jones, mais cela a failli rater à cause de votre imprudence. »
Choc, Jones est une- *TG*


Hm, j'ai l'impression que dans chaque partie qui va venir, l'époque sera différent (ça fait seulement deux chapitres, du calme. )


"Les jeunes filles grandirent. Lorsqu'elles atteignirent l'âge de la puberté,et que leur corps commença à changer, le comportement de certains garçons de l'orphelinat commencèrent à changer. Plus violents. Des allusions sexuelles de plus en plus insistantes, jusqu'à des gestes... " ....Je ne dis rien *TG*


Sinon ouais, voyons voir comment ces deux filles vont progresser dans la vie, pas grand chose à dire de plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCVQ8_RWrCUw7ydh0KwdXgIA
Fan'
Yare yare daze
Yare yare daze
avatar

Messages : 424
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 18
Localisation : In ZA WARUDO

MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   Mar 28 Mar - 19:32

Je répète la même chose que ce que j'ai dit aux suites de Gael et Cléclette: portable, peut pas trop développer, blablabla *tg*


Une intro immersive que j'ai beaucoup aimé, ces deux persos ont l'air bien charismatiques (surtout quand tu t'images leur futur statut *tg*). Puis leur condition à l'orphelinat ne fait que d'attirer plus notre sympathie du coup c'est pour le mieux
(Gardez votre innocence gurlz osef de ces abrutis *tg*)

_________________


Lasciate ogni speranza, voi ch'entrate


Attention spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-m-g.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] Ardeurs d'esprits   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] Ardeurs d'esprits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SMG :: Chefs D'oeuvres :: Fictions-
Sauter vers: